Rejoignez-nous

Sport

Un ancien procureur fédéral extraordinaire critique la justice

Publié

,

le

Ancien procureur fédéral extraordinaire dans l'affaire FIFA, Stefan Keller a remis son mandat en mai suite à une décision du Tribunal pénal fédéral (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'ancien procureur fédéral extraordinaire Stefan Keller a remis son mandat en mai suite à une décision du Tribunal pénal fédéral (TPF). Dans une interview, il reproche au TPF et au Ministère public de la Confédération (MPC) de l'avoir désavoué.

Le Tribunal pénal fédéral l'a délibérément mis hors jeu en rendant un jugement sans appel dans l'enquête contre le président de la FIFA Gianni Infantino, indique M. Keller dans une interview publiée lundi dans la NZZ. Il accuse les trois juges de partialité. Deux des trois magistrats appartiennent à l'UDC zurichoise, tout comme le défenseur de M. Infantino, fait-il valoir.

M. Keller explique qu'il était dans leur intérêt de le "mettre au placard" car ses enquêtes concernaient également des juges de Bellinzone. Les membres du Tribunal pénal fédéral doivent être réélus par le Parlement cet automne. Le tribunal a fait et continue de faire l'objet de critiques dans les médias en raison de nombreux incidents. De nouveaux ennuis auraient pu être extrêmement dangereux, estime l'ancien procureur.

M. Keller critique également le Ministère public de la Confédération, pour qui il travaillait. Des dossiers importants ne lui ont pas été soumis jusqu'à la fin de son travail, illustre-t-il. Et d'ajouter: "L'obstruction du procureur fédéral extraordinaire était probablement systématique et suggère que le Ministère public de la Confédération n'est pas (encore) disposé à assumer les années passées".

Contacté par Keystone-ATS, le MPC a écrit ne pas vouloir commenter les propos de M. Keller. Aucune prise de position n'était non plus disponible auprès du Tribunal pénal fédéral.

Possibilité de recours demandée

Le président du Tribunal cantonal d'Obwald plaide pour que les demandes de récusation ainsi que d'autres décisions prises par la Cours des plaintes de Bellinzone puissent faire l'objet d'un recours devant le Tribunal Fédéral à Lausanne. C'est le cas dans toutes les procédures cantonales.

Concernant l'affaire FIFA, M. Keller ne se montre pas très optimiste. Selon lui, une telle procédure ne peut être menée à bien sans une instance de recours qui fonctionne de façon indépendante. Pour ce faire, il faudrait, selon lui, des changements de personnes ou des rocades à Bellinzone à court terme.

En outre, les obstacles au sein du MPC resteront tant qu'un nouveau procureur général de la Confédération, prêt à faire le ménage, n'aura pas été élu, ajoute-t-il.

Doutes de la FIFA

M. Keller est le premier procureur fédéral extraordinaire nommé par le Parlement en septembre pour enquêter sur les rencontres informelles et non protocolées entre l'ancien procureur général de la Confédération Michael Lauber et le président de la FIFA Gianni Infantino.

La FIFA avait émis des doutes sur les qualifications de M. Keller et déposé plusieurs plaintes auprès du Tribunal pénal fédéral. Elle lui reprochait notamment de s'être comporté en ne respectant pas les normes juridiques de base.

Début mai, la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral a admis la demande de récusation déposée par le président de la FIFA Gianni Infantino à l'encontre de Stefan Keller. Elle a estimé que les communications à la presse du magistrat justifiaient son retrait de l'enquête.

Le procureur fédéral extraordinaire a dans la foulée remis son mandat. Il a expliqué que, compte tenu de la composition actuelle du Tribunal pénal fédéral, il ne se voyait plus en mesure de terminer ses enquêtes dans un délai raisonnable. La succession de M. Keller de même que celle à la tête du MPC, laissée vacante il y a un an après la démission de Michael Lauber, doivent encore être réglées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Football

La FFF a porté réclamation contre le score de Tunisie-France

Publié

le

Antoine Griezmann avait bien cru avoir égalisé pour la France à la 98e minute contre la Tunisie. (© KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

La Fédération française de football (FFF) a officiellement déposé jeudi une réclamation auprès de la FIFA pour faire changer le score de Tunisie-France (1-0) au Mondial, a-t-elle confirmée à l'AFP.

