Rejoignez-nous

International

Reflet de la pandémie, la production de plastique a reculé en 2020

Publié

,

le

En Europe, 55 millions de tonnes de plastiques neufs sont sorties des usines l'an passé, alors qu'en France, le tassement s'est révélé encore plus fort, la production hexagonale ayant chuté de 11% en 2020 (Archives © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Pour la 3e fois seulement depuis le début de l'ère industrielle, la production annuelle mondiale de plastique a reculé en 2020, de 0,3%, en raison de la crise sanitaire. En Europe, le repli, qui a notamment touché l'industrie automobile, s'est fixé à 5,1%.

En Europe, 55 millions de tonnes de plastiques neufs sont sorties des usines l'an passé, alors qu'en France, le tassement s'est révélé encore plus fort, la production hexagonale ayant chuté de 11% en 2020, a indiqué jeudi l'association PlasticsEurope. La consommation globale de plastique vierge a fléchi de 4,7% sur le Vieux Continent, de 7,5% outre-Jura et de 6,5% en Allemagne.

L'automobile, qui a connu des arrêts de production, a été le secteur le plus affecté, avec une baisse de 18,1% de sa consommation de plastique en Europe, et de 28% en France, selon l'association.

Sur la totalité de la planète, "avec 367 millions de tonnes de plastiques produites en 2020 contre 368 MT en 2019, il s'agit de la troisième baisse mondiale depuis l'après-guerre, après celle intervenue en 1973 au moment du premier choc pétrolier, et celle de 2008, lors de la crise financière des subprimes", a indiqué à l'AFP Eric Quenet, directeur général de PlasticsEurope.

Le ralentissement, "marqueur significatif de l'impact de la crise du Covid-19 sur l'économie mondiale", a été atténué par la poursuite de la croissance de production de plastiques en Chine (+1% en 2020), selon l'association. La Chine, qui fabriquait un quart du plastique mondial en 2010, en fournit maintenant un tiers, après un doublement de sa production (117 MT en 2020 contre 64 MT en 2010).

Depuis quelques années, le pays s'est mis à exporter du PVC pour la construction et d'autres plastiques de base, mais reste importateur de plastiques de spécialité, notamment pour l'industrie automobile. L'Europe (27 pays de l'UE, avec le Royaume-Uni, la Norvège et la Suisse), qui produisait 21% du plastique mondial en 2010 (56 Mt), n'en produit plus que 15% (55 Mt).

Même si en tonnage, l'Amérique du Nord a augmenté ses volumes sur la décennie (70 Mt en 2020 contre 53 Mt en 2010) avec de nouvelles unités de polymères dont la compétitivité repose sur l'exploitation des gaz de schiste, elle parvient seulement à maintenir son rang, avec 19% de la production mondiale en 2020 contre 20% il y a 10 ans.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Carlos Alcaraz: une entrée en lice réussie

Publié

le

Carlos Alcaraz: le regard déjà tourné vers une demi-finale royale... (© KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

Carlos Alcaraz n'a pas failli. Le prodige de Murcie a réussi son entrée en lice à Paris. Il s'est imposé 6-4 6-2 6-0 devant Juan Ignacio Londero (ATP 141).

Face au lucky loser argentin, Carlos Alcaraz a pris son temps avant de donner sa pleine mesure et de livrer un véritable cavalier seul après le gain du premier set. Appelé à affronter Rafael Nadal ou Novak Djokovic en demi-finale, Carlos Alcaraz aura droit à un derby espagnol au deuxième tour face au gaucher Albert Ramos-Vinolas (ATP 42).

Titré à Rio de Janeiro, à Miami, à Barcelone et à Madrid, Carlos Alcaraz a fait l'impasse sur le Masters 1000 de Rome avant ce rendez-vous suprême de Roland-Garros.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Belinda Bencic ne lâche que deux jeux

Publié

le

Belinda Bencic: un premier tour sans histoire. (© KEYSTONE/AP/Bernat Armangue)

Comme Jil Teichmann, Belinda Bencic s'est aisément qualifiée pour le deuxième tour. La Championne olympique a battu 6-1 6-1 la Hongroise Reka Luca Jani (WTA 145) en une heure juste.

Sa prochaine adversaire sera mercredi la gagnante de la rencontre entre la Canadienne Bianca Andreescu (WTA 72) et la Belge Ysaline Bonaventure (WTA 168). Victorieuse de l'US Open 2019 où elle avait battu Belinda Bencic en demi-finale, Bianca Andreescu, si elle négocie parfaitement son premier tour, offrira, bien sûr, une opposition bien plus relevée que Reka Luca Jani, qui était une "lucky loser".

