Rejoignez-nous

Santé

Colère parlementaire contre l'hôpital HRC

Publié

,

le

Les députés vaudois soutiennent l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) à Rennaz, en difficultés financières, non sans être très fâchés contre les organes dirigeants de l'établissement. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi la garantie d'emprunt supplémentaire de 60 millions de francs pour l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC), en difficulté financière. Mais les députés ont bien fait comprendre que la confiance était pratiquement rompue avec l'HRC.

Si tous les groupes politiques ont suivi les recommandations de vote positif de la Commission des finances (COFIN) sur ce décret urgent, les critiques et les mots les plus virulents ont fusé avant le vote: "une catastrophe", "un désastre", "un fiasco", "un marasme", "la stupéfaction", "la douche froide", "la consternation", "dysfonctionnements", "incompétence", "faute grave" ou encore "ambiance délétère".

Les parlementaires ont vivement fustigé la gouvernance et le management de l'hôpital ainsi que le dépassement du coût initial de sa construction, de près de +25%. Autre critique: le fait que l'HRC a procédé en début d'année à un emprunt de 20 millions sans garantie dans une banque extérieure au canton, probablement pour le paiement de salaires et de matériel, sans en informer les cantons. Pas illégal en soi, mais très cachottier.

Pour les députés vaudois, la confiance envers les organes dirigeants de l'HRC est désormais "ébréchée", "fortement affectée", "en crise" voire "rompue", selon les différents partis.

"Eviter un lockout ou grounding"

Si la plupart ont regretté d'être mis devant le fait accompli, tous ont insisté pour un vote immédiat. "On n'a pas le choix si on veut éviter un lockout ou un grounding" de l'hôpital de l'Est vaudois, a résumé le PLR Marc-Olivier Buffat. Son parti dit envisager la possible création d'une commission d'enquête parlementaire.

Après plus d'une heure trente de discussions pour le premier débat, les élus ont largement voté en faveur d'un deuxième débat immédiat, qui n'a pas fait l'objet de nouvelles discussions.

Au vote final donc, les députés ont dit oui à l'unanimité à cette garantie temporaire de 60 millions de l'Etat de Vaud à l'hôpital de Rennaz pour les emprunts bancaires contractés par ce dernier. Même unanimité pour prolonger au-delà du 30 septembre 2020 la garantie temporaire de 45 millions de francs accordée à l'HRC pour son fonds de roulement.

Si le Grand Conseil avait refusé, l'hôpital aurait fait face à un manque de trésorerie dès la fin du mois de juin et n'aurait plus pu garantir le paiement des salaires et des factures des fournisseurs, avait rappelé auparavant le rapporteur de la COFIN.

Deux audits très attendus

C'est pourquoi les gouvernements vaudois et valaisans souhaitaient octroyer une garantie d'emprunt de 80 millions de francs, à charge pour trois quarts du canton de Vaud et un quart du Valais. Le Conseil d'Etat valaisan s'est déjà prononcé favorablement sur sa part de 20 millions. Les deux cantons ont aussi ordonné deux audits, très attendus, sur les questions de finance et de gouvernance. Des premiers rapports sont attendus pour le début de l'été.

La situation financière a été qualifié de "grave et extrêmement préoccupante", par la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz. Elle a rappelé que l'hôpital devrait boucler l'année 2019 sur un déficit de 17,9 millions de francs, alors que six millions étaient prévus.

Les coûts de construction ont également pris l'ascenseur. Estimé à 353 millions en 2012, le coût final global devrait atteindre près de 440 millions de francs. Pour 2020, le HRC a déjà présenté un budget aussi largement déficitaire, à hauteur de 16,9 millions de francs. Un montant qui ne comprend pas l'impact financier du Covid-19. "Un budget alarmant", selon les mots de Mme Ruiz.

Inauguré l'été dernier, le site à Rennaz a accueilli en novembre ses premiers patients. Dès ses débuts, il a fait l'objet de critiques, notamment pour des problèmes d'absentéisme, de cohabitation entre nouveaux collègues, de temps d'attente trop longs aux urgences ou d'annulations d'opérations. En mars dernier, la direction avait fini par appeler à la rescousse l'ancien directeur du CHUV, Pierre-François Leyvraz, afin d'examiner l'organisation médicale.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Restaurants réouverts et fin de la limite des 100 km en France

Publié

le

Edouard Philippe a proclamé jeudi que "les résultats sont bons" dans la lutte contre le coronavirus. Le Premier ministre français a annoncé la fin de la limite des 100 km et la réouverture des restaurants, avec des restrictions plus importantes dans certaines zones. EPA/PHILIPPE LOPEZ / POOL MAXPPP OUT
Edouard Philippe a proclamé jeudi que "les résultats sont bons" dans la lutte contre le coronavirus. Le Premier ministre français a annoncé la fin de la limite des 100 km et la réouverture des restaurants, avec des restrictions plus importantes dans certaines zones.

