Rejoignez-nous

International

Le bilan de l'accident minier en Russie s'alourdit à 52 morts

Publié

,

le

Les accidents miniers sont fréquents en Russie: le plus meurtrier de ces dernières années a fait 91 morts (archives). (© KEYSTONE/AP/Sergey Ponomarev)

Le bilan de l'accident qui s'est produit jeudi dans une mine de Sibérie est monté à 52 morts, ont rapporté les agences de presse russes en citant une source au sein des services de secours.

"Selon des informations préliminaires, personne n'a survécu dans la mine. 52 personnes sont mortes", a déclaré cette source, citée par l'agence officielle TASS. Les agences de presse RIA Novosti et Interfax ont également rapporté cette déclaration, en précisant qu'il y avait 46 mineurs et 6 sauveteurs parmi les morts.

Le bilan initial établi par les autorités faisait état de 14 morts, dont 11 mineurs et trois secouristes, ainsi que de 35 mineurs et trois secouristes disparus.

L'accident s'est produit vers 01H35 GMT jeudi dans la mine de Listviajnaïa dans la ville de Gramoteïno, dans la région sibérienne de Kemerovo, où sont situées de nombreuses mines de charbon.

Le Comité d'enquête russe, chargé des principales affaires dans le pays, a ouvert une enquête pour "violation des normes de sécurité", et a annoncé dans la soirée l'arrestation du directeur de la mine, de son adjoint, ainsi que du responsable de la zone où l'accident a eu lieu. La mine appartient à la société SDS-Ugol, l'un des plus gros producteurs de charbon de Russie.

Les opérations de recherches, qui ont duré toute la matinée, ont été suspendues dans l'après-midi à cause d'un risque d'explosion.

"Risque élevé d'explosion"

Un accident dans la mine de Listviajnaïa avait déjà eu lieu en octobre 2004, lorsqu'une explosion de méthane avait tué 13 personnes. Selon les médias russes, une explosion y avait tué cinq personnes en 1981, à l'époque soviétique.

Les accidents dans les mines de Russie, comme ailleurs en ex-URSS, sont souvent liés au laxisme dans l'application des normes de sécurité, à une mauvaise gestion ou à des équipements vétustes remontant à l'époque soviétique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

International

Septième victoire de suite pour Capela et les Hawks

Publié

le

Clint Capela (15) et les Hawks ont écrasé les Grizzlies 132-100 vendredi (© KEYSTONE/AP/Brandon Dill)

Clint Capela et les Hawks tiennent la grande forme.

Atlanta est allé s'imposer 132-100 à Memphis pour cueillir sa septième victoire d'affilée en NBA, grâce notamment aux 23 points et 17 rebonds de son intérieur genevois.

La tâche des Hawks a certes été facilitée par la sortie sur blessure dès le premier quart-temps du meneur-vedette des Grizzlies Ja Morant. Touché au genou gauche, celui-ci a passé moins de 10' sur le parquet, inscrivant 2 points.

N'empêche que les Hawks ont sorti le grand jeu à Memphis. Ces 132 points inscrits constituent leur record de la saison. Comme le sont les 23 points et 17 rebonds de Clint Capela, qui a rentré 11 de ses 14 tirs vendredi soir. Le Meyrinois a également réussi 3 contres et 2 passes décisives, pour un différentiel de +33.

Trae Young s'est quant à lui fait l'auteur de 31 points et 10 assists pour les Hawks, qui ont gagné leurs sept derniers matches avec une marge d'au moins 10 points. Vendredi, ils ont pris le large dans un troisième quart remporté 43-17, ce qui a permis au coach Nate McMillan de reposer son cinq de base dans l'ultime période.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Justin Trudeau dans l'Ouest canadien après des inondations

Publié

le

Le Premier ministre canadien regarde une carte qui répertorie les dommages provoqués par les inondations des dernièrs jours à Abbotsford, dans la province de Colombe-Britannique. (© KEYSTONE/AP/Jonathan Hayward)

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est rendu vendredi dans l'ouest du pays touché par des inondations catastrophiques. Il a mis en garde contre de nouveaux désordres climatiques alors que la région attend de fortes pluies dans les prochains jours.

