Rejoignez-nous

International

Otages suisses libérés au Cameroun

Publié

,

le

L'armée camerounaise est parvenue à libérer douze touristes italiens et suisses lundi, a annoncé mercredi Yaoundé. Ils avaient été enlevés à une date indéterminée en zone anglophone, où couve un conflit entre séparatistes anglophones et l'armée.

"Une opération a permis la libération de 12 touristes européens" dans la région du Sud-Ouest lundi, a indiqué le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, dans un texte publié dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune.

Les sept Suisses et les cinq Italiens se trouvaient au Cameroun avec une organisation appelée "African Adventure Group", selon le communiqué. Ils ont été enlevés par "une bande de terroristes" dans la localité de Moungo-Ndor, alors qu'ils se rendaient sur le site de "Twin Lakes", deux lacs situés dans le secteur de Kupe Muanengumba.

Le groupe armé Ambazonia Defense Forces (ADF), l'un des principaux groupes armés en zones anglophones, a démenti être à l'origine de l'enlèvement des touristes occidentaux, dans des déclarations de son chef, Cho Ayaba, à l'AFP.

En bonne santé

Contacté par l'ats, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé la libération des touristes suisses. L'ambassadeur suisse au Cameroun a pu s'assurer personnellement que les personnes concernées se portent bien compte tenu des circonstances. Elles ont pu aussi contacter leurs proches.

Le chef du DFAE, le conseiller fédéral Ignazio Cassis, actuellement en visite officielle en Chine, a été tenu au courant des développements, indique encore le DFAE. Les autorités suisses sont en contact avec les autorités camerounaises afin d’avoir des clarifications concernant cet enlèvement.

Par ailleurs, "six conseillers municipaux" camerounais ont également été libérés lors d'une autre opération militaire dans la région du Nord-Ouest, selon le communiqué du ministre mercredi. Selon la même source, dans de "récents accrochages", "plusieurs dizaines d'assaillants" séparatistes ont été abattus par l'armée camerounaise et "d'importants stocks d'armes et de munitions" et "de fortes quantités de drogue" ont été saisis.

"Fort dispositif sécuritaire"

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest regroupent les habitants anglophones du Cameroun, soit 20% de la population. Elles sont secouées depuis plus d'un an par une profonde crise socio-politique, qui s'est peu à peu muée en un conflit armé de basse intensité.

Depuis trois mois, la situation sécuritaire s'y est considérablement dégradée. Les groupes séparatistes armés y multiplient les actions violentes contre des symboles de l'Etat (attaques de gendarmerie, enlèvements de fonctionnaires, accrochages avec l'armée).

Dans ces deux régions frontalières du Nigeria, où le Cameroun soupçonne les séparatistes d'avoir établi leur base arrière, Yaoundé a répondu par la force. Le gouvernement y a déployé un fort dispositif sécuritaire et créant, en février, une nouvelle "région militaire" dans le Nord-Ouest.

Rares informations

En février, l'Union européenne a jugé "essentiel que les forces de sécurité fassent un usage proportionné de la force dans l'exercice de leurs fonctions". De nombreux témoignages d'exactions avaient circulé dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Yaoundé s'en est défendu. Depuis, les informations sur le conflit se sont raréfiées, le gouvernement camerounais communiquant peu sur les actions militaires menées.

(ATS)

CREDIT PHOTO : KEYSTONE/AP/BEN CURTIS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Marioupol est tombée, "feu intense" dans le Donbass

Publié

le

Une femme contemple les restes d'une maison détruite à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. (© KEYSTONE/AP/Alexei Alexandrov)

L'aciérie Azovstal, à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d'Azov, est passée vendredi soir sous contrôle russe, alors que dans le Donbass, plus au nord, l'artillerie de Moscou pilonnait les positions de Kiev.

En début de soirée, le porte-parole du ministère russe de la Défense a affirmé que le complexe sidérurgique était "passé sous le contrôle complet des forces armées russes" après la reddition des derniers soldats ukrainiens, et que la nouvelle avait été transmise au président Vladimir Poutine.

