Rejoignez-nous

International

Macron propose "un nouvel ordre de sécurité" en Europe

Publié

,

le

Emmanuel Macron s'est montré exigeant envers la Russie. (© KEYSTONE/EPA/JULIEN WARNAND)

Le président français Emmanuel Macron a souhaité mercredi que l'Europe construise "un nouvel ordre de sécurité" avec l'Otan face à la Russie. Il a aussi plaidé pour "un dialogue franc et exigeant" avec Moscou.

"Ces prochaines semaines doivent nous conduire à faire aboutir une proposition européenne bâtissant un nouvel ordre de sécurité et de stabilité. Nous devons le construire entre Européens, puis le partager avec nos alliés dans le cadre de l'Otan, puis ensuite le proposer à la négociation à la Russie", a déclaré Emmanuel Macron au Parlement européen à Strasbourg.

"La sécurité de notre continent nécessite un réarmement stratégique de notre Europe comme puissance de paix et d'équilibre, en particulier dans le dialogue avec la Russie", a poursuivi le chef de l'Etat, qui présentait aux eurodéputés les priorités de la France pour les six mois de sa présidence du Conseil de l'Union européenne.

"La crédibilité de l'Europe face à la Russie est d'engager un dialogue exigeant", a-t-il insisté.

Vives tensions

Le dialogue avec la Russie, "je le défends depuis plusieurs années, il n'est pas une option", a-t-il martelé, en pleines tensions entre la Russie et l'Occident.

Moscou a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, laissant craindre une invasion. Tout en niant des intentions belliqueuses, le Kremlin martèle qu'une désescalade passe par des garanties pour sa sécurité, en particulier l'engagement à ne jamais élargir l'Otan, en particulier à l'Ukraine.

"Ce qu'il nous faut bâtir c'est un ordre européen fondé sur des principes et des règles auxquels nous nous sommes rangés et que nous avons actés non pas contre, ni sans, mais avec la Russie il y a maintenant 30 ans", a déclaré Emmanuel Macron.

Parmi ces principes, il a cité "le rejet du recours à la force, à la menace, à la coercition, le choix libre pour les Etats de participer aux organisations, aux alliances, aux arrangements de sécurité de leur choix, l'inviolabilité des frontières, l'intégrité territoriale des Etats, le rejet des sphères d'influence".

Solution pacifique

"Nous continuerons avec l'Allemagne, dans le cadre du format Normandie (France, Allemagne, Russie, Ukraine) à rechercher une solution politique au conflit en Ukraine qui reste le fait générateur des tensions actuelles", a encore souligné le président français.

"Nous devons aussi travailler sur nos vulnérabilités", a-t-il insisté. "La crédibilité de notre réponse à Moscou suppose d'éviter les vulnérabilités dans les domaines des migrations face à l'utilisation des flux migratoires ou de l'énergie avec le jeu sur le prix du gaz ou les fournitures. Nous devons bâtir une résilience collective", a-t-il plaidé. "Nous importons le gaz, contrairement à l'énergie nucléaire qui est produite sur notre sol", a-t-il rappelé à l'adresse de l'Allemagne, hostile au nucléaire.

Pour mettre fin aux tensions, Moscou réclame, en plus d'un traité bannissant tout élargissement de l'Otan, que les Américains et leurs alliés renoncent à organiser des manoeuvres et des déploiements militaires en Europe de l'Est.

Des négociations la semaine passée à Genève, Bruxelles et Vienne n'ont permis aucune avancée. Moscou considère ses demandes comme non négociables et les Occidentaux les jugent inacceptables.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Climat: Anthony Albanese promet de réparer l'image de l'Australie

Publié

le

Le futur premier ministre australien Anthony Albanese a promis de réduire de 43% les émissions d'ici 2030. L'Australie est considérée comme étant à la traîne sur la protection du climat. (© KEYSTONE/EPA/DEAN LEWINS)

Le travailliste Anthony Albanese, qui s'apprête à devenir Premier ministre de l'Australie après sa victoire aux législatives, a promis de réparer l'image de son pays, largement considéré à l'étranger comme à la traîne de la lutte contre le changement climatique.

"Je veux vraiment changer le pays", a déclaré dimanche M. Albanese, qui doit prendre ses fonctions lundi et s'envoler peu après pour Tokyo. Il y participera mardi au sommet du Quad (Etats-Unis, Japon, Inde, Australie), et rencontrera séparément ses homologues indien Narendra Modi et japonais Fumio Kishida, ainsi que le président américain Joe Biden.

"Cela nous permet de faire savoir au monde qu'il y a un changement de gouvernement", a-t-il déclaré aux journalistes. "Il y aura quelques changements dans la politique, en particulier en ce qui concerne le changement climatique et notre engagement envers le monde sur ces questions", a-t-il ajouté.

Mais à deux jours de ce premier déplacement officiel à l'étranger, M. Albanese attendait toujours dimanche de savoir si son Parti travailliste disposera au Parlement australien d'une majorité absolue, ou bien s'il devra trouver des alliés pour gouverner.

