Rejoignez-nous

Actualité

LFM, radio privée no1 en Suisse romande devance Couleur 3 et Option Musique 

Publié

,

le

Le Morning de LFM avec Lauriane Gilliéron, Yann Lambiel et Evan Kangni (de gauche à droite), leader dans ce créneau horaire (© Thomas Masotti)

Grâce à vous, LFM est à nouveau No 1 des radios privées en Suisse romande avec 154’151 auditeurs quotidiens. Merci ! 

Les chiffres de Mediapulse publiés ce jour confirment le succès de la radio vaudoise. Grâce à vous, LFM garde sa place de leader des radios privées en Suisse romande avec 154’151 auditeurs quotidiens* et s’offre même le luxe de devancer pour la première fois depuis sa création les radios du service public Couleur 3 (150’875 auditeurs quotidiens*) et Option Musique ( 144’428 auditeurs quotidiens*). 

Succès pour la nouvelle grille des programmes

La nouvelle équipe du “6/9”, composée d'Evan Kangni, de Jacqueline Pirszel et de Lauriane Gilliéron, sont leaders dans leur créneau horaire. Ils sont accompagnés tous les matins par l’imitateur Yann Lambiel qui “trafique l’info” en direct à 7h50 depuis plus de cinq ans et qui contribue grandement au succès de l’émission matinale. Les rediffusions de sa chronique durant la journée font également de belles audiences. 

Valérie Ogier, l’une des voix les plus connue des radios romandes, anime la tranche du 9h - 13h, alors que Sylvain Lavey officie de 16h à 19h. Ces deux programmes permettent à LFM de garder la proximité avec nos auditeurs tout au long de la journée avec les plus belles chansons d’hier et d’aujourd’hui. 

La musique, des infos régionales, l’humour et la proximité sont les atouts de LFM qui est no 1 des radios privées en Suisse romande depuis plus de 10 ans. 

*source mediapulse 2ème semestre 2021 / Suisse romande / lundi au vendredi / 15+

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Grand froid et chutes de neige exceptionnelles en Grèce et Turquie

Publié

le

L'acropole d'Athènes s'est retrouvée sous la neige lundi, un fait exceptionnel pour la capitale grecque. (© KEYSTONE/AP/Thanassis Stavrakis)

La neige a recouvert lundi une grande partie de la Grèce, jusqu'en Crète, en raison d'une vague de froid avec des températures parfois descendues à -14°C, provoquant coupures de courant et de routes. En Turquie, le trafic a été interrompu à l'aéroport d'Istanbul.

La neige est pour la première fois cet hiver tombée dans le centre d'Athènes, ce qui a conduit à la fermeture du Parlement grec ainsi que des écoles.

Le transport aérien et maritime n'a pas été impacté, mais la circulation des rames de métro jusqu'à l'aéroport de la capitale a été perturbée.

"C'est une situation extrême pour notre pays", a commenté Christos Zerefos, un professeur de physique atmosphérique, sur la chaîne de télévision publique ERT.

Plus vu depuis longtemps

Costas Lagouvardos, le directeur de recherche à l'Observatoire national d'Athènes, a quant à lui dit à la chaîne de télévision ANT1 que la capitale n'avait pas connu de telles conditions météorologiques depuis 1968.

La neige est même tombée sur plusieurs îles grecques de la mer Égée (entre la Grèce et la Turquie), isolant certains villages de montagne sur celles d'Andros, de Naxos et de Tinos et recouvrant les plages de Mykonos.

De fortes chutes de neige se sont aussi produites sur l'île d'Eubée, au nord d'Athènes, déjà ravagée par des incendies cet été.

Les municipalités y ont redoublé d'efforts pour maintenir les principales routes ouvertes, tandis que de nombreux villages ont été victimes de coupures d'électricité.

Les chutes de neige devraient se poursuivre mardi, avec des températures inférieures à zéro, a annoncé la protection civile.

Aéroport stambouliote fermé

En Turquie, l'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige, ont annoncé les autorités du transport aérien.

Selon un message de la direction générale des aéroports civils sur Twitter, les opérations ont été provisoirement interrompues "en raison de conditions exceptionnelles" qui réduisent la visibilité sur les pistes et devraient reprendre à 18h00, heure locale (16h00 suisses), après évaluation de la situation.

Cependant, plusieurs pistes devraient rester fermées jusqu'à 22h00 (20h00 suisses), a prévenu de son côté la Direction de l'Aviation civile, au risque de provoquer au minimum des retards.

Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards.

La neige a commencé à tomber ce week-end sur la majeure partie de la Turquie, redoublant d'intensité dans la nuit de samedi à dimanche.

Lundi, le gouvernorat (préfecture) d'Istanbul a mis en garde la population contre de nouvelles chutes de neige attendues en soirée, l'invitant à renoncer à prendre la route.

