Rejoignez-nous

Genève

Le 1er août aura des tonalités africaines à Genève !

Publié

,

le

Et ce pour une bonne raison : la Suisse et le Benin ont la particularité d’avoir leur fête nationale le même jour.

 

La Ville du bout du lac a donc décidé d’unir la culture helvétique et béninoise pour cette journée. Le rendez-vous est donné au parc La Grange. Au programme des animations, des concerts ou encore un cortège aux lampions, et il s’agit là d’un autre point en commun entre les deux pays comme nous l’explique le maire de Genève, Remy Pagani :

 

Rémy Pagani
Le maire de Genève
Rémy Pagani Le maire de Genève

 

La partie musicale réunira aussi bien du yodle, que des cors des Alpes, avec de la musique béninoise dont des stars du pays. Eric Linder, chargé de l’organisation de la manifestation :

 

Eric Linder
Chargé de l’organisation de du 1er août
Eric Linder Chargé de l’organisation de du 1er août

 

Et il y aura aussi des mélanges culinaires. La fête nationale du 1er août commencera à partir de 15h pour se finir à 1h du matin.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève veut une inscription de l'Escalade au patrimoine mondial

Publié

le

Le Conseil municipal de la Ville de Genève veut que les célébrations de l'Escalade soient inscrites au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Le cortège rassemble 800 figurants en costumes d'époque, ce qui en fait le plus grand défilé historique d'Europe. (Image d'archive - ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
Le Conseil municipal de la Ville de Genève veut que les célébrations de l'Escalade soient inscrites au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Il a adopté une motion demandant à l'exécutif d'entamer des démarches dans ce sens.

Il s'agit de valoriser le plus grand défilé historique d'Europe, avec ses 800 figurants, explique le PLR Vincent Subilia, désormais député et directeur général de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG), mercredi dans un entretien à la Tribune de Genève. Il avait déposé cette motion en décembre 2017.

"C'est une des manifestations qui collent le plus à la réalité historique. Une véritable fresque naturelle!" déclare-t-il. Cette inscription constituerait une reconnaissance pour la Compagnie de 1602 qui l'organise et attirerait des visiteurs. M. Subilia attend que le Conseil administratif ainsi que le Conseil d'Etat convainquent la Confédération de déposer une demande formelle auprès de l'UNESCO.

Continuer la lecture

Genève

Conditions de détention illégales à Champ-Dollon

Publié

le

Le Tribunal fédéral admet le recours d'un détenu emprisonné à Champ-Dollon (GE) dans des conditions illicites. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Le Tribunal fédéral admet le recours d'un détenu incarcéré durant plus de 22 mois à Champ-Dollon. Il constate que l'homme a passé 234 jours dans des conditions illicites, essentiellement en raison de la surface insuffisante de sa cellule.

Libéré à mi-mai 2016, le détenu avait saisi les autorités genevoises afin que l'illicéité de ses conditions de détention entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015 soit constatée et qu'une indemnité pour tort moral lui soit versée. Ses démarchés étaient restées vaines jusqu'à ce que le Tribunal fédéral ordonne en février 2019 à la Cour de justice d'entrer en matière.

En décembre 2019, la Cour de justice avait admis l'illicéité pour la période de détention précédant le jugement, soit durant 89 jours. Elle estimait en revanche que les conditions de détention après le jugement avaient été difficiles mais pas illicites.

Surface insuffisante

Certes, le recourant s'était retrouvé avec deux codétenus dans une cellule prévue pour deux personnes et ne disposait donc pas de la surface minimale de 4 mètres carrés recommandée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT). Mais ses compagnons étaient occupés plusieurs heures par jour au-dehors. Lui-même avait droit à une promenade quotidienne d'une heure et de trois à quatre heures hebdomadaires de sport.

Saisi d'un nouveau recours, le Tribunal fédéral a estimé, dans un arrêt publié vendredi, que le raisonnement des juges genevois, qui ont opéré une distinction "artificielle" entre la détention avant et après jugement, est indéfendable. En effet, les conditions - surface et occupation de la cellule - étaient les mêmes durant ces deux périodes. Cette distinction permettait juste de considérer que la durée maximale de trois mois, considérée comme tolérable en cas de surpopulation carcérale, n'était pas atteinte.

Confiné durant 8 mois

Pour le Tribunal fédéral, le recourant a passé près de 8 mois confiné durant 22 à 23 heures par jour dans une cellule qui lui offrait une surface individuelle inférieure à 3,7 mètres carrés. Les activités hors cellule proposées apparaissent très marginales. Dans ces conditions, la durée tolérable de trois mois au maximum est largement dépassée.

