Rejoignez-nous

International

Menacé de procès, le prince Andrew perd ses titres militaires

Publié

,

le

Aller jusqu'au procès, risquer révélations et défaite ou conclure un accord qui sonnerait comme un aveu, pour le prince Andrew, "il n'y a pas de bonne solution", déclare Anna Whitelock, historienne spécialiste de la monarchie à la City University de Londres. (© KEYSTONE/EPA/JULIEN WARNAND)

Sous la menace d'un procès aux Etats-Unis pour agressions sexuelles, le prince Andrew, 2e fils d'Elizabeth II, a perdu ses titres militaires, s'enfonçant dans la disgrâce provoquée par l'affaire Epstein, toujours plus embarrassante pour la monarchie britannique.

L'annonce retentissante du palais de Buckingham jeudi intervient au lendemain du rejet à New York des recours du prince Andrew pour tenter de mettre en échec la plainte au civil à New York d'une Américaine qui l'accuse d'agressions sexuelles en 2001, quand elle avait 17 ans. Le prince Andrew conteste vigoureusement ces accusations.

"Avec l'accord et l'approbation de la reine, les affiliations militaires et parrainages royaux du duc d'York ont été rendus à la reine", a annoncé le palais.

"Citoyen privé"

Le prince "continuera à ne pas assumer de fonctions publiques et se défend dans cette affaire comme citoyen privé", précise Buckingham, laissant entendre que la reine ne financerait pas ses frais d'avocat. Le duc d'York n'utilisera par ailleurs plus l'appellation d'"altesse royale" à titre officiel, a précisé une source royale.

Le prince Andrew s'est retiré de la vie publique depuis son interview calamiteuse à la BBC à l'automne 2019, où il avait affirmé n'avoir aucun souvenir d'avoir rencontré Virginia Giuffre et défendu son amitié avec Jeffrey Epstein, retrouvé pendu en prison.

Lettre à la reine

Jeudi, plus de 150 anciens membres de l'armée britannique "en colère" avaient demandé à la reine de retirer ses titres militaires à l'ancien pilote d'hélicoptère pendant la guerre des Malouines (1982), qui a passé 22 ans dans la Marine.

Dans cette lettre publiée par le groupe opposé à la monarchie Republic, les signataires font grief au prince d'avoir manqué aux critères de "probité, honnêteté et de comportement honorable" qui incombent aux militaires britanniques.

"Marathon"

La plaignante, Virginia Giuffre, affirme avoir été livrée au prince par le Jeffrey Epstein, ami du deuxième fils de la reine, mort en prison en 2019. A moins qu'un recours couronné de succès ou un accord n'intervienne d'ici là, le procès pourrait se tenir à l'automne.

Une source proche du duc a affirmé qu'il entend "continuer à se défendre" et souligne que la décision rendue mercredi par le juge new-yorkais ne constitue pas un "jugement sur les mérites des accusations" de Virginia Giuffre. "C'est un marathon et non un sprint", a fait valoir cette source.

Cette affaire fait planer un nuage noir au-dessus de la couronne britannique, quelques jours après l'annonce du programme des festivités du jubilé de platine pour les sept décennies de règne d'Elizabeth II en juin, avec défilés, concert, concours de pudding et jour férié supplémentaire.

Mercredi soir, l'un des avocats de Virginia Giuffre, David Boies, a déclaré sur la BBC que sa cliente n'écartait pas un accord, mais qu'une simple transaction financière ne suffirait pas. "Il est très important" pour elle "que cette affaire soit résolue d'une manière qui lui donne raison et qui donne raison aux autres victimes", a-t-il déclaré.

"Pas de bonne solution"

Aller jusqu'au procès, risquer révélations et défaite ou conclure un accord qui sonnerait comme un aveu, pour le prince Andrew, "il n'y a pas de bonne solution", déclare Anna Whitelock, historienne spécialiste de la monarchie à la City University de Londres. Et un accord financier apporterait son lot de questions sur "l'origine de cet argent", souligne-t-elle.

Selon la presse britannique, le prince a soldé récemment un différend sur une dette de 6,6 millions de livres sterling (près de 8 millions d'euros), qui va lui permettre de vendre un chalet en Suisse qu'il avait acquis en 2014, pour une somme qui s'élèverait à 18 millions de livres (21 millions d'euros).

