Rejoignez-nous

Économie

Les ports ukrainiens fonctionnent à nouveau - pont frappé par Kiev

Publié

,

le

Le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé du contrôle du transport via la mer Noire des grains ukrainiens a été officiellement inauguré mercredi à Istanbul. (© KEYSTONE/EPA/ERDEM SAHIN)

Les 3 ports ukrainiens désignés pour les exportations de céréales ont recommencé mercredi à fonctionner. L'armée de Kiev a en partie détruit un pont d'importance stratégique dans la région méridionale de Kherson occupée par les Russes, que Kiev cherche à reprendre.

Le gouvernement ukrainien s'attend à ce que les premiers chargements puissent quitter "dès cette semaine" les ports de la mer Noire. Ils y sont bloqués depuis le début de l'invasion russe le 24 février, sur fond de flambée des prix des denrées alimentaires à travers le monde.

En application là aussi des accords signés pour quatre mois le 22 juillet à Istanbul, le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé du contrôle du transport via la mer Noire des grains ukrainiens a été officiellement inauguré le même jour dans cette métropole turque.

Autre conséquence de l'offensive russe, le gazoduc Nord Stream 1 entre la Russie et l'Allemagne n'est désormais plus en service, comme cela était prévu, qu'à environ un cinquième de sa capacité, renforçant les risques de pénuries cet hiver en Europe.

Des convois pour transporter les céréales

"Les ports d'Odessa, de Tchornomorsk et de Ioujny (Pivdenny, ndlr) ont repris le travail", a annoncé mercredi la marine ukrainienne. "La sortie et l'entrée des navires dans les ports maritimes se feront par la formation d'un convoi qui accompagnera le navire de tête", a-t-elle poursuivi.

Kiev et Moscou se sont mis d'accord à Istanbul, via une médiation de la Turquie et sous l'égide de l'ONU, pour permettre la livraison à l'étranger des quelque 25 millions de tonnes de céréales coincées dans les ports ukrainiens.

Les responsables ukrainiens ont toutefois dit à plusieurs reprises ne pas faire confiance à Moscou pour assurer la sécurité des convois et rappellent les tirs de missiles russes samedi sur le port d'Odessa.

Le Kremlin a pour sa part déclaré ne pas voir d'obstacles à la reprise des exportations, également entravées par la présence de mines marines déposées par les forces ukrainiennes pour se prémunir d'un assaut amphibie russe. Le déminage n'aura lieu que "dans le couloir nécessaire aux exportations", a souligné Kiev.

Pont "très endommagé"

Enjambant le Dniepr en banlieue de Kherson, le pont Antonovski, clef pour le ravitaillement, a été partiellement mis hors d'état mercredi par une attaque ukrainienne.

Cet ouvrage "est très endommagé" et "les Russes n'ont pas les spécialistes et l'équipement pour le réparer à court terme", a commenté le chef adjoint du conseil régional, Iouri Sobolevski, affirmant que "le pont ne pourra pas être utilisé pour faire traverser des équipements militaires lourds".

"Ceux qui ont tiré sur le pont ont juste rendu la vie un peu plus difficile à la population", a relativisé Kirill Stremooussov, un haut représentant des autorités d'occupation russes.

Kherson est située à quelques kilomètres du front sud où les forces ukrainiennes ont déclenché une contre-offensive afin de reconquérir ces territoires perdus dans les premiers jours de l'assaut russe contre l'Ukraine. Essentielle pour l'agriculture ukrainienne, la région est aussi stratégique car limitrophe de la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Dans l'est de l'Ukraine, le bassin minier du Donbass a été le théâtre d'intenses combats. Deux personnes ont été tuées et cinq blessées dans le bombardement d'un hôtel à Bakhmout, ont annoncé les services d'urgence ukrainiens.

Des journalistes de l'AFP présents dans cette cité, l'une des dernières du Donbass à rester sous contrôle ukrainien, ont entendu des tirs d'artillerie sporadiques et vu une maison touchée par un obus russe.

Moins de gaz russe livré à l'Europe

Dans le contexte du bras de fer énergétique entre Moscou et les Occidentaux depuis le début du conflit, l'arrivée de gaz en provenance de Russie en Allemagne était mercredi de quelque 14,4 gigawattheures (GWh), contre près de 29 GWh en moyenne ces derniers jours, a déploré l'opérateur allemand Gascade, qui gère le réseau sur le territoire allemand.