Le but égalisateur d'Antoine Griezmann avait été annulé après le coup de sifflet final.

L'équipe de France, battue mercredi par les Tunisiens au stade Education City de Doha, avait émis des doutes quant à l'utilisation de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) pour annuler un but de Griezmann à la 98e minute.

Dans sa réclamation à la FIFA, la France relève que la VAR a été utilisée "après la reprise du jeu et après la fin du match", ce qui est contraire au protocole d'utilisation de cette technologie, selon l'explication d'une source fédérale.

Sollicitée par l'AFP mercredi soir et jeudi, la FIFA n'a pas réagi à cette situation rocambolesque. Une hypothétique modification du résultat final ne changerait rien au classement du groupe D: la Tunisie est éliminée dans les deux cas de figure et la France affronterait dans tous les cas la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'édition 2024 du Tour finira à Nice avec un contre-la-montre

Publié

le

Le 23 juillet 1989, Laurent Fignon perdait un Tour de France pour 8 secondes au profit de Greg LeMond à l'issue d'un contre-la-montre légendaire sur les Champs-Elysées. (© KEYSTONE/EPA/BOUTROUX)

Le Tour de France arrivera à Nice en 2024, désertant Paris pour la première fois depuis 1905 en raison des Jeux olympiques, ont indiqué la ville de Nice et les organisateurs de la Grande Boucle.

Autre annonce: la dernière étape, traditionnellement un sprint sur les Champs-Elysées, sera cette fois un contre-la-montre individuel. Ce sera la première fois que le Tour se termine sur un chrono depuis le dénouement légendaire de 1989 où le Français Laurent Fignon avait perdu le maillot jaune pour huit secondes, plus faible écart de l'histoire, face à l'Américain Greg Lemond.

Comme c'est généralement le cas dans une année olympique, le départ de cette 111e édition, qui devrait s'élancer pour la première fois depuis l'Italie et la ville de Florence, sera avancé d'une semaine. La course partira donc le 29 juin et arrivera le 21 juillet, cinq jours avant le début des Jeux olympiques.

"C'est à 37 reprises que Nice a accueilli le Tour avec deux départs en 1981 et 2020", ce dernier "dans un contexte sanitaire très difficile" avec la pandémie de Covid-19, s'est félicité le maire de Nice, Christian Estrosi.

Que le Tour de France arrive à Nice était acté depuis un moment, alors que les Jeux de Paris (26 juillet-11 août) vont chambouler le programme sportif estival cette année-là.

Ce n'en est pas moins une petite révolution puisque la plus célèbre course du monde s'est, à l'exception des deux premières éditions en 1903 et 1904 arrivées à Ville d'Avray (Hauts-de-Seine), jusque-là toujours terminée à Paris. D'abord au Parc des Princes (de 1906 à 1967), puis au vélodrome de la Cipale (1968 à 1975) et depuis 1975 sur les Champs-Elysées.

"Nice est une ville qui rayonne, connue mondialement. Il y a la beauté du cadre et la montagne à côté. La ville offre un décor exceptionnel et un terrain d'expression formidable pour les champions qu'on va utiliser", explique le directeur du Tour, Christian Prudhomme, à l'AFP.

Pour ce Tour pas comme les autres, les organisateurs prévoient ainsi un "week-end final en feu d'artifice" avec d'abord, le samedi, une étape "orientée montagne" au départ de Nice. Puis, le lendemain, en guise d'ultime juge de paix, un contre-la-montre individuel, 35 ans après celui entre Versailles et les Champs Elysées en 1989, une édition restée dans toutes les mémoires.

En 2025, le retour à la normale est déjà programmé, d'autant qu'on aura quelque chose à fêter. "On sera ravis de retrouver Paris et les Champs-Élysées pour les 50 ans de la première arrivée sur les Champs en 2025", souligne Christian Prudhomme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Allemagne, Belgique et Croatie, trois grands d'Europe en danger

Publié

le

L'Allemagne de Hansi Flick (à gauche) est en danger avant la dernière journée du groupe E (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Trois grands d'Europe, l'Allemagne, la Belgique et la Croatie, sont en danger jeudi lors de la 3e et dernière journée des poules E et F au Mondial 2022.