Selon les résultats officiels partiels, les travaillistes pouvaient déjà compter dimanche sur 74 sièges à la Chambre des représentants, et disposaient d'une légère avance dans une 75e circonscription.

La majorité absolue (76 sièges) à la Chambre, qui compte 151 députés, paraissait donc à leur portée, l'issue étant encore incertaine dans plus d'une dizaine de circonscriptions.

Irruption des "teals"

"Le peuple australien a voté pour le changement", a exulté dimanche Anthony Albanese, 59 ans, dont la victoire a mis fin à neuf ans de gouvernement conservateur.

La coalition libérale du Premier ministre sortant Scott Morrison a perdu de nombreux sièges à travers le pays. Mais elle a connu ses pires défaites dans des circonscriptions qui étaient jusqu'à présent ses chasses gardées, face à une poignée de candidats indépendants.

Ces candidats sont surnommés les "teals", un terme qui signifie "sarcelles" mais qui désigne aussi la couleur entre le bleu (des conservateurs) et le vert (des écologistes). Il s'agit pour la plupart de femmes élues sur des programmes pro-environnement, anti-corruption et pour l'égalité des genres.

Le ministre sortant des Finances, Josh Frydenberg, a notamment été humilié dans son fief de Melbourne par la "teal" Monique Ryan.

Mme Ryan s'est dite prête à soutenir le gouvernement de M. Albanese si celui-ci s'engageait sur un objectif de 60% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, et s'il créait dans les six mois une puissante agence fédérale anticorruption.

"Je suis vraiment très impatiente de travailler avec lui", a-t-elle dit dans une interview à une chaîne de télévision dimanche.

M. Albanese a promis de réduire de 43% les émissions d'ici 2030. Son prédécesseur avait été critiqué pour s'en tenir à un objectif de -28% en 2030 par rapport à 2005.

"Superpuissance" des énergies renouvelables

Les "teals" ont exploité la colère des banlieues aisées de Sydney et de Melbourne contre le soutien inconditionnel de Scott Morrison à l'industrie du charbon, malgré trois années d'incendies, de sécheresses et d'inondations aggravés par le réchauffement climatique qui ont bouleversé la vie de millions de personnes.

Dans son discours de victoire, Anthony Albanese a promis de transformer l'Australie en "superpuissance" des énergies renouvelables. Mais il est jusqu'à présent resté sourd aux appels pour en finir avec le charbon, qui reste un des moteurs de l'économie du pays et compte de nombreux partisans chez les travaillistes.

Sa victoire a été saluée par les dirigeants de plusieurs pays insulaires du Pacifique, dont l'existence-même est, pour beaucoup d'entre eux, menacée par le changement climatique.

"Parmi vos nombreuses promesses de soutien au Pacifique, aucune n'est la plus bienvenue que votre projet de donner la priorité au climat. L'avenir commun de nos peuples en dépend", a déclaré le Premier ministre des Iles Fidji Frank Bainimarama.

Le climato-scepticisme affiché par le précédent Premier ministre australien avait envenimé les relations entre Canberra et ses voisins et alliés du Pacifique, une région où la Chine cherche à étendre son influence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Heat refroidit les Celtics

Publié

le

Bam Adebayo (13) et Miami mènent 2-1 face à Boston (© KEYSTONE/AP/Michael Dwyer)

Miami a produit un énorme effort collectif dans le sillage de Bam Adebayo pour remporter l'acte III de la finale de la Conférence Est de NBA samedi à Boston (109-103).

Privé en cours de route de Jimmy Butler, le Heat mène 2-1 dans la série.

En proie a une inflammation récurrente du genou, Jimmy Butler (8 points) n'a pas pu disputer la seconde période. Sans son leader, qui est aussi son meilleur marqueur, Miami a énormément souffert mais a réussi à tenir la distance, après une entame de match tonitruante qui l'a vu remporter le premier quart-temps 39-18.

L'avance floridienne a culminé à 26 unités au deuxième et Bam Adebayo y a été pour beaucoup en marquant 16 de ses 31 points. L'intérieur de Miami a également réussi 10 rebonds, 6 passes décisives, 4 interceptions et 1 contre dans une rencontre où le Heat a démontré toute sa combativité.

Brown pourtant intenable

Non pas que Boston en soit dépourvu, bien au contraire. Mais le supplément d'âme était du côté du Heat, qui n'a pas perdu trop ses moyens, même quand Jaylen Brown était intenable dans le dernier quart-temps: auteur de 14 points dans cette période, il a fini avec 40 unités.

A moins de trois minutes de la fin, les Celtics recollèrent ainsi à une unité (93-92) et on ne donnait pas cher de la peau du Heat. Mais Max Strus (16 points) a répondu, lui aussi avec un tir primé, puis Adebayo avec un shoot au buzzer des 24''. PJ Tucker (17 points) et Victor Oladipo ont ensuite mis des lancers francs précieux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Pereira fait sensation, Woods abandonne

Publié

le

Guillermo Pereira est en tête du Championnat PGA avant le dernier tour (© KEYSTONE/AP/Sue Ogrocki)

Guillermo "Mito" Pereira, 100e mondial, est sur le point de se faire un nom.