"Si je devais résumer l'ensemble des données que nous allons vous présenter, je vous dirais que les résultats sont bons sur le plan sanitaire", a affirmé Edouard Philippe en présentant la deuxième étape du plan de déconfinement, qui débutera mardi 2 juin.

"Nous sommes un peu mieux que là où nous espérions être, c'est donc une très bonne nouvelle", s'est-il félicité, même si "nous restons prudents et nous ne pouvons courir le risque de la désinvolture". En effet, "ça ne veut pas dire que le virus ne circule plus" car "il est présent à des degrés divers sur tout le territoire".

Les départements d'Ile-de-France, de Guyane et de Mayotte ont été placés en catégorie "orange" et le déconfinement y sera "un peu plus prudent que dans le reste du territoire" parce que "le virus y circule un peu plus qu'ailleurs", a précisé Edouard Philippe.

Il a annoncé la fin de la limite des 100 kilomètres pour tout déplacement.

"La réouverture des parcs et jardins en zone orange", notamment à Paris, est aussi prévue à partir du 2 juin.

Contraintes spécifiques

Il y aura toutefois des "contraintes spécifiques dans les zones de vigilance orange", comme le maintien de la limitation des rassemblements à dix personnes. La mairie de Paris réclamait la réouverture des parcs et jardins de Paris depuis plusieurs semaines.

Dans tous les autres départements, les lycées vont rouvrir, a-t-il dit.

Edouard Philippe a également annoncé la réouverture des bars, cafés et restaurants, avec toutefois des "restrictions temporaires" dans les zones oranges, et conditionnée partout au "respect des règles sanitaires". Parmi celles-ci, le port du masque obligatoire pour le personnel, pour les clients en déplacement dans l'établissement, une séparation d'un mètre entre les tables et une limite à 10 personnes par tables.

Continuer la lecture

Vaud

Le canton de Vaud mettra fin le 19 juin à l'état de nécessité

Publié

le

"C'est une séquence de crise que nous fermons ici", a déclaré jeudi devant la presse Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois (archives). Keystone/SALVATORE DI NOLFI
Le Conseil d'Etat vaudois mettra fin le 19 juin prochain à l'état de nécessité, a-t-il annoncé jeudi. A cette même date, le gouvernement désactivera ainsi son plan ORCA (organisation en cas de catastrophe) et désengagera l'Etat-major cantonal de conduite (EMCC).

"C'est une séquence de crise que nous fermons ici", a déclaré devant la presse Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat. "Le fonctionnement normal de l'Etat reprend ses droits, après un peu plus de deux mois d'état de nécessité", a-t-elle dit. "Si notre démocratie a connu quelques bouleversements temporaires, je crois pouvoir dire qu'elle n'a pas trop souffert des décisions que nous avons dû prendre", a-t-elle ajouté.

Mme Gorrite s'est félicitée que les libertés un temps restreintes puissent être presque entièrement restaurées et que chacun puisse commencer à planifier sereinement l'avenir. "Il est venu le temps de nous réjouir et d'envisager l'avenir avec confiance". Pour le gouvernement, "après avoir surmonté l'épreuve, nous avons désormais la lourde tâche de construire l'avenir" du canton, a-t-elle affirmé.

Fin de mission pour la PCi

La décision de lever l'état de nécessité entraîne pour le canton de Vaud l'abrogation de l'article concernant les rassemblements privés, qui empêche encore les réunions de plus de 10 personnes jusqu'à ce samedi. La limite passera ensuite à 30 personnes, calquée sur la décision de mercredi du Conseil fédéral.

Les contrôles dans l'espace public vont se poursuivre pour le week-end prolongé de la Pentecôte, a pour sa part averti la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. Ils seront axés sur la prévention plutôt que sur la répression.

Le canton a aussi annoncé que les prestations d'aide de la Protection civile (PCi) prendront fin ce dimanche.

De son côté, le médecin cantonal Karim Boubaker a envisagé la possibilité d'une légère augmentation de cas épisodique, à l'heure du déconfinement. Mais il a tenu à rassurer la population sur l'identification et la traçabilité des personnes contaminées, rendus moins compliqué du fait de l'actuel très faible nombre de nouveaux cas positifs quotidiens.

Continuer la lecture

Suisse

Le Conseil d'Etat tessinois craint une réouverture trop rapide

Publié

le

(KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)
Le Conseil d'Etat tessinois a critiqué jeudi les mesures prises par le Conseil fédéral qui va selon lui trop vite. Les rassemblements autorisés jusqu'à 30 personnes vont rendre le traçage des contacts bien plus difficile, a déclaré le directeur de la santé publique Raffaele de Rosa.

Le gouvernement a accéléré le rythme du déconfinement, mais toutes ses décisions ne sont pas "linéaires", a déclaré le président du Conseil d'Etat Norman Gobbi lors d'une conférence de presse jeudi. M. Gobbi s'est toutefois montré satisfait des derniers chiffres sur la pandémie au Tessin.