"Ce ne sera pas la dernière crise que traverseront les Canadiens", a prévenu Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre de la province de Colombie-Britannique, John Horgan.

"Les événements climatiques extrêmes vont devenir plus fréquents", a-t-il déclaré. "Nous devons nous attaquer aux problèmes de changement climatique sur le long terme", notamment en diminuant les émissions de CO2 et en rendant les infrastructures plus résilientes, a-t-il ajouté.

Les pluies torrentielles, qui se sont abattues sur le sud-ouest de la Colombie-Britannique mi-novembre, ont provoqué des glissements de terrain et des inondations, faisant au moins quatre morts et un disparu et détruisant routes et infrastructures. Des milliers de personnes ont dû être évacuées et l'armée envoyée en renfort.

Ces derniers mois, la province, située sur la côte Pacifique, a subi des catastrophes à répétition avec une vague de chaleur record fin juin qui a fait plus de 500 morts, suivie par d'importants incendies.

Autoroutes fermées

"Nous payons les conséquences du changement climatique, non pas dans l'avenir, mais dès maintenant", a déclaré M. Horgan. "Nos fermes ont été inondées, nos routes emportées, nos communautés sont sous l'eau, et il va y avoir encore plus de pluie", a-t-il ajouté.

Vendredi, le gouvernement de Colombie-Britannique a ordonné la fermeture de tronçons de trois autoroutes en prévision de deux autres épisodes de pluie importants prévus dans les prochains jours.

Dans la journée, Justin Trudeau a rencontré des soldats déployés dans la région ainsi que des habitants touchés par les inondations. "J'ai vu l'étendue des inondations, les défis que doivent relever tant de fermes et de communautés touchées", des gens "qui se battent pour leurs maisons", a-t-il dit.

Cette semaine, la province a commencé à faire venir du carburant des Etats-Unis par barges afin d'atténuer la pénurie d'essence. Les ventes à la pompe à Vancouver, qui a été isolée par les dégâts de la tempête, ont été rationnées.

Selon les dernières informations, la compagnie ferroviaire Canadian Pacific et la compagnie nationale ont repris le transport de fret entre Vancouver et Kamloops, à 350 km au nord-est.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Non-lieu pour Cristina Kirchner dans une affaire de blanchiment

Publié

le

Cristina Kirchner était accusée d'avoir mis en place, entre janvier 2009 et mars 2016, "un système de recyclage de fonds d'origine illégale à travers Los Sauces", une entreprise immobilière familiale (archives). (© KEYSTONE/EPA/Juan Ignacio RONCORONI)

La vice-présidente argentine Cristina Kirchner et ses deux enfants, Florencia et Maximo, ont bénéficié d'un non-lieu dans la vaste affaire de blanchiment d'argent "Los Sauces", du nom d'une entreprise immobilière familiale, a annoncé la justice vendredi.

Selon l'accusation, entre janvier 2009 et mars 2016, l'ex-présidente (2007-2015), inculpée en 2017 dans cette affaire, avait mis en place "un système de recyclage de fonds d'origine illégale à travers Los Sauces". Mais la justice a jugé les éléments avancés insuffisants.

L'ancienne présidente, inculpée dans plusieurs affaires de corruption pour des marchés publics truqués et versement de dessous-de-table, dénonçait une persécution politique.

Cristina Kirchner a obtenu des non-lieux dans plusieurs affaires de corruption présumée durant ses deux mandats présidentiels, mais reste poursuivie dans certaines procédures.

De 2003 à 2015, Mme Kirchner et son mari Nestor, président de 2003 à 2007, et des membres de leur gouvernement sont notamment soupçonnés d'avoir encaissé pour 160 millions de dollars de pots-de-vin de la part de chefs d'entreprise en échange de marchés publics.

La justice argentine avait déjà prononcé début octobre un non-lieu en faveur de Cristina Kirchner dans une affaire d'entrave, au profit de l'Iran, à l'enquête sur l'attentat contre une mutuelle juive qui avait fait 85 morts et 300 blessés en 1994 à Buenos Aires.