A tout seigneur tout honneur. L'Allemagne (1 point) sait ce qu'elle a à faire jeudi soir contre le Costa Rica (3 points): gagner à tout prix, si possible avec plus de deux buts d'écart, histoire de dépasser le Japon à la différence de buts si les Nippons arrivent à arracher un match nul à l'Espagne, un cas de figure qui mettrait la Roja hors d'atteinte, avec 5 points.

Une victoire de l'Espagne éliminerait automatiquement le Japon, quel que soit le résultat d'Allemagne-Costa Rica. Et favoriserait la Mannschaft, à condition que cell-cie vienne à bout de Keylor Navas et ses partenaires, totalement relancés par leur victoire dimanche sur le Japon (1-0).

Le pire scénario

Une victoire du Japon serait le pire scénario pour les Allemands, car elle mettrait les Nippons à 6 points, avec l'Espagne à 4 points et une différence de buts très favorable grâce au carton contre le Costa Rica (7-0). Mais en cas de victoire du Japon, les Espagnols seraient éliminés d'office si le Costa Rica bat l'Allemagne...

Trois équipes sur quatre peuvent encore gagner cette poule E, d'abord l'Espagne et le Japon, bien sûr, mais aussi le Costa Rica s'il bat l'Allemagne et que dans le même temps les Espagnols et les Japonais font match nul. Tout est possible.

La Belgique dos au mur

La situation dans le groupe F est aussi très indécise avec trois équipes toujours en lice pour deux places. Le Canada est déjà éliminé, après deux défaites, et ne devrait pas peser lourd face à un Maroc pétri de talent, toujours invaincu et gonflé à bloc par sa victoire sur la Belgique.

Dans ce cas de figure le plus probable, la deuxième place se jouera entre la Croatie et la Belgique dans un 16e de finale à suspense entre un finaliste du Mondial 2018, qui a de beaux restes comme Luka Modric, et une demi-finaliste, la Belgique, qui semble en perte de vitesse.

Petit détail important, les Croates ont un point d'avance sur les Belges et pourront se contenter d'un match nul pour assurer leur qualification. Mais ils devront gagner pour avoir une chance de finir en tête du groupe si les Marocains battent les Canadiens.

A la différence de buts?

La première place est l'autre enjeu: l'équipe qui l'obtiendra pourrait bien affronter l'Allemagne en 8es de finale. Entre Maroc et Croatie, ça se jouera probablement à la différence de buts ou aux buts marqués, si les deux équipes gagnent. Et si la Belgique se réveille, elle peut même finir en tête, à condition que le Maroc ne batte pas le Canada. Les paris sont ouverts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un grand Clint Capela à Orlando

Publié

le

Clint Capela (no 15) s'interpose devant Paolo Banchero. (© KEYSTONE/AP/Phelan M. Ebenhack)

Après trois défaites de rang, Atlanta a relevé la tête en Floride. Les Hawks se sont imposés 125-108 devant Orlando grâce notamment à une performance de choix de Clint Capela.

Auteur d'un 9/10 au tir, le Genevois a inscrit 20 points et a cueilli 12 rebonds pour son 11e double double de la saison. Crédité d'un différentiel de +21, il a été l'un des grands artisans de ce succès.

Face à une équipe qui a concédé une sixième défaire consécutive pour ne comptabiliser que 5 victoires en 22 rencontres, Atlanta a tué très vite tout suspens. Les Hawks remportaient ainsi 38-27 le premier quarter pour asseoir d'entrée de jeu leur supériorité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Bundesliga: Borussia Mönchengladbach tient à son gardien suisse

Publié

le

Yann Sommer: Borussia Mönchengladbach tient à le garder (© KEYSTONE/AP/Petr Josek)

Borussia Mönchengadbach espère garder Yann Sommer (33 ans) dans ses rangs. L'avenir du gardien de l'équipe de Suisse est ouvert, mais un accord avec le Borussia semble tenir la corde.

Roland Virkus, directeur sportif du club allemand, a évoqué une possible prolongation de contrat pour Sommer. "Une offre a été transmise à Yann. Nous avons eu de bonnes discussions. Une décision sera prise après la Coupe du monde", a-t-il dit.

Le contrat de Sommer avec le Borussia arrive à échéance au terme de la saison en cours. Le gardien suisse évolue à Mönchengladbach depuis 2014.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X