L'approvisionnement de l'Allemagne - particulièrement dépendante du gaz russe - mais aussi d'autres pays européens via ce tuyau installé au fond de la mer Baltique avait déjà été réduit à 40% de la normale mi-juin, avant un arrêt complet pour une maintenance annuelle entre les 11 et 21 juillet.

Lundi, Gazprom a fait savoir qu'il allait encore diviser par deux ses livraisons quotidiennes via Nord Stream, invoquant une opération d'entretien sur une turbine. Un porte-parole du Kremlin a affirmé mardi que la réduction de débit s'expliquait par les sanctions occidentales prises contre la Russie. Mais les Européens accusent Moscou d'utiliser le gaz en tant qu'arme économique et politique.

Face à des risques de pénurie, les prix du gaz ont continué à monter. Mercredi matin le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, avait progressé de plus de 9%. Depuis le début de la semaine, le TTF a bondi de 35%.

Mercredi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a par ailleurs assuré que son pays s'apprêtait à augmenter ses exportations d'électricité vers l'Union européenne pour aider l'Europe à "résister à la pression énergétique" de Moscou. "Nous allons augmenter nos exportations d'électricité aux consommateurs de l'Union européenne", a déclaré M. Zelensky dans son adresse vidéo quotidienne.

"Nos exportations nous permettent non seulement d'augmenter nos revenus en devises, mais aussi d'aider nos partenaires à résister à la pression énergétique russe. Nous allons progressivement faire de l'Ukraine un pays garant de la sécurité énergétique de l'Europe", a-t-il dit.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Économie

Salaires dans la construction: les syndicats sont mécontents

Publié

le

Les syndicats exigent une augmentation substantielle des salaires dans la construction (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Près de la moitié des travailleurs de la construction n'a pas obtenu d'augmentation de salaire en 2024. Leurs salaires réels ont même baissé de plus de 2%, selon la dernière enquête des syndicats Unia et Syna rendue publique vendredi.

Les travailleurs du bâtiment sont donc "déçus et en colère", ont indiqué les représentants des deux syndicats devant les médias à Berne. Selon eux, le secteur principal de la construction est l'une des rares branches à ne pas avoir accordé d'augmentation générale de salaire à ses employés l'année dernière.

Alors que les carnets de commandes sont pleins et que les chiffres d'affaires atteignent un niveau record, la pénurie de main-d'½uvre qualifiée est plus grave que jamais. Un maçon formé sur deux quitte le métier quelques années seulement après avoir terminé son apprentissage. Motif: des longues journées de travail, une pression croissante et la baisse du pouvoir d'achat.

Les syndicats demandent donc une augmentation substantielle des salaires réels pour cet automne. Cette augmentation doit être supérieure au renchérissement et tenir compte du retard salarial de ces dernières années. Les membres des syndicats fixeront la revendication exacte en juin, une fois que les prévisions du renchérissement se préciseront.

"Des augmentations ont été accordées"

La Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) a dit prendre acte des revendications des syndicats.

Elle indique qu'elle mènera ces prochaines semaines "de manière autonome" une enquête nationale sur les salaires. Cela "afin de confirmer, chiffres à l'appui, que les entreprises de construction ont accordé des augmentations de salaire". Ces conclusions seront ensuite intégrées dans les négociations salariales cet automne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Les loyers n'ont pas augmenté pour une majorité de locataires

Publié

le

Parmi les personnes interrogées ayant reçu une augmentation de loyer, 15% ont décidé de rechercher activement un nouveau bien locatif, tandis que 3% ont déjà déménagé. (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Environ deux tiers des locataires n'ont pas vu leur loyer augmenter début avril, malgré le relèvement du taux hypothécaire de référence. C'est ce que révèle un sondage du portail immobilier ImmoScout24 publié vendredi.

Avec le relèvement du taux hypothécaire de référence par l'Office fédéral du logement (OFL) en juin et en décembre de l'année dernière, les propriétaires ont eu la possibilité d'augmenter les loyers de 3% dès le mois d'avril. Le portail immobilier ImmoScout24 a indiqué vendredi avoir mené une enquête auprès de 1224 personnes dans toute la Suisse pour prendre le pouls des locataires à ce sujet. Dans ce sondage, 62% des personnes interrogées déclarent ne pas avoir reçu de hausse de loyer, tant à partir d'octobre 2023 que d'avril 2024. Seuls 11% affirment avoir vu le prix de leur logement augmenter.

Pas de déménagement

Si l'on compare les régions linguistiques, on constate de nettes différences, selon ImmoScout24: alors qu'en Suisse romande, 78% des locataires ne se sont pas vu notifier de hausse de loyer au cours de ces derniers mois, en Suisse alémanique, ce chiffre tombe à 55%.