Ces derniers mois, le prince Andrew a "donné l'impression d'être un lapin qui détale" ou de "se cacher dans les jupes en tartan de sa mère à Balmoral pour éviter les documents judiciaires qui lui étaient adressés", a commenté jeudi sur Sky News l'ancienne chroniqueuse royale Jennie Bond.

"Quel embarras pour une femme de 95 ans que d'avoir à questionner son fils de 61 ans à propos d'accusations de comportements sexuels répréhensibles", a poursuivi l'ex-chroniqueuse de la BBC.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

La tempête Ana laisse des dizaines de milliers de sinistrés

Publié

le

La tempête Ana a laissé des dizaines de milliers d'habitants sans toit, comme ici au Mozambique, déjà très pauvre. (© KEYSTONE/EPA/ANDRE CATUEIRA)

Les trombes d'eau se sont calmées vendredi mais la tempête Ana qui a frappé trois pays d'Afrique australe a laissé derrière elle des dizaines de milliers de personnes sans toit et de vastes zones coupées de tout par les inondations.

Au total, 86 personnes sont mortes à Madagascar, au Mozambique et au Malawi, selon les derniers bilans des autorités. Les secours luttent toujours pour accéder à certains endroits, de nombreuses routes sont coupées, des ponts se sont effondrés.

Au Malawi, où 20 personnes ont été tuées, les routes impraticables obligent les familles à transporter les cadavres à pied jusqu'à l'endroit où ils seront enterrés.

L'état de catastrophe naturelle a été déclaré. Une partie du pays est toujours dans le noir, la soudaine montée des eaux a forcé l'arrêt des générateurs. Les compagnies d'électricité s'efforcent de rétablir le courant dans les hôpitaux et les écoles.

Les lignes de téléphone sont également peu à peu rétablies, et les premiers récits de plusieurs jours d'angoisse font surface.

Joint par l'AFP dans la ville de Chikwawa (Sud), un témoin a décrit des habitants se réfugiant dans les arbres lorsque l'eau a déferlé.

"Nous avons passé deux jours en haut des arbres et sur des toits en attendant que l'eau se retire. Certains ont été secourus par des bateaux", raconte-t-il, avant d'être lui-même enfin secouru.

"La nourriture, les vêtements, tout a été emporté, même nos récoltes dans les champs", continue-t-il.

Et les secours s'attendent à découvrir encore d'importants dommages dans les zones toujours inaccessibles. "Sans aide, des gens vont mourir de faim. Nous avons besoin de toute urgence de nourriture, tout ce qu'ils avaient a été emporté par les eaux", avertit un responsable de la gestion des catastrophes.

"Emporté par le vent"

La tempête, qui s'est formée la semaine dernière à l'est de la grande île de Madagascar, a déclenché de fortes pluies provoquant inondations et glissements de terrain. Quarante-huit personnes ont été tuées, 130'000 sinistrées. Au moins 72'000 personnes ont perdu leur maison.

Dans la capitale Antananarivo, des gymnases et des écoles ont été réquisitionnés et transformés en hébergement d'urgence. Environ 20'000 personnes avaient commencé à rentrer chez elles vendredi.

A leur retour, certaines ont fouillé la boue et les décombres pour récupérer quelques objets, construisant des abris de fortune avec les restes de leur maison.

Après avoir traversé l'Océan Indien, Ana s'est abattue sur le nord et le centre du Mozambique où 18 décès ont été signalés. Selon l'Unicef, 10'500 maisons ont été endommagées, ainsi que 12 centres de santé et 137 écoles.

Dans la province de Nampula (nord-est), un pêcheur de 45 ans est assis devant une mosquée: "J'ai perdu mon bateau de pêche, il a été emporté par le vent". Il avoue qu'il aura du mal à se remettre de tout ça.

Réfugiée dans une école, une femme, la trentaine, a fait le lit pour ses deux enfants de 2 et 5 ans, sur le sol d'une salle de classe: "Les vents ont emporté ma maison, je n'ai plus rien".

