Rejoignez-nous

International

UBS écope d'une amende de 4,2 milliards

Publié

,

le

La sanction infligée à UBS est la plus importante jamais prononcée par la justice française dans une affaire d'évasion fiscale. (archives) (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Pour des fautes d'une "exceptionnelle gravité", le géant bancaire UBS a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Paris à une amende de 3,7 milliards d'euros (4,2 milliards de francs).

Il s'agit de la plus lourde peine jamais infligée par la justice française dans une affaire d'évasion fiscale.

Le tribunal correctionnel de Paris a sanctionné la première banque privée au monde pour "démarchage bancaire illégal" et "blanchiment aggravé de fraude fiscale" de 2004 à 2012, des délits qui "trouvent leur source dans une organisation structurée, systémique et ancienne", a expliqué la présidente Christine Mée à l'audience.

Les avocats d'UBS, la maison mère, ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel.

La filiale française du groupe, UBS France, a été condamnée, pour complicité des mêmes faits, à une amende de 15 millions d'euros.

Le tribunal a condamné solidairement la banque suisse UBS AG, sa filiale française et trois de ses anciens cadres à payer 800 millions d'euros de dommages et intérêts à l'Etat français, partie civile.

Cinq des six anciens cadres de la banque jugés se sont vu infliger des peines de prison avec sursis et des amendes allant jusqu'à 300.000 euros. Seul Raoul Weil, l'ex-numéro 3 d'UBS AG, a été relaxé, du fait de "sa position hiérarchique" dans l'entreprise, pas directement en prise avec la gestion du marché français.

Le jugement, la plus belle victoire du parquet national financier (PNF) depuis sa création en 2013 dans la foulée du scandale des comptes cachés de l'ex-ministre Jérôme Cahuzac, est particulièrement sévère pour la banque. Il sera scruté à la loupe sur les places financières à l'heure où le Brexit promet de faire de Paris un nouveau phare bancaire sur le Vieux Continent.

"C'est une décision qui va marquer l'histoire des poursuites en matière de blanchiment", s'est réjoui l'avocat de l'Etat français, Xavier Normand-Bodard. L'ancien ministre des Finances, Michel Sapin, a lui salué une décision qui "crédibilise" les outils français en matière de répression de la fraude et la corruption dans la loi de 2016 qui porte son nom.

Les anciens cadres de la banque suisse, peu loquaces, ont fait part de leur totale "incompréhension". A la Bourse suisse, l'action UBS a accusé le coup, enregistrant à la clôture une baisse de 2,7% à 12,50 francs.

"Confiance mise à mal"

"La notoriété mondiale de la structure bancaire utilisée et son savoir-faire éprouvé lui ont permis de mettre à mal la confiance qui doit régir tous les rapports de concurrence internationaux", a déclaré la présidente de la 32e chambre correctionnelle.

"A ce titre, le tribunal ne peut que constater que cette structure a fait constamment prévaloir ses intérêts financiers propres sur les prérogatives régaliennes de l'Etat français. Ce faisant, les fautes pénales relevées sont d'une exceptionnelle gravité", a souligné la magistrate.

La banque, qui a constamment nié avoir franchi la ligne rouge de la légalité, "conteste vigoureusement ce jugement" dans un communiqué, fustigeant une condamnation "étayée par aucune preuve concrète". UBS s'indigne d'une décision qui "revient à appliquer le droit français en Suisse", portant atteinte à la "souveraineté" helvète.

Le tribunal a considéré que le groupe suisse avait bien illégalement envoyé ses commerciaux en France pour piocher dans la riche clientèle d'UBS France, repérée lors de réceptions, parties de chasse ou rencontres sportives, et la convaincre d'ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

Pour masquer les mouvements de capitaux illicites entre les deux pays, la banque a mis en place une double comptabilité, selon la justice française: les "carnets du lait", utilisés pour comptabiliser les reconnaissances d'affaires dissimulées selon l'accusation.

La sanction infligée est, de loin, la plus importante jamais prononcée par la justice française dans une affaire d'évasion fiscale, depuis la condamnation en juillet 2017 de la banque lettonne Rietumu à une amende de 80 millions d'euros.