Un millier d'avions se croisent chaque jour à l'aéroport "Istanbul Havilimani", situé sur la rive européenne à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville, près de la Mer Noire.

Istanbul Havalimani a été inauguré en 2019 en remplacement de l'aéroport Ata Türk, devenu trop exigu.

Sa construction avait suscité de nombreuses polémiques, notamment sur les atteintes portées à l'environnement - il est en pleine campagne - et le choix de sa situation, près de la Mer noire, où un épais brouillard sévit fréquemment en hiver.

Premier aéroport d'Europe

En 2021, Istanbul Havalimani a accueilli 37 millions de passagers, selon le ministère turc des Transports, ce qui en avait fait le premier aéroport d'Europe, connecté notamment à l'Asie centrale, au Moyen-Orient et à l'Afrique.

C'est la première fois que le trafic y est suspendu depuis son ouverture, ont souligné les responsables de l'aviation civile.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Économie

La Bourse suisse plombée par les craintes sur l'Ukraine

Publié

le

Les craintes d'une invasion russe de l'Ukraine pesaient sur les marchés financiers mondiaux, et notamment en Suisse sur l'indice vedette SMI. (© KEYSTONE/AP/Andriy Dubchak)

La Bourse suisse restait profondément ancrée dans le rouge lundi après-midi. Les marchés mondiaux s'inquiétaient de la situation en Ukraine et d'un possible conflit armé avec la Russie.

"La combinaison de risques de tensions géopolitiques, d'une hausse du prix du pétrole et de la perspective de taux d'inflation élevés et de taux d'intérêt élevés signifie que les investisseurs évitent actuellement les actions", note Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets.

"Ce n'est que mercredi que le marché boursier obtiendra, espérons-le, un peu plus de certitude quant au rythme du changement de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Il y a donc encore trois jours de Bourse d'incertitude avec le risque que la glissade s'accélère à nouveau mercredi soir", a-t-il ajouté.

Vers 14h40, le SMI perdait 2,68% à 12'024,84 points.

Swiss Re (-0,6%), Nestlé (-0,7%) et Swatch (-1,5%) résistaient le mieux parmi les perdants.

Swiss Life (-1,9%) et Zurich Insurance (-2,1%) tentaient de limiter la casse, tout comme Roche (-2,3%). Novartis (-2,7%) reculait plus nettement.

La volatile AMS Osram (-7,2%) avait soufflé la lanterne rouge au bon Schindler (-6,5%). Sonova (-5,5%) complétait le trio des plus gros perdants.

Les investisseurs sanctionnaient le fait que Schindler a annoncé vendredi soir la démission du directeur général Thomas Oetterli, après six ans en poste. Ses fonctions sont assumées avec effet immédiat par le président du conseil d'administration Silvio Napoli, un double mandat appelé à durer 2 à 3 ans.

Les bancaires Julius Bär et Credit Suisse (chacune -5,3%) faisaient le plongeon, alors qu'UBS (-3,9%) ne faisait guère mieux.

L'ancien directeur général de la banque aux deux voiles, Oswald Grübel, a critiqué la direction actuelle. "Quand une entreprise connaît autant de crises au fil des ans, cela veut dire que sa gestion est mauvaise", a déclaré dimanche dans une interview celui qui a notamment été le patron du numéro deux bancaire helvétique entre 2003 et 2007.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

International

Talibans et Occidentaux à la même table à Oslo

Publié

le

Le ministre des Affaires étrangères par intérim des Talibans, Amir Khan Muttaqi, s'adressant lundi aux journalistes à Oslo, en Norvège. (© KEYSTONE/EPA/TERJE PEDERSEN)

Des responsables talibans pour leur première visite en Europe depuis leur retour au pouvoir se retrouvent autour de la table avec des diplomates occidentaux lundi à Oslo. La communauté internationale conditionne la reprise de son aide au respect des droits humains.

Ayant répondu à une invitation "controversée" du pays nordique, la délégation afghane conduite par le ministre des Affaires étrangères Amir Khan Muttaqi rencontre des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège.

Se tenant à huis clos dans l'hôtel Soria Moria, sur une colline enneigée près d'Oslo, les discussions doivent notamment porter sur l'urgence humanitaire en Afghanistan. Dans ce pays privé d'aides internationales et touché par plusieurs sécheresses, plus de la moitié de la population est menacée par la faim.

"Tout en cherchant à résoudre la crise humanitaire (...), nous poursuivrons une diplomatie lucide avec les talibans (dictée par) notre intérêt constant pour un Afghanistan stable, respectueux des droits et inclusif", a tweeté dimanche l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Thomas West.

Régime pas reconnu

De leur côté, les talibans disent espérer que les rencontres de ce genre contribuent à apporter de la légitimité à leur gouvernement. Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le régime des fondamentalistes islamistes chassés du pouvoir en 2001 mais redevenus maîtres du pays en août dernier après une offensive éclair.

