Rejoignez-nous

International

UBS écope d’une amende de 4,2 milliards

Publié

,

le

La sanction infligée à UBS est la plus importante jamais prononcée par la justice française dans une affaire d'évasion fiscale. (archives) (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Pour des fautes d’une « exceptionnelle gravité », le géant bancaire UBS a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Paris à une amende de 3,7 milliards d’euros (4,2 milliards de francs).

Il s’agit de la plus lourde peine jamais infligée par la justice française dans une affaire d’évasion fiscale.

Le tribunal correctionnel de Paris a sanctionné la première banque privée au monde pour « démarchage bancaire illégal » et « blanchiment aggravé de fraude fiscale » de 2004 à 2012, des délits qui « trouvent leur source dans une organisation structurée, systémique et ancienne », a expliqué la présidente Christine Mée à l’audience.

Les avocats d’UBS, la maison mère, ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel.

La filiale française du groupe, UBS France, a été condamnée, pour complicité des mêmes faits, à une amende de 15 millions d’euros.

Le tribunal a condamné solidairement la banque suisse UBS AG, sa filiale française et trois de ses anciens cadres à payer 800 millions d’euros de dommages et intérêts à l’Etat français, partie civile.

Cinq des six anciens cadres de la banque jugés se sont vu infliger des peines de prison avec sursis et des amendes allant jusqu’à 300.000 euros. Seul Raoul Weil, l’ex-numéro 3 d’UBS AG, a été relaxé, du fait de « sa position hiérarchique » dans l’entreprise, pas directement en prise avec la gestion du marché français.

Le jugement, la plus belle victoire du parquet national financier (PNF) depuis sa création en 2013 dans la foulée du scandale des comptes cachés de l’ex-ministre Jérôme Cahuzac, est particulièrement sévère pour la banque. Il sera scruté à la loupe sur les places financières à l’heure où le Brexit promet de faire de Paris un nouveau phare bancaire sur le Vieux Continent.

« C’est une décision qui va marquer l’histoire des poursuites en matière de blanchiment », s’est réjoui l’avocat de l’Etat français, Xavier Normand-Bodard. L’ancien ministre des Finances, Michel Sapin, a lui salué une décision qui « crédibilise » les outils français en matière de répression de la fraude et la corruption dans la loi de 2016 qui porte son nom.

Les anciens cadres de la banque suisse, peu loquaces, ont fait part de leur totale « incompréhension ». A la Bourse suisse, l’action UBS a accusé le coup, enregistrant à la clôture une baisse de 2,7% à 12,50 francs.

« Confiance mise à mal »

« La notoriété mondiale de la structure bancaire utilisée et son savoir-faire éprouvé lui ont permis de mettre à mal la confiance qui doit régir tous les rapports de concurrence internationaux », a déclaré la présidente de la 32e chambre correctionnelle.

« A ce titre, le tribunal ne peut que constater que cette structure a fait constamment prévaloir ses intérêts financiers propres sur les prérogatives régaliennes de l’Etat français. Ce faisant, les fautes pénales relevées sont d’une exceptionnelle gravité », a souligné la magistrate.

La banque, qui a constamment nié avoir franchi la ligne rouge de la légalité, « conteste vigoureusement ce jugement » dans un communiqué, fustigeant une condamnation « étayée par aucune preuve concrète ». UBS s’indigne d’une décision qui « revient à appliquer le droit français en Suisse », portant atteinte à la « souveraineté » helvète.

Le tribunal a considéré que le groupe suisse avait bien illégalement envoyé ses commerciaux en France pour piocher dans la riche clientèle d’UBS France, repérée lors de réceptions, parties de chasse ou rencontres sportives, et la convaincre d’ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

Pour masquer les mouvements de capitaux illicites entre les deux pays, la banque a mis en place une double comptabilité, selon la justice française: les « carnets du lait », utilisés pour comptabiliser les reconnaissances d’affaires dissimulées selon l’accusation.