Titrée à Charleston mais éliminée trop tôt à Madrid comme à Rome, Belinda Bencic devra élever le curseur dans ce deuxième tour. La Saint-Galloise a les moyens de briller à Paris avec un tableau qui n'a rien d'"infernal". Elle n'a encore jamais passé le cap des seizièmes de finale à la Porte d'Auteuil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Italie: 19e titre pour l'AC Milan, le premier depuis 2011

Publié

le

La joie d'Olivier Giroud après son deuxième but (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

L'AC Milan a décroché son 19e titre de champion d'Italie, le premier depuis 2011. Les rossoneri ont gagné 3-0 à Sassuolo pour s'assurer de finir en tête de la Serie A.

Un doublé de Giroud (17e/32e) et une réussite de Kessie (36e) ont permis aux Milanais de rapidement faire la différence. Rafael Leao s'est illustré en donnant trois fois la passe décisive. Il a vraiment mis son équipe sur les bons rails.

Seize matches sans défaite

Avec deux points d'avance avant cette ultime journée, la mission des hommes de l'entraîneur Stefano Pioli était claire. Elle a été accomplie sans coup férir. Le club a fini très fort, avec seize matches sans défaite. Avec désormais 19 "scudetti", l'AC Milan est deuxième de la hiérarchie derrière la Juventus (36 titres), à égalité avec son rival local lombard.

Tenant du titre, l'Inter Milan a pour sa part aussi fait le job en battant la Sampdoria 3-0 avec des réussites de Perisic (49e) et Correa (55e/57e). Mais cela n'a pas suffi. Il aurait fallu que l'autre club milanais s'incline pour que les nerazzurri soient à nouveau champions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Moscou bombarde l'est de l'Ukraine, Zelensky va parler à Davos

Publié

le

Volodymyr Zelensky va s'adresser lundi aux dirigeants du monde réunis au WEF à Davos. (© KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN)

Près de trois mois après le début de son offensive, la Russie poursuivait dimanche ses bombardements sur l'est de l'Ukraine, à la veille d'un discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux élites politiques et économiques mondiales réunies à Davos.

Dans le même temps, la France a estimé que l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne prendrait "sans doute 15 ou 20 ans", assurant que Kiev pouvait entrer, en attendant, dans la communauté politique européenne proposée par le président Emmanuel Macron.

Mais le chef de l'Etat ukrainien a déjà rejeté cette idée et affirmé qu'il n'y avait "pas d'alternative" à la candidature à l'UE.

Après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et de sa région, les troupes russes concentrent depuis mars leurs efforts sur l'est de l'Ukraine, déjà en partie aux mains de séparatistes pro-russes depuis 2014 et où les combats sont intenses.

Bombardements plus intenses

Selon la présidence ukrainienne, des bombardements russes ont visé les villes de Mykolaïv, Kharkiv et Zaporijjia dans la nuit de samedi à dimanche.

Samedi, sept civils ont été tués et 10 autres blessés dans des bombardements dans la région de Donetsk, a annoncé sur Telegram son gouverneur Pavlo Kyrylenko. Dans celle de Lougansk, une personne a été tuée et deux blessées lors de bombardements, a déclaré sur Telegram son gouverneur Serguiï Gaïdaï.

"Les Russes jettent tous leurs efforts pour capturer Severodonetsk" où les frappes "ont été multipliées plusieurs fois ces derniers jours", avait-il assuré samedi soir.

L'état-major ukrainien a relevé dans son point matinal quotidien dimanche que l'armée russe continuait "ses frappes de missiles et aériennes sur tout le territoire", et en avait même "augmenté l'intensité en utilisant l'aviation pour détruire des infrastructures cruciales".

Discours à Davos

La Russie a affirmé avoir frappé un important stock d'armes fournies par les Occidentaux à l'Ukraine, une information jusqu'ici impossible à confirmer de source indépendante.

Signe supplémentaire que le conflit pourrait s'inscrire dans la durée, la loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu'au 23 août.

Le dirigeant ukrainien prépare par ailleurs son intervention en visioconférence devant le Forum économique de Davos, qui commence lundi après deux ans d'interruption à cause du Covid-19.

M. Zelensky sera lundi le premier chef d'Etat à faire un discours. Nombre de responsables politiques ukrainiens feront le voyage en personne. En revanche, les Russes ont été exclus.

Il devrait profiter de cette nouvelle tribune pour exhorter le monde à fournir davantage d'aides, tant financières que militaires. Le président ukrainien pourrait également renouveler la demande de Kiev pour adhérer à l'UE, une "priorité" selon lui.