La Norvège a souligné que ces discussions "ne constituent pas une légitimation ni une reconnaissance", mais que, face à l'urgence humanitaire, il était nécessaire de "parler aux autorités qui dirigent de facto le pays".

Nombre d'experts et de membres de la diaspora afghane ont néanmoins critiqué l'invitation faite aux talibans et plusieurs manifestations ont eu lieu devant le ministère des Affaires étrangères à Oslo.

A Kaboul, Wahida Amiri, une militante qui manifeste régulièrement depuis le retour des talibans, a dit à l'AFP être "désolée qu'un pays comme la Norvège organise ce sommet, s'asseye avec les terroristes et passe des accords".

Aide gelée

Depuis août, l'aide internationale qui finançait environ 80% du budget afghan s'est arrêtée et les Etats-Unis ont gelé 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane. Le chômage a explosé et les salaires des fonctionnaires ne sont plus payés depuis des mois.

La faim menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui a réclamé 4,4 milliards de dollars auprès des pays donateurs cette année.

Militantes disparues

La communauté internationale attend cependant de voir comment les fondamentalistes islamistes gouvernent, après avoir piétiné les droits humains lors de leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.

Malgré les promesses, les femmes sont largement exclues des emplois dans le secteur public et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.

Deux militantes féministes ont disparu la semaine dernière à Kaboul après avoir participé à une manifestation. Les talibans ont nié toute responsabilité.

Avant leurs entretiens avec les talibans, les diplomates occidentaux ont rencontré lundi des membres de la société civile afghane, des militantes féministes et des journalistes notamment, qui ont eux-mêmes eu des discussions sur les droits humains avec les fondamentalistes islamistes dimanche.

Une des militantes féministes, Jamila Afghani, avait alors évoqué auprès de l'AFP "une réunion positive pour rompre la glace", tout en précisant attendre des talibans qu'ils passent de la parole aux actes.

Lundi, une autre militante présente à Oslo, Mahbouba Seraj, a affirmé que les talibans "nous ont reconnues et nous ont écoutées". "J'ai espoir. J'espère une forme de compréhension réciproque", a-t-elle dit à la presse.

Dans ce qu'il a présenté comme une "déclaration commune", le porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, a pour sa part tweeté dimanche que "la compréhension et la coopération sont les seules solutions à tous les problèmes de l'Afghanistan".

Délégation exclusivement masculine

Parmi les 15 membres de la délégation - exclusivement masculine - arrivée samedi soir à bord d'un avion d'affaires affrété par la Norvège figure Anas Haqqani, un des chefs du réseau Haqqani.

Sa présence à Oslo est particulièrement critiquée. Il est responsable de plusieurs attentats meurtriers en Afghanistan et son clan est considéré par les Etats-Unis comme un groupe "terroriste".

Selon les médias norvégiens, une plainte contre Anas Haqqani a été déposée à Oslo pour crimes de guerre. "Cela fait mal. C'est comme si Anders Behring Breivik (le néonazi norvégien qui a tué 77 personnes en 2011) venait dans un pays" en tant que délégué, a dit l'auteur de la plainte, Zahir Athari, à la radiotélévision NRK.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un skieur espagnol perd la vie sur les pistes à Zermatt

Publié

le

Gravement blessé, le skieur a succombé à ses blessures sur les lieux de l’accident à Zermatt. (© Police cantonale Valais)

Un ressortissant espagnol de 46 ans a perdu la vie dimanche vers 14h00 sur le domaine skiable de Zermatt (VS). L'homme a fait une chute alors qu'il descendait de la station Hohtälli en direction de Riffelberg.

Pour des raisons que l’enquête devra déterminer, le skieur, domicilié en Espagne, est sorti de piste, a chuté et s'est immobilisé environ 20 mètres plus bas, indique lundi la police cantonale dans un communiqué. Malgré les premiers soins, il a succombé à ses blessures sur les lieux de l’accident.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Plusieurs blessés lors de tirs sur le campus de Heidelberg

Publié

le

Une fusillade a fait plusieurs blessés sur le campus de l'université de Heidelberg. (photo symbolique) (© KEYSTONE/AP/DANIEL ROLAND)

Selon des informations de l'agence de presse allemande dpa, une fusillade s'est produite sur le campus de l'université de Heidelberg. Plusieurs personnes ont été blessées dans un amphithéâtre de l'université lundi à midi, selon la police. Le tireur est mort.

L'agresseur était un étudiant de la haute école, selon dpa. Il n'avait ni de motifs religieux ni politiques, selon les autorités sécuritaires. Il portait plusieurs armes à feu longues et se serait tué.

Aucune autre information n'a filtré pour l'heure sur son identité ou sur celle des blessés. Le secteur a été bouclé dans un large périmètre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Modifications professionnelles nécessitant de gros efforts. Mais vous trouverez la volonté nécessaire pour vous investir de manière différente.

Les Sujets à la Une

X