Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace: difficile victoire du LHC contre Rapperswil

Publié

,

le

Charles Hudon a trouvé le chemin des filets. Ce n'était plus arrivé depuis le 1er novembre. (©KEYSTONE / JEAN-CHRISTOPHE BOTT).

Les Lions ont battu Rapperswil (5-3) lundi soir à la Vaudoise aréna. Le suspense a duré jusqu'à la sirène finale, tant l'adversaire s'est montré coriace.

Se relancer. C'était la mission du Lausanne Hockey Club après la défaite de vendredi dernier contre Zurich. Pour ce 3ème match de suite à domicile, Luca Boltshauser est dans les buts, et Cory Conacher remplace Cory Emmerton en attaque.

Un mal récurrent

Bis repetita. Le LHC a encore peiné à débuter son match. L'équipe de la Vaudoise aréna a été mise en difficulté dans le 1er tiers comme lors de ses dernières sorties. Les Lions se sont créés les plus grosses occasions, à l'image du poteau trouvé par Cory Conacher (8e), mais c'est bel et bien leur adversaire qui ouvre le score par Kevin Clark (17e).

Comment expliquer ces premiers tiers difficiles? Charles Hudon, attaquant lausannois:

Charles Hudon
Attaquant du LHC
Charles HudonAttaquant du LHC

Heureusement, et c'est une force du Lausanne Hockey Club cette saison, la réaction est immédiate, précisément 32 secondes plus tard. Tim Bozon peut égaliser et permettre aux Vaudois de rejoindre les vestiaires après 20 minutes de jeu sur le score de 1 à 1.

La confiance anime le vestiaire vaudois comme le confirme Charles Hudon:

Charles Hudon
Attaquant du LHC
Charles HudonAttaquant du LHC

Le tiers médian débute avec un énorme raté du Canadien Charles Hudon, qui trouve le poteau alors que la cage était grande ouverte. Les Lakers concèdent néanmoins le 2-1 quelques secondes plus tard (Bertschy 22e). Lausanne joue mieux dans cette période, mais le LHC n'arrive pas à concrétiser, contrairement à Rapperswil qui arrive à le faire (30e Lehmann). Symbolique, Charles Hudon termine le tiers comme il l'avait commencé, en touchant le montant des cages de Melvin Nyffeler (40e).

La 1ère ligne en feu

Les 20 dernières minutes commencent idéalement. La 1ère ligne lausannoise débute son festival. C'est d'abord Brian Gibbons qui permet au LHC de mener 3 à 2 (41e). Mais les Saint-Gallois sont coriaces. De retour sur la glace après avoir purgé sa punition de 2 minutes, Igor Jelovac peut aller affronter Luca Boltshauser, et surtout égaliser de forte belle façon (45e).

Courageux, les Lions repartent à l'assaut pour aller chercher la victoire. Bien servi par Brian Gibbons et Denis Malgin, c'est Charles Hudon qui inscrit le but décisif pour les Lions.

Charles Hudon n'avait plus marqué depuis le 1er novembre:

Charles Hudon
Attaquant du LHC
Charles HudonAttaquant du LHC

Le LHC croit se mettre définitivement à l'abris quelques instants plus tard, mais la réussite vaudoise est annulée après visionnement de la vidéo. La fin de la rencontre est tendue, mais les Lausannois tiennent bon et marquent le 5ème but dans la cage vide par Denis Malgin (60e). Prochain match mercredi à Fribourg.

Les autres résultats

Deux autres matchs se disputaient lundi soir. Le HC Davos recevait le HC Bienne. Les Séelandais ont réussi à l'emporter en prolongations dans une rencontre où ils étaient pourtant mal embarqués (4-5 ap).

De son côté, Zoug s'est facilement imposé à domicile contre le HC Lugano (5-2).

