Rejoignez-nous

International

Un accord sur le Brexit annoncé

Publié

,

le

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont annoncé jeudi à la mi-journée un nouvel accord sur le Brexit. (©KEYSTONE/AP Pool/FRANCISCO SECO)

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont annoncé jeudi à la mi-journée un accord sur le Brexit via leurs comptes Twitter respectifs. Les unionistes nord-irlandais ont déjà rejeté ce compromis.

Le dirigeant conservateur a même fait état sur son fil Twitter d'un "excellent nouvel accord qui reprend le contrôle", faisant référence aux promesses du camp "Leave" lors du référendum de juin 2016 de reprendre le contrôle de ses lois et de sa politique commerciale. Il a appelé les députés britanniques à approuver l'accord lors d'une séance parlementaire exceptionnelle samedi.

"Là où il y a de la volonté, il y a un accord - nous en tenons un! C'est un accord équilibré et juste pour le Royaume-Uni et l'UE. Il démontre notre engagement à trouver des solutions. Je recommande au Conseil européen de l'approuver", a tweeté pour sa part M. Juncker.

Quant au négociateur de l'Union européenne Michel Barnier, il s'est félicité d'un accord "juste et raisonnable". Selon lui, M. Johnson s'est montré confiant dans sa capacité à obtenir le soutien de son Parlement. Le compromis intervient après plusieurs jours d'intenses tractations, à quelques heures du sommet européen devant sceller le sort du départ du Royaume-Uni de l'UE, prévu dans deux semaines.

Unionistes opposés

De son côté, le parti unioniste nord-irlandais DUP, allié au Parlement britannique des conservateurs de Boris Johnson, a réaffirmé son opposition à l'accord. Une posture qui rend très incertaine son adoption par les députés. D'autant plus que le chef de l'opposition travailliste a appelé les députés à le "rejeter".

Un communiqué publié plus tôt dans la matinée et faisant état de l'opposition de cette formation au compromis en préparation "reste notre position", a indiqué à l'AFP une source au sein du DUP.

Le texte agréé par les deux parties devrait rapidement être transmis aux dirigeants de l'UE, afin qu'ils puissent l'étudier et éventuellement l'approuver dès ce jeudi après-midi lors de leur sommet à Bruxelles. Si cet accord passe la rampe du Conseil européen, il devra ensuite être ratifié par les parlements britannique et européen.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Les disparités vaccinales entre minorités résorbées aux Etats-Unis

Publié

le

Les disparités vaccinales entre minorités ont été résorbées aux Etats-Unis selon une étude publiée mardi (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP Johnson & Johnson)

Les disparités vaccinales entre minorités, fortes aux Etats-Unis au début de la campagne de vaccination contre le Covid-19, ont été éliminées. En revanche celles entre affiliations politiques persistent, selon un vaste sondage publié mardi.

Environ 70% des adultes noirs, 73% des hispaniques, et 71% des adultes blancs ont reçu au moins une dose de vaccin, selon cette étude de la Kaiser Family Foundation, conduite par téléphone auprès de 1500 personnes représentatives de la population américaine.

Ces chiffres contrastent avec ceux observés par le même sondage en avril: seuls 51% des adultes noirs et 47% des hispaniques avaient alors reçu au moins une injection, contre 60% des Blancs.

Selon Marcella Nunez-Smith, en charge des questions d'égalité dans la crise du Covid-19 pour la Maison Blanche, ce résultat a été obtenu grâce au "travail" mis en place pour remédier au problème. Elle a par exemple cité les événements de vaccination organisés par les églises ou encore dans les salons de coiffure tenus par des Afro-Américains.

Ces chiffres publiés mardi sont par ailleurs similaires à ceux observés par d'autres études - du centre de recherche Pew ou des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine.

Sentiment "anti-science"

En revanche, l'affiliation politique reste un facteur important de division dans la vaccination: selon le sondage de la Kaiser Family Foundation, 90% des personnes se disant démocrates déclaraient avoir reçu au moins une dose, contre 58% des républicains.

Les experts avancent plusieurs explications, parmi lesquelles l'absence de soutien sans équivoque de Donald Trump aux vaccins, et le sentiment "anti-science" s'étant développé récemment au sein de son parti.

Les habitants de zones rurales, les chrétiens évangéliques et les personnes n'ayant pas de diplôme universitaire figurent parmi les groupes les moins vaccinés.