Elle était accusée d'avoir encouragé l'approbation par le Parlement d'un accord avec Téhéran, prévoyant que de hauts fonctionnaires iraniens soupçonnés d'avoir commandité l'attentat soient entendus hors d'Argentine, leur permettant de se dérober à la justice.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Décès de Stephen Sondheim, légende de la comédie musicale

Publié

le

En 2015, Barack Obama avait remis à Stephen Sondheim la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile (archives). (© KEYSTONE/AP/Evan Vucci)

Stephen Sondheim, légende de la comédie musicale américaine et parolier de "West Side Story", est décédé vendredi, a indiqué un porte-parole. Il avait 91 ans.

Son avocat, F. Richard Pappas, avait annoncé au New York Times que Stephen Sondheim s'était éteint soudainement à son domicile de Roxbury, dans le Connecticut (nord-est du pays), après avoir célébré Thanksgiving avec ses amis la veille. Rick Miramontez, porte-parole d'une de ses pièces, "Company", actuellement en représentation à Broadway, a confirmé sa mort à l'AFP.

Formé tout jeune par le grand maître de la comédie musicale Oscar Hammerstein ("Show Boat", "La Mélodie du bonheur"), Stephen Sondheim avait été engagé à seulement 25 ans pour écrire les paroles de la désormais mythique "West Side Story", son premier spectacle sur Broadway, plus tard adapté à l'écran.

Nombreuses récompenses

Né le 22 mars 1930 à New York, il était considéré comme l'un des plus grands compositeurs de comédie musicale et était perçu comme un intellectuel du genre, car il préférait le théâtre d'art au divertissement si répandu à Broadway. Il avait notamment travaillé sur "Sweeney Todd", "Gypsy", "Sunday in the Park with George", "A Little Night Music", comme compositeur ou parolier.

Au cours de sa longue carrière, ce géant de Broadway a remporté huit Grammy Awards, tout autant de Tony Awards, un Oscar, ainsi qu'un prix Pulitzer.

Stephen Sondheim, dont les parents travaillaient dans la mode, s'était passionné pour le théâtre musical dès son plus jeune âge. Après avoir travaillé à la télévision ou écrit des mots croisés pour le New York Magazine, c'est grâce à "West Side Story" qu'il accède à la gloire.

"Terrible perte"

En 2015, Barack Obama, alors président des Etats-Unis, lui avait attribué la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile. "Pour le dire simplement, Stephen a réinventé la comédie musicale américaine", avait dit Barack Obama. "Sa musique est si belle, ses paroles si précises, que même lorsqu'il expose les imperfections de la vie quotidienne, il les transcende".

"Remercions le Seigneur que Sondheim ait vécu jusqu'à 91 ans et ait eu le temps d'écrire de si merveilleuses musiques et d'excellents textes! Qu'il repose en paix", a salué Barbra Streisand, icône de la chanson, en tweetant une photo d'eux deux.

L'actrice et chanteuse Anna Kendrick a déploré une "terrible perte". "Il y a quelques jours, je disais à quelqu'un à quel point il est amusant (et vraiment difficile) de chanter du Stephen Sondheim. Interpréter ses oeuvres a été l'un des plus grands privilèges de ma carrière", a-t-elle réagi sur Twitter.

Longévité de ses oeuvres

L'acteur Hugh Jackman a de son côté exprimé sa gratitude au parolier. "De temps en temps, une personne vient changer fondamentalement un genre artistique tout entier. Stephen Sondheim était de celles-là. Au moment où des millions de personnes pleurent son décès, je tiens aussi à exprimer ma reconnaissance pour tout ce qu'il m'a donné, à moi et à tant d'autres", a-t-il écrit.

Preuve de la longévité de ses oeuvres, deux de ses pièces, "Company", créée en 1970, et "Assassins", qui date de 1990, étaient jouées à Broadway cet automne.