Des images publiées par Moscou montraient des cohortes d'hommes en tenue de combat émergeant de l'aciérie, certains avec des béquilles ou des bandages, après une longue bataille qui était devenue un symbole de la résistance ukrainienne à l'invasion russe.

"Sauvetage de nos héros"

"Le commandement militaire supérieur a donné l'ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d'arrêter de défendre la ville", avait affirmé dans la journée dans une vidéo sur Telegram le commandant du régiment Denys Prokopenko, un large pansement au bras droit et le gauche tuméfié, depuis ce qui semblait être un local souterrain.

Kiev récuse le terme de reddition, M. Zelensky évoquant "le sauvetage de nos héros".

L'armée russe a publié vendredi soir des images qu'elle a présentées comme étant celles de la fouille de combattants ukrainiens désarmés par des soldats russes.

L'Ukraine espère échanger des prisonniers de guerre mais la Russie a fait savoir, visant implicitement le régiment Azov, qu'elle considérait une partie d'entre eux comme des combattants "néonazis".

Le Comité international de la Croix-Rouge a exhorté les deux parties à lui accorder l'accès aux prisonniers de guerre et aux internés civils, "où qu'ils soient détenus".

La bataille pour le contrôle de Marioupol a donné lieu à de multiples accusations de crime de guerre par les puissances occidentales, notamment lors de l'attaque d'une maternité.

L'Ukraine a ouvert plus de 12'000 enquêtes pour crimes de guerre depuis le 24 février, selon le Parquet ukrainien.

Vendredi, le sergent Vadim Chichimarine, 21 ans, a admis avoir tué un civil non armé au début de l'offensive, lors du premier procès d'un soldat russe accusé de crimes de guerre depuis le début de l'invasion, dont le verdict est attendu lundi.

Le jeune soldat s'est dit "sincèrement désolé", mais son avocat l'a déclaré "non coupable" de meurtre avec préméditation et de crimes de guerre dans ses plaidoiries finales.

Contre-offensive en juin ?

Après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne (nord-est), la Russie concentre ses efforts militaires dans l'Est et le Sud.

"L'ennemi ne cesse de mener des opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d'établir un contrôle total du territoire des régions de Donetsk et de Lougansk et de maintenir le corridor terrestre avec la Crimée temporairement occupée", a indiqué l'état-major des forces ukrainiennes sur Facebook samedi matin.

Dans le bassin houiller du Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a assuré que la conquête de la région de Lougansk était "presque achevée".

Le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense Oleksandre Motouzianyk a avancé que la situation "montrait des signes d'aggravation", et que "les forces d'occupation russe mènent un feu intense sur toute la ligne de front".

"Pendant que nous résistons, nos troupes reçoivent des armes étrangères, se réarment, se regroupent, et je pense qu'en juin nous verrons la contre-attaque", a toutefois assuré dans la nuit de vendredi à samedi le gouverneur local Serguiï Gaïdaï.

A Lozova, une ville de l'Est, au moins huit personnes dont un enfant ont été blessées par une frappe de missile russe sur un centre culturel fraîchement reconstruit, ont annoncé vendredi des responsables ukrainiens.

Des frappes russes avaient fait 12 morts et 40 blessés jeudi à Severodonetsk, dans la région de Lougansk, selon M. Gaïdaï, une attaque qualifiée par M. Zelensky de "brutale et absolument inutile", tandis que les habitants recroquevillés dans les sous-sols décrivaient un interminable calvaire de terreur.

Severodonetsk et Lyssytchansk, séparées par une rivière, constituent la dernière poche de résistance ukrainienne dans la région.

Alors que les négociations menées il y a quelques semaines sous médiation turque sont au point mort, l'Italie a indiqué vendredi avoir proposé la constitution d'un "groupe international de facilitation composé d'organisations internationales" comme l'ONU, l'UE et l'OSCE.

