Rejoignez-nous

Climat

Pluies violentes en République dominicaine, dégâts à Porto Rico

Publié

,

le

L'ouragan a frappé Porto Rico de plein fouet. (© KEYSTONE/EPA/Thais Llorca)

L'ouragan Fiona a frappé lundi la République dominicaine. Il a déjà causé des inondations et des dégâts "catastrophiques" à Porto Rico, dont les habitants sont toujours privés d'électricité.

Plusieurs routes ont été inondées ou coupées par des chutes d'arbres ou de poteaux électriques dans les alentours de la station balnéaire de Punta Cana, dans l'est de la République dominicaine, où l'alimentation en électricité a été interrompue, selon des journalistes de l'AFP.

Depuis lundi matin, 789 personnes ont été contraintes à quitter leurs foyers pour aller vers des "zones sûres", a déclaré à la presse le général Juan Méndez García, directeur du Centre des opérations d'urgence.

Les vents soufflaient jusqu'à 150 km/h et Fiona devrait encore se renforcer "au cours des deux prochains jours" pour devenir un ouragan de catégorie 3 mardi (sur l'échelle de Saffir-Simpson allant jusqu'à 5), selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami.

"A toute vitesse"

Fiona se dirige à présent vers les îles Turques-et-Caïques. L'ouragan, qui a touché terre en République dominicaine tôt lundi, "est passé à toute vitesse", a dit à l'AFP Vicente Lopez, qui s'occupe de la plage de Bibijagua à Punta Cana, en signalant des commerces détruits.

De forts vents balayaient également la ville de Nagua, dans le nord, a constaté l'AFP. Des vidéos publiées par la presse locale montraient des habitants de la ville côtière de Higüey (est) de l'eau jusqu'à la taille, tentant de mettre des effets personnels à l'abri.

Etat d'urgence

A Porto Rico, où l'ouragan était d'abord passé et où une alerte à la tempête tropicale restait en vigueur, "les dégâts sur l'infrastructure (...) et les maisons ont été catastrophiques", a dit le gouverneur de Porto Rico, Pedro Pierluisi, lors d'une conférence de presse.

Fiona a provoqué des glissements de terrain, fait tomber des arbres et des lignes électriques, rendu des routes impraticables et emporté un pont dans la ville d'Utuado. Un homme est mort "calciné" en mettant du carburant dans un générateur allumé, selon les autorités.

"Malheureusement, nous attendons davantage de pluie sur toute l'île aujourd'hui et demain", a dit le gouverneur de Porto Rico, exhortant la population à ne pas s'aventurer dans les rues. "Dans beaucoup de régions, qui n'avaient jamais eu d'inondations, il y a eu une accumulation d'eau sans précédent", "plus que ce que nous avons vu pendant l'ouragan Maria", a expliqué M. Pierluisi.

Plus de 800'000 personnes, selon les autorités, se sont également retrouvées sans service d'eau potable. "Nous sommes sans électricité et sans eau", a déclaré à l'AFP Elena Santiago, anesthésiste à l'hôpital d'Aibonito (centre). Le passage de Fiona "a été violent", a-t-elle expliqué. "L'hôpital fonctionne grâce à un générateur, nous ne traitons que les urgences".

Coupure de courant

Ancienne colonie espagnole, Porto Rico, qui est devenu territoire américain à la fin du 19e siècle avant d'acquérir un statut spécial d'"Etat libre associé" dans les années 1950, connaît de graves problèmes d'infrastructures depuis plusieurs années.

L'île a été dévastée en 2017 par les ouragans Irma et Maria, qui avaient sérieusement endommagé son réseau électrique. Celui-ci a ensuite été privatisé en juin 2021 avec pour but affiché de résoudre le problème des coupures de courant. L'île a cependant connu une panne générale en avril 2022.

L'ensemble du territoire de Porto Rico, qui compte plus de trois millions d'habitants, a été privé d'électricité à l'approche de l'ouragan. Lundi, le courant avait été rétabli pour 100'000 personnes, selon le gouverneur. Dimanche, Fiona était passé du statut de tempête tropicale à celui d'ouragan de catégorie 1, au bas de l'échelle de Saffir-Simpson, et s'était abattu sur la côte sud-ouest de Porto Rico.

