Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace : Lausanne en déplacement

Publié

,

le

Après avoir décroché leur première victoire dans leur patinoire de Malley 2.0., les Rouges et Blancs affrontent les ZSC Lions de Zürich au Hallenstadion.

Six matchs disputés et un jeu qui commence à s’installer. Après un début de saison poussif, le LHC a décroché sa première victoire le 16 septembre à Davos, s’est incliné en Coupe face à Ajoie puis en championnat à Berne, avant d’engranger ces premiers trois points dans sa patinoire provisoire samedi dernier contre Lugano.

La confiance gagne progressivement les joueurs vaudois, notamment ceux qui n’avaient pas su se montrer décisif, à l’instar de Yannick Herren. L’attaquant a justement dû patienter jusqu’à samedi et la victoire contre la formation tessinoise pour inscrire son premier but de la saison.

Yannick Herren
Attaquant du LHC
Yannick Herren Attaquant du LHC

L’attaque lausannoise trouve ses marques alors que les gardiens semblent eux déjà bien dans le bain.

Jusqu’à présent, les deux portiers Huet et Zürkirchen ont chacun disputé trois rencontres de championnat et ont répondu aux attentes. Dan Ratushny, entraineur de Lausanne.

Dan Ratushny
Entraineur du LHC
Dan Ratushny Entraineur du LHC

 

Ce soir, c’est le champion suisse 2014 et finaliste 2015 qui se dresse sur le chemin du LHC. Zürich connaît lui aussi un début de championnat en dents de scie mais reste malgré tout sur une victoire contre Ambri.

Dan Ratushny
Entraineur du LHC
Dan Ratushny Entraineur du LHC

Au classement de National League, Lausanne et huitième avec 8 points, c’est un rang en-dessous et deux points de moins que les ZSC Lions. Zürich-Lausanne, c'est à 19h45.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

CIO: Thomas Bach se représente

Publié

le

Thomas Bach pourrait faire un dernier mandat de quatre ans. (©KEYSTONE/AP/Du Xiaoyi)

L'Allemand Thomas Bach, qui préside le Comité international olympique depuis 2013, sera seul en lice en mars prochain pour briguer un second mandat. Le CIO l'a annoncé mardi après la clôture des candidatures.

Champion olympique de fleuret par équipes aux JO de Montréal en 1976, l'avocat de 66 ans sollicitera sa réélection pour quatre ans lors de la 137e session du CIO, programmée à Athènes du 10 au 12 mars 2021.

Il s'agira nécessairement de son dernier mandat, selon les statuts du CIO: le patron de l'instance olympique est élu pour huit ans par les 104 membres de l'organisation, à bulletin secret, mais ne peut être reconduit qu'une fois pour une durée réduite de moitié.

Parfois critiqué en interne pour sa gestion jugée autoritaire, Thomas Bach n'a guère rencontré d'oppositions déclarées depuis 2013, à l'exception de l'avocat canadien Dick Pound, vétéran de l'instance au sein de laquelle il siège depuis 1978.

La fin de son dernier mandat a surtout été agitée par la pandémie de Covid-19, qui a contraint le CIO à reporter fin mars sa grand-messe olympique pour la première fois en temps de paix.

Les JO de Tokyo, initialement prévus à l'été 2020 et censés symboliser la reconstruction du pays après le tsunami de 2011, ont été décalés à 2021 et leur organisation reste un casse-tête financier et sanitaire.

Neuvième président du CIO, Thomas Bach s'était lancé dans la politique sportive en devenant porte-parole des athlètes d'Allemagne de l'Ouest pour pouvoir disputer les Jeux de Moscou en 1980, finalement boycottés par son pays pour protester contre l'intervention militaire de l'URSS en Afghanistan, en décembre 1979.

Une fois diplômé du barreau, il avait notamment défendu les intérêts d'Adidas et côtoyé son ancien patron Horst Dassler, acteur majeur et controversé du sport international pour son rôle dans la faillite de sa société de marketing sportif ISL.