Concernant les personnes vaccinées récemment, parmi les raisons principales données pour franchir le pas sont citées: la poussée de l'épidémie liée au variant Delta, les informations circulant sur des hôpitaux saturés, et le fait de connaître quelqu'un ayant été gravement malade ou décédé de la maladie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Marine Le Pen veut instaurer la "priorité nationale"

Publié

le

En vue de la présidentielle française en 2022, Marine Le Pen a proposé d'inscrire la "priorité nationale" dans la Constitution (archives). (© KEYSTONE/AP/Daniel Cole)

La cheffe de l'extrême-droite française Marine Le Pen a proposé mardi d'inscrire la "priorité nationale" dans la Constitution, d'abroger le droit du sol et de réserver les allocations familiales aux Français. Elle fait campagne pour l'élection présidentielle de 2022.

Mme Le Pen, déjà finaliste de la présidentielle de 2017, est bien placée pour se qualifier au second tour de celle de 2022, selon les sondages.

"La France restera-t-elle la France ou sera-t-elle emportée dans le torrent non maîtrisé de gigantesques flux migratoires qui balaieront notre culture, nos valeurs, nos modes de vie?", a interrogé la candidate du parti Rassemblement national (RN) à la présidentielle, lors d'une conférence de presse.

"Maîtrise de l'immigration"

Elle propose de soumettre à référendum un projet de loi de "maîtrise de l'immigration". Les trois objectifs sont "la maîtrise des flux migratoires, la protection de la nationalité et de la citoyenneté française, et la suprématie de la Constitution et du droit français" sur le droit international, comme celui de la CEDH (Convention européenne des droits de l'homme) ou de la CEJ (Cour européenne de justice).

Elle veut que soient inscrits dans la Constitution "la maîtrise de l'entrée des étrangers", "l'éloignement des étrangers condamnés pour crimes ou délits graves ou ceux qui portent atteinte à l'ordre public", "la priorité nationale" et "l'interdiction de tout communautarisme".

Certaines prestations, comme les allocations familiales, "seront réservées aux Français", tandis que l'interdiction des régularisations "sera la règle", tout comme "l'expulsion des étrangers délinquants", a plaidé Marine Le Pen, qui entend aussi mettre fin au regroupement familial.

Le texte du RN prévoit également "l'abrogation du droit du sol", avec une naturalisation "soumise à des conditions d'assimilation strictes et vérifiées".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Danemark va prolonger l'interdiction de l'élevage des visons

Publié

le

A partir de novembre 2020, le Danemark avait abattu son immense cheptel de visons pour lutter contre le coronavirus (archives). (© KEYSTONE/EPA RITZAU SCANPIX/MADS CLAUS RASMUSSEN)

Le Danemark, ancien premier exportateur mondial de visons, s'apprête à prolonger d'un an l'interdiction de leur élevage. Le pays avait abattu la totalité de son immense cheptel pour lutter contre le Covid-19.

"La seule chose à faire, c'est de prolonger d'un an l'interdiction en vigueur cette année, afin qu'elle s'applique en 2022", a dit à la presse le ministre de l'Agriculture, Rasmus Prehn, voulant protéger les Danois des risques de zoonoses.

Le vison est le seul animal identifié avec certitude à ce jour comme pouvant à la fois contracter le Covid-19 et recontaminer l'homme, ce qui lui vaut une surveillance particulière durant cette pandémie.

Un projet de loi doit être présenté et il bénéficie déjà du soutien de la majorité des partis présents au Parlement, a précisé M. Prehn.

Près de 15 millions de visons abattus

A partir de novembre 2020, le gouvernement danois avait mené une immense campagne d'abattage des près de 15 millions de visons pour combattre les risques de mutation du coronavirus chez l'animal à fourrure, dont il avait interdit l'élevage pour tout 2021.

Les autorités sanitaires avaient recommandé en juin de prolonger cette interdiction, jugeant que l'élevage continuait à présenter "un risque pour la santé humaine d'une ampleur inconnue".

La décision radicale d'abattre la totalité des visons avait été prise à cause d'une mutation du coronavirus qui pouvait selon des études préliminaires menacer l'efficacité du futur vaccin pour les humains.

Après des mesures drastiques dans la région concernée du Jutland du Nord, dans le nord-ouest du pays, la mutation avait été déclaré éteinte quelques semaines plus tard. Le gouvernement avait dû reconnaître qu'il n'avait pas de base légale à l'époque pour mener cet abattage.

La mutation identifiée chez les visons avait mis en avant les dangers des mutations du nouveau coronavirus. Un risque confirmé depuis par les variants Alpha puis Delta qui ont compliqué la lutte contre le Covid-19.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

La BCE ne doit pas "surréagir" aux effets sur l'inflation

Publié

le

La BCE, à l'instar des plus grosses banques centrales comme la Fed et la Banque d'Angleterre, juge que la hausse de l'inflation est temporaire. (Archives) (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a estimé mardi que la BCE ne devait pas resserrer trop tôt la politique monétaire en zone euro et devait se garder de "surréagir" aux évolutions de l'inflation causées par des effets transitoires.