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Olympic manque sa qualification pour la Ligue des champions

Publié

le

Petar Aleksic et Olympic ne disputeront pas la Ligue des champions (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Fribourg Olympic ne disputera pas la Ligue des champions 2021/22. Les hommes du coach Petar Aleksic se sont inclinés 77-64 face à Cluj-Napoca en finale du tournoi de qualification de Peristeri.

Tombeur de Split mercredi, le triple champion de Suisse en titre n'est pas parvenu à signer un deuxième exploit consécutif sur le parquet grec. Olympic, qui a compté jusqu'à 7 points d'avance dans le premier quart (21-14, 9e), a tenu le choc jusqu'à la 22e minute avant de concéder un partiel de 13-2 qui allait s'avérer fatal.

Les Fribourgeois n'ont alors pas inscrit le moindre point pendant 6'01'', après que Boris Mbala leur avait permis de prendre une dernière fois l'avantage (43-41 après 21'07''). Menés 48-58 après 30' de jeu, ils ont recollé à 6 points à 3'21'' du "buzzer" (61-67) avant de lâcher définitivement prise.

Cette défaite marque donc, sauf revirement de dernière minute, la fin de l'aventure européenne pour Olympic cette saison. Les Fribourgeois auraient pu être reversés en Europe Cup, mais la participation à l'édition 2020/21 de cette compétition avait trop pesé sur leurs finances.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Tennis: Laaksonen offre un 2e point à la Suisse en Coupe Davis

Publié

le

Laaksonen a aisément apporté un 2e point à la Suisse (© KEYSTONE/EPA EFE/GERMAN FALCON

L'équipe de Suisse de Coupe Davis a fait un grand pas vers la participation aux prochains barrages du groupe mondial I. Elle mène 2-0 face à l'Estonie à Bienne après les deux premiers simples.

Henri Laaksonen (ATP 119) a apporté un deuxième point à la formation du capitaine Severin Lüthi en battant le gaucher Mattias Siimar (ATP 1041) 6-4 6-0. Dominic Stricker avait placé la Suisse sur les bons rails en dominant le no 1 estonien Vladimir Ivanov (ATP 717) 6-3 6-4 dans le match d'ouverture.

Seizième de finaliste du récent US Open, Henri Laaksonen s'est montré tout autant impressionnant que le grand espoir bernois vendredi. Il a bien concédé son service dès le premier jeu du match. Mais ce fut la seule alerte de l'après-midi pour le Schaffhousois, qui a effacé immédiatement ce break de retard.

Henri Laaksonen n'a perdu au final que 8 points sur son engagement, dont 4 dans le premier jeu. Il a su élever son niveau de jeu dans le "money time" de la première manche, accélérant la cadence à 4-4 pour s'adjuger les huit derniers jeux d'une rencontre qui a duré 54' seulement.

La décision dès le double?

L'issue de ce barrage du groupe II ne fait plus aucun doute tant Dominic Stricker et Henri Laaksonen ont affiché une nette supériorité vendredi. Le Bernois aura l'occasion d'offrir la victoire à son équipe dès 13h samedi lors du double, qu'il devrait jouer au côté de Marc-Andrea Hüsler.

Continuer la lecture

Sport

Tennis : Stricker met la Suisse sur les bons rails face à l'Estonie

Publié

le

Stricker a brillé pour ses débuts en Coupe Davis (© KEYSTONE/Manuel Lopez)

Dominic Stricker (ATP 287) a signé des débuts victorieux en Coupe Davis.

Le grand espoir bernois a offert le premier point à la Suisse dans le barrage du groupe mondial II qui l'oppose à l'Estonie sur le Rebound Ace de Bienne.

Le champion junior de Roland-Garros 2020 s'est imposé 6-3 6-4 en 75' devant le no 1 estonien Vladimir Ivanov (ATP 717) vendredi. Il a ainsi pleinement justifié la confiance que lui a accordée le capitaine Severin Lüthi, qui l'a titularisé au détriment du plus expérimenté et mieux classé Marc-Andrea Hüsler (ATP 160).

