Rejoignez-nous

International

Piqûre de rappel pour les plus de 50 ans au Royaume-Uni

Publié

,

le

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté en décembre 2020 au Royaume-Uni et 81% de la population de plus de 16 ans ont depuis reçu deux doses de vaccin (Image d'illustration © KEYSTONE/EPA/DANIEL POCKETT)

Le gouvernement britannique a annoncé mardi qu'une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 serait proposée dès la semaine prochaine aux plus de 50 ans et aux soignants. Le pays espère éviter un nouveau confinement cet hiver.

Les personnes âgées de 16 à 49 ans souffrant de problèmes de santé les rendant particulièrement vulnérables au Covid-19 et les adultes en contact avec des personnes immunodéprimées sont également ciblées par ce programme de rappel.

"Nous devons être vigilants car l'automne et l'hiver présentent des conditions favorables au Covid-19 et à d'autres virus saisonniers", a averti le ministre de la Santé Sajid Javid devant les députés à la Chambre des communes.

"Les enfants sont de retour à l'école, de plus en plus de gens retournent au travail, la météo changeante signifie qu'il y aura peut-être plus de gens qui passeront du temps à l'intérieur", a-t-il énuméré, mentionnant aussi la potentielle pression sur les services hospitaliers d'autres virus saisonniers comme la grippe.

Eviter de nouvelles restrictions

Le programme de rappel de vaccin vise à éviter d'instaurer de nouveau des restrictions sociales et économiques strictes comme les trois confinements imposés au pays depuis mars 2020, selon le ministre.

Le gouvernement vient déjà de renoncer à imposer un passeport vaccinal pour l'entrée des discothèques, comme envisagé, sans l'écarter "complètement" pour autant, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson, présentant à la presse son plan de lutte contre le Covid-19 cet hiver.

En cas d'aggravation de la pandémie, le gouvernement se réserve aussi la possibilité de réintroduire certaines mesures telles qu'imposer le port du masque en intérieur ou recommander le télétravail.

Pfizer en priorité

Le pays, qui a levé la plupart des restrictions anti-coronavirus en juillet, enregistre environ 30'000 nouveaux cas par jour de Covid-19, avec plus de 1000 patients sous respirateur. Il déplore plus de 134'000 décès depuis le début de la pandémie.

Les experts du JCVI, comité conseillant le gouvernement sur sa campagne de vaccination, ont recommandé d'utiliser pour les injections de rappel en priorité le vaccin Pfizer/BioNtech, ou sinon, une demi-dose de Moderna.

L'injection doit intervenir au moins six mois après l'administration de la deuxième dose, un intervalle jugé le plus pertinent en termes d'efficacité du vaccin. Elle peut être effectuée en même temps que la vaccination contre la grippe, a déclaré June Raine, directrice générale de l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) lors d'une conférence de presse.

Hiver "mouvementé"

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté en décembre 2020 au Royaume-Uni et 81% de la population de plus de 16 ans ont depuis reçu deux doses de vaccin.

Jonathan Van-Tam, médecin-chef adjoint pour l'Angleterre, a déclaré que cette campagne avait connu un "incroyable succès", et évité environ 24 millions de cas de Covid-19 et 112'000 morts. Mais il a averti que l'hiver pourrait être "mouvementé" avec le retour d'épidémies saisonnières.

Le ministre de la Santé a souligné que près de 99% des décès de Covid-19 au cours du premier semestre 2021 concernaient des personnes qui n'avaient pas reçu deux doses d'un vaccin contre le Covid-19. "Cela montre l'importance de notre programme de vaccination", a-t-il déclaré.

Après de longues tergiversions des autorités sanitaires, les gouvernements des quatre nations du Royaume-Uni, compétents en matière de santé, ont décidé d'étendre la campagne de vaccination aux 12-15 ans. Ils recevront une première et en l'état unique dose du vaccin Pfizer/BioNTech.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Naples et Osimhen volent en tête de la Serie A

Publié

le

Victor Osimhen (à droite) marque but sur but. (© KEYSTONE/EPA/LUCA ZENNARO)

Le leader Naples, emmené par un Victor Osimhen en jambes, auteur d'un doublé sur la pelouse de la Sampdoria (4-0), a poursuivi son sans-faute en championnat avec une cinquième victoire en 5 matches.