"Il y a enfin un rayon de soleil dans le ciel." Depuis plusieurs jours, il n'y a pratiquement plus eu de nouveaux cas d'infection ou de décès. Les autorités doivent désormais agir de manière responsable pour le bien-être de la population. Au Tessin, l'état d'urgence devrait donc rester en vigueur jusqu'au 30 juin.

"La voie de la prudence"

Le chef du département de la santé Raffaele De Rosa aurait "préféré que Berne choisisse la voie de la prudence." En particulier, l'augmentation de cinq à trente personnes du nombre de personnes autorisées dans un rassemblement qui est, selon lui, un grand bond en avant. Le traçage des contacts sera ainsi rendu plus difficile.

Le médecin cantonal Giorgio Merlani, qui a souvent exprimé de fortes inquiétudes, s'est prononcé jeudi en faveur de la détente à venir. Deux semaines et demie après le début du déconfinement, la situation est toujours stable. "Nous devons maintenant tous revenir à la normalité", a dit M. Merlani, en soulignant l'importance de le faire intelligemment.

M. Merlani a également présenté les derniers chiffres au Tessin. Il y a encore deux personnes en soins intensifs, 40 autres sont répartis dans d'autres services de l'hôpital, ou en rééducation. La semaine dernière, 290 personnes ont été testées, et seulement un pour cent d'entre elles étaient positives. "Le virus est là, mais il circule à peine en ce moment", a souligné le médecin cantonal.

Continuer la lecture

Suisse

L'app SwissCovid testée par le grand public

Publié

le

(KEYSTONE/Laurent Gillieron).
L'application SwissCovid, qui devra retracer les chaînes de transmission du coronavirus, est soumise au test du grand public dès jeudi, annonce l'Office fédéral de la santé publique. Les hackers et les personnes intéressées peuvent mettre le système à l'épreuve.

L'instrument doit garantir un niveau élevé de sécurité. Le code source est donc mis à la disposition du public.

Le Centre national pour la cybersécurité réceptionnera les résultats des tests. Il examinera leur contenu, fixera les priorités en fonction du degré de gravité des problèmes détectés et procédera aux adaptations nécessaires. Les résultats seront actualisés tous les jours et disponibles sur la page Internet du centre national.

Actuellement, le système suisse de traçage de proximité est testé dans le cadre d'une phase pilote par une sélection de groupes. Si le Parlement donne son accord à la base légale, l'application pourra être lancée dans la foulée.

Continuer la lecture

Suisse

Exploitation presque normale des transports publics dès le 6 juin

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Les transports publics suisses rétabliront en grande partie l’exploitation normale les 6 et 8 juin. Les lignes de trafic purement touristiques, fermées pour l'instant, pourront notamment reprendre, annoncent jeudi les CFF et CarPostal dans un communiqué commun.

Les chemins de fer de montagne et les bateaux pourront ainsi reprendre leur activité après un arrêt de plusieurs mois. La restauration ferroviaire, les réservations de groupes ou encore le transport de bagages seront également de nouveau disponibles.

Les transports publics suisses progressent un peu plus vers un retour complet à la normale. Quelques réductions de l’horaire subsisteront toutefois sur des courses supplémentaires aux heures de grande affluence et sur les relations de nuit, précise le communiqué.

L’assouplissement des mesures était prévu initialement pour le 8 juin. Toutes les entreprises de transports publics ne seront ainsi pas en mesure d'élargir leur offre dès le 6 juin comme l'a décidé le Conseil fédéral mercredi. Des adaptations auront lieu le 8 juin. Les voyageurs sont invités à consulter les informations des différentes entreprises de transports avant de voyager.

Responsabilité individuelle

Le BLS amorce aussi son retour à la normale dès le 6 juin, annonce-t-il dans un communiqué jeudi. Ses lignes dédiées au trafic touristique pourront notamment reprendre, mais l'offre sera réduite au début.

Sur l'InterRegio entre Berne et Bienne, les dernières liaisons nocturnes du vendredi et du samedi soir circuleront à nouveau selon l'horaire à partir du 12 juin. Entre Brigue et Domodossola, le RegioExpress ne fonctionnera jusqu'au 13 juin qu'avec l'offre minimale pour les pendulaires le matin et le soir. À partir du 14 juin, des trains circuleront à nouveau pendant la journée à une cadence réduite.

Le plan de protection pour les transports publics en appelle à la responsabilité individuelle et à la solidarité des voyageurs, soulignent les CFF. Il est notamment recommandé aux usagers de porter un masque de protection dans les transports publics lorsque la distance des deux mètres ne peut pas être respectée.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Ne cherchez pas midi à quatorze heures. Montrez-vous plus simple dans votre façon de voir les choses, tout le monde s’en portera mieux !

Publicité

Les Sujets à la Une

X