"L'objectif est de travailler pas à pas (...) en partant par exemple des trêves localisées, de l'évacuation des civils, de la possibilité d'ouvrir des couloirs humanitaires sécurisés, et ensuite évidement de monter en puissance pour arriver à un cessez-le-feu général, puis une paix durable avec un véritable accord de paix", a expliqué le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio à Turin.

L'heure est dans l'immédiat à la guerre, et les pays du G7 réunis en Allemagne ont promis vendredi de mobiliser 19,8 milliards de dollars (18,7 milliards d'euros) afin d'aider l'Ukraine à "combler son déficit financier".

La veille, le Congrès américain a débloqué une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine, visant notamment à permettre à l'Ukraine de s'équiper en blindés et de renforcer sa défense antiaérienne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des milliers d'habitants de Pékin placés de force en quarantaine

Publié

le

Plus de 13'000 habitants du complexe résidentiel Nanxinyuan, dans le sud-est de Pékin, bien que testés négatifs au virus, ont été transportés vers des hôtels d'isolement. (photo symbolique) (© KEYSTONE/EPA/MARK R. CRISTINO)

Des milliers d'habitants de Pékin ont été envoyés de force en quarantaine en pleine nuit de vendredi à samedi, après la découverte de 26 cas de Covid-19 dans leur résidence, selon des images et un avis officiel largement partagés sur les réseaux sociaux.

Plus de 13'000 habitants du complexe résidentiel Nanxinyuan, dans le sud-est de la capitale, bien que testés négatifs au virus, ont été transportés dans la nuit vers des hôtels d'isolementet menacés de représailles s'ils résistaient.

"Les experts ont décidé que tous les résidents de Nanxinyuan seront soumis à une quarantaine à partir de minuit le 21 mai pour sept jours", peut-on lire dans une annonce des autorités sanitaires du district de Chaoyang. "Veuillez coopérer, sinon vous subirez les conséquences légales", ont-elles ajouté.

Des photos sur les sociaux ont montré des centaines de personnes faisant la queue avec leurs bagages dans l'obscurité pour monter dans des autocars devant la résidence.

"Certains d'entre nous ont été enfermés pendant 28 jours depuis le 23 avril, et nous avons tous été testés négatifs depuis", s'est plaint un résident sur Weibo. "Beaucoup de mes voisins sont âgés ou ont de jeunes enfants."

Les habitants ont été priés d'emballer leurs vêtements et leurs biens essentiels, et informés que leurs logements allaient être désinfectés, selon des discussions sur Weibo.

Forte flambée

Pékin est confrontée à sa plus forte flambée de contaminations depuis le début de la pandémie. Le variant Omicron a infecté plus de 1300 personnes depuis fin avril, entraînant la fermeture indéfinie des restaurants, des écoles et des sites touristiques.

La Chine mène une politique draconienne de "zéro Covid": fermeture des frontières, tests massifs, confinements de villes entières et quarantaines forcées pour les cas contact. Le mois dernier, des milliers de résidents de Shanghai avaient été envoyés dans des centres de quarantaine improvisés à des centaines de kilomètres de là, alors que la métropole de 25 millions d'habitants combattait une flambée épidémique.

Sur Weibo, des internautes exprimaient samedi leur inquiétude de voir Pékin adopter une approche similaire à celle de Shanghai, où les habitants subissent depuis des semaines un confinement qui a privé de nombreuses personnes d'un accès adéquat à la nourriture et aux soins.

"C'est exactement la même chose qu'à Shanghai, la première étape est de couper l'eau et l'électricité, puis d'exiger des clés... puis de désinfecter les maisons. Les appareils électriques, les meubles en bois, les vêtements, la nourriture... Ils sont tous fichus", peut-on lire dans un commentaire qui affichait plus de 300 likes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Le gaz russe pour la Finlande a été coupé

Publié

le

La Russie a cessé samedi ses livraisons de gaz vers la Finlande. Moscou a déjà coupé l'électricité vers ce pays, qui entend rejoindre l'Otan. (photo symbolique) (© KEYSTONE/AP/Czarek Sokolowski)

L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles.

"Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d'approvisionnement de Gasum ont été interrompues", a confirmé la compagnie dans un communiqué, ajoutant que le gaz serait dorénavant fourni par d'autres sources via le gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l'Estonie.

Le groupe finlandais avait indiqué vendredi avoir été informé par le géant russe Gazprom de l'interruption samedi des livraisons.

En avril, Gazprom avait réclamé que tous les futurs paiements pour ses livraisons de gaz à l'export soient réglés en roubles plutôt qu'en euros, mais Gasum avait rejeté cette exigence et le groupe avait annoncé mardi qu'il demandait un arbitrage en justice.

Activités "normales"

Si le gaz représente moins de 10% de l'énergie consommée en Finlande, celui utilisé par le pays nordique provient pour l'essentiel de Russie. Gasum a cependant assuré qu'il serait en mesure d'obtenir du gaz d'autres fournisseurs et qu'il allait poursuivre "normalement" ses activités.

La Finlande avait déjà dévoilé vendredi des plans pour se passer de gaz russe l'hiver prochain, en annonçant notamment la location sur 10 ans, conjointement avec l'Estonie voisine, d'un terminal flottant de regazéification du gaz naturel liquéfié (GNL).

Plusieurs pays ayant refusé de payer en roubles pour ne pas soutenir l'économie russe durant la guerre en Ukraine, comme la Pologne et la Bulgarie, se sont déjà vu couper le gaz par Gazprom.

L'annonce intervient quelques jours après la suspension des exportations russes d'électricité vers la Finlande, du fait de problèmes d'impayés.

Otan

La Finlande, et son voisin suédois, ont décidé de rejoindre l'Otan à cause de l'offensive russe contre l'Ukraine, jugeant que Moscou était une menace alors que durant des décennies, notamment durant toute la Guerre Froide, les deux pays avaient fait le choix du non-alignement. La Finlande en particulier partage quelque 1300 km de frontières avec la Russie.

Moscou a d'ores et déjà prévenu Helsinki qu'une candidature formelle d'adhésion à l'Otan serait "une grave erreur dont les conséquences auront une portée considérable". La Russie avait notamment justifié son attaque en Ukraine par le rapprochement de son voisin occidental avec l'Otan, estimant que cela posait une menace "existentielle" pour sa sécurité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Golden State mate une deuxième fois les Mavs

Publié

le

Les Warriors de Stephen Curry (à droite) mènent 2-0 face aux Mavs (© KEYSTONE/EPA/JOHN G. MABANGLO)

Golden State est à mi-chemin d'une nouvelle finale NBA, qui serait la sixième lors des huit dernières saisons pour les Warriors.

La franchise californienne mène 2-0 face à Dallas en finale de la Conférence Ouest après s'être imposée 126-117 vendredi à San Francisco.

Sacrés en 2015, 2017 et 2018, finalistes malheureux en 2016 et en 2019 mais privés de play-off en 2020 et en 2021, les Warriors sont revenus de loin dans cet Acte II. Menés 72-58 à la mi-temps, ils ont recollé au score grâce à un troisième quart-temps remporté 25-13 avant de prendre la main au quatrième quart (43-32).

Dallas a compté jusqu'à 16 longueurs d'avance dès le premier quart. Mais les Warriors de Stephen Curry (32 points, à 6/10 à 3 points) sont parvenus ensuite à limiter l'impact du meneur-vedette des Mavericks Luka Doncic: celui-ci a terminé avec 42 points, mais 18 ont été inscrits au premier quart-temps et 24 en première mi-temps.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Les tempêtes de sable, un risque pour la santé humaine

Publié

le

Les tempêtes de sable proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine (archives). (© KEYSTONE/AP/Ali Abdul Hassan)

Les tempêtes de sable, qui affectent le Moyen-Orient ces derniers jours et risquent de se multiplier avec le dérèglement climatique, ne sont pas sans danger pour l'homme, selon des spécialistes. Elles provoquent des troubles respiratoires qui peuvent tuer.

