Rejoignez-nous

International

Ashleigh Barty annonce prendre sa retraite à 25 ans

Publié

,

le

Ashleigh Barty a remporté le dernier Open d'Australie (archives). (© KEYSTONE/AP/Andy Brownbill)

No 1 mondial, Ashleigh Barty a créé la surprise en annonçant sa retraite à seulement 25 ans, mercredi dans un message vidéo.

"Aujourd'hui est une journée difficile et remplie d'émotion pour moi parce que j'annonce ma retraite du tennis", a déclaré l'Australienne sur Instagram. Elle souligne avoir réalisé ses rêves et être "absolument épuisée".

"Je suis tellement heureuse, et je suis tellement prête et je sais juste maintenant dans mon coeur qu'en tant que personne, c'est la bonne décision", a déclaré l'Australienne, en larmes, dans un message vidéo au côté de son ancienne partenaire de double Casey Dellacqua.

Classée no 1 à la WTA quasiment sans interruption depuis juin 2019, Ashleigh Barty a remporté trois titres du Grand Chelem en simple, à Roland-Garros en 2019, à Wimbledon en 2021 et à l'Open d'Australie cette année. Elle était devenue en janvier la première championne locale en 44 ans à s'imposer à Melbourne, rejoignant le club restreint des couronnées du Grand Chelem sur trois surfaces différentes.

"Le succès pour moi, c'est de savoir que j'ai tout donné, tout ce que je pouvais. Je suis comblée, je suis heureuse, et je sais combien de travail il faut pour donner le meilleur de soi-même", a-t-elle dit. "C'est juste que je n'ai plus ça en moi. Je n'ai plus l'énergie physique, la volonté émotionnelle et tout ce qu'il faut pour se dépasser au plus haut niveau", a-t-elle poursuivi, ajoutant être "absolument épuisée".

Une technique au-dessus de la moyenne

Une des joueuses les plus respectées et les plus aimées du circuit, Ashleigh Barty est rapidement devenue la meilleure, avec son étourdissant éventail de slices, ses services précis et son coup droit sans faille. Peu d'athlètes peuvent se targuer d'un CV aussi varié. Elle a commencé à jouer au tennis enfant à Brisbane, la capitale de l'Etat du Queensland, et a remporté le titre de championne junior de Wimbledon à 15 ans en 2011.

Mais les attentes liées au succès ont eu raison d'elle et, trois ans plus tard, elle a abandonné le tennis pour le cricket, en signant avec le Brisbane Heat dans la première édition de la Women's Big Bash League.

Mais l'attrait du tennis n'était jamais loin et elle est revenue après une saison d'absence, signant son premier triomphe en Grand Chelem à Roland-Garros en 2019 et devenant la première Australienne no 1 mondial depuis Evonne Goolagong-Cawley 50 ans plus tôt. Elle a finalement remporté le titre tant désiré, à Wimbledon, l'année dernière, avant son triomphe à l'Open d'Australie en janvier.

"Marque indélébile"

Seules avant elle Chris Evert, Martina Navratilova, Steffi Graf et Serena Williams avaient terminé trois années d'affilée au sommet. "Pouvoir gagner Wimbledon était mon rêve, mon seul vrai rêve dans le tennis. Cela a vraiment changé ma perspective. J'ai eu cette intuition après Wimbledon et j'en ai beaucoup parlé à mon équipe" a avoué la championne.

"Il y avait juste une petite partie de moi qui n'était pas tout à fait satisfaite (...) Et puis est venu le défi de l'Open d'Australie et je pense que pour moi, c'est la manière la plus parfaite" de partir.

La WTA a salué "une incroyable ambassadrice du sport". "Merci, @ashbarty, pour la marque indélébile que tu as laissée sur le court, en dehors du court et dans nos coeurs", a tweeté la fédération.

"Je tiens à vous remercier, Ash, d'avoir inspiré un pays, d'avoir inspiré une nation, à un moment où ce pays avait vraiment besoin d'un bon coup de fouet", a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison.

L'Australienne avait déclaré après sa victoire à l'Open d'Australie souhaiter prendre du temps pour réfléchir à sa carrière, faisant ainsi l'impasse sur les prestigieux tournois de début de saison en dur d'Indian Wells et de Miami. Elle s'est fiancée l'année dernière à son petit ami de longue date, Garry Kissick, toujours présent sur le terrain lorsqu'elle jouait.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Philippe Diallo confirmé à la présidence

Publié

le

Philippe Diallo a été confirmé dans ses fonctions de président de la FFF (© KEYSTONE/AP/AURELIEN MORISSARD)

Philippe Diallo a été élu président de la Fédération française jusqu'à la fin 2024, après un vote de l'Assemblée générale de la FFF réunie samedi à Paris.