Etat d'urgence

Le président américain Joe Biden a déclaré l'état d'urgence. Il s'est entretenu lundi avec le gouverneur de l'île et a indiqué que le nombre de membres du personnel fédéral oeuvrant déjà à aider le territoire et s'élevant actuellement à plus de 300 allait augmenter "de manière conséquente".

Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente. Fiona avait déjà causé de sérieux dégâts lors de son passage en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi. Par endroits, l'eau était montée de plus de 1,5 mètre. Un homme y était mort, emporté avec sa maison par les flots d'une rivière en crue.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Glissement de terrain: plus de 2000 personnes ensevelies

Publié

le

Les habitants recherchent des victimes du glissement de terrain dans le village de Yambali. (© KEYSTONE/AP/Kafuri Yaro)

Un vaste glissement de terrain survenu en Papouasie-Nouvelle-Guinée a enseveli plus de 2000 personnes, ont indiqué lundi les autorités du pays du Pacifique à l'ONU. Le nouveau bilan annoncé est bien plus lourd qu'estimé initialement.

"Le glissement de terrain a enterré vivantes plus de 2000 personnes et a causé d'importantes destructions", a déclaré le centre national de gestion des catastrophes du pays au bureau de l'ONU dans la capitale Port Moresby, selon une copie d'une lettre obtenue par l'AFP.

Un village à flanc de colline de la province d'Enga, au centre de l'archipel, a été presque totalement anéanti lorsqu'un pan du mont Mungalo s'est effondré vendredi vers 0300 du matin (17h00 GMT jeudi), ensevelissant des dizaines de maisons et surprenant les habitants dans leur sommeil.

Le nombre estimé des victimes avait déjà été relevé à 670 ce week-end, lorsque les secouristes se sont aperçus que le village frappé par le glissement de terrain comptait plus d'habitants qu'attendu.

Le glissement de terrain a causé "d'importantes destructions de bâtiments, de jardins vivriers et a eu un impact majeur sur l'économie du pays", indique le centre de gestion des catastrophes.

Situation instable

"La situation reste instable car le glissement de terrain continue à se déplacer lentement, ce qui représente un danger permanent pour les équipes de secours et les survivants", avertissent les autorités dans leur courrier.

L'ampleur de la catastrophe a nécessité "des actions immédiates et concertées de la part de tous les acteurs", y compris l'armée et les intervenants nationaux et régionaux.

L'agence a appelé à l'aide la communauté internationale, demandant aux Nations unies d'informer les partenaires d'aide au développement de Papouasie-Nouvelle-Guinée "et d'autres amis internationaux" de la situation.

Serhan Aktoprak, responsable de l'agence de l'ONU pour les migrations basé à Port Moresby, avait indiqué précédemment que les sauveteurs se livraient à "une course contre la montre" pour retrouver des survivants.

Les secours travaillent dans des conditions dangereuses, notamment en raison "des pierres (qui) continuent de tomber et de faire bouger le sol", a précisé M. Aktorprak.

"Pour ne rien arranger, des eaux souterraines s'écoulent sous les débris, transformant la surface du sol en toboggan", a-t-il ajouté, précisant qu'environ 250 maisons situées à proximité ont été évacuées par mesure de précaution.

"Cela pourrait déclencher un nouveau glissement" de terrain, a averti le responsable de l'ONU, et représente un "grave risque" pour les sauveteurs et les habitants.

Violences tribales

Des engins lourds et des pelleteuses devaient arriver dans la zone sinistrée mais leur arrivée a été retardée par des violences tribales qui ont éclaté le long de la seule voie d'accès, a fait savoir M. Aktoprak.

"De nombreuses maisons brûlent et d'autres dégagent de la fumée. Des femmes et des enfants ont été déplacés, et tous les jeunes et les hommes de la région sont armés de couteaux de brousse", a-t-il indiqué, citant un rapport d'un convoi d'aide tentant d'atteindre le site de la catastrophe.

Ces violences ne sont toutefois pas "liées au glissement de terrain", a-t-il précisé.

"Les gens sont très tristes. Personne n'a pu s'échapper. Il est très difficile de recueillir des informations. Nous ne savons pas qui est mort parce que les registres sont ensevelis", a déploré l'instituteur d'un village voisin, Jacob Sowai auprès de l'AFP.

Les habitants des villages voisins aident à déterrer les corps en utilisant des bêches et des outils agricoles.

Une entreprise minière voisine, New Porgera Limited, a accepté de fournir des excavateurs mécaniques pour aider les sauveteurs et dégager les routes.