Entré au CIO en 1991, élu vice-président en 2000, Thomas Bach avait eu besoin de deux tours de scrutin en 2013 pour succéder au Belge Jacques Rogge lors d'une session à Buenos Aires, face à cinq rivaux, dont la légende ukrainienne du saut à la perche Sergueï Bubka.

Pour leur réélection, les présidents du CIO bénéficient du système de cooptation des membres de l'instance: environ la moitié (55) des électeurs du futur président ont intégré l'organisation depuis 2014, sous son égide.

Parmi les prétendants souvent cités pour sa succession figure l'Anglais Sebastian Coe, double champion olympique du 1500 m (1980 et 1984), patron du comité d'organisation des JO-2012 de Londres et président de la fédération internationale d'athlétisme, entré au CIO lors de la 136e session en juillet dernier.

Continuer la lecture

Sport

Hockey: Bienne et Lugano à nouveau en quarantaine

Publié

le

Lugano avait joué samedi contre les Zurich Lions. (©KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

Le HC Bienne et le HC Lugano se retrouvent une nouvelle fois en quarantaine jusqu'au 7 et 8 décembre respectivement. Cinq matches seront donc reportés d'ici là.

En raison de deux cas positifs détectés, le service du médecin cantonal bernois a ordonné la mise en quarantaine du HC Bienne jusqu'au 7 décembre y compris. Les trois prochains matchs, contre le HC Lugano (mercredi 2 décembre), Fribourg-Gottéron (vendredi 4 décembre) et les Zurich Lions (mardi 8 décembre), doivent ainsi être renvoyés.

En lieu et place de l'affiche Zurich Lions – Bienne, le match Zurich Lions – Langnau Tigers, initialement prévu le 2 décembre, se jouera le mardi 8 décembre.

En ce qui concerne le HC Lugano, où plusieurs membres de l’équipe ont été testés positifs au Covid-19, le médecin cantonal tessinois a ordonné une mise en quarantaine jusqu'au 8 décembre y compris.

En plus du match contre Bienne, les deux parties contre les Rapperswil-Jona Lakers (prévus les vendredi 4 et mardi 8 décembre) doivent également être repoussées. Les dates de remplacement seront communiquées en temps voulu.

Pour leur part, les membres des équipes du HC Bienne et du HC Lugano qui avaient été testés positifs dans le passé ne se trouvent pas en quarantaine.

Continuer la lecture

Sport

Football : YB terrasse le LS pour sa première à la Tuilière

Publié

le

Première manquée pour le club vaudois dans son nouveau stade. KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Il ne fait pas bon inaugurer un nouvel écrin quand on est lausannois. Un peu plus d'an après la défaite inaugurale du Lausanne Hockey Club face à Servette à la Vaudoise aréna, la Tuilière a, elle aussi, été le théâtre d'un rendez-vous manqué pour la première officielle. Pour le LS, il s'agit de plus d'une cinquième rencontre sans victoire en championnat.

Young Boys gâche la première officielle du Lausanne-Sport à la Tuilière. Défaite 3-0 dimanche des Bleus et Blancs face au leader de Super League. Le résultat final aurait pourtant pu être différent si les occasions créées en première mi-temps avaient été concrétisées :

Evann Guessand
Attaquant du LS
Evann Guessand Attaquant du LS

Dimanche, les Vaudois ont pu prendre la mesure du chemin à parcourir pour régater avec les meilleurs. Une progression qui devra passer par la concrétisation d’occasions franches devant le but adverse :

Giorgio Contini
Entraineur du LS
Giorgio Contini Entraineur du LS

Un revers précédé de l’inauguration symbolique du nouveau stade, dont les travaux ont duré plus de trois ans. Oscar Tosato est d’ailleurs revenu un peu plus en arrière sur l’élaboration du projet :

Oscar Tosato
Municipal lausannois en charge des sports
Oscar Tosato Municipal lausannois en charge des sports

Enceinte pouvant accueillir près de 12’000 spectateurs, le Stade de la Tuilière répond et répondra aux exigences de modernité :

Philippe Leuba
Conseiller d'Etat vaudois
Philippe Leuba Conseiller d'Etat vaudois

Mercredi, le LS aura déjà une occasion de se ressaisir dans son nouveau stade. Il y affrontera le FC Vaduz à 18h15.