La sanction infligée est, de loin, la plus importante jamais prononcée par la justice française dans une affaire d’évasion fiscale, depuis la condamnation en juillet 2017 de la banque lettonne Rietumu à une amende de 80 millions d’euros.

La plus grosse amende aussi, dépassant largement le montant négocié de 300 millions payé en novembre 2017 au fisc français par la filiale suisse de la Britannique HSBC qui avait ainsi évité un procès.

Ce procès restera comme celui d’une époque, de pratiques désormais combattues et d’une lutte qui allait aboutir, après la crise financière de 2007-2008, au principe d’échange automatique des données, signant sur le papier la fin du secret bancaire suisse.

En France, selon les estimations, entre 60 et 100 milliards d’euros d’impôts échappent encore chaque année à l’Etat du fait de la fraude.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

20 mai : Journée mondiale des abeilles

Publié

le

C’est la Journée mondiale des abeilles ce lundi 20 mai. Les abeilles sont devenues le symbole des dangers planant sur la biodiversité.

Parasites et pesticides mettent en péril leur contribution en tant que pollinisatrices. Or nos cultures en dépendent largement. Plusieurs fruits, des légumes, des graines et des aromates aussi.

Principal message adressé aujourd’hui par l’Institut de santé de l’abeille à l’Université de Berne : « halte aux insecticides ». L’autre message concerne l’habitat des petites butineuses. Il faut notamment favoriser des praires à fleur plutôt que du gazon.

André Pasche, ancien président de la Fédération vaudoise des sociétés d’apiculture :

André Pasche
Apiculteur
André Pasche Apiculteur

En ville en particulier, la population peut apporter une importante contribution, notamment pour les abeilles sauvages et les bourdons qui, contrairement aux abeilles domestiques, vivent en solitaire. Les jardins, les parcs et les balcons leur offrent de nombreuses petites sources de nourriture.

Continuer la lecture

International

La Suisse termine quatrième à l’Eurovision

Publié

le

Duncan Laurence était le favori des parieurs avant la finale de l'Eurovision. (©KEYSTONE/AP/SEBASTIAN SCHEINER)

Le Néerlandais Duncan Laurence, avec son titre « Arcade », a remporté samedi soir à Tel Aviv la 64e édition du concours de l’Eurovision de la chanson. Il succède à la chanteuse israélienne Netta Barzilai, victorieuse en 2018. Le Suisse Luca Hänni a terminé quatrième.

S’accompagnant au piano, Duncan Laurence, favori des parieurs, s’est imposé avec une ballade inspirée de la disparition d’un être cher et une mise en scène épurée. Il a devancé ses concurrents italien et russe pour apporter à son pays sa première victoire depuis 44 ans. Au total, 26 concurrents étaient en lice.

« Magnifique! », a réagi le premier ministre néerlandais Mark Rutte. « Quelle prestation de @dunclaurence qui a réussi à tenir à son rôle de favori avec une performance sublime et puissante. » Arrivé troisième du vote du jury de professionnels, Duncan Laurence a fait la différence grâce aux suffrages des téléspectateurs.

L’Italien Mahmood a pris la deuxième place avec sa chanson « Soldi », devant le Russe Sergeï Lazarev, qui a interprété « Scream ». Le Bernois Luca Hänni finit au pied du podium, à neuf voix seulement de son rival russe.

Polémiques politiques

Dans une prestation enflammée, le musicien de 24 ans a interprété « She Got Me », une chanson pop intégrant des sons orientaux. Il l’a écrite en collaboration avec une équipe de compositeurs nationaux et internationaux. Il était le premier Helvète à se qualifier pour la finale depuis le Tessinois Sebalter, en 2014.

Le millésime 2019 de l’Eurovision a tenu la promesse de l’effusion rutilante et tapageuse attendue. La finale de l’Eurovision, résolument apolitique, mais précédée par les appels au boycott de la part des défenseurs des Palestiniens, n’a pas échappé entièrement à la controverse.

Selon les médias israéliens, deux des danseurs de Madonna, annoncée comme la grande invitée vedette de la soirée, arboraient dans le dos des drapeaux israélien et palestinien, dans ce qui ressemblait à un message de fraternité.

