Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace : Lausanne, pour enchainer à l'extérieur

Publié

,

le

Ce mardi soir, le LHC se frotte à Zurich sur ses terres. La formation lémanique devra s'inspirer de l'abnégation qui lui a permis de l'emporter vendredi passé à Lugano.

Etat d’esprit payant pour le Lausanne HC. Vendredi à Lugano, les Lions ont cueilli leur première victoire à l’extérieur depuis le 16 novembre 2018 contre Davos. L’intensité affichée a prouvé que Lausanne est capable de serrer le jeu sous les assauts adverses.

Un élément qui satisfait forcément Ville Peltonen. Le coach du club vaudois réagissait lundi matin après l’entrainement à Malley 2.0. :

Ville PeltonenEntraineur du LHC

Ce mardi, le LHC tentera de rééditer une performance de qualité du côté du Hallenstadion de Zürich. Les ZSC Lions, dirigés depuis mi-janvier par l’ancien entraineur de Davos, Arno Del Curto.

Un facteur dont ne tient pas vraiment compte l’attaquant lausannois Benjamin Antonietti :

Benjamin AntoniettiAttaquant du LHC

 Zurich contre Lausanne, début de la partie à 19h45.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Une défaite logique pour Antoine Bellier

Publié

le

Pas d'exploit pour Antoine Bellier à Montpellier. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Antoine Bellier (ATP 190) n'a pas déjoué les pronostics au tournoi ATP 250 de Montpellier. Le Geevois s'est logiquement incliné 6-3 6-2 devant Maxime Cressy (ATP 51).

Issu des qualifications presque par miracle - il avait écarté trois balles de match lundi lors de son second tour contre le Russe Ivan Gakhov -, Antoine Bellier a concédé à trois reprises son service face à l'Américain, à 3-2 au premier set, à 1-1 et à 4-2 au second. A la relance, son butin s'est chiffré à trois balles de break, deux dans le premier jeu du match à 15-40 et une dans le... dernier.

A la faveur de ses deux victoires en qualifications, Antoine Bellier gagnera six rangs au prochain classement ATP.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Meillard seulement 6e du combiné, Pinturault en or

Publié

le

Déception pour Loïc Meillard lors du combiné masculin des Mondiaux (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Loïc Meillard a pris la 6e place du combiné des Mondiaux à Courchevel. Alexis Pinturault a remporté l'or devant les Autrichiens Marco Schwarz et Raphael Haaser.

Grosse déception pour la délégation suisse en Savoie. Favori de l'épreuve, Loïc Meillard n'a pu faire mieux que 6e à 1''20 du skieur de Courchevel. C'est logiquement lors de la manche de Super-G que le Valaisan d'origine neuchâteloise a vu ses espoirs de breloque s'évanouir.

Trop gentil dans son ski, Meillard n'a pas pu rattraper son retard matinal d'1''34 en slalom où il n'a finalement repris que quatorze centièmes au Français.

Sur la plus haute marche du podium, on retrouve donc un Alexis Pinturault maître chez lui. Auteur d'un magnifique Super-G, le Tricolore a su résister à la pression sur le virage court. Il devance Marco Schwarz de dix centièmes. Le tenant du titre peut d'ailleurs s'en vouloir après avoir commis une immense erreur en fin de parcours. Sans ça, l'Autrichien aurait conservé son titre.

Pinturault ajoute une sixième médaille mondiale à son palmarès, la deuxième en or après celle du combiné à Are en 2019. Schwarz quant à lui se pare d'une cinquième médaille lors des Mondiaux. Le podium est complété par Raphael Haaser qui imite sa soeur Ricarda, bronzée la veille à l'occasion du combiné féminin.

Marco Odermatt éliminé lors du Super-G et Stefan Rogentin présent pour se familiariser avec la piste, seul Justin Murisier était encore en lice avec Loïc Meillard. Sixième à l'issue du Super-G, le Valaisan avait l'occasion de confirmer sa 4e place de Pékin. Mais le Bagnard a connu l'élimination lors du slalom en enfourchant la...première porte.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Combiné messieurs: Meillard décevant, Pinturault mène

Publié

le

Loïc Meillard va devoir faire une manche de slalom de feu pour accrocher une médaille en combiné aux Mondiaux (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Loïc Meillard va devoir cravacher pour accrocher une médaille lors du combiné des Mondiaux à Courchevel. Le skieur d'Hérémence pointe au 12e rang à 1''34 d'Alexis Pinturault après le Super-G.

Déception pour Loïc Meillard. Auteur d'une course un peu trop tendre, le Valaisan d'origine neuchâteloise a accumulé passablement de retard par rapport à ses principaux adversaires avant le slalom.

Des adversaires qui se nomment Alexis Pinturault et Marco Schwarz, brillantissimes sur la manche de vitesse. Le Français a quasiment skié la manche parfaite. Mais le régional de l'étape ne possède que six centièmes de bonus sur le tenant du titre autrichien. Et en slalom cet hiver, Schwarz est meilleur que le Savoyard.

