Rejoignez-nous

International

Sabrina Jaquet s'incline logiquement contre la no 1 mondiale

Publié

,

le

Sabrina Jaquet a fait de son mieux. (© KEYSTONE/EPA/SERGEY DOLZHENKO)

Sabrina Jaquet s'est inclinée 21-7 21-13 dans son premier match du tour préliminaire (groupe P) du tournoi olympique à Tokyo.

La Chaux-de-Fonnière, touchée à un mollet, n'a eu aucune chance face à la no 1 mondiale, la Taïwanaise Tai Tzu-Ying.

Beaucoup plus mobile face à une Neuchâteloise visiblement diminuée dans ses déplacements, la joueuse asiatique a dicté les opérations de bout en bout. Jaquet (BWF 46) n'a mené au score qu'une fois, en marquant le premier point de la rencontre. Le deuxième set a été plus équilibré que le premier, Jaquet faisant face de son mieux dans des circonstances défavorables.

La Neuchâteloise s'était blessée à l'entraînement à Tokyo, cinq jours avant son entrée en lice. Elle a disputé ce premier match avec un fort bandage à la cheville gauche. Après un premier set où elle a été débordée par la subtilité et la variété des coups de Tai Tzu-Ying, elle a su par moments, par la suite, faire jaillir quelques étincelles de son jeu.

Jaquet a encore deux matches à disputer, dans ce groupe P, davantage à sa portée si elle est remise: face à la Française Qi Xuefei (BWF 41) et la Vietnamienne Thuy Linh Nguyen (BWF 49). Seule la gagnante de chaque groupe accède aux quarts de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Une "ceinture d'extrême chaleur" recouvrira le centre du pays

Publié

le

Les Etats-Unis font déjà face à des incendies depuis plusieurs semaines. (© KEYSTONE/AP/Damian Dovarganes)

Les Etats-Unis vont voir se développer d'ici 30 ans une "ceinture d'extrême chaleur". Elle se déploiera de la Louisiane, dans le sud du pays, au lac Michigan au nord, en traversant le Midwest américain, selon un nouveau rapport publié lundi.

Cette zone, où vivent plus de 100 millions d'Américains et qui couvre un quart du pays, subira en 2053 au moins une journée d'extrême chaleur par an, avec une température ressentie de plus de 51°C, selon ce rapport de l'organisation à but non lucratif First Street Foundation.

Actuellement, c'est le cas pour seulement environ 50 comtés américains regroupant 8 millions de personnes. Dans 30 ans, cela concernera plus de 1000 comtés, notamment dans les Etats du Texas, de Louisiane, d'Arkansas, du Missouri, de l'Illinois, de l'Iowa, de l'Indiana, et même du sud du Wisconsin.

Le Midwest est particulièrement touché du fait de l'éloignement de la mer, note le rapport, même si d'autres plus petites régions sur la côte Est et dans le sud de la Californie sont aussi concernées.

Forte mortalité

La chaleur est le phénomène météorologique qui tue le plus aux Etats-Unis, devant les inondations ou les ouragans. Elle peut conduire à des hospitalisations et des complications graves. Elle est particulièrement dangereuse dans les endroits n'étant pas habitués à de fortes chaleur - comme le nord des Etats-Unis.

La First Street Foundation s'est appuyée pour ses projections sur un scénario modéré des experts du climat des Nations Unies (GIEC), dans lequel les émissions de gaz à effet de serre atteignent un pic dans les années 2040 avant de décliner. Au-delà de ces températures extrêmes, le pays entier doit se réchauffer. En moyenne, les 7 jours de l'année les plus chauds localement aujourd'hui, deviendront les 18 jours les plus chauds dans 30 ans.

Le nombre de "jours dangereux", définis dans le rapport comme les journées où la température atteint quasiment les 38°C ressentis, va notamment s'accroître dans le sud du pays. Autour du Golfe du Mexique, de nombreuses régions comptent actuellement environ 100 jours par an à cette température, mais devraient en dénombrer plus de 120 en 2053.

Se préparer "à l'inévitable"

Les vagues de chaleur, qui voient ces très chaudes journées s'enchaîner sans interruption, devraient également se rallonger: dans trente ans, de grandes régions du Texas et de la Floride pourront subir jusqu'à plus de 70 jours consécutifs autour de 38°C ressentis.

