Rejoignez-nous

International

"Que se taisent les armes!", lance le pape en Irak

Publié

,

le

"Assez de violences, d'extrémismes, d'intolérances", a dit le pape, ici accueilli au palais présidentiel. Assez aussi, de la "corruption". (© KEYSTONE/AP/Andrew Medichini)

"Que se taisent les armes!", a lancé le pape François peu après sa venue "longtemps attendue" en Irak, la première visite papale de l'histoire dans le pays ravagé par les guerres et désormais confronté à la pandémie. Cette visite salue des chrétiens restés malgré tout

Sous haute protection, circulant seul et masqué sous un strict confinement anti-Covid, le souverain pontife de 84 ans est venu en "pèlerin de paix" réconforter l'une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde, étiolée par violence et pauvreté.

Au cours de son séjour - qui s'achèvera lundi au terme de 1445 km parcourus principalement par les airs pour éviter les zones où se terrent toujours des djihadistes - le pape tendra également la main aux musulmans en rencontrant le grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité pour de nombreux chiites d'Irak et du monde.

Le chef des 1,3 milliard de catholiques du monde a évoqué tous les sujets brûlants en Irak devant ses plus hauts responsables, parmi lesquels le président Barham Saleh, qui a envoyé l'invitation officielle pour cette visite sans précédent.

"Assez de violences!"

"Assez de violences, d'extrémismes, d'intolérances", a dit le pape. Assez aussi, de la "corruption", la raison pour laquelle des centaines de milliers d'Irakiens ont manifesté pendant des mois fin 2019. A l'époque déjà, le pape avait exhorté l'Irak à cesser de réprimer ses jeunes en demande de justice.

Il faut "édifier la justice", a-t-il de nouveau martelé. Et que "personne ne soit considéré comme citoyen de deuxième classe", surtout pas les chrétiens - 1% de la population dans ce pays musulman - ni les Yazidis, minorité martyre du groupe Etat islamique (EI) dont des milliers de ses femmes ont été vendues sur les "marchés aux esclaves" des djihadistes.

"Présence très ancienne des chrétiens"

François a dénoncé des "barbaries insensées et inhumaines" perpétrées en Irak, la Mésopotamie antique, "berceau de la civilisation".

Il a encore rappelé "la présence très ancienne des chrétiens sur cette terre" où est né selon la tradition Abraham, plaidant pour "leur participation à la vie publique" comme "citoyens jouissant pleinement de droits, de liberté et de responsabilité".

Programme ambitieux

Après cette étape politique, le pape va entamer la partie plus spirituelle et populaire de son voyage, celle qu'il préfère de loin.

Le programme est ambitieux. Il va commencer par une prière en la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel secours en fin de journée. Cette église catholique du centre de Bagdad avait été le théâtre à la Toussaint 2010 de la prise d'otages la plus sanglante contre des chrétiens d'Irak: 53 morts.

Il ira ensuite à Najaf, Ur, Erbil, Mossoul, Qaraqosh: à chaque fois, il ne verra que quelques centaines de personnes, à l'exception d'une messe dimanche dans un stade d'Erbil au Kurdistan, en présence de plusieurs milliers de fidèles.

Trêve

Bagdad a assuré avoir pris toutes les mesures de sécurité "terrestres et aériennes". Et, signe de détente inespéré dans les tensions irano-américaines toujours latentes en Irak, un des groupuscules qui revendiquent parfois des tirs de roquette sur des Américains a annoncé une trêve le temps de la visite papale.

Au sujet des ingérences étrangères, le pape a appelé "les nations" à ne pas "imposer des intérêts politiques ou idéologiques" à l'Irak.

Chrétiens discriminés

Pour Saad al-Rassam, chrétien à Mossoul, ville toujours en reconstruction après la guerre contre l'EI, ce voyage tombe à point nommé dans ce pays qui a vu son taux de pauvreté doubler à 40% en 2020. "Nous espérons que le pape expliquera au gouvernement qu'il doit aider son peuple", dit-il à l'AFP.