Il occupait ce poste de manière intérimaire depuis la démission de l'historique dirigeant Noël Le Graët fin février.

Diallo a été élu très confortablement avec 91,26% des voix de l'Assemblée réunissant élus et dirigeants. A 59 ans, cet ancien patron du syndicat des clubs professionnels, vice-président de la FFF depuis décembre 2021, a pour mission d'apaiser une instance ballottée ces derniers mois par les polémiques.

La fédération a notamment fait l'objet d'un audit diligenté par le ministère des Sports qui a épinglé en février sa gestion managériale et plus particulièrement sa politique de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Les dérapages et les accusations de harcèlement moral et sexuel ont poussé Noël Le Graët à la démission après 11 années en poste.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le fisc français découvre 120'000 piscines non déclarées

Publié

le

En France, une piscine doit être enregistrée auprès des autorités si elle fait plus de 10 mètres carrés (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER)

Le fisc français a découvert plus de 120'000 piscines non déclarées grâce à l'analyse de photos aériennes, rapporte Le Parisien. Il va contacter les propriétaires qui auront 30 jours pour les déclarer, en précisant notamment la taille et l'année de construction.

Le fisc français espère des recettes supplémentaires pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros. Toute personne surprise avec une telle piscine doit payer 375 euros à son autorité locale. En France, une piscine doit être enregistrée auprès des autorités dans les trois mois suivant sa construction si elle fait plus de 10 mètres carrés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / dpa

Continuer la lecture

International

Attaque d'un hôtel à Mogadiscio: six civils et trois policiers tués

Publié

le

L'attaque a visé l'hôtel Pearl Beach au sud de la capitale Mogadiscio sur la plage du Lido, très prisée par les autorités. (© KEYSTONE/AP/Farah Abdi Warsameh)

Six civils et trois membres des forces de l'ordre ont été tués et dix civils blessés dans l'attaque d'un hôtel de Mogadiscio par des islamistes radicaux shebab. Le commando a été neutralisé dans la nuit de vendredi à samedi après six heures de siège, selon la police.

"Six civils ont péri dans l'attaque (...) et dix autres ont été blessés. Trois membres courageux des forces de sécurité ont aussi péri", a indiqué la police dans un communiqué, qui précise que 84 personnes qui étaient dans l'hôtel ont été secourues et sont indemnes.

L'attaque, revendiquée par les combattants islamistes proches d'Al Qaïda a débuté peu avant 20h00 vendredi soir (19h00 suisses), quand sept assaillants ont pris d'assaut l'hôtel Pearl Beach, sur le front de mer de Mogadiscio. Il s'est terminé vers 02h00 du matin, selon la police, après des échanges de tirs nourris entre les forces de l'ordre et les assaillants, qui ont tous été tués.

Tirs nourris

Les shebab mènent depuis plus de quinze ans une insurrection contre le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale et ont souvent pris pour cible les hôtels, qui accueillent généralement de hauts fonctionnaires somaliens et étrangers.

Vendredi soir, des témoins avaient fait état de tirs nourris près de l'établissement. Plusieurs ambulances étaient stationnées à proximité, avait constaté l'AFP. Yaasin Nur, qui se trouvait à proximité, avait déclaré que le restaurant de l'hôtel "était plein de monde car il avait été récemment rénové".

"Un choc"

"L'attaque dans un quartier populaire de Mogadiscio est un peu un choc, étant donné que l'on pensait que la sécurité s'améliorait dans la ville ces dernières semaines", a déclaré Omar Mahmood, analyste spécialiste de l'Afrique de l'Est à l'International Crisis Group (ICG). "Il semble que les shebab entreprennent une série d'attaques pour ralentir une éventuelle offensive du gouvernement et de ses alliés".

En août 2020, les shebab avaient lancé une attaque d'envergure contre l'Elite, un autre hôtel de la plage du Lido, tuant dix civils et un policier. Il avait fallu quatre heures aux forces de sécurité pour reprendre le contrôle de l'établissement.

Les shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui réclament l'instauration de la loi islamique dans le pays, combattent depuis plus de quinze ans le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Chassés des principales villes du pays en 2011-2012, ils restent solidement implantés dans de vastes zones rurales.

"Guerre totale"

Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud leur a déclaré une "guerre totale", et a lancé en septembre une offensive militaire, notamment appuyée par des frappes aériennes américaines.

