Rejoignez-nous

Sport

Football : City champion d'Angleterre

Publié

,

le

Pep Guardiola a remporté son deuxième titre consécutif de champion d'Angleterre. (©KEYSTONE/EPA/NIGEL RODDIS)

Quel dénouement en Premier League dimanche. Liverpool, qui a gagné 2-0 contre Wolverhampton, a été provisoirement champion, mais Manchester City est parvenu à faire la différence à Brighton (4-1).

Lorsque Sadio Mané a ouvert le score (17e) pour les Reds, on a pensé à l'impensable. Encore plus lorsque l'attaquant de Brighton Glenn Murray a marqué contre City à la 27e minute. Mais le "Kun" Agüero n'a jamais laissé planer le doute en égalisant dans la foulée.

Reste que les Citizens n'avaient d'autres options que de gagner. Et la libération est finalement venue dix minutes plus tard d'une tête sur corner d'Aymeric Laporte. Les scores bougeront, mais les tendances seront maintenues: les deux premiers de Premier League ont remporté leur dernier match et City, à la faveur de son point d'avance, s'est adjugé la Premier League.

Un titre mérité

Il importe vraiment de le souligner: il ne faut pas sous-estimer le deuxième titre consécutif de champion d'Angleterre de Pep Guardiola. L'exploit n'est pas commun. La preuve, le dernier à l'avoir fait n'est autre que Sir Alex Ferguson à la tête de Manchester United il y a dix ans (il avait même réussi la passe de trois en 2007, 2008 et 2009).

Alors oui, cette année, le City de Guardiola n'a marqué "que" 98 points, soit deux de points de moins que l'an dernier lorsqu'il avait battu le record historique de la Premier League. Sauf que l'adversité était moindre. Manchester United était resté à 19 longueurs. Le Liverpool de cette année a été un rival plus que coriace.

En échouant à seulement une toute petite unité après trente-huit journées, les Reds ne sont pas que les deuxièmes les plus malchanceux de l'histoire. Ils ont aussi été des candidats très crédibles tout au long de la saison. Rappelons leur avance de sept points à la fin de l'année 2018, peu avant la confrontation directe du 3 janvier. City l'avait emporté et enclenché la machine infernale (seul le Newcastle de Fabian Schär, lequel a marqué dimanche contre Fulham, a pu lui prendre des points depuis).

Liverpool, quasi irréprochable

Le constat est terrible pour Liverpool, qui n'aura donc perdu qu'une seule fois en championnat cette saison. Ce titre leur échappe depuis 1990 et il est difficile de leur reprocher quoi que ce soit cette année. Sur le plan du jeu, l'équipe de Jürgen Klopp a rarement déçu.

De l'intensité certes, mais pas seulement. Liverpool a été obligé de faire un peu plus cette année, puisque les adversaires se livraient moins. Alors Mo Salah a peut-être été moins décisif, avec moins d'espaces face à lui, mais c'est la complémentarité entre chaque ligne qui a frappé. Quand les excellents Alisson et Virgil van Dijk ont fait progresser défensivement, l'apport des latéraux Trent Alexander-Arnold et Andy Robertson a très souvent permis de trouver Roberto Firmino ou surtout Sadio Mané. Et Xherdan Shaqiri a parfois été un joker utile, notamment en première partie de saison. L'international suisse aura joué 25 matchs, marqué six fois et donné trois assists. Un bilan plus que correct.

Mais les Citizens n'ont pas été en reste, avec un Raheem Sterling qui a beaucoup mûri avec Guardiola et qui a enfin mis à profusion son énorme talent. La cohérence générale de City est très justement sacrée aussi. Sauf que, contrairement à Liverpool, les Mancuniens regarderont la finale de la Ligue des Champions du 1er juin devant la télévision.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

La Coupe Davis doit se réinventer

Publié

le

La magie de la Coupe Davis opère toujours, à l'ITF d'en profiter (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Vice-président et trésorier de la Fédération Internationale (ITF), René Stammbach a été l'un des hommes qui a milité pour le changement de format de la Coupe Davis.

Malgré la rupture de contrat entre l'IITF et le groupe Kosmos, celui qui est également le président de Swiss Tennis ne regrette rien.