Quatre à six cyclones sont prévus dans la région d'ici fin mars, fin de la saison des pluies. Une nouvelle tempête tropicale s'est déjà formée dans l'Océan Indien, Batsirai devrait atteindre l'île Maurice mercredi.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Au pied d'une fusée, défilé hommage à Pierre Cardin

Publié

le

Les créations de ce défilé-hommage sont toutes l'oeuvre de Pierre Cardin, dont l'événement célébrait la mort vendredi il y a un an. (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

La collection "Cosmocorps 3022" au pied d'une vraie fusée: des robes inédites dessinées par Pierre Cardin ont été dévoilées vendredi au Bourget, près de Paris, dans un défilé hommage au couturier pionnier de la mode "spatiale" dans les années 60 décédé il y a un an.

Plusieurs centaines d'invités se sont réunis sur le tarmac du Musée de l'Air et de l'Espace, autour d'un podium installé au pied d'une Ariane 5 qui a décollé dans un jeu de lumières.

Le compte a rebours est lancé une demi-heure avant le défilé qui commence à l'heure - chose impossible dans le milieu de la mode aujourd'hui - et qui est suivi dans des cinémas à Moscou, Mexico, Dallas et Tirana.

Des images de Pierre Cardin jeune et des pièces de ses collections des années 60-70 sont projetées sur deux écrans géants qui encadrent la fusée.

"On a voulu le faire sur le thème de l'espace pour évoquer les années 60, quand Pierre Cardin voulait habiller l'homme qui va dans les vaisseaux spatiaux", a déclaré à l'AFP son neveu, Rodrigo Basilicati-Cardin, PDG de la griffe.

"Il a été le premier, avec André Courrèges, à oser faire ça, critiqué par tout le monde à l'époque".

Démesure

Robes trapèzes, petites robes noires ou longues robes droites avec des ornements géométriques, robes drapées en couleurs vives: la première partie de ce défilé de 50 minutes est consacrée aux créations que Pierre Cardin avait dessinées avant sa mort, le 29 décembre 2020.

Défilent ensuite les tenues conçues par le Studio de création de la maison Pierre Cardin, qui reprennent les coupes de Pierre Cardin en accentuant légèrement la ligne des épaules et dans les couleurs pop des années 80.

Le spectacle se termine avec une danseuse en longue robe blanche qui tourne sur elle-même comme un derviche sur fond des tenues de la collection.

Le défilé est dans la démesure qu'aimait Pierre Cardin, qui avait créé les 25 dernières années en électron libre, refusant de suivre le calendrier des Fashion weeks de la Fédération de la mode.

Karl Lagerfeld avait lui aussi fait décoller une fusée pour Chanel, mais la sienne était factice, sous la verrière du Grand Palais.

Défilés sur la Grande Muraille en Chine en 2018, à Moscou en 2016, à Astana (Kazakhstan) en 2017, au Palais Bulles en Provence - résidence préférée du créateur -, présentation de modèles au théâtre du Châtelet à Paris à l'occasion de la projection d'un film consacré au couturier en 2020... Les shows improbables ne manquaient pas du vivant de Pierre Cardin.

"Rajeunir" la marque

"Pierre voulait être libre. A l'approche de ses 80 ans, il a dit qu'il y avait plein de jeunes créateurs qui (avaient) besoin d'intégrer cette Semaine de la mode" et qu'il ne voulait pas prendre leur place, se souvient Rodrigo Basilicati-Cardin.

"Il a dédié la dernière partie de sa vie à la créativité, pas à la distribution", ajoute-t-il.

Lui veut "relancer" et "rajeunir" la marque, en profitant du cadre officiel de la Fédération de la haute couture et de la mode et intégrer la Fashion week.

Rodrigo Basilicati-Cardin, qui remplit également les fonctions de directeur artistique de la maison, puise pour l'instant dans la créativité du Studio, mais réfléchit toutefois à "monter un groupe de designers" venus de l'extérieur pour apporter un souffle nouveau à la marque.

Il prévoit également d'organiser un évènement le 2 juillet pour les 100 ans de Pierre Cardin, "qui aura peut-être lieu à Venise", ville natale du couturier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les Biden accueillent la chatte Willow à la Maison Blanche

Publié

le

Willow et la première dame ont fait connaissance lors d'un discours de celle-ci, la première bondissant sur le pupitre de la seconde. (© KEYSTONE/AP/Erin Scott)

Elle a conquis le coeur de Jill Biden en interrompant un discours de campagne: la première dame a annoncé vendredi l'arrivée de Willow, chatte de deux ans, auprès du couple présidentiel américain.

