Rejoignez-nous

Sport

Wawrinka-Federer : la pression sur les épaules du Bâlois

Publié

,

le

Wawrinka avait dominé Federer lors de leur dernier affrontement à Roland-Garros, en quart de finale en 2015 (©KEYSTONE/AP/DAVID VINCENT)

Roger Federer a évacué jusqu’ici toute forme de pression à Roland-Garros. Mais le Bâlois aura bel et bien tout à perdre dans son quart de finale fratricide face à Stan Wawrinka mardi.

Avec un bilan de 22 victoires pour 3 défaites, l’homme aux 20 titres du Grand Chelem est de facto le grandissime favori de ce derby helvétique, programmé dès 14h sur le Court Suzanne Lenglen. Et si on ajoute les interrogations liées aux facultés de récupération de Stan Wawrinka après son (double) marathon de dimanche face à Stefanos Tsitsipas (5h09), la coupe est pleine.

"D'un côté, Stan sera légèrement touché car il a laissé beaucoup d'énergie tant mentalement que physiquement", valide Filip Dewulf, demi-finaliste à Roland-Garros en 1997 et désormais journaliste au Het Laatste Nieuws. "Mais son succès de dimanche va le booster, car c'était une grande victoire, bonne pour la confiance", souligne-t-il.

Federer a toutes les cartes en main

Techniquement et tactiquement, Roger Federer a déjà toutes les cartes en main. "Il a presque toujours trouvé la solution face à moi", a rappelé Stan Wawrinka. Même lorsque ce dernier semblait capable de déjouer les pronostics, comme lors du quart de finale de l'édition 2014 de Wimbledon ou lors de la demi-finale de l’US Open 2015. Les deux fois, il restait sur un succès, acquis en finale à Monte-Carlo en 2014 puis en quart de finale à Roland-Garros en 2015.

Stan Wawrinka évoluait alors en totale confiance. Il avait poursuivi sur sa lancée en 2014 sur le gazon londonien, enlevant le premier set, mais n’avait pas tenu le choc physiquement après avoir dû disputer son 4e tour la veille. Et à New York en 2015, il n’avait pas eu l'ombre d'une chance dans une partie qu’il avait cette fois-ci abordée dans les meilleures dispositions.

Ce qui ne sera probablement pas le cas mardi. Car "un tel combat laisse forcément des traces", a concédé Stan Wawrinka après avoir joué le simple le plus long de sa carrière. Et, bien plus que Roger Federer qui peut se reposer sur son talent inégalé pour s’en sortir, le Vaudois a besoin d’être en pleine possession de ses (immenses) capacités physiques pour faire ne serait-ce que douter le Maître.

"Du 55-45 en faveur de Roger"

C’est finalement dans le discours tenu par Roger Federer que Stan Wawrinka peut trouver des raisons d’y croire. "Sur terre battue, tu ne peux pas jouer toute la journée en demi-volée", a souligné le Bâlois, dont la capacité à prendre la balle très tôt en restant collé à sa ligne n’a pas le même impact que sur des surfaces plus rapides. "En jouant plus loin de sa ligne, notamment en retour, tu évites les faux rebonds, tu prends moins de risques."

Filip Dewulf est persuadé que Stan Wawrinka aura son mot à dire. "Il a gagné leur dernier duel livré sur terre battue. C'était ici, au même stade de la compétition. Je suis sûr que ça comptera", lâche le Belge, qui avait atteint la 39e place mondiale en 1997. "Ce sera une bataille. Pour moi, c'est seulement du 55-45 en faveur de Roger. Car Stan avait un niveau de jeu extraordinaire dans son 8e de finale, et cela va l'aider. Comme le fait qu'il a déjà gagné ce tournoi."

Un rôle à jouer pour la météo

La météo pourrait par ailleurs jouer un rôle dans ce quart de finale. La journée de mardi s’annonce orageuse, voire pluvieuse. Les conditions de jeu ne devraient donc pas être particulièrement rapides, ce qui ne serait pas pour déplaire à Stan Wawrinka qui aura plus de temps pour s'organiser. Et qui aura peut-être aussi plus de temps pour récupérer si la pluie s'installe durablement.

"Stan sera certainement très content s'il fait moins chaud", confirme Filip Dewulf. "C'est toujours compliqué face à Roger. Mais Stan l'a déjà battu (réd: les trois succès du Vaudois ont été obtenus sur terre battue), et il possède les armes pour le refaire. Il va certainement essayer de le bombarder sur son côté revers avec ses frappes lourdes." Mais aura-t-il les moyens de le faire pendant deux, trois voire quatre heures? Réponse mardi.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Le Suédois seul sur sa planète à la perche

Publié

le

Armand Duplantis seul sur sa planète. (© KEYSTONE/EPA/DIEGO AZUBEL)

Il n'a fallu que quatre sauts à Armand Duplantis pour s'assurer le titre olympique à la perche, à Tokyo. Le prodige suédois a ensuite échoué à deux reprises de très peu contre son record du monde.

Déjà sûr de gagner après avoir franchi toutes ses barres au premier essai jusqu'à 5m97, puis 6m02, "Mondo" a ensuite demandé une barre à 6m19, 1 cm de plus que son record du monde.

A sa première et à sa troisième tentative, il a semblé réussir mais il a fait tomber la barre avec son torse en phase descendante, alors qu'il s'était élevé bien au-dessus. Le Suédois qui vit aux Etats-Unis n'a pas été avare de ses efforts et a fait le show.

L'Américain Chris Nilsen cueille l'argent avec 5m97 et le revenant brésilien Thiago Braz, tenant du titre, le bronze avec 5m87.

A 21 ans seulement, c'est la 22e fois que "Mondo" franchit 6m ou plus. Le Suédois, invaincu l'an dernier en seize compétitions, domine dans toutes les conditions.