Le Chilien comptait trois coups d'avance en tête du Championnat PGA avant le dernier tour, que ne disputera pas Tiger Woods contraint à l'abandon.

Enorme sensation sur le parcours de Southern Hills en Oklahoma. C'est un quasi inconnu qui menait la danse samedi soir. Pour sa deuxième participation à un Majeur, le joueur de 27 ans, 2e la veille, a été le plus solide du plateau, et se trouvait aux portes d'un rare exploit.

Le dernier joueur à avoir fait d'une épreuve du Grand Chelem son tout premier titre fut Danny Willett au Masters d'Augusta, en 2016. Ils ne sont que six dans l'histoire à avoir réalisé cette singulière performance.

"Rester simple"

Pereira avait fait une brève incursion à l'US Open en 2019, sans franchir le cut. Cette fois, au troisième jour, il trônait en tête de ce Championnat PGA avec un total de -9. Il comptait trois coups de mieux que l'Américain Will Zalatoris, leader la veille, et que l'Anglais Matt Fitzpatrick, auteur d'un bond de six places.

"Je vais essayer de rester simple, faire les mêmes choses que j'ai faites, essayer de ne même pas regarder les gens autour de moi", a expliqué le 4e des JO de Tokyo, évidemment conscient de l'énorme pression qui va peser sur ses épaules.

A ses trousses, outre Zalatoris et Fitzpatrick, se trouvaient l'Américain Cameron Young, à quatre coups, le Mexicain Abraham Ancer à cinq et l'Irlandais Seamus Power à six. Autant d'outsiders en quête d'un premier sacre majeur, que peu attendaient en si bonne posture.

Woods "endolori"

Tiger Woods a quant lui vécu une journée cauchemardesque, au point d'annoncer son abandon en soirée. Traînant péniblement sa jambe endolorie, il a dévissé à la dernière place, après avoir rendu une carte de 79 soit neuf coups au-dessus du par. Il a ainsi tutoyé son pire score en Grand Chelem établi en 2002 au 3e tour du British Open et réitéré au premier tour de l'US Open 2015.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Le directeur sportif Leonardo limogé

Publié

le

Leonardo (à droite) a été limogé par le PSG (© KEYSTONE/AP/FRANCOIS MORI)

Le directeur sportif du Paris St-Germain Leonardo a été démis de ses fonctions samedi. Une source ayant connaissance du dossier a confirmé une information de plusieurs médias.

Le limogeage du dirigeant brésilien (52 ans), en poste depuis 2019, est intervenu quelques heures à peine après la prolongation jusqu'en 2025 du contrat de Kylian Mbappé. La décision de l'attaquant français a été annoncée avant la victoire dans la soirée contre Metz (5-0).

A peine les célébrations du titre terminées que le diffuseur Prime Video, RMC, France Bleu Paris, Le Parisien et L'Equipe ont relayé le décision du PSG de se séparer de l'un de ses hommes clés. Le club présidé par Nasser Al-Khelaïfi, revigoré par l'engagement sur le moyen terme de son attaquant-vedette, a lancé des grandes manoeuvres pour redonner un second souffle à son projet sportif.

Il s'agissait du deuxième passage comme directeur sportif de "Leo", qui a également occupé ces fonctions entre 2011 et 2013. Le Brésilien a également été joueur au PSG, de 1996 à 1997. Son nom était sur la sellette depuis plusieurs semaines, comme celui de l'entraîneur Mauricio Pochettino, qui pourrait aussi faire ses valises bientôt malgré son contrat courant jusqu'en 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Violents orages au Canada: quatre morts et des coupures de courant

Publié

le

Deux des décès en Ontario sont dus à des chutes d'arbre. (© KEYSTONE/AP/Justin Tang)

Les autorités canadiennes ont annoncé samedi le décès de quatre personnes dans l'est du pays, frappé par des orages violents. Les intempéries ont privé de courant près de 900'000 foyers des provinces de l'Ontario et du Québec.

La police d'Ontario a recensé sur Twitter trois décès et plusieurs blessés, victimes d'un violent épisode orageux estival. Une personne a perdu la vie lors de la chute d'un arbre en milieu de journée sur la caravane qui l'abritait, dans le comté de Brant, au sud de Toronto, a indiqué la police provinciale d'Ontario sur Twitter.

Dans cette même région, et quelques minutes plus tard, une femme de plus de 70 ans, se déplaçant à pied sous la tempête, a quant à elle été écrasée par un arbre, selon la même source. Plus au nord, dans la capitale fédérale Ottawa, une personne a perdu la vie en raison des orages, mais la police locale s'est refusée à davantage de précision.

Une quatrième personne, une femme dans la cinquantaine, dont le bateau a chaviré sous l'effet de la tempête, s'est noyée dans la rivière séparant Ottawa de sa banlieue québécoise Gatineau, selon les informations recueillies par Radio-Canada auprès de la police locale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vous compliquez tout en cherchant des difficultés là où y’en a pas. Et ça « gave » sérieusement votre cher et tendre !

Les Sujets à la Une

X