Rejoignez-nous

International

Milliers de manifestants à Hong Kong contre la loi sur la sécurité

Publié

,

le

EPA/JEROME FAVRE
Des milliers de personnes ont envahi dimanche les rues de Hong Kong pour dénoncer un projet de loi chinois selon eux liberticide. La police anti-émeute a vivement riposté, des scènes qui n'avaient plus été vues depuis des mois dans l'ex-colonie britannique.

Après des manifestations quasi quotidiennes l'an passé, la contestation avait pu paraître étouffée en raison de l'impératif de distanciation sociale lié à la lutte contre le coronavirus. Mais le dépôt au Parlement chinois, vendredi, d'un texte visant à interdire "la trahison, la sécession, la sédition et la subversion" à Hong Kong a de nouveau mis le feu aux poudres. D'autant que Pékin a demandé dimanche son application "sans le moindre délai".

La mouvance pro-démocratie avait multiplié les appels à dénoncer ce passage en force de la Chine sur une question qui suscite depuis des années l'opposition des Hongkongais. Des milliers d'habitants ont répondu présents dimanche malgré l'interdiction de manifester, scandant des slogans contre le gouvernement dans plusieurs quartiers de l'île.

Canon à eau et barricades

"Les gens pourront être poursuivis pour ce qu'ils disent ou écrivent contre le gouvernement", dénonce Vincent, un manifestant de 25 ans, en référence au projet de loi. "Les Hongkongais sont en colère car nous ne nous attendions pas à ce que cela arrive si vite et de façon si brutale", poursuit-il. "Mais nous ne sommes pas naïfs. Les choses ne feront qu'empirer."

Alors que le nombre de manifestants enflait dans les quartiers de Causeway Bay et Wanchai, la police a eu recours aux lacrymogènes et aux gaz poivrés pour tenter de disperser la foule, avec l'aide de canons à eau, selon des journalistes de l'AFP. Certains protestataires ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre, érigé des barricades de fortune et utilisé les parapluies pour se protéger des gaz lacrymogènes. La police a annoncé 120 arrestations.

L'ex-colonie britannique a connu de juin à décembre 2019 sa pire crise politique depuis sa rétrocession par Pékin en 1997, avec des manifestations parfois très violentes.

"Nous sommes de retour!"

Bien que confortée par le triomphe des "pro-démocratie" aux scrutins locaux de novembre, cette mobilisation a accusé le coup en début d'année après des milliers d'arrestations dans ses rangs. Les manifestations ont par ailleurs cessé du fait des restrictions de rassemblement ordonnées pour lutter contre le coronavirus.

"Nous sommes de retour! Rendez-vous dans les rues le 24 mai", disait samedi un graffiti sur un mur proche de la station de métro de Kowloon Tong. La police avait averti qu'elle interviendrait contre tout rassemblement illégal, au moment où se réunir en public à plus de huit est interdit à cause du coronavirus.

Le territoire jouit d'une très large autonomie par rapport au reste du pays dirigé par le Parti communiste chinois (PCC), en vertu du concept "Un pays, deux systèmes" qui avait présidé à sa rétrocession en 1997. Ses habitants bénéficient de la liberté d'expression, de la liberté de la presse et d'une justice indépendante. Des droits inconnus en Chine continentale.

Ingérences de Pékin

Ce modèle est censé prévaloir jusqu'en 2047 mais nombre de Hongkongais dénoncent depuis des années des ingérences de plus en plus fortes de Pékin. Beaucoup interprètent le passage en force de Pékin sur la loi sur la sécurité nationale comme l'entorse la plus grave, à ce jour, à la semi-autonomie hongkongaise.

Dimanche, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi a enfoncé le clou en demandant l'application "sans le moindre délai" d'une loi qui "n'influencera pas le haut degré d'autonomie de Hong Kong, ni les droits, les privilèges et les libertés des habitants, ni les droits et intérêts légitimes des investisseurs étrangers".

"Les actes violents et terroristes continuent à monter et des forces étrangères se sont profondément et illégalement ingérées dans les affaires de Hong Kong", a-t-il estimé. Il a dénoncé "une grave menace pour la prospérité à long terme" du territoire.

L'article 23 de la "Loi fondamentale", la mini-Constitution hongkongaise, prévoit que la région se dote elle-même d'une loi sur la sécurité nationale. Mais cette clause n'a jamais été appliquée et la dernière tentative de l'exécutif hongkongais, en 2003, avait échoué face à des manifestations monstres.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Google lance, en test, sa version de ChatGPT, baptisée Bard

Publié

le

Google a lancé son propre robot conversationnel basé sur l'IA, après ChatGPT. (© KEYSTONE/EPA/CAROLINE BREHMAN)

Google a annoncé lundi le lancement en phase de test de son robot conversationnel, baptisé Bard, quelques mois après celui de ChatGPT, le logiciel de la start-up américaine OpenAI qui déchaîne les passions.

