Rejoignez-nous

International

Le relais de la flamme olympique démarre à Pékin

Publié

,

le

Entre mercredi et la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques vendredi, plus de 1000 personnes vont se relayer pour porter la flamme olympique à travers les différents sites qui accueilleront les compétitions. (© KEYSTONE/AP/Sam McNeil)

Le relais de la flamme olympique des JO d'hiver de Pékin a démarré mercredi dans la capitale chinoise.

La mégapole s'apprête à donner le coup d'envoi de ses Jeux en dépit d'un boycott diplomatique de plusieurs pays et des inquiétudes autour de la pandémie.

Plus de 1000 personnes vont se relayer pour porter la torche à travers les différents lieux qui doivent accueillir des compétitions, à Pékin et dans la ville voisine de Zhangjiakou, avant la cérémonie d'ouverture vendredi soir.

Le parcours de la flamme jusqu'en Chine avait commencé en octobre sur le site antique grec d'Olympie où la cérémonie avait été perturbée par des manifestants accusant le pays de violations de droits humains.

Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, l'Australie, la Grande-Bretagne et le Canada ont annoncé un boycott diplomatique des Jeux olympiques pour dénoncer le bilan de la Chine en matière de droits de l'Homme, notamment le traitement des minorités musulmanes au Xinjiang et la répression des opposants à Hong Kong.

Sur le plan de la pandémie, la Chine, seule grande économie mondiale à poursuivre une stratégie "zéro Covid", n'a pris aucun risque dans l'organisation de ses Jeux olympiques.

L'événement se déroule dans une "bulle" strictement fermée, sans contact entre les participants et le public, afin d'empêcher toute infection de se propager à l'ensemble de la population.

Le nombre de spectateurs pouvant assister au relais de la torche va être limité, la Chine encourageant ses citoyens à suivre l'événement en ligne plutôt que d'essayer d'apercevoir le cortège en personne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

3,7 millions de dollars pour un maillot de LeBron James

Publié

le

LeBron James avait porté le maillot lors d'une finale de NBA en 2013 (archives). (© KEYSTONE/AP/Bebeto Matthews)

Un maillot de LeBron James porté lors d'une finale de NBA, durant laquelle il enchaîna les prouesses avec les Miami Heat en 2013, a été vendu pour 3,7 millions de dollars aux enchères vendredi chez Sotheby's à New York. Il s'agit d'un record pour un maillot du joueur.

Avec 37 points et 12 rebonds, LeBron James avait été décisif au soir du 20 juin 2013, lors du septième et dernier match de finale de NBA, permettant aux Miami Heat de s'imposer sur les San Antonio Spurs, pour un deuxième titre d'affilée.

La vente intervient alors que LeBron James, qui évolue maintenant chez les Lakers, est en passe de devenir le meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, devant Kareem Abduj-Jabbar (38'387 points). L'acheteur est "un collectionneur privé", a indiqué Sotheby's, sans autre détail.

Robe de Diana

Le marché des objets de collection de sport a le vent en poupe depuis quelques années. Cette nouvelle vente montre que la demande "n'a jamais été aussi forte", s'est félicité Brahm Wachter, qui dirige le département streetwear et objets de collections modernes chez Sotheby's.

Lors de la même séance vendredi à New York, une robe de bal aubergine qui fut portée par la princesse Diana, et créée par le designer Victor Edelstein, a été vendue 604'800 dollars, "après des tours d'enchères féroces", a indiqué Sotheby's sur twitter.

Estimée entre 80'000 et 120'000 dollars par Sotheby's, la robe était "notamment connue pour avoir fait partie d'une vente aux enchères de 80 robes" de la collection personnelle de la princesse pour des oeuvres caritatives en 1997, a expliqué la société.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les républicains étalent leurs divisions mais réélisent leur cheffe

Publié

le

Ronna McDaniel a dû faire face pour la première fois à des concurrents. (© KEYSTONE/AP/Alex Brandon)

Le parti républicain américain a reconduit pour un quatrième mandat sa présidente Ronna McDaniel vendredi en Californie. La réunion a une fois de plus souligné les profondes divisions qui minent le camp conservateur avant l'élection présidentielle de 2024.