"Nous avons organisé 36 rencontres de Coupe Davis le week-end dernier. Je n'ai eu que des retours positifs, se félicite René Stammbach. Sur le plan financier, 6 millions de dollars étaient redistribués aux fédérations et le prize money pour les joueurs s'élevait à 6,8 millions de dollars avant la réforme de 2018. Aujourd'hui, nous versons 10 millions aux fédérations et 16 millions aux joueurs."

Selon René Stammbach, ces montants seront toujours de mise pour 2023 malgré le retrait de Kosmos. "Des assurances ont été finalisées pour couvrir le prize money de 2023, précise-t-il. Quant à celui de 2022, il sera réglé ces prochaines semaines. Les joueurs qui n'ont pas encore touché leur argent vont être indemnisés."

Se "réinventer" en 2024

René Stammbach est toutefois pleinement conscient que la Coupe Davis devra se "réinventer" dès l'année prochaine pour faire face au retrait du groupe Kosmos de Gerard Piqué qui s'était engagé pour un contrat de... 25 ans chiffré à 3 milliards de dollars. "L'ITF se penchera sur cette question au mois de mars. Nous devons chercher des solutions", lâche-t-il.

Le président de Swiss Tennis n'ignore pas que les tournois du Grand Chelem souhaitent redonner à la Coupe Davis son lustre d'antan. "J'ai pris connaissance des critiques émises par Gilles Moretton, le président de la Fédération française. Mais quelles sont les propositions avancées par les tournois du Grand Chelem ? Je ne vois rien venir !"

L'engouement suscité par les "qualifiers" du week-end dernier - on a notamment joué à guichets fermés à Trèves pour la rencontre Allemagne-Suisse - a rappelé combien le public pouvait apprécier ces rencontres à domicile qui ont toujours fait beaucoup pour la promotion du tennis.

"L'idéal serait de jouer les huitièmes et les quarts de finale sur un match +sec+ comme on le faisait jusqu'en 2018 et d'organiser ensuite un Final 4", plaide pour sa part Marc Rosset. Finaliste de la Coupe Davis en 1992 lors d'une campagne mémorable, le Genevois veut croire que l'épreuve qu'il chérit a encore un avenir.

Victime du Big Three

"La Coupe Davis a été en quelque sorte la victime des fabuleux succès du Big Three. Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic l'ont jouée au début de leur carrière avant de courir derrière le record des titres du Grand Chelem", note Marc Rosset.

"On peut comprendre que la Coupe Davis, qu'ils ont tous les trois gagnée, n'était plus un objectif premier pour eux. Mais aujourd'hui, nous n'avons plus de joueurs capables de remporter 20 titres du Grand Chelem. Pour un Stefanos Tstsipas, un Carlos Alcaraz, un Alexander Zverev, un Roger Auger-Aliassime, un Jannik Sinner, la Coupe Davis est un must. J'en suis persuadé", glisse-t-il.

A Trèves en sa qualité de consultant pour la RTS, le Genevois a pu constater que la magie de la Coupe Davis opère toujours pour l'équipe de Suisse. A 37 ans bien passés, Stan Wawrinka s'est battu comme un lion pour lui donner le point de la victoire. Transcendé par l'événement, Marc-Andrea Hüsler a sorti le match de sa vie pour battre Alexander Zverev. Quant à Dominic Stricker, il avait des étoiles plein les yeux après son double avec Stan Wawrinka malgré l'amertume de la défaite.

"Croyez-moi, jouer une rencontre de Coupe Davis dans un stade à guichets fermés au côté d'un triple vainqueur en Grand Chelem fut une expérience extraordinaire. J'en redemande", lançait le Bernois. René Stammbach a sans doute reçu le message de celui qui est aujourd'hui le plus grand espoir de sa fédération. Il n'a franchement pas le droit de le décevoir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

New Jersey gagne encore

Publié

le

Jonas Siegenthaler (à droite) au contact avec Anthony Beauvillier (72). (© KEYSTONE/AP/Bill Kostroun)

New Jersey surfe toujours sur la vague du succès. Dans leur antre de Newark, les Devils se sont imposés 5-4 devant Vancouver pour une neuvième victoire en onze matches.

New Jersey a forcé la décision grâce à une réussite de Jesper Bratt après 4'18'' de jeu dans la prolongation. Avec son 20e but de la saison, le Suédois a fait oublier une seconde partie de rencontre bien laborieuse de la part des siens. Grâce notamment à trois goals inscrits en l'espace de 50 secondes, New Jersey menait, en effet, 4-1 à la 31e avant de balbutier son hockey.