14 aces

Quart de finaliste à Genève et à Stuttgart sur le front de l'ATP Tour cette année, Dominic Stricker (19 ans) a nettement dominé les débats face à Vladimir Ivanov, un joueur de 34 ans qui n'a jamais figuré parmi les 300 premiers mondiaux. Auteur de 14 aces, il n'a ainsi perdu que 12 points sur son engagement.

Deux breaks - le premier réalisé à 3-2 dans la première manche, le deuxième à 2-2 dans la seconde - lui ont suffi pour forcer la décision. Le gaucher bernois aurait pu faire plus facilement la différence dans le deuxième set, mais Vladimir Ivanov est parvenu à écarter six balles de break pour prolonger quelque peu le suspense.

Laaksonen face au 1041e mondial

Seizième de finaliste du récent US Open, Henri Laaksonen (ATP 119) a pour mission d'apporter un deuxième point à la Suisse. Le Schaffhousois devrait être à l'abri d'une mauvaise surprise dans le deuxième simple face au no 2 estonien Mattias Siimar (ATP 1041), dont le meilleur classement est un... 1038e rang obtenu en août.

Continuer la lecture

Lausanne

Raphaël Monachon passe la main

Publié

le

Raphaël Monachon prend du recul (au premier plan en bas, Ajla del Ponte). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Raphaël Monachon quitte ses fonctions d'entraîneur du relais féminin 4x100 m. Il veut consacrer plus de temps à sa famille et estime qu'un passage de témoin est bienvenu en vue des prochains JO.

L'entraîneur du Jura bernois, ancien recordman de Suisse du 110 m et participant aux JO de Sydney en 2000, veut "éviter de faire l'année de trop", a-t-il expliqué en révélant son départ à ATS-Keystone. "Quand j'ai pris mes fonctions à fin 2017, ce sont les relayeuses qui avaient demandé ma venue. Dans mon esprit, je m'engageais pour une durée limitée. Aujourd'hui, l'heure est venue de passer la main."

Swiss Athletics est à la recherche d'un (d'une) successeur dès la saison prochaine. L'héritage de Monachon est de qualité: sous sa houlette, les relayeuses ont terminé trois fois quatrièmes dans une compétition majeure, aux Championnats d'Europe 2018, aux Mondiaux 2019 et aux JO 2021.

Y a-t-il de la déception pour l'entraîneur d'être resté au pied des podiums? "A Berlin en 2018, cela s'est joué sur des détails, le bilan est mitigé. En revanche, aux Mondiaux de Doha, notre 4e place m'a plutôt surpris en bien. Et aux Jeux de Tokyo, après réflexion, je pense que le résultat correspondait à notre niveau."

Pour 2022, année de Championnats d'Europe (à Munich) et du monde (à Eugene) tout à la fois, l'objectif ne peut être que de décrocher deux médailles. "Il faudra que chaque athlète progresse encore individuellement. La personne qui me succédera apportera de nouvelles impulsions, un regard neuf. Les relayeuses avaient fini par trop bien me connaître, j'étais très proche d'elles émotionnellement", confie Monachon.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La Fondation Patrouille des Glaciers a été créée

Publié

le

Une "étape importante" pour la pérennisation et le développement de la Patrouille des Glaciers vient d'être réalisée, selon le canton du Valais (archives). (© Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

L'Association de soutien, de gestion et de promotion de la Patrouille des Glaciers (ASPdG) a adopté les statuts de la fondation qui doit la remplacer dès 2024. De son côté, le Valais a nommé les membres de son conseil. L'étape est "importante", estime le canton.

