Rejoignez-nous

Suisse

Une sortie de crise rapide n'est pas réaliste, selon Alain Berset

Publié

,

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Une sortie rapide de la situation actuelle n'est pas réaliste, estime le ministre de la santé Alain Berset. Mais les partis, les milieux économiques et les syndicats s'impatientent: ils appellent à une stratégie de reprise pour la machine économique dès le 19 avril.

Le cap des 20'000 personnes testées positives au Covid-19 (21'100) a été dépassé ce week-end en Suisse. Dimanche, l'Office fédéral de la santé (OFSP) recensait 559 décès. Le Tessin, le canton le plus touché, compte 177 morts et le canton de Vaud, 123, tandis que le nombre d'hospitalisations diminue.

Une sortie rapide de la situation actuelle n'est pas réaliste, estime le ministre de la santé Alain Berset dans une interview avec la SonntagsZeitung. "Pour l'instant, il semble illusoire de penser que nous pourrons faire beaucoup de changements d'ici le 20 avril", indique le Fribourgeois.

Couvre-feu à Pâques possible

L'expérience a montré que si l'assouplissement intervient trop tôt, cela prolonge la crise. Si la discipline de la population baisse, le conseiller fédéral n'exclut pas d'avoir recours à des mesures encore plus sévères, jusqu'à un couvre-feu à Pâques.

S'il suffisait de porter un masque pour pouvoir retourner au travail de manière sécurisée, cela aurait déjà été fait, a souligné le délégué de l'OFSP pour le coronavirus Daniel Koch lors d'un point de presse samedi à Berne. Porter un masque peut protéger les autres, mais il ne suffit pas pour se protéger soi-même et reste une mesure insuffisante dans plusieurs corps de métier.

Rouvrir les entreprises

La pression pour rouvrir progressivement l'économie augmente toutefois. Dans une interview avec la NZZ am Sonntag, la présidente du PLR Petra Gössi réclame la réouverture de tous les commerces qui peuvent respecter les mesures de sécurité de l'OFSP.

Et le débat sur la façon de rouvrir progressivement l'économie bat son plein en coulisse, rapporte la SonntagsZeitung. Les présidents de l'Union patronale suisse (UPS), de Swissmem et de l'Union syndicale suisse (USS) demandent à l'unisson au Conseil fédéral de présenter des scénarios.

L'industrie, les épiceries, les pharmacies et les bureaux de poste ont appris comment appliquer les recommandations de l'OFSP. De nombreux magasins et entreprises pourraient s'en inspirer, estime Hans Hess, le patron de Swissmem.

Le redémarrage économique n'est pas une question de santé ou d'économie, mais de santé et d'économie. "Personne ne veut d'une deuxième vague de contamination", a plaidé pour sa part Valentin Vogt, le président de l'Union patronale suisse.

Les autorités se concentrent pour l'instant sur les moyens d'assurer les salaires des employés et d'éviter les faillites des entreprises, a dit samedi la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Actuellement, près d'un actif sur quatre est au chômage partiel en Suisse, soit 1,3 millions de personnes. Au Tessin, ce taux atteint même 40%.

Outre l'impact sur l'économie, Petra Gössi se préoccupe également de l'effet de la fermeture des écoles en matière d'égalité des chances pour les enfants et les jeunes. Elle demande que les écoles de la scolarité obligatoire, en particulier les niveaux inférieurs et moyens, reprennent leurs activités après les vacances de printemps.

Armée: engagement après l'été

La conseillère fédérale Viola Amherd gère le plus grand engagement de l'armée depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans une interview publiée dans Le Matin Dimanche, elle dit "un très grand merci" aux jeunes qui devaient passer trois semaines en cours de répétition et qui resteront trois mois sans voir leurs proches: "j'ai des retours de la part des cantons, des hôpitaux et de la population qui nous disent à quel point il est important de pouvoir compter sur ces jeunes."

Quant à la durée de l'engagement de l'armée, tout reste ouvert. "Si le soutien de l'armée devait s'arrêter fin juin, ce serait très bien pour tout le monde, mais il faut aussi se préparer à l'hypothèse d'une prolongation de la crise après l'été. Nous planifions tous les scénarios".

Les Suisses semblent dans les grandes lignes avoir respecté les consignes ce week-end. L'accès au col de la Flüela GR a par contre dû être fermé: près d'une centaine de véhicules étaient stationnés sur près de deux kilomètres.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La Suisse compte 2519 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Plus de 645'000 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins en Suisse (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte vendredi 2519 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 12 décès supplémentaires et 134 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'031 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,45%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 24'596, soit 284,52 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,96. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 70,70%.

Au total 645'055 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'697'339 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'390'325 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41'658 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'394 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 242 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25'009 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 617'543 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'339'396 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9804 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25'857.