Pendant que le Napoli vole en tête, la Lazio Rome continue de se chercher: les Laziali de Maurizio Sarri ont péniblement pris un point sur le terrain du Torino (1-1), à trois jours du derby de la capitale contre la Roma.

Osimhen, dont la première saison napolitaine avait été perturbée par une longue blessure à l'épaule, a inscrit cinq buts en une semaine, entre Serie A et Ligue Europa, soit déjà la moitié de son total de tout son exercice précédent.

D'une reprise en finesse (10e), le Nigérian a montré la voie avant de mettre le but du 3-0, en force cette fois, juste après la pause (50e).

Fabian Ruiz (39e) et Piotr Zielinski (59e), avec des frappes au ras des poteaux, ont aussi participé à cette seconde large victoire de la semaine après le 4-0 infligé lundi à Udinese, également en déplacement.

Avec 15 points, Naples compte deux longueurs d'avance sur l'Inter Milan (2e) et l'AC Milan (3e), et dix sur la Juventus (12e).

La Lazio Rome (7e), elle, avance toujours au ralenti avec un troisième match consécutif sans victoire.

Surpris par une belle équipe du Torino et un but du Croate Marko Pjaca (76e), les joueurs de Sarri ont arraché l'égalisation dans le temps additionnel grâce à un penalty de l'inévitable Ciro Immobile (90+1e), son sixième but de la saison.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Eruption aux Canaries: l'une des deux coulées de lave n'avance plus

Publié

le

L'éruption du Cumbre Vieja, qui n'a fait aucun blessé ni victime mortelle, a entraîné l'évacuation de 6100 personnes, dont 400 touristes. (© KEYSTONE/EPA/CARLOS DE SAA)

Une des deux coulées de lave du volcan Cumbre Vieja, situé sur l'île espagnole de La Palma dans l'archipel des Canaries, a cessé d'avancer, ont annoncé jeudi les autorités. Le volcan est entré en éruption dimanche.

"Une des coulées de lave s'est arrêtée", a expliqué à la presse Maria José Blanco, directrice de l'Institut géographique national (IGN), à l'issue d'une réunion des autorités pour suivre la situation.

L'autre coulée, dont la largeur atteint 500 mètres, "poursuit sa progression, mais beaucoup plus lentement qu'avant" notamment en raison de la topographie, a-t-elle ajouté avant de souligner que les coulées ne devraient pas atteindre dans l'immédiat l'océan, "ni aujourd'hui, ni demain", vendredi. Les autorités redoutent l'arrivée de la lave dans la mer en raison de l'émission de gaz toxiques qu'elle pourrait provoquer.

Maria José Blanco a toutefois précisé que ce ralentissement des coulées ne signifiait en rien que l'éruption avait perdu en intensité. Le volcan "reste actif, avec une colonne (de cendres et de gaz) atteignant 4500 mètres d'altitude", a-t-elle encore dit.

Plus de 6000 personnes évacuées

Selon les dernières données de Copernicus, le système européen de mesures géospatiales, la lave a détruit jusqu'ici 350 bâtiments et recouvert 166,2 hectares - soit 30 édifices et 12 hectares de plus que la veille - sur l'île dont la principale activité économique est la culture de bananes.

L'éruption du Cumbre Vieja, qui n'a fait aucun blessé ni victime mortelle, a entraîné l'évacuation de 6100 personnes, dont 400 touristes. Le roi Felipe VI s'est rendu sur l'île jeudi accompagné de la reine Letizia et du Premier ministre Pedro Sanchez, de retour de l'assemblée générale de l'ONU à New York.

"Les aides ne manqueront pas", a promis le chef de l'État aux personnes évacuées qu'il a rencontrées, en assurant que les différentes administrations "vont faire tout ce qui est en leur pouvoir". "Ce sont des jours et des nuits d'une immense tristesse et d'une immense angoisse pour toutes ces familles", a-t-il commenté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Portugal poursuit sa levée des restrictions sanitaires

Publié

le

Désormais, le pass sanitaire cessera d'être obligatoire pour loger dans un hôtel ou prendre un repas à l'intérieur d'un restaurant le week-end. (© KEYSTONE/AP/ARMANDO FRANCA)

Le Portugal lèvera la plupart des restrictions sanitaires encore en vigueur à partir du 1er octobre, a annoncé jeudi le gouvernement. Le pays affiche un des taux de vaccination contre le Covid-19 les plus élevés au monde.

