Rejoignez-nous

Sport

Football: SLO jouera la saison prochaine à la Pontaise

Publié

,

le

Le stade de Colovray ne sera plus le domicile du SLO la saison prochaine.

Forcé de déménager à Colovray cette saison, le Stade Lausanne Ouchy retrouvera un domicile dans la Capitale olympique. Les hommes d’Andrea Binotto joueront à la Pontaise.

Le SLO, après sa magnifique promotion en Challenge League, avait été contraint de disputer ses matchs à Nyon. Ce ne sera plus le cas dès la saison prochaine. Explications avec Oscar Tosato, municipal en charge du dicastère des sports et de la cohésion sociale :

Oscar Tosato
Municipal à la ville de Lausanne
Oscar Tosato Municipal à la ville de Lausanne

Pour son prochain match, Stade Lausanne Ouchy jouera à Winterthour dimanche. Le FC Lausanne-Sport accueillera le FC Aarau, le même jour, à la Pontaise.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Tennis: Wawrinka échoue face à Dimitrov à Acapulco

Publié

le

Stan échoue en quart de finale à Acapulco. Image d'archive (©KEYSTONE/AP/BEN CURTIS)
Stan Wawrinka (ATP 16) a échoué dès les quarts de finale à Acapulco. Tête de série no 3 du tableau, le Vaudois s’est incliné 6-4 6-4 devant Grigor Dimitrov (ATP 22). Il restait pourtant sur cinq succès d’affilée face au Bulgare.

Efficace au service dans ses deux premiers matches, Stan Wawrinka n’a cette fois-ci pas pu compter sur cette arme (33% de points gagnés derrière sa deuxième balle, 72% derrière la première). Il fut, surtout, bien trop inconstant à l’échange: le Vaudois a commis 34 fautes directes, contre 12 seulement pour Grigor Dimitrov!

Stan Wawrinka, qui a concédé les huit premiers points du match, s’est accroché pour recoller à 3-3. Mais il a perdu un nouveau jeu de service dans la foulée pour laisser Grigor Dimitrov reprendre le contrôle. Un seul break, réussi « blanc » dans le cinquième jeu, a en revanche suffi au Bulgare pour faire la différence au deuxième set.

Demi-finaliste du dernier US Open, Grigor Dimitrov a conclu cette partie sur sa première balle de match après 84′ de jeu, battant Stan Wawrinka pour la première fois depuis l’été 2016. Sacré sur les courts en dur d’Acapulco en 2014, le vainqueur du Masters 2017 devrait retrouver Rafael Nadal (ATP 2) en demi-finale.

Continuer la lecture

Sport

Tennis: Wawrinka en quarts, face à Dimitrov à Acapulco

Publié

le

(©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)
Stan Wawrinka (ATP 16) jouera les quarts de finale à Acapulco. Tête de série no 3 du tableau, le Vaudois a dominé l’Espagnol Pedro Martinez (ATP 113) 6-4 6-4 en 1h30′ au 2e tour. Il se frottera à Grigor Dimitrov (ATP 22) jeudi soir.

Auteur de 35 aces dans un 1er tour où il avait sauvé neuf balles de break sur neuf face à Frances Tiafoe, Stanislas Wawrinka ne s’est pas montré aussi percutant sur sa mise en jeu face à Pedro Martinez. Il a, ainsi, perdu à deux reprises son engagement, la deuxième alors qu’il servait pour le gain du match à 6-4 5-3.

Le Vaudois, qui a gagné 90% des points derrière sa première balle mais seulement 33% derrière la seconde, a néanmoins maîtrisé son sujet. Il a su serrer sa garde pour éviter toute mauvaise surprise, même s’il aurait également pu remporter plus aisément un premier set dans lequel il a manqué deux balles de double break à 4-1.

Stan Wawrinka retrouvera jeudi soir un adversaire qu’il connaît parfaitement. Il mène ainsi 7-4 dans son face-à-face avec Grigor Dimitrov, qui a écarté deux balles de match face à Adrian Mannarino (ATP 42) mercredi. Un sixième succès d’affilée face au Bulgare devrait lui permettre de se frotter à Rafael Nadal en demi-finale.