Fortes pluies

Pour les habitants des environs, ce glissement a dû être déclenché par les fortes pluies qui se sont abattues sur la région ces dernières semaines.

Selon la Banque mondiale, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a l'un des climats les plus humides du monde, et de violentes précipitations frappent régulièrement ses régions humides, dans les hauts plateaux.

D'après les scientifiques, la variation des régimes pluviométriques en raison du changement climatique augmente le risque de glissements de terrain dans le pays.

En mars, au moins 23 personnes avaient perdu la vie dans un glissement de terrain dans une province voisine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Vingt-trois décès dus aux avalanches pour l'hiver 2023/2024

Publié

le

L'accident le plus grave dû à une avalanche cet hiver, avec quatre victimes, s'est produit le 1er avril au-dessus de Zermatt (archives). (© Keystone/KANTONSPOLIZEI WALLIS)

Dans les Alpes suisses, le nombre de personnes ayant perdu la vie dans des avalanches cet hiver est légèrement supérieur à la moyenne. On déplore 23 décès depuis octobre, selon l'Institut SLF.

Au cours des 20 dernières années, il y a eu en moyenne 21 victimes d'avalanches par an en Suisse, a indiqué le WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF) à l'agence de presse Keystone-ATS.

Le nombre de personnes prises dans une avalanche au cours de l'hiver 2023/2024 (261) est également supérieur à la moyenne des 20 dernières années, qui se situe autour de 220.

"Nous devons toutefois tenir compte du fait que des accidents sans gravité nous sont de plus en plus souvent signalés", relève Benjamin Zweifel, spécialiste des avalanches au SLF.

Au cours des 20 dernières années, le nombre de décès dus aux avalanches est resté stable, mais le nombre de personnes pratiquant des activités de montagne en hiver a augmenté, note le SLF. Le risque d'accident a donc globalement diminué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

France: la foudre sur un terrain de foot, un mort et un blessé

Publié

le

La foudre a fait une victime en s'abattant sur un terrain de football dans le Nord de la France (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/dpa/Patrick Pleul)

La foudre a fait un mort et un blessé grave en tombant sur un terrain de football pendant un entraînement jeudi soir à Courrières, près de Lens (Pas-de-Calais), a annoncé la préfecture.

Un homme est décédé, un autre "souffrant de douleurs thoraciques a été transporté au centre hospitalier en état d'urgence absolue" et un troisième est légèrement blessé, brûlé à la jambe, précise la préfecture dans un communiqué, précisant que ce bilan est susceptible d'évoluer.

Trente-trois autres personnes impliquées dans cet épisode sont "choquées mais indemnes". Pompiers, Samu et forces de l'ordre ont été déployés sur place.

"Un impact de foudre s'est abattu ce soir aux environs de 20h00 sur le stade Gabriel Péri situé à Courrières, alors qu'un entraînement de football était en cours", explique le communiqué.

Le Pas-de-Calais était classé jeudi soir en vigilance jaune aux orages par Météo-France, comme les trois-quarts de la France.

Depuis le mois de novembre, le Pas-de-Calais a été touché par une série d'inondations historiques, qui ont laissé des milliers d'habitants sinistrés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

5 morts après le passage d'une tornade dans le centre des USA

Publié

le

La tornade a fait 5 victimes au mois et ravagé une ville de 2000 habitants. (© KEYSTONE/AP/Charlie Neibergall)

Au moins cinq personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées après le passage d'une tornade mardi en Iowa, dans le centre des Etats-Unis, selon les autorités.

Des maisons ont été complètement rasées et des arbres arrachés par cette tornade qui a ravagé la ville de Greenfield, 2000 habitants.

"Quatre morts et au moins 35 blessés à la suite de la tornade qui a touché Greenfield et la région du comté d'Adair", a déclaré la police de l'Iowa mercredi, ajoutant que le nombre de blessés pourrait encore augmenter.

Une autre personne est morte lorsque sa voiture a été emportée par la tornade, a dit le bureau du shérif du comté d'Adam.

Un hôpital a été endommagé à Greenfield et des patients ont été évacués vers d'autres centres médicaux. Une centaine de secouristes ont entrepris de fouiller les débris, a également annoncé la gouverneure de l'Iowa, Kim Reynolds.

Selon la chaîne CNN, le nombre de tornades aux Etats-Unis ces dernières semaines a largement dépassé la normale et 800 ont été recensées depuis le début de l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X