Mais les shebab continuent de mener des attentats sanglants en représailles, soulignant leur capacité à frapper au coeur des villes et des installations militaires somaliennes.

Le 26 mai, ils ont attaqué une base tenue par des soldats ougandais de la force de l'Union africaine en Somalie (Atmis) dans le sud du pays, tuant au moins 54 soldats.

Le 29 octobre 2022, deux voitures piégées avaient explosé à Mogadiscio, tuant 121 personnes et en blessant 333, l'attaque la plus meurtrière depuis cinq ans dans ce pays également touché par une sécheresse historique.

Un triple attentat à la bombe à Beledweyne (centre) a aussi fait 30 morts, dont des responsables locaux, début octobre et au moins 21 clients d'un hôtel de Mogadiscio ont été tués lors d'un siège de 30 heures en août.

Ce siège avait soulevé des questions sur la façon dont les militants islamistes ont réussi à atteindre le coeur étroitement gardé du district administratif de Mogadiscio sans être repérés.

Dans un rapport au Conseil de sécurité de l'ONU en février, le secrétaire général Antonio Guterres a affirmé que 2022 avait été l'année la plus meurtrière pour les civils en Somalie depuis 2017, en grande partie à cause des attaques des shebab.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Entrée en vigueur d'une énième trêve au Soudan

Publié

le

La guerre a déjà fait plus de 1800 morts et deux millions de déplacés et réfugiés. Et la situation humanitaire ne cesse de se détériorer (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP)

Un cessez-le-feu est entré en vigueur samedi matin au Soudan. Les habitants ont toutefois peu d'espoir de le voir appliqué après de nombreuses trêves violées en bientôt deux mois de conflit qui a conduit à une grave crise humanitaire.

Les camps des deux généraux en guerre ont accepté une trêve de 24 heures, à partir 06h00 (locales et suisses), avait annoncé vendredi le médiateur saoudien, qui accueille depuis des semaines des négociations entre les belligérants. D'après des témoins, la situation semblait calme en début de matinée dans la capitale Khartoum.

"Une trêve d'un jour est la moindre des choses à laquelle on aspire. On a hâte d'en finir avec cette foutue guerre", a déclaré à l'AFP Mahmoud Bachir, un habitant du quartier de Bahri.

Issam Mohamed Omar, qui habitait dans le centre de Khartoum et a fui à Omdourman, la ville jumelle, veut le départ des paramilitaires. "Pour moi, une trêve qui ne chasse pas les FSR de la maison dont ils m'ont chassé il y a trois semaines ne sert à rien", dit-il, alors que de nombreux habitants ont dénoncé la mainmise des FRS sur des logements.

Favoriser l'aide humanitaire

Il s'agit d'un énième cessez-le-feu dans cette guerre déclenchée le 15 avril entre l'armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo.

Les parties se sont engagées à cesser les violences dans tout le pays pour permettre "l'arrivée de l'aide humanitaire", selon le ministère des Affaires étrangères saoudien.

Le commandement général des forces armées a toutefois déclaré qu'il se réservait le "droit de répondre à toute violation que les rebelles pourraient commettre". De leur côté, les paramilitaires ont "réitéré" leur "plein engagement en faveur du cessez-le-feu".

"Difficile"

Le spécialiste du Soudan Aly Verjee, de l'université de Gothenburg en Suède, ne voit guère comment cette trêve pourrait tenir plus que les autres: "c'est difficile de voir qu'une trêve reposant sur les mêmes critères (qu'avant), surtout d'une si courte durée, aboutira à un résultat sensiblement différent. Cela dit, même une diminution de la violence serait la bienvenue pour ceux qui vivent sous les tirs."

La guerre a déjà fait plus de 1800 morts, selon l'organisation ACLED, spécialisée dans la collecte d'informations dans les zones de conflit, ainsi que deux millions de déplacés et réfugiés selon l'ONU. Et la situation humanitaire ne cesse de se détériorer.

"Si les parties ne respectent pas le cessez-le-feu de 24 heures, les médiateurs devront envisager d'ajourner les discussions de Jeddah", ont prévenu les médiateurs saoudiens et américains qui supervisent des négociations depuis des semaines.

Ryad avait déclaré la semaine dernière chercher avec les Américains à "poursuivre les discussions" pour parvenir à un cessez-le-feu "effectif", après que les négociations ont été officiellement suspendues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Malgré vos multiples efforts pour « tenir bon », la lassitude gagne du terrain. Il faut reconnaître que la mauvaise volonté de Dame Lune ne vous épargne pas !

Les Sujets à la Une

X