"15 ou 20 ans"

Mais Paris a répété dimanche qu'une telle adhésion était exclue à court terme. "Il faut être honnête. (...) Si on dit que l'Ukraine va rentrer dans l'UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n'est pas vrai. C'est sans doute 15 ou 20 ans, c'est très long", a affirmé le ministre français délégué français aux Affaires européennes Clément Beaune.

En revanche, la communauté politique européenne proposée début mai par le président Macron est "complémentaire de l'UE" et "peut offrir un projet politique et concret à des pays qui ne sont pas dans le coeur de l'UE et qui veulent se rapprocher de nous", a assuré le ministre.

Une perspective froidement accueillie à Kiev et qui divise au sein de l'Union. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba avait dénoncé jeudi un "traitement de seconde zone" de la part de "certaines capitales".

Samedi, le président Zelensky a été clair, déclarant: "Nous n'avons pas besoin d'alternatives à la candidature de l'Ukraine à l'Union européenne (UE), nous n'avons pas besoin de tels compromis" avec la Russie.

Et dimanche, devant le parlement ukrainien, le président polonais Andrzej Duda a affirmé qu'il ne relâcherait pas ses efforts "tant que l'Ukraine n'est pas membre de l'UE", regrettant que "des voix se soient élevées récemment en Europe pour demander que l'Ukraine accepte certaines demandes de Poutine".

"Si pour leur propre tranquillité, intérêts économiques ou ambitions politiques", les pays occidentaux "sacrifient l'Ukraine, ne serait-ce qu'un centimètre de son territoire ou un pan de sa souveraineté, cela portera un grand coup au peuple ukrainien, mais aussi à toute la communauté occidentale", a prévenu M. Duda.

"Seule l'Ukraine a le droit de décider de son futur (...) Il ne peut y avoir de négociations ou de décision prise dans le dos de l'Ukraine.

Le projet de communauté politique européenne doit être débattu lors d'un sommet européen fin juin.

Moscou promet une station balnéaire à Marioupol

Loin des batailles diplomatiques, la ville martyre de Marioupol (sud-est), récemment conquise par les militaires russes et leurs alliés séparatistes, offrait un paysage apocalyptique avec des carcasses d'immeubles calcinés dans de nombreux quartiers.

Trois mois de combats ont mis en fuite des centaines de milliers d'habitants et fait un nombre inconnu, mais sans doute énorme, de morts dans cette cité portuaire qui comptait plus d'un demi-million d'habitants avant l'agression.

Des journalistes de l'AFP ont constaté l'ampleur des dégâts il y a quatre jours lors d'un voyage de presse organisé par le ministère russe de la Défense.

On n'entend plus les incessantes canonnades des semaines précédentes, car sur le site sidérurgique d'Azovstal, les derniers soldats ukrainiens se rendent. L'armée russe n'a cependant pas permis aux médias d'approcher l'immense aciérie, devenue le symbole de la farouche résistance ukrainienne.

Les autorités pro-russes ont promis de faire de Marioupol une station balnéaire.

Un projet difficile à imaginer dans cet enchevêtrement de tôles et de débris, de barres d'immeubles éventrées par les missiles et les obus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La Suisse offre une oeuvre de Simone Holliger à l'OMS

Publié

le

Tedros Adhanom Ghebreyesus et Alain Berset encadrent Simone Holliger, devant l'oeuvre d'art offerte par la Suisse à l'OMS. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Suisse a offert une oeuvre d'art de Simone Holliger à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à son siège à Genève. Celle-ci a été inaugurée dimanche soir par le conseiller fédéral Alain Berset et le directeur général de l'institution Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'oeuvre "Früchte tragen" de l'artiste trentenaire qui réside à Bâle est exposée dans le nouveau bâtiment de l'OMS. Elle montre un système interconnecté de tubes d'aluminium qui se propagent sur la galerie reliant l'ancien et le nouveau site.

La sculpture s'inspire de la circulation sanguine, du système nerveux ou du métabolisme, a précisé de son côté l'Office fédéral de la culture (OFC). Elle souligne les interdépendances et l'importance de la solidarité dans un contexte marqué par la maladie, les conflits et le réchauffement climatique.

Simone Holliger y voit un symbole en faveur des liens entre les personnes mais aussi de la relation tissée par l'être humain avec les éléments naturels. L'½uvre a été choisie par un jury, constitué du président et de deux membres de la Commission fédérale d'art, de représentants de l'OMS et de l'administration fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Petit panier percé, vous avez laissé libre cours à vos fringales dépensières. Maintenant, va falloir redresser la barre !

Les Sujets à la Une

X