"Nous sommes en mesure d'avancer vers la troisième et dernière phase" d'un "retour à la normale", a déclaré le Premier ministre Antonio Costa à l'issue de la réunion hebdomadaire de son gouvernement.

Fermés depuis l'arrivée du coronavirus au printemps 2020, les bars et les discothèques pourront rouvrir leurs portes aux clients munis d'un pass sanitaire attestant de leur vaccination ou d'un test négatif au Covid-19, a précisé le chef du gouvernement socialiste.

Désormais, ce même pass sanitaire cessera d'être obligatoire pour loger dans un hôtel ou prendre un repas à l'intérieur d'un restaurant le week-end. Les limites de capacité des commerces, des cafés et des espaces culturels seront également levées à partir de jeudi prochain, mais le masque restera obligatoire dans les lieux fermés.

Près de 85% de vaccinés

Cette nouvelle étape dans la levée des restrictions intervient comme prévu par le plan dévoilé à la fin juillet, alors que le pays devrait atteindre "dans le courant de la semaine prochaine" son objectif de vacciner 85% de sa population d'environ 10 millions d'habitants, a indiqué M. Costa.

Le Portugal comptait jeudi 83,4% de personnes totalement vaccinées, soit le niveau le plus élevé au monde devant Malte et les Émirats arabes unis. Contrairement à d'autres pays, le Portugal n'a pas commencé à administrer une troisième dose de vaccin et, pour l'instant, n'envisage de le faire que pour les personnes les plus vulnérables.

Parmi les premiers pays européens à être atteint par le variant Delta, plus contagieux, le Portugal a fait refluer cette quatrième vague de la pandémie de Covid-19 en accélérant sa campagne de vaccination.

Le nombre de nouveaux cas en moyenne glissante sur sept jours, a ainsi chuté à moins de 1000 contagions quotidiennes contre plus de 3000 à la fin juillet. Dans le même temps, le nombre de personnes hospitalisées s'est réduit de moitié, à moins de 500 patients. "Nous sommes aujourd'hui très proches du point où nous étions en mars dernier", après deux mois d'un confinement strict décrété pour endiguer la vague de contagions du variant Alpha, qui avait submergé les hôpitaux portugais en début d'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Daniel Craig fait commandant de la Royal Navy... comme 007

Publié

le

Le nouvel opus de James Bond "Mourir peut attendre" doit sortir dans les salles britanniques la semaine prochaine. (© KEYSTONE/AP Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/Columbia Pictures)

L'acteur Daniel Craig a été nommé commandant honoraire de la Royal Navy, la marine britannique, a annoncé jeudi le ministère de la Défense. Il décroche ainsi le même grade que son personnage à l'écran, James Bond.

Cette nomination a été annoncée une semaine avant la sortie dans les salles britanniques de "Mourir peut attendre", nouveau volet des aventures du célèbre agent secret, et cinquième et dernier film de Daniel Craig dans la peau de 007.

"Daniel Craig est bien connu pour avoir été le commandant Bond au cours des 15 dernières années - un officier de marine qui assure la sécurité de la Grande-Bretagne lors de missions à travers le monde", a déclaré l'amiral Tony Radakin. "C'est ce que la vraie Royal Navy fait tous les jours, en utilisant moyens technologiques et compétences de la même manière que Bond lui-même".

L'acteur britannique de 53 ans a déclaré se sentir "privilégié" et "honoré" de cette nomination. Sortes d'ambassadeurs de la Royal Navy, les officiers honoraires contribuent à faire la promotion de la marine britannique et de son rôle dans le monde.

Un Bond au quartier général

Avant la remise de cette distinction, l'acteur a rencontré le commandant Frances Bond, qui travaille au quartier général de la Royal Navy à Portsmouth, dans le sud de l'Angleterre. "Des collègues m'ont pas mal charrié sur le fait d'être le véritable Bond, mais je n'aurais jamais imaginé que je rencontrerais un jour l'acteur qui l'a interprété", a relevé Frances Bond.

Lors de la production du dernier opus de la franchise 007, dont la première aura lieu mardi à Londres, les cinéastes ont travaillé en étroite collaboration avec la Royal Navy et le ministère de la Défense. Le navire de guerre HMS Dragon apparaît dans le film ainsi que le destroyer type 45, avec son emblème de dragon rouge sur la coque, qu'on aperçoit fendant les flots dans la dernière bande-annonce.

