Rejoignez-nous

International

Samsung Electronics: bénéfice en hausse au 3e trimestre

Publié

,

le

Samsung Electronics a vu son bénéfice net augmenter de plus de 30% au troisième trimestre (archives). (© KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON)

Le géant sud-coréen Samsung Electronics a annoncé jeudi une hausse de plus de 30% de son bénéfice net au troisième trimestre grâce à une forte demande mondiale, et malgré les difficultés liées à la chaîne d'approvisionnement mondiale.

La société a déclaré que "les conditions de marché favorables se sont poursuivies sur le marché de la mémoire", entraînant des "ventes robustes".

Son chiffre d'affaires a augmenté de 10% en glissement annuel pour atteindre le chiffre record de 74'000 milliards de wons (57,9 milliards de francs), grâce aux excellents résultats de ses puces liés à la très forte demande en temps de pandémie.

L'essor du travail à la maison a dopé la demande pour les appareils fonctionnant avec des semi-conducteurs produits par le mastodonte sud-coréen.

Le plus grand fabricant de smartphones au monde a vu son bénéfice net atteindre 12,3 milliards de wons (9,6 millions de francs) pour la période de juillet à septembre en glissement annuel, a indiqué le groupe dans un communiqué. Le bénéfice opérationnel a progressé de 28% à 15.8 milliards de wons (12,3 milliards de francs), soit la valeur anticipée par le groupe au début du mois.

Problème d'approvisionnement

Samsung Electronics est le fleuron du groupe Samsung, qui est de loin le plus grand des conglomérats familiaux -les "chaebols"- qui dominent la 12e économie au monde. Le chiffre d'affaires du groupe dans son ensemble équivaut à un cinquième du PIB national.

Mais la pandémie continue de représenter une source d'incertitude. Le groupe a prévenu "qu'un problème d'approvisionnement en composants plus long que prévu pourrait devoir être surveillé".

Les problèmes de chaîne d'approvisionnement frappent l'activité économique dans le monde entier, les entreprises étant confrontées à des pénuries de matières premières essentielles, de composants et de capacités de transport.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

La ministérielle de l'OMC reportée à cause du Covid

Publié

le

La 12e conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui devait se tenir la semaine prochaine à Genève a été reportée à la dernière minute vendredi en raison de la flambée des cas de Covid. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La 12e conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui devait se tenir la semaine prochaine à Genève a été reportée à la dernière minute vendredi alors que l'Europe fait face à la flambée des cas de Covid.

"Le report vient d'être confirmé", a déclaré à l'AFP une source diplomatique, peu après que la Suisse a annoncé des mesures de restrictions aux voyages pour faire face à l'apparition du variant inquiétant Omicron du virus donnant le Covid-19.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Précieux succès des Suissesses à Palerme

Publié

le

La joie des Suissesses après l'ouverture du score de Coumba Sow (11) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'équipe de Suisse féminine a fait un premier pas vers la Coupe du monde 2023.

La sélection de Nils Nielsen est allée s'imposer 2-1 vendredi à Palerme face à l'Italie, sa grande rivale dans le groupe G des qualifications.

Les Suissesses ont ainsi décroché leur cinquième succès en cinq sorties dans ces éliminatoires, infligeant sa première défaite à une Squadra Azzurra qui n'avait jusque-là pas encaissé le moindre but. Les deux équipes se retrouveront le 12 avril, en territoire helvétique.

Une transversale à la 96e

Gaëlle Thalmann et ses coéquipières ont tremblé jusqu'au bout sur la pelouse sicilienne. Menée 2-0 après à peine 20 minutes de jeu, l'Italie a en effet débloqué son compteur à la 60e, sur un tir de Barbara Bonansea dévié par Luana Bühler qui a pris à contre-pied la gardienne fribourgeoise.

Les quarts de finaliste du Mondial 2019 - dont la coach Melina Bertolini a dû composer sans plusieurs joueuses testées positives au Covid-19 - ont ensuite exercé une nette domination. Mais la défense helvétique a tenu bon, même si elle s'est fait quelques frayeurs à la... 96e lorsqu'un tir de Bonansea a heurté la transversale.

Un début de match parfait

Les Suissesses auraient pu (dû?) s'éviter ses sueurs froides. Les protégées du coach Danois Nils Nielsen ont en effet réussi une première mi-temps de rêve marquée par deux buts de la tête signés Coumba Sow (9e) et Ana Maria Crogorcevic (20e), laquelle avait réussi la passe décisive sur le 1-0.