Le rapport a évalué ces changements à une échelle très fine, afin de permettre aux habitants, entreprises et responsables d'anticiper leur réponse localement. "Nous devons nous préparer à l'inévitable", a déclaré dans un communiqué Matthew Eby, fondateur de First Street Foundation. "Les conséquences vont être terribles."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Wawrinka battu par Murray après 2h57' de lutte

Publié

le

Wawrinka s'est incliné après 2h57' de lutte face à Murray (© KEYSTONE/AP/Graham Hughes)

Stan Wawrinka (ATP 306) n'y arrive toujours pas. Il a subi lundi sa 9e défaite en 12 matches disputés depuis son retour à la compétition, la cinquième d'affilée.

Le Vaudois s'est incliné 7-6 (7/3) 5-7 7-5 devant l'ex-no 1 mondial Andy Murray (ATP 47) au 1er tour du Masters 1000 de Cincinnati, après un combat de 2h57'.

Battu dès le 1er tour pour la quatrième fois consécutive après Wimbledon, Bastad et Montréal, Stan Wawrinka n'a rien lâché lundi. Il a même livré l'une de ses meilleures performances depuis son "comeback" à la fin mars. Mais il a manqué d'efficacité et de fraîcheur dans le "money time".

Nettement dominé dans le tie-break d'un premier set où il s'était procuré les trois seules balles de break enregistrées, l'ex-no 3 mondial a certes trouvé les ressources pour recoller à une manche partout. Il a même signé le premier break du troisième set pour mener 2-0 service à suivre.

Mais Stan Wawrinka n'est pas parvenu à conserver cet avantage, face à un adversaire qui semblait pourtant autant "usé" que lui sur le plan physique. Il a tenu le choc jusqu'à 5-5, concédant alors le break sur un retour gagnant d'Andy Murray. Et celui-ci n'a pas manqué l'occasion de conclure sur son service.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le château d'eau de l'Asie menacé par le réchauffement climatique

Publié

le

Le plus grand fleuve d'Asie du Sud, l'Indus, qui traverse notamment le Pakistan, ne sera plus en mesure de répondre à 79% des besoins de la demande actuelle (archives). (© KEYSTONE/EPA/OLIVIER MATTHYS)

Le plateau tibétain, considéré comme le château d'eau de l'Asie, verra ses ressources fortement diminuer au cours du XXIe siècle à cause du réchauffement climatique, selon une étude publiée lundi. Cela créera un risque important de stress hydrique.

A cause du climat de plus en plus chaud et humide, le plateau tibétain perd un peu plus de 10 milliards de tonnes d'eau par an depuis 2002, selon l'étude menée par des chercheurs en Chine et aux États-Unis.

Les retenues d'eau du plateau tibétain, remplies par les moussons, alimentent en eau une grande partie du sud de la Chine et du nord de l'Inde. Le plateau abrite les sources des principaux fleuves asiatiques - dont le Mékong, le Brahmapoutre, l'Indus et le Yangtsé - et couvre les besoins de près de deux milliards de personnes.

Dans un scénario où les émissions carbone restent aux niveaux actuels avant de diminuer progressivement après 2050, les chercheurs ont conclu que deux bassins fluviaux étaient particulièrement concernés par la diminution de leurs ressources.

Le plus grand fleuve d'Asie centrale, l'Amou-Daria, pourrait ne plus pouvoir répondre à 119% de la demande actuelle en eau, ce qui rendrait les populations déficitaires en eau. Quant au fleuve Indus, grand fleuve de l'Asie du Sud qui traverse le Pakistan du nord au sud, il ne sera plus en mesure de répondre à 79% des besoins de la demande actuelle.

"Les pertes sont inévitables"

Les auteurs de l'étude recommandent aux gouvernements de miser sur d'autres types d'approvisionnement en eau, y compris de puiser davantage dans les nappes phréatiques pour anticiper les pénuries.

Tout n'est pas perdu cependant, "une réduction conséquente des émissions de carbone au cours de la prochaine décennie" limiterait le réchauffement climatique et "l'effondrement prévu des châteaux d'eau du plateau tibétain", estime Michael Mann, un des auteurs de l'étude et directeur du département des sciences, développement durable et médias de l'université d'État de Pennsylvanie.

"Mais même dans un scénario optimiste, les pertes sont inévitables, et nécessiteront de profondes adaptations à la diminution des ressources en eau dans cette région très peuplée du monde. Il est difficile de dire ce que cela va donner... mais on navigue en eaux troubles", explique à l'AFP M. Mann.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

WikiLeaks: plainte d'avocates de Julian Assange contre la CIA

Publié

le

La plainte affirme que la société Undercover Global, qui était sous contrat avec l'ambassade équatorienne, où Julian Assange était réfugié, a récolté des informations sur les appareils des plaignants pour le compte de la CIA (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/CAROLYN KASTER)

Des avocates américaines du fondateur de WikiLeaks Julian Assange ont annoncé lundi porter plainte contre la CIA et son ancien directeur Mike Pompeo. Ils les accusent d'avoir enregistré leurs conversations et copié le contenu de leurs téléphones et ordinateurs.