Aux commandes depuis 2016, cette proche de l'ancien président des Etats-Unis Donald Trump a été réélue par 111 voix sur 167 exprimées, lors du comité national du parti à Dana Point en Californie.

Avec une victoire dès le premier tour, elle s'est épargné l'humiliation vécue par Kevin McCarthy au début janvier, forcé d'accorder d'importantes concessions à la frange la plus dure du parti pour accéder à la présidence de la chambre des représentants, après 14 votes successifs.

Mais ce scrutin n'en a pas moins révélé les fractures du "Grand Old Party" (GOP), échaudé par sa contre-performance lors des élections de mi-mandat en novembre, où il n'a gagné qu'une fragile majorité à la chambre des représentants et a échoué à reconquérir le Sénat.

"Machine à perdre"

Lesté par les ennuis judiciaires, Donald Trump a déjà déclaré sa candidature pour reconquérir la Maison-Blanche en 2024, mais sa mainmise sur le parti est de plus en plus contestée. Les candidats qu'il a soutenus en novembre ont pour la plupart échoué à se faire élire, transformant l'ex-président et son goût immodéré pour la provocation en "machine à perdre" aux yeux de beaucoup.

Sa protégée Ronna McDaniel avait jusqu'ici toujours été réélue sans aucune opposition. Mais cette fois-ci, elle a dû se défaire d'Harmeet Dhillon, une avocate qui a récolté 51 voix en capitalisant sur l'amertume de nombreux républicains afin de forger une alliance inattendue.

A la veille du vote à bulletins secrets, le gouverneur de Floride Ron DeSantis, dont les ambitions présidentielles ne font guère de doute, s'est ainsi prononcé en sa faveur.

Plus qu'un soutien à M. Trump, la réélection de Mme McDaniel sonne comme un moyen de "bloquer la frange la plus extrême du parti de prendre le contrôle" du GOP qui soutenait Mme Dhillon, analyse pour l'AFP la politologue Wendy Schiller. Selon elle, cette élection d'habitude peu passionnante s'est transformée en "bataille par procuration" entre Donald Trump et Ron DeSantis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Combats acharnés pour le contrôle de Vougledar

Publié

le

Des immeubles d'habitation endommagés dans la ville reprise de Lyman, région de Donetsk, Ukraine orientale. Lyman a été reprise par les forces armées ukrainiennes en octobre. Avant le début des combats actifs, la population de Lyman comptait environ 41'000 habitants. (© KEYSTONE/EPA/OLEG PETRASYUK)

Des combats acharnés sont en cours vendredi pour le contrôle de Vougledar, une ville de l'est de l'Ukraine dont les forces russes tentent de s'emparer, tandis que Vladimir Poutine s'en est pris aux "néonazis" ukrainiens le jour de la commémoration de l'Holocauste.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a souligné de son côté, lui aussi à l'occasion de la journée internationale des victimes du génocide perpétré par les nazis contre les Juifs, que "l'indifférence et la haine" continuaient de tuer, faisant allusion sans le nommer à l'assaut que la Russie a déclenché le 24 février 2022.

Il a en outre dénoncé l'"hypocrisie" du Comité international olympique (CIO) et invité son chef, Thomas Bach, à visiter Bakhmout, l'un des points les plus chauds de la guerre avec la Russie, dans l'est de l'Ukraine.

Et ce "pour qu'il voit de ses propres yeux que la neutralité n'existe pas", a-t-il ajouté, dans une allusion au fait que, malgré des appels répétés de Kiev à bannir les sportifs russes et bélarusses des JO 2024 prévus à Paris, le CIO a déclaré mercredi "étudier" la possibilité de les autoriser à participer sous bannière neutre.

A 150 km de Bakhmout, à Vougledar, une cité minière qui comptait 15'000 habitants avant l'invasion russe, des affrontements "sérieux, brutaux" ont lieu et les troupes russes se sont "implantées dans le sud-est et l'est de la ville", a affirmé un responsable des autorités prorusses de la région orientale de Donetsk, Ian Gagine.