Le pays dénombre par ailleurs 12'724 personnes en isolement et 22'705 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2808 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

La fortune des caisses de pension a bondi de 12,5% en 2020

Publié

le

La progression est à mettre au crédit notamment de l'appréciation de près de 10% du franc par rapport au dollar pendant la période sous revue, indique le cabinet de conseil Willis Towers Watson dans la dernière édition de son étude "Global Pension Assets" (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La fortune des caisses de pension suisses a bondi de 12,5% l'année dernière, malgré les effets de la pandémie de Covid-19, pour atteindre environ 1163 milliards de dollars (1030 milliards de francs), plus du double de la moyenne de ces dix dernières années (5,8%).

La progression est à mettre au crédit notamment de l'appréciation de près de 10% du franc par rapport au dollar pendant la période sous revue, indique le cabinet de conseil Willis Towers Watson dans la dernière édition de son étude "Global Pension Assets" publiée vendredi.

Avec une part de 2,2%, la Suisse figure à la septième place des plus importants acteurs du secteur, avec en tête les Etats-Unis (62,0%), le Japon (6,8%), le Royaume-Uni (6,7%), les Pays-Bas, l'Australie et le Canada. Ces marchés représentent plus de 90% des 22 principaux (P22), dont la fortune cumulée a progressé de 11% pour s'établir à 52,5 milliers de milliards de dollars au bouclement de l'exercice.

Les auteurs de l'étude relèvent une augmentation notable du rapport entre les fortunes des caisses de pension et le produit intérieur brut (PIB) moyen, qui s'établissait à l'échelle mondiale à 80,0% fin 2020, soit 11,2 points de plus qu'un an plus tôt. Pour la Suisse, la hausse a été encore plus marquée (+17 points à 163%).

L'allocation des actifs des caisses helvétiques est "légèrement plus équilibrée" en comparaison internationale, avec 31% d'actions, 34% d'obligations, 31% d'actifs alternatifs et 5% en liquidités.

Une réaffectation massive des capitaux est attendue, car le monde de l'investissement subit actuellement un changement fondamental pour intégrer des aspects extra-financiers dans ses processus décisionnels, signale Michael Valentine, de Willis Towers Watson, en référence à l'accent mis sur les critères de durabilité, qui va selon lui "marquer le secteur des pensions dans les décennies à venir".

Continuer la lecture

Suisse

Près de deux tonnes de denrées alimentaires saisies à Bâle

Publié

le

Environ 700 kg de volaille et de viande de porc, une tonne de manioc et 600 cigarettes ont été découverts dans une camionnette entrée illégalement en Suisse à Bâle. (© Administration fédérale des douanes)

Près de deux tonnes de denrées alimentaires non déclarées ont été saisies à la douane à Bâle dans une camionnette venant de France. Le conducteur faisait l'objet d'une interdiction d'entrée en Suisse.

Le véhicule a été contrôlé peu après avoir franchi la frontière, a indiqué vendredi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Dans la camionnette, les employés de l'AFD ont trouvé 700 kg de volaille et de viande de porc non réfrigérés, plus d'une tonne de manioc et 600 cigarettes.

Le chauffeur, qui était interdit d'entrée en Suisse, ne disposait d'aucune déclaration douanière. Le véhicule était en surcharge de 430 kg. Les marchandises ont été saisies. Le conducteur a été remis à la police cantonale de Bâle-Ville.

Continuer la lecture

Suisse

Le chômage en Suisse a baissé en mars

Publié

le

Sur un an, le chômage a augmenté de 22'344 personnes (+16,5%), selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). En mars 2020, le taux de chômage s'élevait à 2,9%, avant de se maintenir au-delà de la barre des 3% les mois suivants, dans le sillage de la crise pandémique (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le taux de chômage a reculé en mars, passant à 3,4% après 3,6% en février. Le mois dernier, près de 158'000 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement (ORP). C'est 10'000 inscrits de moins sur un mois.

Sur un an, le chômage a augmenté de 22'344 personnes (+16,5%), selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) publiés vendredi. En mars 2020, le taux de chômage s'élevait à 2,9%, avant de se maintenir au-delà de la barre des 3% les mois suivants, dans le sillage de la crise liée au coronavirus.

En Suisse romande et au Tessin, le recul mensuel est le plus net. Le taux de chômage a baissé en mars à 4,4%, après 4,8% en février. En Suisse alémanique, la proportion de sans-emploi s'est rétractée à 3,0%, après 3,2%. Elle a baissé de 0,1 point de pourcentage pour les femmes (3,2%) et de 0,3 point pour les hommes (3,6%).

La diminution est plus marquée pour les étrangers (6,2% contre 6,6%) que pour les Suisses (2,4% après 2,5%).

Le mois dernier, tant le chômage des jeunes que celui des 50-64 ans a baissé. Concernant les premiers, leur nombre a ainsi reculé de 10,2% à 15'561 personnes et pour les seconds, il s'est rétracté de 3,8% à 45'486 personnes.