Au moment de l’annonce des résultats, les membres du groupe islandais Hatari, connu pour son opposition déclarée à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens, ont déployé des banderoles aux couleurs palestiniennes, suscitant des sifflets dans le public.

Première pour Madonna

Madonna était venue interpréter, en première mondiale sur scène selon les organisateurs de l’Eurovision, le titre « Future » extrait de son prochain album studio « Madame X », dont la sortie est prévue le 14 juin.

Elle avait résisté aux appels au boycott lancés à son adresse de la part de militants pro-palestiniens, qui dénonçaient une entreprise culturelle visant selon eux à occulter les réalités du conflit israélo-palestinien.

Interrogée avant de se produire par les présentateurs sur le message qu’elle souhaitait adresser lors de l’Eurovision, Madonna a répondu: « Nous ne devons jamais sous-estimer le pouvoir qu’a la musique pour rassembler les gens ». On ignore si elle était au courant du fait que certains de ses danseurs arboreraient plus tard les drapeaux israélien et palestinien.

Auparavant, Netta Barzilaï avait lancé dans un déferlement de décibels et d’effets de lumière la montée sur scène des 26 candidats qui ont brigué pendant trois heures et demie les suffrages d’un jury de professionnels et des téléspectateurs.

Des dizaines de millions de personnes à travers le monde ont suivi l’autoproclamée plus grande compétition musicale au monde. Israël espère tirer tout le profit possible de l’Eurovision et projeter une image d’hospitalité et de diversité.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

International

La Suisse en finale de l’Eurovision

Publié

le

Luca Haenni a interprété une chanson pop intégrant des sons orientaux, intitulée "She Got Me". (©KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN)

Le Suisse Luca Hänni s’est qualifié jeudi soir à Tel Aviv pour la finale de l’Eurovision de la chanson. Le Bernois de 24 ans est le premier Helvète à atteindre ce niveau de la compétition depuis le Tessinois Sebalter en 2014. La finale aura lieu samedi.

Dans une prestation enflammée, le musicien de 24 ans a interprété « She Got Me », une chanson pop intégrant des sons orientaux. Il l’a écrite en collaboration avec une équipe de compositeurs nationaux et internationaux.

Vainqueur de la version allemande d' »A la recherche de la nouvelle star » en 2012, Luca Hänni a connu le succès ces dernières années en Suisse alémanique. Selon les pronostics d’offices de paris, il pourrait décrocher une place dans les dix premiers lors de la finale.

Finale avec Madonna

Outre la Suisse, le Danemark, la Suède, Malte, la Russie, l’Albanie, la Norvège, les Pays-Bas, la Macédoine du Nord et l’Azerbaïdjan ont décroché jeudi leur billet pour la finale. Dix-huit candidats concouraient.

L’Australie, Chypre, la Slovénie, la République tchèque, la Biélorussie, la Serbie, l’Islande, l’Estonie, la Grèce et Saint-Marin avaient déjà été sélectionnés lors de la première demi-finale, mardi.

Les dix meilleurs de chaque demi-finale rejoignent en finale de cette 64e édition du concours le pays hôte, Israël, ainsi que la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni automatiquement qualifiés. La chanteuse américaine Madonna doit participer au spectacle samedi soir.

L’Eurovision de la chanson réunit chaque année quelque 40 pays participants et 200 millions de téléspectateurs. La Suisse est un des pays fondateurs du concours créé en 1956, mais elle n’a remporté le prix qu’à deux reprises: l’année de son lancement avec la chanteuse alémanique Lys Assia et, en 1988, grâce à la Québécoise Céline Dion.

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

International

Harry et Meghan présentent leur fils Archie

Publié

le

Harry et Meghan ont échangé quelques mots avec les journalistes, mais n'ont pas annoncé le prénom de leur enfant né lundi. (©KEYSTONE/AP PA Pool/DOMINIC LIPINSKI)

Le public a découvert mercredi le visage et le nom du petit garçon du prince Harry et de son épouse Meghan, né lundi et septième dans l’ordre de succession au trône britannique. Il s’appelle Archie.