Le porte-parole de l'armée ukrainienne pour la zone Est, Serguiï Tcherevaty, a confirmé "des combats féroces", tout en assurant que les Russes avaient été repoussés.

Intensification des attaques russes

"L'ennemi cherche en effet à remporter un succès dans ce secteur mais il n'y parvient pas grâce aux efforts des forces de défense de l'Ukraine", a-t-il dit à la télévision. "L'ennemi exagère, et c'est un euphémisme, sa réussite", a-t-il poursuivi, concluant: "face à ses pertes, l'ennemi recule".

"L'encerclement et la libération à venir" de cette localité permettront de "changer le rapport de forces sur le front" en ouvrant la voie à une offensive vers Pokrovsk et Kourakhové, des localités situées plus au nord, a jugé le chef de séparatistes de Donetsk, Denis Pouchiline.

L'Ukraine a fait savoir cette semaine que les soldats russes, en supériorité numérique, avaient intensifié leurs attaques dans l'est, en particulier sur Vougledar et Bakhmout, cette dernière étant leur cible depuis des mois.

Selon l'Institute for the Study of War, la Russie cherche à "disperser" les forces ukrainiennes afin de "créer les conditions d'une opération offensive décisive".

Les militaires russes et les hommes du groupe paramilitaire Wagner ont récemment pris Soledar, au nord de Bakhmout, un premier succès depuis de longs mois et une série d'humiliants revers pour le Kremlin.

"Les Russes avancent, il y a des tirs constants, nuit et jour, ils essaient de trouver des points faibles dans notre défense", a témoigné auprès de l'AFP Iouri, un soldat ukrainien de 44 ans, dans une tranchée de Bakhmout.

Toujours dans l'est, à Tchassiv Iar, deux personnes ont été tuées vendredi et au moins cinq blessées dans des tirs de l'artillerie russe, ont signalé les autorités locales.

Plus au nord, dans la région de Kharkiv, le pilonnage du village de Dvoritchna a fait deux autres morts, a annoncé la présidence ukrainienne.

La ville méridionale de Kherson a également été la cible des obus russes, selon la même source.

La Russie a mobilisé des centaines de milliers de réservistes et de repris de justice pour essayer de percer les lignes ukrainiennes et de conquérir le reste du Donbass, une vaste zone industrielle de l'est de l'Ukraine.

60 chars polonais de plus

Dans ce contexte, le président Zelensky a salué la décision annoncée par la Pologne de livrer à son pays 60 chars supplémentaires, dont la moitié seront une version modernisée du T-72 soviétique, après les 14 Leopard 2 de fabrication allemande déjà promis.

Parallèlement, le gouvernement belge s'est engagé à octroyer à l'Ukraine de nouveaux financements pour en particulier la fourniture de missiles, de mitrailleuses, de munitions et de véhicules blindés.

Quant à l'armée de l'air ukrainienne, elle a jugé vendredi que le F/16 de fabrication américaine "pourrait être le meilleur candidat" pour "devenir le seul type" d'appareil polyvalent dans sa flotte, selon son porte-parole Iouri Ignat.

Le président ukrainien réclame des avions de chasse et des missiles de longue portée, autant d'armes que les Occidentaux refusent jusqu'ici de fournir.

De son côté, l'Union européenne a décidé de prolonger de six mois ses sanctions imposées à la Russie lorsqu'elle a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014 et prépare de nouvelles mesures contre Moscou.

Le président français Emmanuel Macron a toutefois souligné vendredi qu'il continuerait à "parler à la Russie".

Poutine dénonce "les néonazis en Ukraine"

"Oublier les leçons de l'Histoire conduit à la répétition de terribles tragédies. La preuve en est les crimes contre les civils, le nettoyage ethnique (et) les actions punitives organisées par les néonazis en Ukraine", a dénoncé le même jour dans un communiqué Vladimir Poutine.

Une rhétorique dont le chef de l'Etat russe est coutumier pour défendre l'offensive militaire russe.