La sortie du prochain James Bond, initialement prévue en mars 2020, a été reportée à plusieurs reprises et repoussée au total de 18 mois, en raison de la pandémie de Covid-19.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Migrants expulsés: démission de l'émissaire des Etats-Unis en Haïti

Publié

le

Les Etats-Unis ont accéléré les expulsions alors que plus de 15'000 migrants, dont une majorité d'Haïtiens, se trouvaient sous un pont au Texas. (© KEYSTONE/AP/Fernando Llano)

L'émissaire américain en Haïti Daniel Foote a démissionné. Il dénonce dans une lettre cinglante les expulsions "inhumaines" par les Etats-Unis de milliers de migrants haïtiens vers leur pays en proie à la terreur des gangs armés.

"Je ne m'associerai pas à la décision inhumaine et contre-productive des Etats-Unis d'expulser des milliers de réfugiés haïtiens et d'immigrants illégaux en Haïti, un pays où nos fonctionnaires sont confinés dans des complexes sécurisés en raison du danger que représentent les gangs armés contrôlant la vie quotidienne", assène M. Foote dans sa lettre de démission datée de mercredi et adressée au secrétaire d'Etat Antony Blinken.

"Notre approche politique en Haïti reste profondément défectueuse et mes recommandations ont été ignorées et rejetées, lorsqu'elles n'ont pas modifiées", dénonce également M. Foote dans sa missive.

"Nous remercions l'émissaire spécial Foote pour son engagement pour le pays et pour le peuple d'Haïti", a réagi le département d'Etat, sollicité par l'AFP. Daniel Foote cherchait à étendre son pouvoir de décision sur la politique des Etats-Unis en Haïti, et l'administration Biden a décidé qu'il n'était pas approprié de lui donner autant de latitude, a également réagi un haut responsable sous couvert d'anonymat.

Des dizaines de milliers de migrants, pour la plupart des Haïtiens, s'entassent depuis plusieurs semaines dans les villes mexicaines de Tapachula (frontière sud avec le Guatemala) et de Ciudad Acuña (nord, à la frontière du Texas), où ils vivent sous la chaleur et dans l'insalubrité. Fuyant la pauvreté et le chaos, ils cherchent refuge aux Etats-Unis, pour nombre d'entre eux après avoir traversé une douzaine de pays comme le Panama et la Colombie, où quelque 19'000 migrants, également en majorité Haïtiens, sont bloqués à la frontière.

1400 expulsions

Les Etats-Unis avaient suspendu les expulsions de migrants haïtiens en situation irrégulière après le séisme qui avait ravagé la moitié sud d'Haïti le 14 août, mais le regroupement en quelques jours de plus de 15'000 migrants, sous un pont au Texas, a changé la donne. Depuis dimanche, les services migratoires américains ont déjà affrété 12 vols pour renvoyer plus de 1.400 personnes dont plusieurs centaines d'enfants, dans la capitale Port-au-Prince et Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays.

Daniel Foote avait été nommé le 22 juillet avec pour objectif de "faciliter la paix et la stabilité" et la tenue d'élections "libres et justes" après l'assassinat du président Jovenel Moïse, tué dans sa résidence privée par un commando armé le 7 juillet. Sa démission constitue un nouveau coup dur pour Joe Biden, après ses difficultés parlementaires et l'Afghanistan: sa politique d'expulsions massives de migrants haïtiens vers leur pays en plein chaos sécuritaire se voit ainsi critiquée - avec des mots durs - par son propre émissaire.

Dans une rare critique, le chef démocrate du Sénat Chuck Schumer avait aussi exhorté mardi Joe Biden à mettre fin immédiatement aux expulsions qualifiées d'"ignobles". "Une telle décision va à l'encontre du sens commun" et de "la décence", s'est-il insurgé, en soulignant que les conditions difficiles à Haïti faisaient que le pays ne pouvait "pas les recevoir".

Les Etats-Unis sont l'une des principales puissances susceptibles d'exercer une influence sur Haïti, pays qu'ils ont occupé militairement pendant 19 ans, de 1915 à 1934. Mais le président Joe Biden a exclu tout envoi de militaires américains, malgré la demande en ce sens du gouvernement haïtien qui souhaitait des troupes pour sécuriser le pays caribéen.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Tournant professionnel. Des choses durables se mettent en place. Malgré tout, un brin de stress persiste. Détendez-vous, le meilleur arrive !!!

Les Sujets à la Une

X