En Irak, affecté par huit tempêtes de sable depuis la mi-avril, au moins 4000 personnes ont dû se rendre lundi dans des hôpitaux pour des troubles respiratoires. L'épisode précédent avait entraîné le 5 mai un décès dû à des troubles similaires, qui avaient poussé plus de 5000 personnes à aller à l'hôpital.

Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé, l'économie, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Des vents violents soulèvent dans l'atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière pouvant parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres.

Local et global

"C'est un phénomène à la fois local et global, avec une intensité plus forte dans les zones d'origine", note Carlos Pérez García-Pando, expert en tempêtes de sable et de poussière au Barcelona Supercomputing Center (BsC) et à l'ICREA (l'institution catalane de recherches et d'études avancées).

Ces tempêtes proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. L'Australie, le continent américain et l'Afrique du Sud sont des sources moins actives. "Les poussières aéroportées représentent une sérieuse menace pour la santé", écrit l'OMM, institution spécialisée de l'ONU.

Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire. Leur taille détermine "en grande partie l'ampleur du danger", souligne l'OMM.

Les particules fines (plutôt autour de 10 micromètres) "se déposent souvent dans le nez, la bouche et les voies respiratoires supérieures et peuvent causer des affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose)", poursuit l'institution.

"Irrespirable"

"La gravité est cependant moindre qu'avec les particules ultrafines, issues par exemple du trafic routier, lesquelles peuvent pénétrer dans le cerveau ou le système sanguin", déclare à l'AFP Thomas Bourdrel, médecin radiologue, chercheur à l'université de Strasbourg, membre du collectif Air Santé Climat.

Si les particules de sable, faites de beaucoup d'éléments minéraux, ont "une composition moins toxique que des particules liées par exemple au chauffage au bois, au charbon, au diesel ou à des incendies de forêt ou industriels", "leur densité extrême lors des tempêtes provoque une hausse de la mortalité cardio-respiratoire assez significative, surtout chez les plus fragiles", explique-t-il.

Avec "une concentration de milliers de micromètres cubes dans l'air, c'est quasi irrespirable", abonde Carlos Perez García-Pando. Les plus âgés, les jeunes enfants, les insuffisants respiratoires et cardiaques sont plus à risque.

Les habitants des pays régulièrement confrontés aux tempêtes de sable ont une exposition plus chronique que, par exemple, les Européens confrontés plus rarement aux poussières venant du Sahara comme avec l'épisode marquant en mars.

Sécheresse aggravante

En fonction des conditions météorologiques et climatiques, la poussière de sable peut rester en suspension dans l'air pendant des jours et voyager sur d'immenses distances, agrégeant parfois au passage des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des virus.

La fréquence et l'intensité des tempêtes de sable pourraient augmenter sous l'effet du dérèglement climatique, estiment certains scientifiques. Mais le phénomène est "plein d'incertitudes" et "complexe", avec un cocktail de facteurs (chaleur, vent, pratiques d'agriculture), précise à l'AFP Carlos Pérez García-Pando.

"Dans certaines zones, le changement climatique pourrait réduire les vents à l'origine des tempêtes, mais les phénomènes extrêmes pourraient perdurer voire augmenter", selon lui. Avec la hausse des températures, il est ainsi probable que les terres dans de nombreuses régions deviennent plus arides.

"Cette année, une importante anomalie de température a été observée dans l'est de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est et cette sécheresse affecte la végétation, un facteur qui pourrait accroître les tempêtes de poussière", remarque le chercheur espagnol.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

L’important aujourd’hui, sera la complicité… Les ardeurs charnelles seront laissées de côté au profit de la douce tendresse…

Les Sujets à la Une

X