Si le capitaine Nico Hischier est resté "muet", Jonas Siegenthaler a comptabilisé son 15e point de la saison grâce à un assist sur le 2-1 inscrit par Ondrej Palat. Avec son bilan de +25 sur l'ensemble de la saison, le défenseur zurichois s'affirme à 25 ans comme l'un des hommes de base des Devils.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Wendy Holdener se pare d'argent lors du combiné

Publié

le

Wendy Holdener est allée chercher la médaille d'argent du combiné des Mondiaux (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Wendy Holdener a décroché l'argent du combiné des Mondiaux à Méribel. La Schwytzoise n'a été devancée que par l'Italienne Federica Brignone.

La première épreuve des Mondiaux a souri à l'équipe de Suisse puisque Wendy Holdener est allée chercher du métal. Pas l'or espéré, mais l'argent à 1''62 de Federica Brignone.

15e après le Super-G, la double championne du monde de la discipline (2017 et 2019) a réussi la meilleure manche de slalom. Insuffisant pour revenir sur la Valdôtaine, mais suffisant pour passer devant l'Autrichienne Ricarda Haaser. Elle empoche sa quatrième médaille aux Championnats du monde.

Grosse déception en revanche pour Michelle Gisin. La double championne olympique a perdu deux secondes en slalom sur Federica Brignone! Elle termine au 6e rang à 3''43.

Titrée à 33 ans, Federica Brignone mérite amplement cette médaille d'or. Vainqueure de cinq combinés en Coupe du monde, dont quatre à Crans-Montana, la Transalpine n'avait jusqu'ici remporté que le bronze olympique dans cette discipline. Elle ajoute une deuxième médaille mondiale à sa collection après l'argent obtenu en géant en...2011 à Garmisch

Sixième de la manche initiale à 0''96, Mikaela Shiffrin était en passe d'aller chercher l'or. Mais la tenante du titre, emportée par sa fougue, est sortie à quelques portes de l'arrivée. La femme aux 85 succès en Coupe du monde a-t-elle été rattrapée par les démons de Pékin? Car on se souvient que lors des derniers JO, l'Américaine était passée complètement à côté de ce grand rendez-vous.

A noter que plusieurs femmes ont utilisé la manche de vitesse comme un entraînement, puisque la FIS l'autorise. Ainsi Lara Gut-Behrami a pu par exemple se tester en prenant la 2e place du Super-G à 0''71 de Brignone.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Bellier rejoint Hüsler dans le tableau principal

Publié

le

Antoine Bellier s'est hissé dans le tableau principal (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Antoine Bellier (ATP 190) a décroché de haute lutte son ticket pour le tableau final à Montpellier.

Le Genevois a effacé trois balles de match face au Russe Ivan Ghakov (ATP 250) avant de s'imposer 3-6 7-6 (12/10) 6-4 au 2e tour des qualifications.

C'est la troisième fois que le gaucher de 26 ans parvient à sortir des qualifications dans un tournoi ATP. Il y était parvenu pour la première fois en juin 2022 sur l'herbe de Majorque, se hissant jusqu'en demi-finales après avoir écarté deux balles de match au dernier tour des qualifications.

Antoine Bellier, qui avait passé un tour l'automne dernier à Stockholm pour sa deuxième apparition sur le circuit principal, s'est retrouvé à un point de la défaite face à Ivan Ghakov dans le tie-break du deuxième set. Il fut ainsi mené 5/6, 7/8 puis 9/10.

Auteur de 17 aces dans cette partie, Bellier a fait plus facilement la différence dans la troisième manche. Il a signé son premier break dans ce match - sur sa septième opportunité - pour mener 2-1 et a conservé cet avantage jusqu'au bout.

Le Genevois rejoint dans le tableau principal le no 1 helvétique Marc-Andrea Hüsler (ATP 49). Celui-ci doit affronter au 1er tour l'espoir français Luca van Assche (ATP 145), âgé de 18 ans et au bénéfice d'une invitation. S'il s'impose, le Zurichois défiera Holger Rune (ATP 9) en 8e de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

En restant étouffé par de vieux mécanismes, votre vie, encore une fois, va s’embourber… Soyez clair avec ce que vous ne voulez plus…

Les Sujets à la Une

X