Si Justin Murisier a limité la casse en se classant 6e à 1''03 de Pinturault, le Bagnard n'est pas un spécialiste de slalom. Au contraire d'un Atle Lie McGrath, superbe 10e à 1''25 et qui pourra se battre pour les médailles.

Marco Odermatt a pour sa part été éliminé en toute fin de parcours après avoir manqué une porte. Le Nidwaldien était dans le coup, mais il n'aurait pas pu devancer Pinturault.

Venu pour disputer une manche de Super-G, Stefan Rogentin a pris la 9e place.

Le slalom est agendé pour 14h30.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La Coupe Davis doit se réinventer

Publié

le

La magie de la Coupe Davis opère toujours, à l'ITF d'en profiter (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Vice-président et trésorier de la Fédération Internationale (ITF), René Stammbach a été l'un des hommes qui a milité pour le changement de format de la Coupe Davis.

Malgré la rupture de contrat entre l'IITF et le groupe Kosmos, celui qui est également le président de Swiss Tennis ne regrette rien.

"Nous avons organisé 36 rencontres de Coupe Davis le week-end dernier. Je n'ai eu que des retours positifs, se félicite René Stammbach. Sur le plan financier, 6 millions de dollars étaient redistribués aux fédérations et le prize money pour les joueurs s'élevait à 6,8 millions de dollars avant la réforme de 2018. Aujourd'hui, nous versons 10 millions aux fédérations et 16 millions aux joueurs."

Selon René Stammbach, ces montants seront toujours de mise pour 2023 malgré le retrait de Kosmos. "Des assurances ont été finalisées pour couvrir le prize money de 2023, précise-t-il. Quant à celui de 2022, il sera réglé ces prochaines semaines. Les joueurs qui n'ont pas encore touché leur argent vont être indemnisés."

Se "réinventer" en 2024

René Stammbach est toutefois pleinement conscient que la Coupe Davis devra se "réinventer" dès l'année prochaine pour faire face au retrait du groupe Kosmos de Gerard Piqué qui s'était engagé pour un contrat de... 25 ans chiffré à 3 milliards de dollars. "L'ITF se penchera sur cette question au mois de mars. Nous devons chercher des solutions", lâche-t-il.

Le président de Swiss Tennis n'ignore pas que les tournois du Grand Chelem souhaitent redonner à la Coupe Davis son lustre d'antan. "J'ai pris connaissance des critiques émises par Gilles Moretton, le président de la Fédération française. Mais quelles sont les propositions avancées par les tournois du Grand Chelem ? Je ne vois rien venir !"

L'engouement suscité par les "qualifiers" du week-end dernier - on a notamment joué à guichets fermés à Trèves pour la rencontre Allemagne-Suisse - a rappelé combien le public pouvait apprécier ces rencontres à domicile qui ont toujours fait beaucoup pour la promotion du tennis.

"L'idéal serait de jouer les huitièmes et les quarts de finale sur un match +sec+ comme on le faisait jusqu'en 2018 et d'organiser ensuite un Final 4", plaide pour sa part Marc Rosset. Finaliste de la Coupe Davis en 1992 lors d'une campagne mémorable, le Genevois veut croire que l'épreuve qu'il chérit a encore un avenir.

Victime du Big Three

"La Coupe Davis a été en quelque sorte la victime des fabuleux succès du Big Three. Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic l'ont jouée au début de leur carrière avant de courir derrière le record des titres du Grand Chelem", note Marc Rosset.

"On peut comprendre que la Coupe Davis, qu'ils ont tous les trois gagnée, n'était plus un objectif premier pour eux. Mais aujourd'hui, nous n'avons plus de joueurs capables de remporter 20 titres du Grand Chelem. Pour un Stefanos Tstsipas, un Carlos Alcaraz, un Alexander Zverev, un Roger Auger-Aliassime, un Jannik Sinner, la Coupe Davis est un must. J'en suis persuadé", glisse-t-il.

A Trèves en sa qualité de consultant pour la RTS, le Genevois a pu constater que la magie de la Coupe Davis opère toujours pour l'équipe de Suisse. A 37 ans bien passés, Stan Wawrinka s'est battu comme un lion pour lui donner le point de la victoire. Transcendé par l'événement, Marc-Andrea Hüsler a sorti le match de sa vie pour battre Alexander Zverev. Quant à Dominic Stricker, il avait des étoiles plein les yeux après son double avec Stan Wawrinka malgré l'amertume de la défaite.

"Croyez-moi, jouer une rencontre de Coupe Davis dans un stade à guichets fermés au côté d'un triple vainqueur en Grand Chelem fut une expérience extraordinaire. J'en redemande", lançait le Bernois. René Stammbach a sans doute reçu le message de celui qui est aujourd'hui le plus grand espoir de sa fédération. Il n'a franchement pas le droit de le décevoir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Une grande fécondité se manifeste chez vous par des ouvrages originaux hors du commun. Osez les montrer, vous pourriez être surpris !

Les Sujets à la Une

X