« Le duc et la duchesse de Sussex sont ravis d’annoncer qu’ils ont appelé leur fils Archie Harrison », a annoncé le palais dans un bref communiqué en fin d’après-midi. Le nom complet de l’enfant, né lundi et présenté mercredi au public, est « Archie Harrison Mountbatten-Windsor », indique le palais royal.

Emmitouflé dans un lange blanc, tête recouverte d’un bonnet de la même couleur, le poupin endormi dans les bras de son père a été présenté plus tôt aux caméras dans le hall St George du château de Windsor (ouest de Londres). « C’est magique », a déclaré Meghan dans sa première apparition depuis l’accouchement.

« J’ai les deux meilleurs garçons, alors je suis très heureuse », a-t-elle poursuivi, dans un grand sourire. L’enfant « très calme, a un tempérament des plus doux », a-t-elle précisé. « Je me demande d’où il tient ça ! », a plaisanté le prince Harry, jadis connu pour être le trublion de la famille royale.

Jours « très importants »

« Etre parent, c’est génial », a-t-il assuré, et même si cela ne fait que « deux jours et demi, trois jours ». « Ce sont des jours très importants », a renchéri Meghan, évoquant « un rêve ».

Nombreux étaient les Britanniques à spéculer sur l’apparence de l’enfant. Aurait-il les cheveux roux de Harry ou noir de Meghan ? « Tout le monde dit que les bébés changent beaucoup au cours des deux premières semaines », a pointé le prince Harry.

« Nous allons suivre l’évolution du processus, au cours du mois prochain… Il y a beaucoup de changements chaque jour, alors qui sait ? » « Il a déjà un peu de poil au visage », a-t-il ajouté, taquin.

Présentation à la reine

Cette présentation était d’autant plus attendue que les Britanniques « verront très peu cet enfant », selon Penny Junor, auteure d’une biographie de Harry. Le prince, dont la mère Diana est décédée dans un accident de voiture en 1997 alors qu’elle était suivie par des paparazzis, « voudra protéger l’enfant », a-t-elle dit à l’AFP.

Avant de nuancer: « il se pourrait que Meghan apprécie de le montrer ». En effet, l’ancienne actrice américaine « aime beaucoup être sous les feux des projecteurs ». L’enfant devait aussi être présenté à ses arrière-grands-parents, la reine Elizabeth II et le duc d’Edimbourg, dans la journée. « Ce sera un bon moment », a prédit Meghan.

Une naissance royale suscite toujours beaucoup d’engouement au Royaume-Uni, mais celle-ci avait particulièrement attisé la curiosité, les parents voulant se tenir à l’abri des regards pendant la grossesse et au moment de la naissance, dont le lieu n’avait pas été communiqué.

Plus vite que Wiliam et Charles

La nouvelle avait toutefois été annoncée devant les caméras, et avec entrain, par le prince Harry lui-même lundi après-midi. Le nouveau père de 34 ans avait alors confié être « aux anges » et déjà conquis par son premier enfant « absolument irrésistible », un garçon de 3,260 kilos.

Le prénom de l’enfant n’a été révélé que plus tard dans la journée, le prince Harry avait indiqué encore y réfléchir avec son épouse, malgré le retard de la venue de son enfant qui était annoncée fin avril ou tout début mai.

Les Britanniques ont l’habitude: ils avaient dû patienter une semaine avant de connaître celui de William et un mois pour celui de Charles. Alors en attendant de découvrir le choix des nouveaux parents, ils jouent aux devinettes. Alexander, James et Arthur figurent parmi les prénoms favoris des parieurs.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

International

Meghan a donné naissance à un garçon

Publié

le

Le prince Harry, 34 ans, et sa femme Meghan, ancienne actrice américaine de 37 ans, ont annoncé la naissance de leur premier enfant (archives). (©KEYSTONE/EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA)

Meghan, la duchesse de Sussex, a donné naissance à un garçon lundi, a annoncé son mari le prince Harry aux médias. L’enfant est « en très bonne santé », a précisé le duc de Sussex, très souriant, aux caméras de télévision à Windsor.