Continuer la lecture

Sport

Football : Lyon surprend la Juve, City bat le Real

Publié

le

Cristiano Ronaldo (en bleu) est resté muet mercredi soir face à des Lyonnais accrocheurs. (AP Photo/Laurent Cipriani)

Manchester City est allé s’imposer 2-1 sur la pelouse d’un terne Real Madrid, en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Confirmant ainsi la petite forme actuelle des Merengue, à quatre jours du Clasico contre Barcelone.

Deux des plus impressionnantes équipes des dix dernières années, deux monstres sacrés qui se respectent sur les bancs, deux équipes conscientes que, dans trois semaines, il y aura un match retour, des pressings acharnés: les espaces et le temps d’exécution étaient des denrées rares à Santiago-Bernabeu. Il a fallu attendre que la fatigue s’invite dans les organismes pour que ce choc décolle (un peu).

La seconde période a ainsi été plus enlevée que la première, laquelle s’est résumée à deux belles parades – Courtois sur un tir de Jesus (21e) et Ederson sur une tête de Benzema (30e) – et un sauvetage sur sa ligne de Casemiro après une reprise déviée de Jesus dans le temps additionnel. La Maison blanche devait alors alors une fière chandelle à son portier Courtois, qui s’était encore joliment interposé sur un essai de Mahrez à la 56e.

Une intervention déterminante puisque c’est le Real qui, quatre minutes plus tard, a trouvé la solution. Profitant d’une erreur de Rodri, Vinicius s’est racheté de plusieurs actes manqués en servant dans un fauteuil Isco à l’heure de jeu. Pep Guardiola, qui avait surpris son monde en se privant d’Agüero et de Sterling au coup d’envoi et a perdu son défenseur central Laporte sur blessure après une demi-heure, a fini par lancer sa fusée anglaise dans l’arène. Bien lui en a pris.

City a tout d’abord égalisé à la 78e, profitant de l’apathie de la défense adverse. De Bruyne, dans la surface madrilène, a en effet pu tranquillement centrer pour Jesus lequel, peut-être inspiré par Steven Zuber lors du Suisse – Brésil du Mondial 2018, a apposé ses mains dans le dos de Ramos pour se ménager la place nécessaire avant d’armer sa tête. Puis Sterling, lancé à pleine vitesse, a aussi bien joué le coup de Carvajal a défendu comme un amateur et a obtenu un penalty transformé par De Bryune à la 83e.

Comme si cela ne lui suffisait pas, Gabriel Jesus – dont le replacement dans l’axe en cours de partie a été payant – a ensuite continué de torturer Sergio Ramos en contraignant l’Espagnol à une faute de dernier recours synonyme d’expulsion (86e). Le match a donc souri au plus entreprenant et il sera intéressant de voir si le Real est capable de réagir et de hausser le ton en Angleterre le 17 mars. Ce qui, s’il y parvient, pourrait accoucher de cette rencontre décoiffante que l’on n’a pas eue mercredi.

Soirée plus que compliquée pour une Juventus décevante, tombée 1-0 à Lyon devant un OL sérieux, appliqué et en réussite. Lucas Tousart, qui s’était déjà offert un but contre le Barça une année plus tôt au même stade de la compétition, a cette fois-ci frappé contre les Bianconeri, après un excellent travail côté gauche d’Aouar (31e).

La Juve a certes fait sienne la possession mais n’a que trop rarement su se montrer dangereuse. Et, pour la première fois en 2020, elle n’a pas pu s’en remettre à Cristiano Ronaldo. Le Portugais avait marqué dans chacun des neuf matches qu’il avait disputés cette année, treize réalisations au total (dont cinq penalties). C’est dire si la performance défensive des Gones de Rudi Garcia a été solide. Même si Dybala, à la 69e, a bénéficié d’une occasion en or d’égaliser et que des scènes chaudes et un brin litigieuses se sont déroulées dans la surface lyonnaise.

Continuer la lecture

Sport

Tennis: Wawrinka face à Pedro Martinez à Acapulco

Publié

le

EPA/MICHAEL DODGE
Stan Wawrinka (ATP 16) affrontera Pedro Martinez (ATP 113) mercredi soir au 2e tour à Acapulco. L’Espagnol de 22 ans a gagné le droit d’affronter le Vaudois en dominant le Moldave Radu Albot (ATP 69) 6-3 6-2 mardi.