Au-delà des difficultés sécuritaires ou économiques que subissent les 40 millions d'Irakiens, les chrétiens dénoncent des discriminations et le peu d'aide du gouvernement pour récupérer leurs maisons ou leurs terres, souvent accaparées par des miliciens - parfois chrétiens - ou des proches de politiciens.

Retour difficile

Malgré tout, le pape exhorte les chrétiens à rester ou à revenir en Irak où ils sont 400'000, contre 1,5 million il y a vingt ans. Un appel au retour "obligatoire" mais "difficile", reconnaît le cardinal le cardinal Leonardo Sandri, qui chapeaute la "Congrégation pour les églises orientales" au Vatican et accompagne le pape.

Selon la fondation "Aide à l'Eglise en détresse", seuls 36'000 des 102'000 chrétiens partis du nord irakien sont revenus. Parmi eux, un tiers dit prévoir de quitter le pays d'ici 2024 par peur des miliciens et en raison du chômage, de la corruption et des discriminations.

Moment historique samedi quand le pape sera reçu dans la ville sainte de Nadjaf (sud) par le grand ayatollah Ali Sistani, 90 ans et jamais apparu en public. Le souverain pontife participera également à une prière à Ur avec des dignitaires chiites, sunnites, yazidis et sabéens.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

L'Australie se fixe un objectif de zéro émission nette pour 2050

Publié

le

Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé de renforcer les objectifs de réduction des émissions pour 2030. (© KEYSTONE/AP)

L'Australie, pays dont le sous-sol est riche en charbon, a annoncé mardi viser zéro émission nette pour 2050. Le pays a toutefois évité des objectifs à court terme à quelques jours de la conférence de l'ONU sur le climat.

"Les Australiens veulent un plan 2050 sur les émissions nettes nulles qui fait le nécessaire en matière de changement climatique et assure leur avenir dans un monde en mutation", a déclaré le Premier ministre conservateur Scott Morrison en annonçant la décision.

Il a toutefois refusé de renforcer les objectifs de réduction des émissions pour 2030, considérés comme cruciaux pour lutter de manière significative contre le changement climatique, affirmant qu'il s'efforcerait de maintenir les mines ouvertes.

"Nous voulons que nos industries lourdes, comme l'industrie minière, restent ouvertes, compétitives et s'adaptent, afin qu'elles restent viables aussi longtemps que la demande mondiale le permettra", a-t-il écrit dans un texte publié par son bureau.

"Méthode australienne"

L'Australie avait déjà accepté de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005, un objectif que M. Morrison a affirmé que le pays "atteindra et battra".

"Nous ne nous laisserons pas faire la leçon par d'autres qui ne comprennent pas l'Australie. La méthode australienne, c'est comment on fait les choses, et non si on va les faire. Il s'agit d'y arriver", a-t-il écrit. "Nous ne briserons pas non plus l'engagement que nous avons pris lors des dernières élections en modifiant nos objectifs de réduction des émissions pour 2030", a-t-il ajouté.

Largement considérée comme un retardataire en matière de climat, l'Australie est le plus grand exportateur mondial de charbon, sur lequel repose une grande partie de sa production d'électricité, et a longtemps résisté à l'adoption d'un objectif de neutralité carbone.

Négociations tendues

L'engagement pour 2050 intervient quelques jours seulement avant le départ de M. Morrison pour le sommet des Nations unies sur le climat COP26, qui se tiendra le mois prochain à Glasgow.

Canberra a fait l'objet de critiques croissantes pour ne pas avoir agi plus tôt, y compris de la part de ses proches alliés, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ainsi que de ses voisins insulaires du Pacifique, très vulnérables aux effets du changement climatique.