Continuer la lecture

Sport

Lausanne-Sport: Nouveau stade, nouvelle ère

Publié

le

Les joueurs du Lausanne-Sport à l'entraînement dans leur nouveau stade (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

C'est à huis-clos que le Lausanne-Sport inaugurera le Stade de la Tuilière contre Young Boys dimanche (16h00) en Super League. Une arène de 12'000 places qui doit concrétiser le passage à l'ère moderne du club détenu par Ineos.

Il n'y a évidemment pas grand-chose d'idéal dans cette transition. Le Lausanne-Sport va entrer à la Tuilière aussi discrètement qu'il a quitté la Pontaise il y a trois semaines contre Lugano. Face à YB, cela sera "un match inaugural plus qu'une inauguration", reformule Patrice Iseli, chef du Service des sports de la Ville de Lausanne. Une "ouverture", choisit Vincent Steinmann, directeur marketing et commercial du LS.

Si l'histoire retiendra la date du 29 novembre, le public patientera pour vivre ses premières émotions dans ce nouvel écrin, un gros kilomètre plus au nord que la vénérable enceinte des Plaines-du-Loup.

La Pontaise avait soixante-six ans, plus de la moitié de l'histoire du LS, fondé en 1896. "Pour le club, ce déménagement change tout, lance Vincent Steinmann. La Pontaise aura vécu vingt ans de trop et était devenue inadaptée." Surtout depuis que le Lausanne-Sport est passé dans l'ère de la modernité, avec sa reprise par Ineos en 2017.

Un chantier de trois ans

A quelques semaines près, le timing du rachat du club lausannois a coïncidé avec le lancement du chantier, sur les hauts de la ville. Le projet était planifié depuis plusieurs années, s'inscrivant dans la politique de développement de la municipalité dite "Métamorphoses".

Le stade, rien que lui, a eu un coût: la Ville a investi 80 millions de francs, auxquels contribuera le Canton à hauteur de cinq millions, sous réserve de l'approbation du Grand Conseil. Ineos a également apporté sa part, sans que le montant ne soit connu.

Un chantier de trois ans donc, dont l'interruption au printemps en raison du coronavirus a reporté l'inauguration prévue en début de saison. Quelques mois de retard qui ne changent pas grand-chose. Le LS l'avait compris suffisamment tôt: la première dans ce nouveau stade n'aura rien de tel.

Avec 5000, 1000, 300 ou 15 spectateurs, la Tuilière était de toute manière lésée. "L'inauguration, ce sera pour quand on pourra remplir le stade en mode festif, en y passant un vrai bon moment", balaye Vincent Steinmann, qui entend bien tirer tout le potentiel de cette nouvelle enceinte.

Car pour le Lausanne-Sport, ce changement de domicile est surtout le signe d'un club qui veut grandir. Depuis l'arrivée d'Ineos, il est descendu en Challenge League et a mis deux ans à remonter dans l'élite, mais il s'imagine bien s'y établir de façon pérenne.

Le stade pensé "à l'anglaise" doit lui donner ce crédit. Avec ses 12'000 places assises, et 12'544 en "configuration championnat" avec le secteur debout, il sera non seulement un outil sportif, mais également un élément de développement du club.

"Dix fois plus de revenus"

Si la Ville de Lausanne en est le propriétaire, c'est bien Ineos qui a la mainmise sur l'enceinte. "Le stade est magnifique et correspond encore plus à que ce que nous en attendions, se félicite Patrice Iseli, chef du Service des sports de la Ville. Les nouveaux propriétaires ont amélioré plein de choses en apportant des modifications au projet de base."