La sélection helvétique s'est mise en danger toute seule, manquant plusieurs opportunités de "tuer" le match. Svenja Fölmli a ainsi trouvé les montants du but italien à la 50e. Et Ramona Bachmann, autrice du centre ayant amené le 2-0, a manqué de peu son face-à-face avec la gardienne italienne Laura Giuliani à la 57e.

Mais les Suissesses n'auront pas à regretter ces occasions gâchées. Elles s'envoleront le coeur léger dimanche vers la Lituanie, où elles chercheront à poursuivre mardi leur parcours sans faute dans ces qualifications. Elles avaient dominé les Baltes 4-1 à Thoune en ouverture de cette campagne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le nouveau variant considéré comme "préoccupant"

Publié

le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) dirigé par Tedros Adhanom Ghebreyesus a décidé le nouveau variant "Omicron" (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le nouveau variant est désormais appelé "Omicron". Les experts mandatés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont décidé vendredi à Genève qu'il devait être considéré comme "préoccupant".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Mondial-2022 au Qatar: Sepp Blatter entendu comme témoin à Zurich

Publié

le

Sepp Blatter a été entendu jeudi et vendredi à Zurich comme témoin dans l'enquête française sur l'attribution controversée du Mondial-2022 au Qatar (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

L'ancien patron du football mondial Sepp Blatter a été entendu comme témoin dans l'enquête française pour corruption portant sur l'attribution controversée du Mondial-2022 au Qatar, dossier qui avait valu une garde à vue à son ancien conseiller Michel Platini.

Cette audition par les policiers français de l'ex-président de la Fifa (1998-2015), âgé de 85 ans, s'est déroulée jeudi et vendredi à Zurich, a appris l'AFP auprès de la police française et d'une source judiciaire, confirmant une information du quotidien français Le Monde.

Outre ce dossier, des enquêtes sont en cours aux Etats-Unis et en Suisse, sur cette victoire surprise et sur le fil du Qatar en 2010 alors que les Etats-Unis apparaissaient comme les grands favoris. En butte aux soupçons depuis sa victoire, le Qatar réfute toute corruption.

Le vote en faveur du Qatar de Michel Platini, alors patron de l'UEFA, avait contribué à emporter la décision, par quatorze voix contre huit pour les Etats-Unis. Ancien proche de Sepp Blatter, devenu son rival lorsqu'il avait voulu lui succéder à la tête de la Fifa, l'ex-légende du football français avait été placée en garde à vue en juin 2019, sans être inculpé.

Derrière Michel Platini et son vote surprise, les relations de l'émirat gazier avec la France sous la présidence de Sarkozy constituent la toile de fond des investigations menées pour "corruption active et passive", "recel" et "blanchiment".

Les liens entre Sarkozy et Platini

Les enquêteurs s'intéressent particulièrement à un déjeuner le 23 novembre 2010, qui aurait réuni le président français de l'époque, Nicolas Sarkozy, Michel Platini et deux hauts dirigeants qataris, le prince héritier Tamim ben Hamad al Thani - devenu émir en juin 2013 - et Hamad ben Jassem al Thani, alors premier ministre.

Neuf jours plus tard, le 2 décembre 2010, le pays du Golfe était désigné pour accueillir la Coupe du monde en 2022. Les enquêteurs se demandent si Michel Platini n'a pas voté en faveur du Qatar à la demande de Nicolas Sarkozy, ce que l'ancien joueur réfute.

Et fin 2011, le fils de l'ancien capitaine des Bleus, Laurent Platini, avait été recruté comme directeur général provisoire de l'équipementier qatari Burrda Sport, filiale de QSI.

La justice se demande si cette embauche constituait une contrepartie au vote de son père.

Le média d'investigation français Mediapart avait par ailleurs révélé fin 2020 une note datée du 28 avril 2011 sur la vente du PSG au fonds souverain Qatar Sports Investments (QSI), évoquant une répartition prévue du capital. Le document, saisi en juin 2019 dans les locaux de Colony Capital, l'ancien propriétaire du club, mentionne aussi le montant d'un salaire devant être versé à Laurent Platini.

Colony Capital

Six mois après le déjeuner au palais présidentiel de l'Elysée, en mai 2011, le Paris Saint-Germain avait été racheté par le fonds QSI pour 76 millions d'euros à Colony Capital. Le représentant en France de ce fonds d'investissement américain était Sébastien Bazin, homme d'affaires proche de Nicolas Sarkozy.