Parmi les personnes interrogées ayant reçu une augmentation de loyer, 15% ont décidé de rechercher activement un nouveau bien locatif, tandis que 3% ont déjà déménagé. A l'inverse, pour 76% d'entre elles, l'adaptation du loyer n'a eu aucune influence sur leur situation. En outre, 85% ont accepté la hausse du prix de leur logement sans sourciller. Seuls 6% se sont présentés au propriétaire ou à la gérance pour négocier, et 5% ont contacté les autorités de conciliation en matière de droit du bail.

Pour rappel, l'Office fédéral du logement (OFL) a relevé deux fois le taux hypothécaire de référence l'an dernier, d'abord de 25 points en juin, puis à nouveau de 25 points en décembre. Il s'établit désormais à 1,75%. Cela signifie que toutes les personnes qui ont signé un bail après le 1er juin 2017 sont susceptibles de voir leur loyer augmenter.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Allemagne: l'inflation confirmée à 2,2% en mars

Publié

le

L'inflation en Allemagne a bien reculé à 2,2% sur un an en mars, à son plus bas niveau depuis mai 2021, renforçant la perspective de baisse des taux d'intérêt en zone euro. (archives) (© KEYSTONE/DPA/SEBASTIAN KAHNERT)

L'inflation en Allemagne a bien reculé à 2,2% sur un an en mars, à son plus bas niveau depuis mai 2021. La confirmation du repli, dévoilée vendredi par Destatis, vient renforcer la perspective de baisse des taux d'intérêt en zone euro.

L'indice des prix à la consommation a perdu 0,3 point de pourcentage par rapport au mois de février, a indiqué dans un communiqué l'institut fédéral de statistique Destatis, confirmant des chiffres dévoilés fin mars. Sur un mois, l'inflation atteint 0,4%, comme en février.

"La situation des prix de l'énergie et de l'alimentation a atténué le taux d'inflation pour le deuxième mois consécutif", a commenté Ruth Brand, présidente de Destatis, dans un communiqué. Pour la première fois depuis février 2015, les prix des aliments ont baissé sur un an, a-t-elle précisé.

Vers une baisse des taux

Servant de référence à la BCE, l'indice global des prix harmonisé a aussi décéléré en mars, à 2,3% sur un an, se rapprochant toujours plus de l'objectif à terme de 2%. L'inflation a également baissé dans la plupart des pays de la zone euro en mars, comme en France, à 2,3%.

C'est dans ce contexte porteur que la Banque centrale européenne (BCE) a préparé le terrain jeudi à une première baisse de taux d'intérêt, actuellement à leur plus haut historique. A moins d'une résurgence surprise de l'inflation durant le printemps, les conditions seront réunies pour une baisse des taux lors de la prochaine réunion de l'institut monétaire en juin, a expliqué en substance sa présidente Christine Lagarde.

La BCE serait ainsi prête à réagir plus vite que la Fed américaine, confrontée elle à une inflation aux Etats-Unis qui a accéléré en mars, à 3,5% sur un an, selon l'indice CPI.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Culture

L'entrepreneur et mécène Hansjörg Wyss citoyen d'honneur de Berne

Publié

le

Hansjörg Wyss, dans le cadre d'un consortium, a notamment racheté le club de football de Chelsea, en 2022. (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

L'entrepreneur, mécène et scientifique Hansjörg Wyss (88 ans) est fait citoyen d'honneur de la Ville de Berne, dont il est originaire. L'exécutif municipal l'honore pour sa contribution en faveur de la culture, des sciences et pour son activité de philanthrope.

Bien qu'il ait rapidement émigré à l'étranger, M. Wyss est toujours resté étroitement lié à la ville de Berne, écrit jeudi le conseil municipal. La cérémonie officielle en son honneur aura lieu le 23 mai à l'Hôtel de Ville.

Hansjörg Wyss, après des études à Harvard, a fait fortune en vendant les parts de sa société de techniques médicales Synthes. Il a régulièrement investi son argent au service de la société. Ce milliardaire d'origine modeste est notamment à l'origine de la Fondation pour l'art contemporain au Musée des Beaux-Arts de Berne. Il s'engage actuellement pour l'agrandissement de ce musée. La cause écologique lui tient aussi à coeur.

En avril 2022, un consortium autour de Hansjörg Wyss et de l'Américain Tom Boehly a racheté à Roman Abramovitch le prestigieux club de football londonien de Chelsea, pour 5,2 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X