Tête de série no 3 du tableau, Stan Wawrinka n’a encore jamais affronté Pedro Martinez. Ce dernier a obtenu le meilleur classement de sa carrière ce lundi, après avoir atteint les quarts de finale sur la terre battue de Rio où il était sorti des qualifications.

Le tournoi mexicain a par ailleurs perdu son tenant du titre. Nick Kyrgios (ATP 23) a jeté l’éponge dans son 1er tour face à Ugo Humbert (ATP 43) en raison de douleurs à un poignet. Le no 2 mondial Rafael Nadal, qui pourrait retrouver Stan Wawrinka en demi-finale, a en revanche aisément passé l’obstacle Pablo Andujar (6-3 6-2).

Continuer la lecture

Sport

Football: Naples résiste au Barça, le Bayern déroule

Publié

le

Naples s’est offert le droit d’encore espérer venir à bout du FC Barcelone en 8e de finale de la Ligue des champions. Les Italiens ont tenu tête 1-1 aux Espagnols au match aller à San Paolo et auraient même pu prétendre à meilleur sort.

Preuve s’il en fallait encore une que les paradigmes du football ont changé et que la maîtrise de la possession n’est plus du tout aussi « bankable » qu’au début de ce siècle, la première mi-temps a souri à l’intensité brute. Semblant souvent emprunté voire limité quand il avait le ballon, le Napoli de Gattuso a néanmoins pris les devants, à la rage et à l’envie. Notamment celles de Zielinski, qui est allé presser un Junior décevant mardi pour servir Mertens, dont le splendide tir a fait mouche à la 30e (sixième réalisation du Belge dans cette campagne).

Non pas que le jeu « à la barcelonaise » soit totalement dépassé, mais sans la bonne impulsion au bon moment, le modèle catalan demeure inopérant et inefficace. Empêtrés dans le double-rideau napolitain – une ligne de cinq devant la défense à quatre, toutes deux très basses -, l’attaque blaugrana a été parfaitement muselée.

L’inspiration de Busquets et Semedo

Il fallait plus d’allant de la part des latéraux et plus de largeur dans les courses du trio Messi-Griezmann-Vidal pour lézarder la muraille. Ce Barça aux idées courtes a longtemps récité le paraître et le néant, jusqu’à une inspiration conjointe de Busquets (à la passe) et de Semedo (à la course), qui a permis au Portugais de servir Griezmann pour l’égalisation à la 57e. Les Catalans s’en sortent finalement bien, ayant été sauvés peu de temps après par une sortie de leur portier Ter Stegen devant Callejon (63e).

Cette opposition de style promet un duel intéressant le 18 mars au Camp Nou. Duel pour lequel le Barça conserve certes son costume de favori, mais un costume qui ne saurait en aucun cas lui conférer quelconque immunité. Déjà privé de Suarez devant, le coach Quique Setien devra aussi composer sans Vidal (promu attaquant), expulsé en fin de rencontre.

Les deux éclairs du Bayern

Bayern Munich a de son côté su tempérer les ardeurs de la jeunesse fougueuse de Chelsea en s’imposant 3-0 à Stamford Bridge. Dans une rencontre d’abord équilibrée, la lumière est venue à la 51e d’un rush bavarois initié par une récupération d’Alaba, lancé par une ouverture de Thiago et poli par une combinaison Gnabry-Lewandowski-Gnabry. Le tandem a remis ça moins de trois minutes plus tard pour assommer des Blues qui n’ont dès lors plus été les mêmes.

Ils ont encore été mis hors de position à la 76e par une percée de Davies conclue par Lewandowski, pour la onzième fois à la finition dans cette Ligue des champions 2019/20. Ce succès à l’extérieur, plus que conforme à la partie, installe le Bayern en première classe dans le train vers les quarts de finale. Une gare dont le Rekordmeister avait été interdit l’an passé par le futur champion Liverpool.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Une rentrée d'argent arrive… Que ce soit le remboursement d’une somme due ou l’obtention d’un crédit, contentement assuré...

Publicité

Les Sujets à la Une

X