Michel Platini a assuré dans un récent entretien au Monde avoir décidé seul de privilégier le Qatar, prenant sa décision "très tôt", sans aucune influence de Nicolas Sarkozy. "Les décisions économiques et le business du Qatar me sont totalement étrangers" et "mon fils est suffisamment grand, autonome et compétent pour construire sa carrière sans son père ou ses interventions", a-t-il dit.

Sophie Dion, conseillère technique chargée des sports du président Sarkozy, avait été également placée en garde à vue en 2019, mais n'a pas non plus été mise en examen. L'ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, lui, avait été entendu en audition libre.

Autre axe d'enquête, un contrat conclu avant l'attribution du Mondial, qui accordait les droits de diffusion TV des Mondiaux 2018 à 2022 à la chaîne qatarie Al-Jazeera contre 300 millions de dollars, avec un bonus de 100 millions de dollars à la Fifa en cas d'octroi au Qatar.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le nouveau variant sème la panique sur les marchés du pétrole

Publié

le

Les deux contrats de référence ont effacé en une séance deux mois de hausse: en tombant temporairement à 68,75 dollars et 73,03 dollars, le WTI et le Brent reviennent à leurs prix de mi-septembre. (archives) (© KEYSTONE/AP/Noah Berger)

Les prix du pétrole étaient en chute libre vendredi, plongeant de 10% par rapport à la clôture de la veille, emportés par le risque que fait peser sur la demande d'or noir le nouveau variant du Covid-19 détecté en Afrique du Sud.

Vers 16H00 GMT (17H00 HEC), le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en janvier chutait de 11,30% à 69,53 dollars.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison au même mois tombait de 10,23% à 73,81 dollars.

Les deux contrats de référence de part et d'autre de l'Atlantique ont effacé en une séance deux mois de hausse: en tombant temporairement à 68,75 dollars et 73,03 dollars, le WTI et le Brent reviennent à leurs prix de mi-septembre.

"Le pétrole glisse du fait des inquiétudes concernant le nouveau variant" du Covid-19, résume Craig Erlam, analyste de Oanda.

Appelé pour le moment B.1.1.529, ce nouveau variant a été détecté en Afrique du Sud et présente un potentiel de propagation très rapide, selon les scientifiques, qui ignorent à ce stade si les vaccins actuellement disponibles sont efficaces contre lui.

Plusieurs pays européens ont d'ores et déjà décidé vendredi de suspendre les vols en provenance d'Afrique australe, d'autres nations, comme le Japon instaurant une quarantaine.

"La crainte que d'autres n'introduisent de nouvelles mesures de confinement et de restriction des déplacements pénalise encore davantage le brut", estime Fawad Razaqzada, de Thinkmarkets.

Les investisseurs s'inquiètent "de l'impact de ces restrictions de déplacement", avérées ou potentielles, reprend M. Erlam.

"Même sans restrictions sévères, les gens seront plus prudents, ce qui pèsera sur la demande", reprend-il.

Yeux braqués vers l'Opep+

Ces nouveaux éléments "ont eu un impact dévastateur sur les prix du pétrole au cours de la nuit", appuyait plus tôt dans la journée Tamas Varga, de PVM, une descente qui s'est accentuée à l'ouverture de la séance américaine.

Les acteurs et observateurs du marché surveilleront d'autant plus "la manière dont l'Opep+ prendra en compte le risque pour la demande lié à ce nouveau variant, ainsi que l'impact de la libération de réserves stratégiques par les principaux pays consommateurs de pétrole", explique Han Tan, de Exinity.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés via l'accord Opep+ se retrouvent jeudi prochain pour statuer sur l'évolution de leur offre conjointe d'or noir en début d'année prochaine.

Cette stratégie, favorable jusqu'ici aux caisses des producteurs, laisse à l'heure actuelle une réserve de plus de 4 millions de barils sous terre chaque jour.

Plusieurs gros consommateurs comme les Etats-Unis poussent pour qu'ils ouvrent plus rapidement qu'ils ne le font leur robinet d'or noir afin de calmer la hausse des prix qui pèse sur la reprise économique.

En attendant, Washington a décidé mardi de recourir à l'ouverture de ses réserves stratégiques de brut afin d'augmenter l'offre disponible sur le marché.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Ces temps-ci, Dame Fortune est tout sourire… Tentez la chance, elle pourrait bien vous tomber dans les bras !

Les Sujets à la Une

X