Quelques jours avant sa mort, l'artiste respecté avait dit dans une interview au New York Times avoir été "chanceux", ravi de voir ses spectacles joués encore et encore.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

La ministérielle de l'OMC à Genève reportée jusqu'à nouvel ordre

Publié

le

La 12e conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui devait se tenir la semaine prochaine à Genève a été reportée à la dernière minute vendredi en raison de la flambée des cas de Covid. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le nouveau variant du coronavirus aura eu raison de l'une des réunions internationales les plus importantes de l'année en Suisse. La ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), prévue dès mardi à Genève, est reportée jusqu'à nouvel ordre.

"Tous les membres sont derrière la décision", a affirmé vendredi sur les réseaux sociaux la directrice générale adjointe de l'institution Anabel Gonzalez. Elle a mentionné des raisons de "santé" et d'"équité".

Auparavant, les experts mandatés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient décidé de considérer le variant Omicron comme "préoccupant". L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) avait annoncé que les vols en provenance du Botswana, d'Eswatini, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie, du Zimbabwe et d'Afrique du Sud étaient interdits. De même, des quarantaines seront imposées aux personnes arrivant de Hong Kong, d'Israël et de Belgique.

Autant de contraintes qui ne permettaient plus de garantir une réunion équitable, alors que les 164 pays membres devaient négocier d'importantes questions pour le commerce mondial. A tel point qu'ils avaient refusé de prévoir un format hybride ou en ligne, incompatible avec les défis de l'institution.

Au total, environ 4000 personnes devaient participer à cette 12e réunion ministérielle de mardi à vendredi au moins. Plus de 200 ministres étaient attendus. La Suisse et les autorités genevoises avaient établi un important dispositif de sécurité.

Importante pour l'organisation

Cette réunion était très importante pour l'OMC dont une ministérielle formelle n'a plus eu lieu depuis plusieurs années. Organisée officiellement par le Kazakhstan, elle avait déjà été décalée l'année dernière en raison de la pandémie. Les Etats avaient également préféré ensuite la relocaliser à Genève.

En crise institutionnelle depuis fin 2019 après le blocage de son tribunal d'appel par les Etats-Unis et sans accord significatif depuis près de dix ans, l'OMC devait montrer qu'elle est encore capable d'aboutir à des résultats. Mais les discussions sont "dures", avait affirmé il y a quelques mois la directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala.

L'organisation était très attendue sur la réponse qu'elle peut apporter à la pandémie. Elle est confrontée depuis près d'un an à un blocage sur la question d'une levée provisoire des brevets sur le commerce des technologies contre le coronavirus.

Celle-ci a été soutenue par des dizaines de pays et elle est ardemment demandée par des acteurs onusiens et des ONG comme Médecins Sans Frontières (MSF). Mais la Suisse, au côté de l'UE, de la Grande-Bretagne et de la Norvège, reste fermement opposée à ce scénario. Une situation difficile pour elle qui aurait pu la pousser à devoir bloquer un consensus alors qu'elle s'est toujours refusée à le faire.

Divisions sur la pêche

Parmi les autres discussions attendues, les Etats devaient tenter d'arracher un arrangement après plus de 20 ans de négociations sur les subventions sur la pêche, estimées jusqu'à 54 milliards de dollars par an. L'objectif est d'interdire les subventions pour un navire qui mènerait une pêche illégale, non déclarée ou non réglementée. Mais aussi celles pour la surpêche, dans des zones déjà trop utilisées.

Selon l'ONU, 90% des stocks marins sont exploités ou surexploités. Un tiers des prises sont liées à la surpêche. Les Etats riches souhaitent que la Chine ne puisse s'appuyer sur des exceptions en raison de son statut autodéclaré de pays en développement.

Dans un projet d'accord, des exemptions pour les pays pauvres et ceux en développement avec un volume de pêche sous les 0,7% de la capacité mondiale étaient prévues. De même que des mesures pour limiter le recours au travail forcé, de quoi tenter de satisfaire tout le monde. Mais des Etats en développement le trouvent toujours trop favorable aux pays riches.

En marge de l'approche multilatérale, plusieurs discussions, établies par des dizaines de pays entre eux à chaque fois, avancent plus rapidement. Un arrangement sur le commerce des services devait être approuvé par plus de 60 pays, dont la Suisse. Les économies grâce à cet accord pourraient s'élever à plus de 130 milliards de francs à moyen terme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X