Les avocates et deux journalistes qui se sont joints à la plainte sont tous américains et affirment que l'agence de renseignement a violé leur droit constitutionnel à la protection des conversations privées, en l'occurrence avec Julian Assange, qui est australien.

Ils assurent que la CIA a travaillé avec une entreprise de sécurité engagée par l'ambassade de l'Equateur à Londres, où Julian Assange s'était alors réfugié, pour espionner le fondateur de WikiLeaks, ses avocats, des journalistes et les autres personnes qu'il rencontrait.

Droit à un procès équitable "entaché"

Julian Assange risque l'extradition de la Grande-Bretagne vers les Etats-Unis, où il est accusé d'avoir publié en 2010 des câbles diplomatiques portant sur les guerres en Afghanistan et en Irak.

Selon l'avocat Robert Boyle, qui représente les plaignants, ces faits supposés d'espionnage signifient que le droit de M. Assange à un procès équitable a "désormais été entaché, sinon réduit à néant" car "le gouvernement connaît désormais le contenu de ces échanges" a-t-il dit à des journalistes.

"Il devrait y avoir des sanctions, jusqu'au rejet de ces charges ou au retrait de la demande d'extradition, en réponse à ces activités si clairement inconstitutionnelles", a-t-il jugé.

Undercover Global aussi visée

La plainte a été déposée par les avocates Margaret Ratner Kunstler et Deborah Hrbek ainsi que les journalistes Charles Glass et John Goetz. Elle vise la CIA, son ancien directeur et ex-secrétaire d'Etat Mike Pompeo, l'entreprise de sécurité Undercover Global et son président David Morales Guillen.

La plainte affirme qu'Undercover Global, qui était sous contrat avec l'ambassade équatorienne, a pour le compte de la CIA récolté des informations sur les appareils électroniques des plaignants, notamment des échanges avec M. Assange, et placé des microphones dans l'édifice, dont les enregistrements ainsi que les images de télésurveillance ont également été envoyés à l'agence américaine.

Julian Assange a fait appel de la décision britannique d'accéder à la demande d'extradition aux Etats-Unis. Les chefs d'inculpation qui pèsent contre lui pourraient conduire à une peine d'emprisonnement allant jusqu'à 175 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

R. Kelly jugé dans une nouvelle affaire de crimes sexuels

Publié

le

Dans ce nouveau procès qui s'ouvre à Chicago, R. Kelly est accusé d'obstruction à la justice, de production pédopornographie et d'activité sexuelle illégale avec une personne mineure (archives). (© KEYSTONE/AP Pool Chicago Tribune/ANTONIO PEREZ)

La star déchue du R&B, R. Kelly, déjà condamnée à 30 ans de prison en juin pour crimes sexuels, comparaît de nouveau cette semaine pour des charges similaires dans un tribunal de sa ville natale de Chicago. La sélection des jurés a commencé lundi.

Robert Sylvester Kelly, 55 ans, avait été reconnu coupable à New York d'avoir piloté pendant plusieurs décennies un "système" d'exploitation sexuelle de jeunes, dont des adolescentes, et condamné fin juin à 30 ans derrière les barreaux.

Il est accusé devant le tribunal de Chicago d'obstruction à la justice, de production de pédopornographie et d'activité sexuelle illégale avec une personne mineure.

Lui et deux anciens associés sont accusés d'avoir perturbé le cours de son procès pour pédopornographie en 2008, au cours duquel le jury l'avait déclaré non coupable, en ayant à la fois menacé et corrompu une victime, qui n'avait alors pas témoigné, mais devrait cette fois prendre la parole. Les deux autres accusés sont son ancien manager Derrel McDavid et un ancien employé Milton "June" Brown. Le procès devrait durer environ quatre semaines.

Son avocate, Jennifer Bonjean, a demandé à ce que quiconque ayant vu la série documentaire "Surviving R. Kelly", qui donne la parole à plusieurs de ses victimes, soit exclu du jury, mais le juge Harry Leinenweber a rejeté cette requête.

La condamnation de R. Kelly à New York, la première dans un procès où la majorité des parties civiles étaient des femmes noires, a été vue comme un tournant du mouvement #MeToo.

Les débats avaient permis de mettre au jour le "système" de R. Kelly pour attirer de très jeunes femmes et les violer, avec la complicité de son entourage. Nombre de victimes avaient raconté leur rencontre avec leur idole lors de concerts après lesquels on leur glissait un petit papier avec les coordonnées du chanteur.

Il est également poursuivi dans deux autres Etats.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X