« Nous sommes tous les deux absolument ravis et reconnaissants pour tout l’amour et le soutien de tous. Cela a été incroyable, donc nous avons voulu simplement partager cela avec tout le monde », a-t-il dit.

Bien que le bébé soit né avec « un peu de retard », il a avoué que Meghan et lui réfléchissaient « toujours à un prénom ».

Le fils de Harry, 34 ans, et de Meghan, ancienne actrice américaine de 37 ans, prendra la septième place dans l’ordre de succession au trône britannique. Il est le huitième arrière petit-enfant de la reine Elizabeth II, 93 ans, et du prince Philip, 97 ans.

Né à 05h26

L’annonce du prince Harry ont été rapidement suivie d’un communiqué du palais de Buckingham précisant que la naissance avait eu lieu à 05h26 locales, en présence du prince, et que le bébé pesait 3,3 kilos. « Son Altesse Royale et son enfant se portent bien », a ajouté le palais.

La reine et son mari le duc d’Édimbourg, le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles, grands-parents de l’enfant, ainsi que le duc et la duchesse de Cambridge, l’oncle et la tante du nouveau-né, ont été prévenus.

Les soeurs de Lady Di, la mère de Harry, décédée dans un accident de la circulation à Paris en 1997 – Lady Jane Fellowes et Lady Sarah McCorquodale – ainsi que son frère le comte Spencer ont aussi été informés et sont « enchantés de la nouvelle », selon le palais de Buckingham.

La mère de Meghan, Doria Ragland « qui est folle de joie de l’arrivée de son premier petit-enfant, est avec leurs Altesses Royales au Frogmore Cottage », où vivent le duc et la duchesse de Sussex, dans l’enceinte du palais de Windsor, a aussi indiqué Buckingham palace.

Ces derniers jours, la naissance semblait imminente, le palais de Kensington ayant annoncé vendredi que le prince Harry annulait en partie une visite prévue cette semaine aux Pays-Bas.

Le prince avait prévu de se rendre à Amsterdam mercredi puis jeudi à La Haye pour lancer le compte à rebours des Invictus Games, une compétition sportive pour les invalides et blessés de guerre, qu’il a créée et qui sera organisée dans la ville néerlandaise dans un an. Il ne se rendra finalement qu’à La Haye jeudi.

James ou Arthur?

Le bookmaker britannique Paddy Power avait suspendu dès jeudi soir les paris sur la date de la naissance du futur bébé royal, persuadé que l’enfant était déjà né.

Depuis l’annonce de la grossesse de Meghan, les joueurs privilégiaient l’option d’une petite fille, prénommée Diana comme la mère du prince Harry. Pour un garçon, ils penchent pour Alexander, Arthur, James ou Edward.

Une naissance royale suscite toujours énormément de spéculations au Royaume-Uni, mais celle-ci a particulièrement attisé la curiosité car le couple royal voulait se tenir le plus possible à l’abri des regards.

Harry et Meghan avaient prévenu début avril qu’ils « partageraient la bonne nouvelle » de la naissance après l’avoir célébrée « en privé et en famille », prenant ainsi le contrepied du prince William et de son épouse Kate qui ont présenté leurs trois enfants immédiatement après leurs naissances à la presse internationale.

Le lieu de la naissance n’a pas été précisé. Selon plusieurs médias britanniques, Meghan souhaitait un accouchement à domicile, rompant avec la tradition qui veut que les enfants royaux soient mis au monde dans l’aile privée de l’hôpital St Mary à Londres.

Le prince Harry et Meghan se sont unis le 19 mai 2018 en la chapelle St George du château de Windsor, lors d’une cérémonie retransmise par des chaînes de télévision du monde entier.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

C’est excellent de sortir de votre routine pour montrer que vous avez des compétences méconnues et inexploitées ! Bravo !

Publicité

Les Sujets à la Une

X