"Et voilà Willow": Jill Biden a tweeté quelques photos du félin, qui doit son nom à sa ville natale, Willow Grove, clichés accompagnés de deux petits coeurs roses.

L'on y voit Willow, pelage tigré dans les tons gris et blancs, longues moustaches et grands yeux verts, allongée sur un rebord de fenêtre ou explorant, le port altier, les couloirs de la Maison Blanche.

Le service de presse de la "First Lady", a expliqué que le désormais "First Cat" avait "fortement impressionné" Jill Biden en sautant sur l'estrade et en interrompant un discours qu'elle donnait en Pennsylvanie (nord-est), pendant la campagne de Joe Biden en 2020.

La professeure d'université et le chat, venu d'une ferme, se sont immédiatement liés d'amitié, avec la bénédiction du propriétaire de l'exploitation agricole en question, a précisé la Maison Blanche.

Chien et chat

La chatte "prend ses marques à la Maison Blanche avec ses jouets favoris, des friandises, et un grand espace à renifler et à explorer", a indiqué le porte-parole de Jill Biden.

Pas un mot en revanche de l'accueil réservé au "First Cat" par le "First Dog", le jeune berger allemand Commander, qui s'ébat depuis quelques semaines sur les pelouses du 1600 Pennsylvania Avenue, à Washington.

Renouant avec une longue tradition présidentielle interrompue par les Trump, qui n'avaient pas d'animal de compagnie, les Biden ont toujours été accompagnés d'un chien à la Maison Blanche, et toujours un berger allemand.

Ils y sont arrivés avec Champ, qui est mort l'an dernier à un âge avancé, et Major, qui est depuis reparti à la campagne faute d'avoir pu s'acclimater, avant d'accueillir Commander.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Serie A: la Juventus engage Dusan Vlahovic

Publié

le

Dusan Vlahovic salue les fans à son arrivée à Turin (© KEYSTONE/AP/Fabio Ferrari)

La Juventus a bouclé le transfert de l'attaquant serbe Dusan Vlahovic. Elle a cassé sa tirelire à mi-saison pour engager la révélation de la première moitié saison sous le maillot de la Fiorentina.

La Juventus a bouclé le transfert de l'attaquant serbe Dusan Vlahovic. Elle a cassé sa tirelire à mi-saison pour engager la révélation de la première moitié saison sous le maillot de la Fiorentina.

La Serie A a officialisé l'arrivée de Vlahovic chez les Bianconeri vendredi en affichant le mot "permanent" en face de son nom sur la liste des transactions.

Transfert record

Avec un transfert estimé à quelque 70 millions d'euros, prix fixé par la Viola pour se défaire de la pépite de 22 ans sous contrat jusqu'en 2023, la Juve bat le record pour une transaction hivernale en Italie. Milan détenait jusqu'ici la palme avec les 38 mio d'euros versés en 2019 pour Lucas Paqueta.

Même si la Juventus avait assuré qu'elle ne ferait aucun coup d'éclat en janvier, les difficultés récurrentes de l'équipe de Massimiliano Allegri ont incité les Bianconeri à accélérer pour recruter cet attaquant suivi depuis longtemps. Actuellement 5e du classement après une première moitié de saison sur courant alternatif, elle doit hausser le ton pour espérer décrocher l'un des quatre billets qualificatifs pour la Ligue des champions, compétition que la "Vieille dame" a toujours disputée depuis 2012.

Des airs de Zlatan

Avec Vlahovic, elle met la main sur l'un des meilleurs attaquants du moment en Italie, meilleur buteur du championnat à égalité avec Ciro Immobile (17 buts). De la tête, en vitesse, en force ou avec sang-froid du point de penalty, l'attaquant de 1m90 impressionne par sa palette large, rappelant parfois celle d'un Zlatan Ibrahimovic, passé lui aussi par la Juve en début de carrière et idole de Vlahovic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Poutine et l'Occident continuent de souffler le chaud et le froid

Publié

le

Une centaine de milliers de soldats russes se trouvent actuellement cantonnés non loin de la frontière ukrainienne, mais pour l'heure tous les interlocuteurs veulent faire confiance à la diplomatie. (© KEYSTONE/AP/Vadim Ghirda)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé vendredi les Occidentaux à ne pas semer la "panique" autour des tensions avec la Russie, un ton apaisant au moment où les efforts diplomatiques se multipliaient.