A côté de ses records et de ses séries de succès en meeting, il manquait au jeune champion une consécration planétaire, lui qui avait été battu aux Mondiaux 2019 à Doha par Sam Kendricks.

L'Américain exclu à Tokyo pour après avoir attrapé la Covid, Duplantis n'avait pas grand monde à craindre et aurait sans doute été de toute façon bien au-dessus du lot. Le public suisse pourra le revoir à l'oeuvre à Athletissima à Lausanne, le 26 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Kambundji a un peu fléchi, doublé pour Thompson

Publié

le

Mujinga Kambundji a tenu le choc. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Mujinga Kambundji a pris la 7e place de la finale olympique du 200 m. Bien placée en sortie de virage, la Bernoise a un peu fléchi ensuite dans une course survolée par Elaine Thompson-Herah.

La Jamaïcaine a fusé en 21''53, 2e chrono de l'histoire, à 0''19 du record du monde de Florence Griffith-Joyner (en 1988). Elle réalise le doublé 100-200 m à Tokyo, comme à Rio en 2016.

Mujinga Kambundji aura été d'une incroyable régularité sur le demi-tour de piste: 22''26 en séries et en demi-finales, et 22''30 en finale. Elle a ainsi égalé deux fois son record national de 2019, après avoir pris la 6e place de la finale du 100 m.

La Bernoise de 29 ans indiscutablement franchi un palier à Tokyo. Elle fut certes médaillée de bronze aux Mondiaux 2019 à Doha, mais le niveau était moins élevé. Elle avait glané sa médaille en 22''53.

A Tokyo, la 3e place, occupée par l'Américaine Gabrielle Thomas, s'est jouée à 21''87, et l'argent, qui revient à l'athlète hyperandrogène namibienne Christine Mboma, en 21''81.

"Je n'ai pas réussi la course parfaite mais je suis fière de mes performances", a dit Kambundji, seule Européenne dans cette finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Mu irrésistible

Publié

le

Athing Mu, la révélation. (© KEYSTONE/AP/Martin Meissner)

La nouvelle sensation américaine Athing Mu a dominé la finale olympique du 800 m pour remporter un premier grand titre, à 19 ans. La longiligne athlète a mené de bout en bout et usé ses rivales.

Athing Mu succède au palmarès à la Sud-Africaine Caster Semenya, absente de ces JO en raison du nouveau règlement sur l'hyperandrogénie qui l'oblige à suivre un traitement ou à changer de distance.

L'Américaine, déjà invincible dans les réunions universitaires, est partie vite, tout en en gardant sous le pied pour se détacher plus clairement sur la fin. En 1'55''21, elle est devenue à Tokyo la 10e athlète la plus rapide de l'histoire et a précédé une autre jeune femme de 19 ans, la Britannique Keely Hodgkinson (1'55''88), le bronze revenant à l'Amérficaine Raevin Rogers (1'56''81). C'est le premier titre d'une Américaine sur 800 m depuis Madeline Manning en 1968.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le Brésil bat le Mexique aux tirs au but et file en finale

Publié

le

Dani Alves sont en finale du tournoi olympique (© KEYSTONE/AP/Andre Penner)

Le Brésil, sacré chez lui en 2016, s'est qualifié mardi pour la finale du tournoi masculin messieurs des Jeux de Tokyo.

Les Auriverde se sont imposés à l'issue des tirs au but (0-0, 4-1 tab) face au Mexique à Kashima.

Les Brésiliens, chez qui l'ex-Sédunois Matheux Cunha est entré en jeu à la 115e, tenteront samedi de remporter le deuxième titre olympique de leur histoire. Ils se mesureront en finale à l'Espagne, qui a battu le Japon 1-0 après prolongation dans l'autre demi-finale à Saitama.

Dans ce duel alléchant sur le papier entre les deux derniers champions olympiques, l'ouverture du score n'est jamais arrivée et les deux équipes ont dû recourir aux tirs au but. Une séance lors de laquelle les Mexicains Vasquez et Aguirre n'ont pas converti leurs tentatives contre un sans-faute de Dani Alves et ses coéquipiers face au gardien Guillermo Ochoa.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Le rêve en or des Bleus continue

Publié

le

Gobert (27) et la France sont en demi-finales (© KEYSTONE/AP/Charlie Neibergall)

L'équipe de France a bataillé pour écarter l'Italie (84-75) de sa route vers les demi-finales. Les Bleus s'offrent ainsi deux chances de médaille olympique à Tokyo.

Quand on a Nicolas "Batman" Batum et Rudy "Gobzilla" Gobert à plein régime dans son équipe, il est permis d'envisager une issue favorable, surtout avec Evan Fournier pour assurer le rendement offensif (21 points). Pourtant que cette victoire fut dure à remporter pour aller dans le dernier carré !

Le parcours des Français, animés d'une force tranquille et parfaits jusque-là, se poursuit donc après trois victoires en phase de groupe, notamment celle retentissante contre les Etats-Unis qui leur avait offert une 1re place synonyme de tirage au sort favorable. Il leur évitait de croiser l'Espagne, qui venait d'ailleurs de se faire éliminer juste avant par Team USA.

Cet alignement favorable des planètes devant, l'espèrent-ils, aboutir à quelque chose de brillant au pays du soleil levant, va devoir désormais traverser la pluie d'astéroïdes slovènes, qui promet de nombreuses turbulences avec l'astre Luka Doncic en prime, dès jeudi au prochain tour. Surtout s'ils commettent autant de pertes de balle en attaque (20) que contre les Azzurri.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Travail valorisant avec quand même un bémol à la clé : votre belle énergie pourrait vous laisser tomber en milieu d’après-midi.

Les Sujets à la Une

X