La plus grosse amende aussi, dépassant largement le montant négocié de 300 millions payé en novembre 2017 au fisc français par la filiale suisse de la Britannique HSBC qui avait ainsi évité un procès.

Ce procès restera comme celui d'une époque, de pratiques désormais combattues et d'une lutte qui allait aboutir, après la crise financière de 2007-2008, au principe d'échange automatique des données, signant sur le papier la fin du secret bancaire suisse.

En France, selon les estimations, entre 60 et 100 milliards d'euros d'impôts échappent encore chaque année à l'Etat du fait de la fraude.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Dominic Thiem s'incline à nouveau dès son premier match

Publié

le

Dominic Thiem a chuté d'entrée à Roland-Garros (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Dominic Thiem (ATP 194), double finaliste à Roland-Garros, s'y est incliné d'entrée dimanche.

Battu 6-3 6-2 6-4 par le Bolivien Hugo Dellien (ATP 87), l'Autrichien peine à revenir après sa longue absence due à une blessure au poignet droit.

L'ex-no 3 mondial n'a pas remporté le moindre match sur le circuit depuis son élimination en 8es de finale à Rome en mai 2021. Victime de douleurs au poignet, il avait mis un terme à sa saison après son élimination d'entrée à l'ATP 250 de Majorque en juin.

De retour cette année en mars au Challenger de Marbella, Dominic Thiem n'a encore pas passé le moindre tour en six tournois, lui qui avait été battu d'entrée par Marco Cecchinato au Geneva Open lundi dernier. Dimanche, il a bien réussi 29 coups gagnants (contre 15 pour Hugo Dellien), mais il a commis trop de fautes directes pour espérer déstabiliser son adversaire (42 contre 14).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Joe Biden au Japon pour renforcer le leadership américain en Asie

Publié

le

Le président américain Joe Biden est arrivé dimanche au Japon. Il doit notamment dévoiler une nouvelle initiative américaine pour le commerce en Asie, dont il cherche à renforcer les liens diplomatiques et économiques avec Washington. (© KEYSTONE/AP/Evan Vucci)

Le président américain Joe Biden est arrivé dimanche au Japon, dernière étape de sa première tournée en Asie depuis son entrée en fonctions, sur fond de menace nord-coréenne, d'ambitions géopolitiques de la Chine et de guerre en Ukraine.

Après s'être rendu en Corée du Sud, autre grand allié des Etats-Unis dans la région, M. Biden a atterri à la base aérienne américaine de Yokota, à l'ouest de Tokyo, peu après 17h00 (10h00 suisses).

Il doit rencontrer lundi à Tokyo le Premier ministre japonais Fumio Kishida et l'empereur Naruhito. Puis il participera mardi à un sommet du Quad, un format diplomatique rassemblant les dirigeants des Etats-Unis, du Japon, de l'Inde et de l'Australie et visant à faire contrepoids à l'influence économique, militaire et technologique croissante de la Chine en Asie-Pacifique.

M. Biden a appelé dimanche pour le féliciter le vainqueur des élections législatives la veille en Australie, Anthony Albanese, réaffirmant au passage "l'engagement inébranlable des Etats-Unis envers l'alliance américano-australienne". M. Albanese a prévu de participer au Quad.

Alors que l'Inde est le seul pays membre du Quad à n'avoir pas officiellement condamné l'invasion russe de l'Ukraine, le Premier ministre indien Narendra Modi a précisé dimanche dans un communiqué qu'il prévoyait d'avoir un échange bilatéral avec M. Biden.

Accompagné durant sa tournée asiatique par la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo, M. Biden doit aussi dévoiler au Japon une nouvelle initiative américaine pour le commerce dans la région, perçue comme une façon de s'affranchir à terme des chaînes d'approvisionnement chinoises.

La Corée du Nord a le choix

M. Biden s'est déclaré dimanche à Séoul "préparé" à un éventuel nouvel essai nucléaire par la Corée du Nord, tout en réaffirmant être prêt à dialoguer avec Pyongyang, alors que les discussions sont au point mort depuis l'échec d'un sommet en 2019 entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump.