"Le jour de la libération du camps hitlérien allemand de la mort Auschwitz-Birkenau, souvenons-nous que Poutine est en train de construire de nouveaux camps à l'est", a vertement réagi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. La cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna a fustigé les déclarations "consternantes" et "choquantes" de M. Poutine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des Barbie mises aux enchères font le bonheur des cheveux blancs

Publié

le

La poupée la plus en vue de la journée est sans aucun doute une Barbie de 1960, jamais commercialisée en France, acquise dans l'après-midi pour 300 euros, le plus gros lot adjugé vendredi (Archives). (© KEYSTONE/AP/Toby Talbot)

L'emblématique Barbie, sa concurrente Tressy ou sa déclinaison française Cathie: elles étaient 500 au total exposées vendredi à Pau pour la plus grande vente aux enchères de poupées-mannequins jamais réalisée en Europe.

La collection était celle d'une habitante d'Orthez, à l'ouest de Pau, qui a depuis 1980 précieusement conservé ses poupées, de marque américaine ou française, modèles des années 1960 à 1990, dont les cheveux blonds, bruns ou roux tranchent avec ceux grisonnants des visiteurs du jour.

Mais en l'entamant, cette Béarnaise aujourd'hui âgée de 85 ans n'avait pas d'ambition mercantile, précise Patrice Carrère, le commissaire-priseur. "Cette collection, elle sent le plaisir, elle a été entamée trop tôt pour être spéculative", déclare-t-il.

Dès vendredi matin, les visiteurs ont défilé devant les 320 lots qui seront mis aux enchères l'après-midi. Premières Barbies, poupées Tressy, mais aussi leur version française Cathie, de la marque Bella, s'étalent sur des tables, dans leurs emballages rose, ou derrière des vitrines pour les plus précieuses. Tenues de rechange sous blister, accessoires, petites chaussures et même quelques mannequins hommes complètent le tout.

La poupée la plus en vue de la journée est sans aucun doute une Barbie de 1960, jamais commercialisée en France, acquise dans l'après-midi pour 300 euros, le plus gros lot adjugé vendredi.

Pop culture

Laurence et Patrick, autoentrepreneurs d'une soixantaine d'années, sont venus de Vendée "pour les voir en vrai". Liste des lots en main, ils scrutent attentivement les détails. "On aimerait pouvoir tout acheter, c'est que du bonheur", sourit Laurence, devenue collectionneuse des Barbie qu'elle "n'a jamais eues étant petite".

Apparue en France en 1963, à la Foire de Lyon, la Barbie est d'abord un reflet de son époque et des transformations de la mode au fil des années. "Elle est devenue très fantaisiste dans les années 1990", souligne Marc Charbonnier.

Elle éclipsera vite la traditionnelle poupée de porcelaine, avec ses "formes féminines prononcées", retrace-t-il. Skipper, la petite soeur de Barbie, fait ensuite son apparition pour contenter "les familles les plus conservatrices" avec son apparence plus enfantine, sourit Marc Charbonnier.

Constituée à une époque où Internet n'existait pas, la collection mise aux enchères reflète, selon le professionnel, "la fascination immuable de l'être humain pour sa reproduction en miniature".

Hormis les quelques personnes présentes dans la salle de vente à Pau, les enchères - qui devaient atteindre un total de 20'000 euros, selon la fourchette basse des estimations - ont surtout séduit des acheteurs via Internet. "C'est d'une singularité absolue, une vente comme ça, c'est rarissime, s'enthousiasme Patrice Carrère. Elle est la tête de pont d'un nouveau mécanisme, celui de l'arrivée sur le marché de la pop culture."

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un Palestinien armé tue sept personnes à Jérusalem-Est

Publié

le

L'attaque est survenue à Neve Yaakov, un quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est, partie de la ville sainte annexée par Israël. (© KEYSTONE/EPA/ATEF SAFADI)

Un Palestinien armé a tué sept personnes vendredi soir près d'une synagogue à Jérusalem-Est pendant les prières du shabbat, après des frappes israéliennes sur la bande de Gaza. Il a été abattu après une course poursuite en voiture avec la police.