Alors que le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron convenaient de la "nécessité d'une désescalade", les chefs militaires américains ont souligné qu'un conflit en Ukraine, qui aurait des conséquences "épouvantables" pour la population ukrainienne, n'était "pas inéluctable".

Le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, a estimé qu'avec plus de 100'000 soldats russes déployés aux frontières ukrainiennes, la Russie avait désormais amassé des forces suffisantes pour une invasion, mais il a souligné qu'un conflit entre l'Ukraine et la Russie "n'est pas inéluctable".

"Il reste du temps et du champ pour la diplomatie", a-t-il ajouté au cours d'une rare conférence de presse.

Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a prévenu qu'une invasion, qui pourrait être favorisée par des sols gelés, aurait des conséquences "épouvantables".

"Vu le type de forces qui sont déployées, les forces terrestres, l'artillerie, les missiles balistiques, l'armée de l'air (...), vous pouvez imaginer à quoi cela pourrait ressembler dans les zones urbaines denses", a-t-il averti, prévoyant "un nombre important de victimes" en cas d'offensive.

"La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021", mais "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" l'année dernière, a cependant déclaré vendredi M. Zelensky, lors d'une conférence de presse pour les médias étrangers.

Risque intérieur

"Nous n'avons pas besoin de cette panique", a-t-il souligné, tout en appelant la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas attaquer.

"Le plus grand risque pour l'Ukraine" actuellement, c'est "la déstabilisation de la situation à l'intérieur du pays", a estimé le président ukrainien.

La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine.

Elle a donc conditionné la désescalade à la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance atlantique, notamment à l'Ukraine, et au retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997.

Statu quo

Les Etats-Unis et l'Otan ont formellement rejeté mercredi ces demandes.

"Les réponses des Etats-Unis et de l'Otan n'ont pas tenu compte des inquiétudes fondamentales de la Russie", a indiqué le Kremlin dans un communiqué consacré à l'entretien entre MM. Poutine et Macron.

"La question clé a été ignorée, à savoir comment les Etats-Unis et leurs alliés comptent (...) mettre en oeuvre le principe selon lequel personne ne doit renforcer sa sécurité au détriment d'autres pays", a fait valoir le maître du Kremlin, selon la même source.

"Le président Poutine n'a exprimé aucune intention offensive", a souligné la présidence française qui compte sur la poursuite du dialogue.

Gazoduc

Les Européens et les Américains ont promis des sanctions féroces et sans précédent en cas d'attaque contre l'Ukraine.

Sur la table, le gazoduc stratégique Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne ou encore l'accès des Russes aux transactions en dollars, monnaie reine des échanges internationaux.

Washington et l'Union européenne ont affirmé vendredi dans une déclaration commune qu'ils travaillaient à la fourniture de "volumes additionnels de gaz naturel" pour l'Europe, afin de faire face à un éventuel contre-coup d'une "nouvelle invasion russe de l'Ukraine".

Les Etats-Unis ont par ailleurs saisi le Conseil de sécurité de l'ONU jeudi, réclamant une réunion lundi en raison de la "menace claire" que fait peser à leurs yeux la Russie sur "la paix et la sécurité internationales".

Moscou élève la voix

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères a souligné dans la matinée que la Russie ne voulait "pas de guerre" et préférait la "voie de la diplomatie", mais qu'elle était prête à défendre ses intérêts.

"Nous ne permettrons pas (...) que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés", a martelé Sergueï Lavrov.

Moscou avait prévenu qu'un rejet de ses demandes allait se traduire par des représailles d'ampleur, sans plus de précisions.

Dans la soirée, la diplomatie russe a annoncé interdire d'entrée en Russie des représentants des forces de l'ordre, des organes législatifs et exécutifs de certains pays de l'UE qui sont "personnellement responsables de la propagation de la politique antirusse".

Le Kremlin est déjà considéré comme l'instigateur de ce conflit dans l'Est ukrainien, qui a été déclenché en 2014 peu après l'annexion russe de la Crimée ukrainienne et dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

En tous domaines, les débats, c’est votre point fort… ! Votre franchise va mettre vos interlocuteurs en confiance.

Les Sujets à la Une

X