La Patrouille des Glaciers a été créée en 1943 et relie Zermatt ou Arolla à Verbier. L'armée suisse, organisatrice de l’épreuve, est responsable de la planification, de la conduite et de la logistique de la course. L’ASPdG, une structure privée et civile fondée en 1995, gérait jusqu'ici les sponsors et la promotion. Mais à la suite de tensions récurrentes entre les deux partenaires allant jusqu'à mettre fin à leur collaboration, le canton du Valais a appelé à une discussion tripartite le 18 juin dernier.

Les trois acteurs avaient alors signé une feuille de route fixant le cadre de l’organisation de la course de ski-alpinisme pour les quatre prochaines éditions. De quoi assurer "sa pérennisation et son développement". Parmi les points à suivre figurait la création d’une fondation d'utilité publique qui reprendra l’essentiel des tâches de l’ASPdG, à savoir assurer la coordination de la promotion et du marketing de l’évènement.

Philippe Rebord à la présidence

C'est désormais chose faite, affirment mercredi en substance le département de la sécurité, des institutions et du sport et l'association dans deux communiqués distincts. Les membres de l'ASPdG ont "validé à l'unanimité les statuts de la Fondation", le 10 septembre dernier, relève l'association.

Après en avoir pris acte, le Conseil d'Etat valaisan a nommé pour quatre ans renouvelables les cinq membres du Conseil de Fondation qui sera chargé de son administration et de sa gestion. La présidence a été confiée à Philippe Rebord, ancien chef de l’armée suisse.

Les autres membres nommés sont Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse, l’organisme chargé de promouvoir l’image de la Suisse à l’étranger, Matthias Aebischer, ancien journaliste à la télévision alémanique (SRF) et conseiller national socialiste bernois, Andrea Sherpa-Zimmermann, ex-championne de l’équipe suisse de ski-alpinisme, avocate et conseillère au Tribunal arbitral du sport (TAS) et Lucia Näfen-Zehnder, ancienne sportive d’élite et ex-conseillère municipale à Brigue, précise le canton.

Le secrétariat de la fondation sera assuré par l’Office valaisan des affaires militaires. L'Inspection valaisanne des finances se chargera de réviser ses comptes

La fondation est dotée d'un capital initial d'un million de francs, provenant des réserves de l’ASPdG. Un second versement est prévu après le bouclement définitif des comptes 2020 de la Patrouille des Glaciers. L'association cède également à la fondation les droits sur la marque et le logo "Patrouille des Glaciers". Au total, l’ASPdG versera donc 75% de son capital propre à la fondation.

L'édition 2022 bien avancée

Pour l'édition 2022 de la course, l'armée est épaulée par l’Etat du Valais, détaille auprès de Keystone-ATS, le chef du département valaisan de la sécurité, des institutions et du sport Frédéric Favre, soulignant que "le gros du travail a déjà été fait".

"Nous avons collaboré avec l'association et allons commencer à intégrer la Fondation dans les discussions, de manière à ce que cette dernière soit prête à reprendre les rênes pour l'organisation de l'édition 2024".

Avec la création de cette Fondation et la réalisation des autres points de la feuille de route, le canton du Valais devient "l'unique partenaire contractuel du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports", rappelle Frédéric Favre. Une convention règlera les différents aspects entre les deux partenaires institutionnels.

Plusieurs audits

L'ASPdG était dans la tourmente depuis plusieurs mois en raison d'accusations récurrentes liées à la gestion financière du comité directeur et son manque de transparence. L'armée a suspendu sa collaboration en novembre dernier, avant de la reprendre en février. Puis en mai, c'est l'ASPdG qui a suspendu sa collaboration, estimant que les derniers événements avaient causé des dégâts d’image et de réputation à la PdG.

Les deux derniers audits réalisés - l'un externe, l'autre commandé par le canton et portant sur les rémunérations des membres - n'ont relevé aucune infraction à caractère pénale au sein de l'ASPdG. En revanche, le rapport de l'Inspection cantonale des finances relevait que la forme d'organisation de l'association était très fragile, "car le savoir-faire est concentré sur quelques personnes".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X