Le groupe pétrochimique établi à Rolle s'est aussi vu confier un mandat d'exploitation de quinze ans, un partenariat qui était toutefois déjà convenu avec l'ancien propriétaire Alain Joseph.

Mais c'est Ineos qui a signé le contrat. Il en a profité pour habiller le stade aux couleurs du Lausanne-Sport: logo géant visible de l'extérieur, sièges aux différents tons de bleu et blanc, par exemple. Cela sera bien le stade du LS plus que celui de Lausanne, même si la Ville dispose de certaines possibilités pour utiliser le stade (par exemple, en cas de besoin lors de la Fête fédérale de gymnastique en 2025).

Et le club compte bien s'appuyer sur cet écrin pour voir plus grand. "Nous imaginons pouvoir générer au moins dix fois plus de revenus qu'à la Pontaise, notamment à travers la billetterie et l'hospitalité, ainsi qu'avec une attractivité complémentaire que ce stade peut engendrer, détaille Vincent Steinmann. Si quelqu'un veut y organiser un concert ou une assemblée, tout passe par le club. Le champ des possibles est important."

Surtout, avec un pub et un restaurant à l'intérieur du stade, l'expérience du public figure parmi les principales préoccupations du directeur marketing. Mais pour la mesurer, il faudra patienter encore quelques mois...

Continuer la lecture

Sport

Europa League: YB gagne à Sofia

Publié

le

Nsame a inscrit le seul but du match à la 34e minute (©KEYSTONE/AP/STR)

Mission accomplie pour Young Boys jeudi soir en Europa League. Les hommes du coach Gerardo Seoane ont cueilli un précieux succès dans le brouillard de Sofia lors de la 4e journée de l'Europa League, s'imposant 1-0 sur la pelouse du CSKA.

Le triple champion de Suisse en titre a ainsi écarté définitivement un premier adversaire dans la lutte pour la 2e place de ce groupe A, le 1er rang étant promis à l'AS Rome. YB compte en effet 6 points de plus que le CSKA Sofia à deux journées de la fin de cette phase de poules.

Nsame en "match winner"

Young Boys, qui avait dominé les Bulgares 3-0 trois semaines plus tôt à Berne grâce notamment à un doublé de l'espoir fribourgeois Felix Mambimbi, a maîtrisé son sujet jeudi soir dans des conditions difficiles. David von Ballmoos n'a eu que peu de travail à effectuer devant les buts bernois.

Sa première intervention est survenue à la 64e minute, sur un coup franc de Stefano Beltrame qu'il a stoppé facilement. Son vis-à-vis Gustavo Busatto doit en revanche plaider coupable sur l'unique but de cette partie, inscrit à la 34e minute alors que Young Boys dominait déjà les débats.

Le Brésilien était très mal placé sur le tir de Jean-Pierre Nsame, qui a pu glisser le cuir au premier poteau alors qu'il était excentré. L'attaquant camerounais a conclu du pied droit une belle action collective, profitant d'un décalage parfait de Silvan Hefti pour inscrire son deuxième but dans cette phase de groupes.

Young Boys a aisément tenu le choc dans une deuxième mi-temps où les acteurs ont eu droit à un ballon orange tout de même plus visible. Les Bernois ont même bénéficié des occasions les plus nettes, avec un tir d'Aebischer qui a manqué de peu la cible (66e) et un duel manqué par Mambimbi face au portier du CSKA (87e).

La Rome rend service à YB

Prochain adversaire d'YB, la Roma est allée s'imposer 2-0 à Cluj et garde les commandes du groupe, avec 3 points d'avance sur les Bernois et 6 sur les Roumains. Young Boys est donc maître de son destin: un succès le 10 décembre au Wankdorf face à Cluj lors de la dernière journée lui assurera un ticket pour les 16es de finale.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Ne soyez pas surpris si l’on vous fait des compliments. Ce que vous recevrez, vous le méritez… Et puis, continuez à sourire, cela vous va si bien !

Publicité

Les Sujets à la Une

X