"Bard a pour ambition de combiner l'étendue des connaissances du monde avec la puissance, l'intelligence et la créativité de nos grands modèles de langage", a expliqué Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet, maison mère de Google, cité dans un communiqué.

Le logiciel "s'appuie sur les informations du web pour fournir des réponses actualisées et de haute qualité", a indiqué le responsable, pour lequel "Bard peut être un terrain d'expression pour la créativité et une rampe de lancement pour la curiosité."

Du cosmos au football

Le robot conversationnel est capable d'"expliquer les dernières découvertes de la Nasa issues du télescope James Webb à un enfant de 9 ans, ou de vous renseigner sur les meilleurs attaquants du football actuel, puis de vous proposer un entraînement spécifique pour vous améliorer."

Bard s'appuie sur LaMDA, un programme informatique conçu par Google pour générer des robots de conversation (chatbots), dont le groupe de Mountain View (Californie) avait dévoilé la première version en 2021.

LaMDA avait fait parler de lui en juin 2022 quand un ingénieur de Google, Blake Lemoine, avait affirmé que les programmes d'intelligence artificielle étaient en train de devenir "conscients". Une opinion très critiquée dans le milieu, qui la considérait comme absurde ou, au mieux, prématurée.

Bientôt disponible plus largement

Si l'intelligence artificielle est omniprésente dans le secteur technologique et au-delà depuis des années, voire des décennies, la sortie de ChatGPT en novembre a fait évoluer la vision du grand public sur ses capacités.

Il n'est pas le premier logiciel du genre mais il a surpris par la qualité de ses réponses, qu'il s'agisse d'écrire un texte sur un thème donné, d'expliquer un sujet complexe de façon intelligible, voire de créer un poème ou les paroles d'une chanson.

Déjà partenaire d'Open AI, le créateur de ChatGPT, Microsoft a annoncé fin janvier qu'il allait investir "plusieurs milliards de dollars" pour étendre leur collaboration, après avoir réalisé deux investissements en 2019 et en 2021.

Microsoft, Google, mais aussi Meta et Amazon font partie des acteurs les plus importants de l'intelligence artificielle, technologie à laquelle ils consacrent des investissements colossaux.

Selon plusieurs médias américains, l'arrivée de ChatGPT a bousculé Google, qui disposait déjà de LaMDA mais qui a, depuis, mis les bouchées doubles pour proposer dans des délais resserrés, un produit similaire au robot conversationnel d'OpenAI.

Google a indiqué lundi qu'il lançait Bard avec une "version allégée" de LaMDA, "nécessitant une puissance de calcul moindre" pour permettre l'utilisation par un "plus grand nombre d'utilisateurs" et "de traiter un volume plus important de retours."

Pour l'instant, l'utilisation du logiciel va être limitée à "des testeurs de confiance, avant de le rendre plus largement disponible dans les semaines à venir", a précisé Sundar Pichai.

Cette phase de test vise notamment à s'"assurer que les réponses de Bard atteignent un niveau élevé en termes de qualité, de sécurité et d'ancrage dans les informations du monde réel", selon lui.

A l'image de ChatGPT, les robots conversationnels fascinent autant qu'ils inquiètent, entre outils susceptibles d'épargner aux humains des tâches fastidieuses et menace pour de nombreux emplois dont ils pourraient remettre en cause l'utilité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une avancée historique pour les transgenres hongkongais

Publié

le

Les droits des personnes transgenres ont enregistré une avancée lundi à Hong Kong. Ici, un participant à la pride annuelle hongkongaise en 2018. (© KEYSTONE/AP/KIN CHEUNG)

La Cour suprême de Hong Kong a décidé lundi que les transgenres pouvaient obtenir un changement du sexe indiqué sur leur carte d'identité sans subir de chirurgie. Il s'agit d'une victoire historique pour l'égalité des droits LGBT+ dans l'ex-colonie britannique.

Dans le cadre de la politique jusque-là en vigueur, les cartes d'identité hongkongaises mentionnent le sexe attribué à la naissance, à moins que la personne ne procède à une transition médicale avec une chirurgie de réassignation sexuelle.

Henry Tse, l'un des militants qui a déposé le recours en justice en 2017, estime que les personnes transgenres étaient "interdites de vivre pleinement" en raison de cette politique, qui peut également poser des problèmes de sécurité. "Nous sommes démasqués chaque fois que nous présentons notre carte d'identité", a déploré M. Tse à l'AFP avant le jugement.