En conclusion, la Cour de droit pénal conclut que les conditions de détention du recourant n'ont pas été conformes aux standards minimaux durant 234 jours , entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015. Le Tribunal fédéral n'a pas été saisi d'une demande d'indemnisation et ne s'est donc pas prononcé sur ce point qui devra être tranché par la justice genevoise. (arrêt 6B_169/2020 du 18 mai 2020)

Continuer la lecture

Genève

Le canton de Genève remboursera les tests de dépistage

Publié

le

Le canton de Genève remboursera les tests effectués par des personnes présentant peu de symptômes (photo prétexte). KEYSTONE/AP DPA/MICHAEL KAPPELER
Le canton de Genève veut démocratiser l'accès au test de dépistage du coronavirus. Il prendra en charge les coûts pour les personnes présentant des symptômes légers.

Les tests prescrits par le médecin cantonal ainsi que ceux effectués par des centres de dépistage sur des personnes peu symptomatiques et sans consultation médicale préalable seront intégralement remboursés par le canton.

Le tarif a été fixé à 76 francs. Il englobe les frais d'analyse et le prélèvement par un professionnel de la santé, a expliqué Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de la sécurité, de l'emploi et de la santé, jeudi lors d'un point de presse.

"L'objectif est qu'il n'y ait pas l'arrière-pensée des coûts. Aujourd'hui, le nombre de tests se monte à 200 par jour. Nous espérons que les réticences à se faire tester vont disparaître".

Vaud et Valais ont déjà légiféré dans ce sens, a ajouté le magistrat. Les tests concernant les personnes malades et nécessitant une consultation médicale continuent à être remboursés par l'assurance-maladie obligatoire, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Genève

La priorité aux piétons rendue dans une dizaine de rues genevoises

Publié

le

Les nouvelles bandes cyclables provisoires mises en place par le canton ont rallumé la guerre des transports à Genève. KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Le canton de Genève poursuit sa politique de promotion de la mobilité douce dans le cadre de la reprise progressive des activités post-confinement. Après les bandes cyclables sur certains grands axes, voici venir le tour des nouveaux aménagements provisoires en faveur des piétons. Ces mesures seront en vigueur dès la semaine prochaine pour une durée de 60 jours.

En concertation avec la Ville de Genève, le département des infrastructures a annoncé mercredi son intention de transformer une dizaine de rues du centre-ville en "zones de rencontres". Les piétons seront prioritaires sur ces tronçons et la vitesse y sera limitée à 20 km/h.

Dans ces rues, les places de stationnement seront redistribuées et une partie de l'espace routier sera récupéré pour l'extension des terrasses et des étals. Les places blanches à horodateurs seront supprimées en priorité. Le quai des Bergues, quant à lui, sera piétonnisé pour 60 jours.

Ces mesures en faveur de la mobilité douce visent à éviter un report sur la voiture individuelle ou une surcharge des transports publics durant la période de reprise des activités qui avaient été arrêtées à cause de la pandémie de Covid-19.

Continuer la lecture

Genève

La police genevoise met fin à un match de football sauvage

Publié

le

Des buts soigneusement rangés sont photographiés au Stade de Varembé a Genève, ce dimanche 24 mai 2020. Depuis quelques jours, des matchs de football sauvages sont organisés a Lausanne et Genève malgré l'interdiction de rassemblement toujours en vigueur. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
La police genevoise est intervenue dimanche matin au centre sportif de Vessy pour mettre fin à un match de football qui s'y déroulait au mépris des mesures sanitaires prises dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Les joueurs ont quitté les lieux dans le calme.

"Nous avons été averti par le service des sports de la Ville de Genève qui nous a signalé qu'une partie de football avait lieu sur un terrain de Vessy en présence de 300 personnes", a relevé le porte-parole de la police genevoise Alexandre Brahier, confirmant une information de 20 Minutes.

La police a envoyé ses patrouilleurs Covid. Les gens se sont dispersés à leur arrivée. Les joueurs ont obtempéré et sont partis, a relevé M.Brahier. La police genevoise a aussi dû intervenir sur les cours de tennis du centre de Vessy, où une trentaine de personnes avaient bravé l'interdiction d'utiliser les installations.

Jeudi soir, la police avait mis fin à une rencontre de football sauvage qui avait attiré un millier de personnes au bord d'un terrain situé au nord de Lausanne.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Une réunion va tourner à votre avantage. Profitez-en pour remettre quelques personnes à une place qu’elles n’auraient jamais dû quitter !

Publicité

Les Sujets à la Une

X