Un essai nucléaire nord-coréen n'est finalement pas intervenu durant le séjour de M. Biden en Corée du Sud, mais ce scénario demeure un risque dans les prochains jours, selon le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis Jake Sullivan.

"Si la Corée du Nord agit, nous serons préparés à y répondre. Si la Corée du Nord n'agit pas, elle a l'occasion, comme nous l'avons déjà dit, de revenir à la table" des négociations, a déclaré dimanche M. Sullivan à des journalistes.

A Séoul où il était arrivé vendredi, M. Biden a fait connaissance avec son homologue Yoon Suk-yeol, un conservateur pro-américain arrivé au pouvoir début mai. Les deux chefs d'Etat ont évoqué une intensification des exercices militaires conjoints entre leurs pays afin de contrer les "bruits de sabre" de Kim Jong Un.

M. Yoon a également évoqué le déploiement par les Etats-Unis dans son pays de "moyens stratégiques" pour contrer "une attaque nucléaire". Ces moyens devraient inclure "des avions de chasse et des missiles, contrairement au passé où nous ne pensions qu'au parapluie nucléaire pour la dissuasion", a-t-il précisé.

Tout déploiement d'armements de ce type, ou toute intensification des exercices militaires conjoints, risque de fâcher Pyongyang qui considère ces manoeuvres comme des répétitions générales d'invasion.

Les services de renseignement sud-coréens ont averti que la Corée du Nord avait terminé des préparatifs pour réaliser un essai nucléaire qui serait le septième de son histoire et le premier depuis cinq ans.

Pyongyang ne répond pas

Ajoutant aux incertitudes, la Corée du Nord, dont la population n'est pas vaccinée contre le Covid-19, fait actuellement face à une flambée épidémique, avec près de 2,6 millions de cas et 67 morts, selon les derniers chiffres officiels. La proposition de M. Biden d'offrir des vaccins à Pyongyang est demeurée lettre morte.

M. Biden a évoqué, lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Yoon, une "compétition mondiale entre les démocraties et les autocraties" et a déclaré que la région Asie-Pacifique était, dans ce contexte, un champ de bataille essentiel.

"Nous avons longuement parlé de la nécessité de faire en sorte que (cette coopération) ne se limite pas aux Etats-Unis, au Japon et à la Corée, mais qu'elle englobe l'ensemble du Pacifique, du Pacifique Sud et de l'Indo-Pacifique. Je pense que (ce voyage) est une opportunité", a déclaré M. Biden.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Les présentatrices afghanes se couvrent finalement le visage

Publié

le

Les présentatrices TV afghanes doivent se couvrir quasi intégralement. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Les présentatrices des principales chaînes de télévision afghanes sont passées à l'antenne dimanche en se couvrant le visage, un jour après avoir défié l'ordre des talibans de dissimuler leur apparence et ainsi se soumettre à la vision austère de l'islam du groupe.

Depuis leur retour au pouvoir l'année dernière, les talibans ont imposé une série de restrictions insidieuses à la société civile, dont une grande partie visent à limiter les droits des femmes.

Au début du mois, le chef suprême des talibans a émis un ordre selon lequel les femmes devaient se couvrir entièrement en public, y compris le visage, idéalement avec la burqa traditionnelle.

Auparavant, un foulard couvrant les cheveux suffisait.

Le redouté ministère afghan de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice avait ordonné aux présentatrices de télévision de s'y conformer d'ici samedi.

Mais les journalistes femmes ont choisi de ne pas se plier à cet ordre samedi, en passant à l'antenne en direct sans dissimuler leur visage.

Volte-face

Avant de faire volte-face. Dimanche, celles-ci portaient le voile intégal, ne laissant apparaître que leurs yeux et leur front, pour présenter les journaux sur les chaînes TOLOnews, Ariana Television, Shamshad TV et 1TV.

"Nous avons résisté et étions contre le port" du voile intégral, a assuré à l'AFP Sonia Niazi une présentatrice de TOLOnews.