Les exigences relatives à une modification de la carte d'identité ont contraint des personnes transgenres à se soumettre à des procédures médicales coûteuses et invasives, malgré les risques pour leur santé, a-t-il souligné.

"Risque d'arbitraire"

Dans son arrêt, la Cour suprême a jugé que l'obligation de procéder à une intervention chirurgicale était inconstitutionnelle et qu'elle imposait "une charge trop lourde aux personnes concernées".

Le gouvernement avait défendu sa politique en affirmant qu'elle permettait d'éviter les "problèmes pratiques" liés à la fourniture de services spécifiques au sexe, notamment l'application de la loi, les interventions d'urgence, les services sociaux et l'accès aux toilettes.

"Il s'agit d'une question sensible, qui met en jeu non seulement les droits des personnes transgenres, mais aussi ceux des autres et l'intérêt public", a plaidé l'avocate Monica Carss-Frisk au tribunal le mois dernier. Autoriser librement les personnes transgenres à modifier le sexe mentionné sur les cartes d'identité pourrait conduire à "l'arbitraire et à l'incohérence", a-t-elle ajouté.

"Une humiliation régulière"

L'avocat britannique David Pannick, qui représentait les militants, avait fait valoir que l'impossibilité de changer leur carte d'identité causait aux personnes transgenres "une humiliation régulière, une perte de dignité et une détresse parce qu'elle les oblige à révéler un aspect très intime de leur vie privée".

En 2021, plus de la moitié des 234 personnes transgenres interrogées par l'Université chinoise de Hong Kong ont déclaré être victimes de discrimination, et beaucoup ont fait état de symptômes de dépression.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Sept enfants morts et leur mère morts dans un incendie

Publié

le

L'incendie a fait huit morts, pompiers impuissants (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA)

Un feu "très violent" et une famille emportée: sept enfants de 2 à 14 ans sont morts asphyxiés avec leur mère dans la nuit de dimanche à lundi dans l'incendie de leur maison en France, provoqué a priori par leur sèche-linge. Seul le père a survécu.

Le drame est le plus meurtrier impliquant des enfants en France depuis la mort en 2013 de cinq enfants de 2 à 9 ans asphyxiés dans la nuit du 30 au 31 mars à Saint-Quentin (nord-est) lors d'un incendie d'origine accidentelle.

"La Nation partage le choc et la peine" de la famille et de ses proches, a réagi le président Emmanuel Macron sur Twitter.

A Charly-sur-Marne, à une centaine de kilomètres à l'est de Paris, les enfants, cinq filles et deux garçons, et leur mère sont mortes asphyxiées, "les corps n'étaient pas calcinés", a affirmé à l'AFP le procureur, Julien Morino-Ros.

Quatre des enfants étaient issus d'une première union de la mère, a précisé la gendarmerie.

Au rez

"C'est à priori un sèche-linge qui a pris feu au rez-de-chaussée", a indiqué le procureur, alors qu'une enquête a été ouverte.

Le père de cette famille recomposée, âgé de 40 ans, et gravement brûlé, a été extrait de l'habitation, située dans le centre de cette commune de 2600 habitants, et transféré à l'hôpital.

C'est un "premier sapeur-pompier", un voisin, intervenu "individuellement", qui a pu "procéder à son sauvetage", avant l'arrivée de ses collègues, selon la préfecture et le parquet. L'homme, dont les jours ne sont pas en danger, a été sédaté.

Selon le récit du procureur à l'AFP, il a tenté d'intervenir en descendant au rez-de-chaussée, où se trouvait le sèche-linge, demandant à sa famille de se mettre à l'abri au deuxième étage, un comble aménagé.

Cellule psychologique

Un piège qui s'est finalement refermé sur les victimes: tandis que la fumée noire envahissait l'escalier, les pompiers, qui ont dû utiliser des échelles, peinaient à intervenir du fait de la configuration des lieux, une maison encastrée dans une rue étroite du centre de la commune, de quelque 2600 habitants.

Les volets électriques de l'habitation étaient aussi bloqués par la panne électrique, a relevé le procureur.

Appelés à 00h49, selon la préfecture, les pompiers ont déployé d'importants moyens, avec 80 soldats du feu présents, qui ont utilisé deux grandes échelles.

En début de matinée, le feu avait été éteint après plusieurs heures de lutte.

Une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place au centre de secours de Charly-sur-Marne..