L'attaque est survenue à Neve Yaakov, un quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est, partie de la ville sainte annexée par Israël, sur fond d'appels internationaux à empêcher une nouvelle escalade après 36 heures de violences en Cisjordanie, à Gaza.

"Il est particulièrement abject que cette attaque se soit produite sur un lieu de culte, et [en ce] jour de commémoration" de la Shoah, le génocide des juifs par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale, a déclaré le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, António Guterres.

"Sept personnes innocentes ont été massacrées" par l'assaillant, un Palestinien résidant de Jérusalem-Est âgé de 21 ans, qui a ouvert le feu dans la rue vers 20h15, selon la police. Il s'agit de "l'une des pires attaques que nous ayons subies ces dernières années", a déclaré le chef de la police israélienne.

"Terroriste neutralisé"

Selon la police, "le terroriste a été neutralisé et déclaré mort" après une course poursuite en voiture et une fusillade avec des policiers.

"J'ai vu le terroriste arriver en voiture. Il s'est arrêté au milieu du carrefour, a ouvert le feu à partir de sa voiture" et a continué de tirer sur les gens qui s'approchaient pour aider les personnes touchées, a déclaré à l'AFP un barbier de 48 ans habitant près de la synagogue.

Le Magen David Adom (MDA), équivalent israélien de la Croix-Rouge, a dit avoir recensé dix victimes touchées par balles, parmi lesquelles un homme de 70 ans et un adolescent de 14 ans.

La nouvelle de l'attentat a été suivie par des scènes de liesse à Ramallah et dans la bande de Gaza par des habitants brandissant des drapeaux palestiniens, selon des journalistes de l'AFP. Sur le lieu de la fusillade, des dizaines d'Israéliens ont accueilli le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou aux cris de "Mort aux Arabes!"

Mesures promises par Netanyahou

S'exprimant ensuite à la télévision, M. Netanyahou a promis "des mesures immédiates", sans plus de précision. Il a appelé les Israéliens à ne pas se faire justice par eux-mêmes, mais à s'en remettre à l'armée et à la police.

L'attaque de ce soir à Jérusalem "est une réaction naturelle aux crimes de l'occupation [d'Israël, ndlr] contre notre peuple palestinien", a déclaré à Gaza le porte-parole du mouvement islamiste palestinien Hamas, en rappelant la mort, la veille, de neuf Palestiniens lors d'un raid de l'armée israélienne à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

L'attentat de Neve Yaakov a été immédiatement condamné par Washington. "C'est absolument épouvantable", a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat.

"Nous condamnons cette apparente attaque terroriste dans les termes les plus forts", a-t-il ajouté en précisant qu'il n'y avait aucun changement dans le programme du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, qui doit se rendre à partir de dimanche en Egypte puis lundi et mardi à Jérusalem et Ramallah.

Enrayer l'escalade

Pendant ce voyage au Proche-Orient, M. Blinken discutera "de mesures à prendre pour une désescalade des tensions", a dit M. Patel.

Paris a condamné "l'effroyable attaque terroriste" à Jérusalem-Est, et Rome "un lâche attentat terroriste".

Outre les neuf morts, le raid de l'armée israélienne à Jénine jeudi matin a également fait plusieurs dizaines de blessés. Israël l'a présenté comme une action préventive contre une cellule du Djihad islamique, qui planifiait une attaque en Israël.

L'ONU n'a pas recensé un bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie depuis qu'elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes du conflit israélo-palestinien.

Un dixième Palestinien a été tué jeudi par des tirs israéliens à Al-Ram, près de Ramallah, selon le ministère palestinien de la santé.

En représailles, des roquettes ont été tirées dans la nuit de jeudi à vendredi vers Israël à partir de la bande de Gaza, territoire palestinien sous le contrôle du Hamas depuis 2007. Israël a répliqué par des frappes aériennes contre ce que l'armée a présenté comme "une usine souterraine de fabrication de roquettes" du Hamas à Gaza. Aucune victime n'a été recensée dans ces échanges de missiles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X