"Mais TOLOnews a subi des pressions, (les talibans) ont dit que toute présentatrice qui apparaissait à l'écran sans se couvrir le visage devait se voir confier un autre travail", a-t-elle relaté.

Mohammad Sadeq Akif Mohajir, porte-parole du ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, a déclaré que les autorités n'avaient pas l'intention de forcer les présentatrices à quitter leur emploi.

Menaces

"Nous sommes heureux que les chaînes aient correctement exercé leur responsabilité", a-t-il commenté à l'AFP.

Les talibans ont ordonné que les femmes travaillant au sein du gouvernement soient licenciées si elles ne respectent pas le nouveau code vestimentaire.

Les employés de sexe masculin risquent également d'être suspendus si leurs épouses ou leurs filles ne s'y conforment pas.

Les talibans ont repris le pouvoir en août 2021 en annonçant un régime plus souple que lors de leur premier règne rigoriste.

Mais ils ont ces derniers mois recommencé à réprimer les oppositions et à éroder les libertés, notamment pour les femmes dans l'éducation, le travail et la vie quotidienne.

Ils ont commencé par exiger que les femmes portent au minimum un hijab, un foulard couvrant la tête mais laissant apparaître le visage. Puis, début mai, ils leur ont imposé le port en public d'un voile intégral, de préférence la burqa, déjà obligatoire lorsqu'ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001.

Au cours des vingt années qui ont suivi l'éviction des talibans en 2001, de nombreuses femmes des campagnes conservatrices avaient continué à porter la burqa. Mais la plupart des Afghanes, y compris les présentatrices de télévision, avaient opté pour le foulard.

Les chaînes de télévision ont déjà cessé des séries et des feuilletons mettant en scène des femmes, sur ordre des talibans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Climat: Anthony Albanese promet de réparer l'image de l'Australie

Publié

le

Le futur premier ministre australien Anthony Albanese a promis de réduire de 43% les émissions d'ici 2030. L'Australie est considérée comme étant à la traîne sur la protection du climat. (© KEYSTONE/EPA/DEAN LEWINS)

Le travailliste Anthony Albanese, qui s'apprête à devenir Premier ministre de l'Australie après sa victoire aux législatives, a promis de réparer l'image de son pays, largement considéré à l'étranger comme à la traîne de la lutte contre le changement climatique.

"Je veux vraiment changer le pays", a déclaré dimanche M. Albanese, qui doit prendre ses fonctions lundi et s'envoler peu après pour Tokyo. Il y participera mardi au sommet du Quad (Etats-Unis, Japon, Inde, Australie), et rencontrera séparément ses homologues indien Narendra Modi et japonais Fumio Kishida, ainsi que le président américain Joe Biden.

"Cela nous permet de faire savoir au monde qu'il y a un changement de gouvernement", a-t-il déclaré aux journalistes. "Il y aura quelques changements dans la politique, en particulier en ce qui concerne le changement climatique et notre engagement envers le monde sur ces questions", a-t-il ajouté.

Mais à deux jours de ce premier déplacement officiel à l'étranger, M. Albanese attendait toujours dimanche de savoir si son Parti travailliste disposera au Parlement australien d'une majorité absolue, ou bien s'il devra trouver des alliés pour gouverner.

Selon les résultats officiels partiels, les travaillistes pouvaient déjà compter dimanche sur 74 sièges à la Chambre des représentants, et disposaient d'une légère avance dans une 75e circonscription.

La majorité absolue (76 sièges) à la Chambre, qui compte 151 députés, paraissait donc à leur portée, l'issue étant encore incertaine dans plus d'une dizaine de circonscriptions.

Irruption des "teals"

"Le peuple australien a voté pour le changement", a exulté dimanche Anthony Albanese, 59 ans, dont la victoire a mis fin à neuf ans de gouvernement conservateur.

La coalition libérale du Premier ministre sortant Scott Morrison a perdu de nombreux sièges à travers le pays. Mais elle a connu ses pires défaites dans des circonscriptions qui étaient jusqu'à présent ses chasses gardées, face à une poignée de candidats indépendants.