Bourg sous le choc

Dans le bourg, la famille était bien identifiée et de nombreux habitants, interrogés par l'AFP, avaient des enfants fréquentant les victimes en classes, conférant au drame une dimension collective.

"On les connaissait tous", résume Rémi Patou, 28 ans, un habitant.

Il est à l'initiative d'une marche blanche prévue samedi à 14h30. Ce sera un "tour de la ville", en passant par les trois établissements - maternelle, élémentaire et collège - où étaient scolarisées les jeunes victimes, pour finir devant la maison familiale "déposer tous les souvenirs", a-t-il indiqué à l'AFP.

"La maman et deux de ses enfants sont encore venus hier soir acheter des bonbons et des graines de tournesol, ils venaient presque tous les jours", décrit très émue la responsable d'une supérette, qui refuse de donner son nom.

"C'est malheureux... perdre sa femme et ses enfants", confie Laurent Christophe, 51 ans, en tenue de travail grise. Il "connaît bien" l'unique survivant du drame, un homme "simple", un "bosseur" qui travaille à la vigne "toute l'année".

Il travaillait pour l'exploitation viticole de champagne Corré. La mère s'occupait des enfants, la famille, originaire du Nord, s'était installée dans la maison il y a quatre ans.

Ce drame a lieu le jour même où débute le procès aux assises de l'incendiaire présumée d'un immeuble de la Rue Erlanger, dans le XVIe arrondissement de Paris, qui avait fait dix morts et 47 blessés dans la nuit du 4 au 5 février 2019.

Le dernier drame similaire remonte à la nuit du 15 au 16 décembre, avec la mort de dix personnes dont quatre enfants dans l'incendie d'une copropriété de sept étages située dans un quartier populaire en cours de rénovation urbaine de Vaulx-en-Velin, près de Lyon.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Paris "tend la main" aux Corses, 25 ans après la mort du préfet

Publié

le

La rue dans laquelle le préfet Claude Erignac a été assassiné à Ajaccio début 1998, ici lors d'une reconstitution de l'assassinat en 2007. (© KEYSTONE/AP/JEAN PIERRE BELZIT)

Lundi, un quart de siècle après l'assassinat du préfet Claude Erignac, le gouvernement français a "tendu la main" aux insulaires. "Il est temps d'écrire une nouvelle page de l'histoire de la Corse", a déclaré le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin.

Le soir du 6 février 1998, Claude Erignac décédait sous les balles d'un tueur qui lui avait tiré dans le dos, dans la rue, alors qu'il se rendait à pied au théâtre.

Lundi, Gérald Darmanin venu présider les commémorations à Ajaccio, sur le lieu du crime devenu place du souvenir, a estimé qu'"il est temps d'écrire une nouvelle page de l'histoire de la Corse", de "construire durablement la paix".

"Les morts nous regardent"

L'île méditerranéenne connaît des rapports compliqués avec les gouvernements français et compte depuis des décennies des mouvements nationalistes et des groupes clandestins. Ces derniers réclament davantage d'autonomie et pour certains l'indépendance. Les nationalistes sont à la tête des instances de l'île depuis 2015.

Le gouvernement "tend la main aux innombrables Corses de bonne volonté, épris de paix et de fraternité" pour "tracer ensemble" une "route institutionnelle, économique, culturelle" et "pour la cause de la paix", a-t-il ajouté. "Travaillons ensemble", a lancé le ministre car "les morts nous regardent".

Claude Erignac a été le seul préfet assassiné en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Juste après sa mort, des dizaines de milliers de Corses avaient exprimé leur effroi lors des plus grandes manifestations jamais organisées à Ajaccio et Bastia.

Famille Erignac reçue à l'Elysée

Trois hommes ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour cet assassinat: Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna. Détenu à la prison d'Arles, dans le sud de la France, le militant nationaliste Yvan Colonna a été victime de l'agression d'un codétenu le 2 mars 2022, à laquelle il a succombé le 21 mars. Un événement qui a provoqué des semaines de manifestations violentes sur l'île.

Depuis, un cycle de discussions sur l'avenir de l'île "à vocation historique" s'est ouvert cet été mais était grippé autour des refus répétés d'octroi de semi-liberté à Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, libérables depuis 2017.

Sur la place Erignac, où se dressent désormais un olivier et l'inscription "1 homme, 1 place", le ministre de l'Intérieur a rendu hommage à l'homme "lumineux, droit et intègre" devant un parterre d'élus et de personnalités. Au même moment à Paris, le président Emmanuel Macron recevait la famille Erignac.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Superbes couleurs sidérales dans votre Firmament ! Plusieurs « coups de chance » pourraient se présenter et vous saurez les « choper » !

Les Sujets à la Une

X