"Le principal défi est de s'assurer que nous ne surréagissons aux chocs d'offre transitoires" liés à la pandémie de Covid-19 et qui n'ont "aucune incidence sur le moyen terme", a déclaré la Française à Francfort en ouverture d'un colloque annuel de l'institut.

Appelant à "prendre du recul" sur la poussée d'inflation constatée actuellement en zone euro, Mme Lagarde a estimé qu'il y avait encore besoin d'une politique monétaire accommodante pour sortir de la pandémie en toute sécurité et "ramener durablement l'inflation à 2%".

Ce taux de 2% d'inflation sur le moyen terme est l'objectif que s'est fixé la BCE.

L'institution a déployé depuis le début de la pandémie des mesures exceptionnelles de soutien à l'économie faites de taux d'intérêt maintenus à leur plus bas historique et de rachats massifs de dette sur le marché à hauteur actuellement d'environ 100 milliards d'euros par mois. Ces rachats se font via le disposition d'assouplissement quantitatif (QE) lancé en 2015 et le programme d'urgence "PEPP" activé en mars 2020.

La BCE, à l'instar des plus grosses banques centrales comme la Fed et la Banque d'Angleterre, juge que la hausse de l'inflation est temporaire, car reposant sur des "effets de base" liés à la reprise de l'activité et de levée progressive des restrictions sanitaires.

"Le faible taux d'inflation l'année dernière et le taux d'inflation élevé cette année égalent, en moyenne, le taux d'inflation observé en 2019 avant la pandémie", a fait remarquer Mme Lagarde.

D'autre part des "déséquilibres entre la demande et l'offre" dans certains secteurs poussent les prix à la hausse, et ce au moment où des perturbations durables dans les chaînes d'approvisionnements au niveau mondial ont rencontré une forte reprise de la demande de biens.

Mme Lagarde a parlé à ce sujet d'une "reprise atypique".

"Une fois passés ces effets induits par la pandémie, nous prévoyons une baisse de l'inflation" qui devrait dès lors ne converger que "lentement vers 2%", selon Mme Lagarde.

La Française a mis en exergue les nombreuses inconnues qui rendent difficiles les projections à long terme.

L'inflation dans les années à venir pourrait être influencée par plusieurs facteurs, en particulier la façon dont les ménages vont gérer leur "important stock d'épargne" accumulé pendant la pandémie.

De même, le choc sur les chaînes d'approvisionnement et l'accélération du virage numérique dans le sillage de la pandémie pourraient influer sur les salaires et les prix.

Quant aux effets de la "transition verte", ils sont susceptibles de rendre "plus complexe la répercussion des prix de l'énergie sur les prix à la consommation".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Entrée en lice réussie pour Jil Teichmann à Chicago

Publié

le

C'est bien parti pour Jil Teichmann à Chicago (© KEYSTONE/AP/DARRON CUMMINGS)

Les deux Suissesses engagées au tournoi WTA 500 de Chicago ont connu des fortunes diverses. Jil Teichmann a atteint le 2e tour, alors que le parcours de Viktorija Golubic a déjà pris fin.

Jil Teichmann (WTA 38) a battu l'Estonienne Kaia Kanepi (WTA 66) en deux sets, 7-6 (7/3) 7-5, après 1h42 de match. La Suissesse - qui n'a jamais encore été si bien classée dans la hiérarchie - a ainsi obtenu son premier succès contre cette adversaire, après avoir perdu leurs deux premiers affrontements il y a cinq et trois ans.

Passage à vide

Jil Teichmann a rapidement fait le trou lors de la première manche, avant de connaître un passage à vide. La Seelandaise a su se reprendre à temps pour gagner le tie-break, avant de réussir le break décisif pour mener 6-5 et conclure sur son service. Au prochain tour, elle sera opposée à la Polonaise Magda Linette (WTA 54). Les deux joueuses n'ont jamais encore été aux prises.

Viktorija Golubic (WTA 46) a été sortie par l'Américaine Amanda Anisimova (WTA 82), victorieuse en trois sets, 6-0 5-7 6-4. La Suissesse est totalement passée à travers de la première manche dans laquelle elle a concédé une roue de vélo.

Un succès en cinq tournois

Elle a eu une réaction salutaire qui lui a permis de revenir à un set partout, mais son adversaire a fait la course en tête dans la manche décisive. Depuis les Jeux olympiques de Tokyo, Golubic ne brille pas. La Zurichoise n'a gagné qu'un match en cinq tournois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Lors d’une réunion, ayez une attitude franche, quitte à révéler une certaine vulnérabilité. La sincérité reste votre meilleur atout.

Les Sujets à la Une

X