M. Morrison n'a pas révélé les détails du plan ni les concessions faites à ses partenaires au sein de sa coalition au gouvernement, longtemps dominé par les climato-sceptiques et les intérêts pro-charbon, après des semaines de négociations internes tendues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Facebook fait plus de 9 milliards de dollars de profits au 3T

Publié

le

Facebook fait plus de 9 milliards de dollars de bénéfice au 3e trimestre, malgré les scandales qui l'éclaboussent (archives). (© KEYSTONE/AP/Jenny Kane)

Facebook a dégagé 9,2 milliards de dollars de bénéfice net au troisième trimestre, soit 17% de plus qu'il y a un an. Le géant des réseaux sociaux a réalisé cette performance alors qu'il doit faire face à l'un de ses pires scandales de réputation.

La plateforme est accusée par une lanceuse d'alerte, des ONG et de nombreuses autorités de privilégier depuis des années les profits aux dépens de la sécurité et de la santé des utilisateurs.

De juillet à septembre, Facebook a réalisé un chiffre d'affaires de 29 milliards de dollars, légèrement en-dessous des attentes des investisseurs, qui escomptaient 500 millions de plus. Son titre prenait quand même près de 4% lors des échanges électroniques d'après Bourse.

"Nous avons fait de bons progrès ce trimestre et notre communauté continue à grandir", a déclaré sobrement Mark Zuckerberg, le patron du groupe californien, cité dans le communiqué de résultats paru lundi.

Ses deux réseaux (avec Instagram) et messageries (WhatsApp et Messenger) sont désormais fréquentées par 2,8 milliards de personnes tous les jours (11% de plus qu'il y a un an) et par 3,58 milliards d'utilisateurs au moins une fois par mois (+12%).

Nouveaux formats publicitaires

De quoi rassurer Wall Street, qui regarde avant tout si les plateformes continuent d'attirer le public, et donc les annonceurs. Facebook détient 23,7% du marché publicitaire numérique mondial en 2021, selon le cabinet eMarketer, juste derrière son voisin Google, numéro un du secteur avec 28,6% de parts du gâteau.

Les analystes surveillaient aussi un impact négatif potentiel de la dernière mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone, qui donne plus de contrôle aux utilisateurs sur leurs données confidentielles et complique la tâche aux réseaux sociaux en termes de mesures d'efficacité.

Snap, maison mère de Snapchat, a publié des résultats décevants la semaine dernière à cause de ce changement, qui ont fait plonger son action et entraîné celle de Facebook en baisse aussi.

Mais pour l'instant, les revenus de Facebook ont l'air aussi bons qu'attendus", a réagi Debra Aho Williamson, de eMarketer. L'analyste souligne que le groupe travaille sur de nouvelles techniques de mesure et de nouveaux formats publicitaires pour contourner le problème : "Si les tests sont probants, on peut escompter des dépenses publicitaires annuelles au même niveau qu'actuellement".

"Facebook papers"

Elle a néanmoins noté que Facebook faisait face à un "déluge de presse négative", sans conséquence financière pour l'instant.

Depuis plus d'un mois, les journaux américains égrènent des articles fondés sur les "Facebook papers", des milliers de documents internes remis à la SEC, l'autorité boursière, par Frances Haugen, une lanceuse d'alerte et ancienne ingénieure du groupe californien.

En fil rouge des polémiques : le géant des réseaux sociaux connaissait les problèmes - contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation sur Facebook qui nuit à la démocratie, etc - mais a choisi, en partie, de les ignorer, par souci de préserver ses profits.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un premier top-ten pour Andy Murray

Publié

le

Andy Murray toujours animé par une formidable rage de vaincre. (© KEYSTONE/EPA/RAY ACEVEDO)

Andy Murray (ATP 156) tient enfin sa première victoire de l'année contre un top-ten. A Vienne, l'Ecossais s'est imposé 6-4 6-7 (6/8) 6-3 devant Hubert Hurkacz (ATP 10).

Face au "bourreau" de Roger Federer à Wimbledon, Andy Murray aurait pu conclure en deux sets. Seulement, le Polonais a sauvé magistralement une balle de set dans le tie-break de la deuxième manche. Andy Murray devait réussir le break décisif au sixième jeu du troisième set.