Ces candidats sont surnommés les "teals", un terme qui signifie "sarcelles" mais qui désigne aussi la couleur entre le bleu (des conservateurs) et le vert (des écologistes). Il s'agit pour la plupart de femmes élues sur des programmes pro-environnement, anti-corruption et pour l'égalité des genres.

Le ministre sortant des Finances, Josh Frydenberg, a notamment été humilié dans son fief de Melbourne par la "teal" Monique Ryan.

Mme Ryan s'est dite prête à soutenir le gouvernement de M. Albanese si celui-ci s'engageait sur un objectif de 60% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, et s'il créait dans les six mois une puissante agence fédérale anticorruption.

"Je suis vraiment très impatiente de travailler avec lui", a-t-elle dit dans une interview à une chaîne de télévision dimanche.

M. Albanese a promis de réduire de 43% les émissions d'ici 2030. Son prédécesseur avait été critiqué pour s'en tenir à un objectif de -28% en 2030 par rapport à 2005.

"Superpuissance" des énergies renouvelables

Les "teals" ont exploité la colère des banlieues aisées de Sydney et de Melbourne contre le soutien inconditionnel de Scott Morrison à l'industrie du charbon, malgré trois années d'incendies, de sécheresses et d'inondations aggravés par le réchauffement climatique qui ont bouleversé la vie de millions de personnes.

Dans son discours de victoire, Anthony Albanese a promis de transformer l'Australie en "superpuissance" des énergies renouvelables. Mais il est jusqu'à présent resté sourd aux appels pour en finir avec le charbon, qui reste un des moteurs de l'économie du pays et compte de nombreux partisans chez les travaillistes.

Sa victoire a été saluée par les dirigeants de plusieurs pays insulaires du Pacifique, dont l'existence-même est, pour beaucoup d'entre eux, menacée par le changement climatique.

"Parmi vos nombreuses promesses de soutien au Pacifique, aucune n'est la plus bienvenue que votre projet de donner la priorité au climat. L'avenir commun de nos peuples en dépend", a déclaré le Premier ministre des Iles Fidji Frank Bainimarama.

Le climato-scepticisme affiché par le précédent Premier ministre australien avait envenimé les relations entre Canberra et ses voisins et alliés du Pacifique, une région où la Chine cherche à étendre son influence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Heat refroidit les Celtics

Publié

le

Bam Adebayo (13) et Miami mènent 2-1 face à Boston (© KEYSTONE/AP/Michael Dwyer)

Miami a produit un énorme effort collectif dans le sillage de Bam Adebayo pour remporter l'acte III de la finale de la Conférence Est de NBA samedi à Boston (109-103).

Privé en cours de route de Jimmy Butler, le Heat mène 2-1 dans la série.

En proie a une inflammation récurrente du genou, Jimmy Butler (8 points) n'a pas pu disputer la seconde période. Sans son leader, qui est aussi son meilleur marqueur, Miami a énormément souffert mais a réussi à tenir la distance, après une entame de match tonitruante qui l'a vu remporter le premier quart-temps 39-18.

L'avance floridienne a culminé à 26 unités au deuxième et Bam Adebayo y a été pour beaucoup en marquant 16 de ses 31 points. L'intérieur de Miami a également réussi 10 rebonds, 6 passes décisives, 4 interceptions et 1 contre dans une rencontre où le Heat a démontré toute sa combativité.

Brown pourtant intenable

Non pas que Boston en soit dépourvu, bien au contraire. Mais le supplément d'âme était du côté du Heat, qui n'a pas perdu trop ses moyens, même quand Jaylen Brown était intenable dans le dernier quart-temps: auteur de 14 points dans cette période, il a fini avec 40 unités.

A moins de trois minutes de la fin, les Celtics recollèrent ainsi à une unité (93-92) et on ne donnait pas cher de la peau du Heat. Mais Max Strus (16 points) a répondu, lui aussi avec un tir primé, puis Adebayo avec un shoot au buzzer des 24''. PJ Tucker (17 points) et Victor Oladipo ont ensuite mis des lancers francs précieux.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X