Titré à Vienne en 2014 et en 2016, Andy Murrey affrontera en huitième de finale l'espoir espagnol de 18 ans Carlos Alcaraz (ATP 42).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Rappel recommandé du vaccin Moderna pour les plus de 18 ans

Publié

le

L'Agence européenne des médicaments recommande un rappel du vaccin Moderna pour les plus de 18 ans (archives). (© KEYSTONE/AP/David Zalubowski)

L'Agence européenne des médicaments a approuvé lundi l'administration de doses de rappel du vaccin anti-Covid Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus. Spikevax est le deuxième rappel à recevoir le feu vert après le vaccin de Pfizer/Biontech au début du mois.

"Les données ont montré qu'une troisième dose de Spikevax administrée six à huit mois après la deuxième dose a entraîné une augmentation des niveaux d'anticorps chez les adultes dont les niveaux d'anticorps diminuaient", a déclaré l'Agence européenne des médicaments. La dose de rappel consiste en la moitié de la dose utilisée après les premières injections.

Les autorités de santé des 27 membres de l'UE "peuvent émettre des recommandations officielles sur l'utilisation des doses de rappel, en tenant compte de la situation épidémiologique locale", a ajouté l'organisme de surveillance basé à Amsterdam.

L'agence précise que les données actuelles montrent un schéma d'effets secondaires similaire à celui qui a suivi la deuxième dose de Spikevax. "Le risque de troubles cardiaques inflammatoires et d'autres effets secondaires très rares après un rappel fait l'objet d'une surveillance attentive", poursuit l'EMA.

Au début du mois, l'agence a approuvé des injections de rappel du vaccin Comirnaty (Pfizer/Biontech) pour les plus de 18 ans ainsi que des doses supplémentaires de Comirnaty (Pfizer/Biontech) et de Spikevax (Moderna) pour les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Après la sécheresse, la Californie frappée par des orages violents

Publié

le

Plusieurs régions du nord de la Californie comme à Oakland ont été frappées par des pluies d'un niveau historique. (© KEYSTONE/AP/Jane Tyska)

Des orages violents charriant des pluies d'un niveau historique touchaient lundi le nord de la Californie. La région se bat depuis plusieurs mois avec de gigantesques feux de forêts provoqués par la sécheresse.

Le phénomène climatique baptisé "bombe météorologique", venu de l'océan Pacifique, a frappé dimanche la région de San Francisco et d'Oakland, ainsi que les Etats de l'Oregon et de Washington, plus au nord.

La pluie a provoqué de multiples inondations et des coulées de boue, bloquant des routes, tandis que les vents de plus de 100 km/h arrachaient arbres et toitures. Deux personnes ont été tuées par la chute d'un arbre sur leur véhicule près de Seattle.

Sacramento, la capitale de la Californie où il n'avait pas plu entre mars et septembre, a enregistré des records historiques de pluie en 24 heures avec notamment près de 14 cm dans le centre-ville, ont indiqué lundi matin les services météorologiques locaux. De fortes chutes de neige ont également touché le massif montagneux de la Sierra Nevada.

La pluie tombe sur les sols asséchés de l'Ouest des Etats-Unis, en proie à une sécheresse chronique encore aggravée par les effets du changement climatique. La Californie est touchée depuis plusieurs années par des brasiers de plus en plus nombreux et destructeurs, avec un très net allongement de la saison des incendies.

Fin juillet, la superficie brûlée dans l'Etat était en hausse de 250% par rapport à 2020, pourtant déjà l'une des pires années en terme d'incendies.

Selon les experts, ce phénomène est notamment lié au réchauffement de la planète: l'augmentation de la température, la multiplication des canicules et la baisse des précipitations par endroits forment un cocktail incendiaire idéal.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Vitalité mitigée. Votre recherche d'équilibre intérieur vous pousse enfin vers l'écoute de vos véritables besoins. C’est parfait !

Les Sujets à la Une

X