En revanche, sur un an, le nombre de jeunes touchés a crû de près de 7% et pour les 50-64 ans, il a explosé de presque 24%.

Explosion du chômage partiel en janvier

En mars, l'ensemble des demandeurs d'emploi inscrits se chiffrait à 253'939 personnes, soit près de 5800 de moins que le mois précédent. Par rapport au même mois de l'année passée, leur nombre a bondi de 18,7%.

Le nombre de postes vacants a augmenté de 6500, atteignant 45'182, dont 32'000 étaient soumises à l'obligation d'annonce.

En janvier 2021, le chômage partiel a touché 399'667 personnes, soit une progression de 36% sur un mois. Près de 12'800 entreprises de plus y ont eu recours, soit un total de 47'460 à travers le pays. Le nombre d'heures de travail perdues a grimpé de moitié, à 28,9 millions d'heures. Un an plus tôt, le chômage partiel n'était en place que dans 178 entreprises, touchant 3700 personnes et entraînant la perte d'un peu plus de 189'100 heures de travail.

Dans le courant du mois de janvier, 3356 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance-chômage.

Continuer la lecture

Suisse

Les Jeunesses de cinq partis militent pour la loi sur le CO2

Publié

le

Des Jeunesses de plusieurs partis, à l'exception de l'UDC et du PLR, soutiennent la loi sur le CO2 attaquée en référendum (Archives © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les Jeunesses du PS, du Centre, des Verts, du PVL et du Parti évangélique se lancent dans la bataille en faveur de la loi sur le CO2, en votation populaire le 13 juin. Il s'agit d'une première étape indispensable pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris.

Plusieurs adolescents engagés politiquement sont venus jeudi à Berne devant la presse pour marquer l'importance de cette loi qui concerne toutes les générations. "Pour nous, le changement climatique est une menace existentielle", selon Eléonore-Constance Billet, 16 ans, membre des Jeunes Vert-e-s.

Les enfants et les jeunes seront affectés tout au long de leur vie par les décisions prises aujourd'hui pour ou contre la protection du climat. "Même si je n'ai pas encore le droit de vote, je veux que mes intérêts soient pris en compte dans les décisions politiques", a-t-elle déclaré.

Pas le temps d'attendre

La loi sur le CO2, adoptée en septembre par le Parlement, doit permettre à la Suisse de réduire d'ici 2030 ses émissions de CO2 de 50% par rapport à 1990 et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. Elle a été attaquée en référendum par un comité issu de l'économie qui la juge "coûteuse et inefficace".

Mais pour les Jeunes de partis, on ne peut plus attendre pour remplir les objectifs de Paris. Un "non" à la loi ralentirait la politique climatique de la Suisse pour de nombreuses années supplémentaires. "Nous n'avons plus le temps pour une seule année de plus", estime Laureline Wasilewski, 17 ans, des Jeunes Vert’libéraux.

Une économie durable

Pour cette alliance, la loi sur le CO2 n'est qu'une étape "intermédiaire" pour atteindre les objectifs de Paris. Elle crée des incitations pour une économie durable et prévoit des mesures pour réduire les émissions dans les transports, le secteur du bâtiment et l'industrie.

Le Fonds pour le climat jouera à cet égard un rôle essentiel, selon Eric Bieri, 16 ans, des Jeunes du Centre. Alimenté par l'affectation partielle des revenus de la taxe CO2 sur les carburants, de celle sur les billets d'avion et celle sur l'aviation, il profitera au programme de rénovation de bâtiments et contribuera à la recherche et l'innovation. Les régions de montagne et l'agriculture pourront aussi en bénéficier.

Ce Fonds contribue à lutter contre le changement climatique, à renforcer l'économie nationale et à soutenir les régions à risque, selon lui. Accepter la loi, c'est aussi voter "pour une économie durable d'une grande importance pour la prochaine génération", selon le politicien en herbe.

Sans les Jeunes UDC et PLR

C'est principalement le lobby pétrolier qui s'y oppose, car ses profits sont en danger, a rappelé Fernando Frauenfelder, 14 ans, membre des Jeunesses socialistes (JS). Mais "les profits ne doivent pas se faire sur le dos de notre unique planète".

La campagne des jeunes pour le 13 juin reflète l'énorme mobilisation pour le climat qui a commencé en 2019 dans les rues de Suisse, à l'appel de la militante suédoise Greta Thunberg. L'alliance des jeunes pour le climat réunit ainsi les membres de plusieurs partis à l'exception des Jeunesses de l'UDC et du PLR.

La loi sur le CO2 est aussi soutenue par une large alliance d'associations, d'entreprises, d'ONG et de partis politiques. Jeudi, le "comité Oui à la loi sur le CO2" s'est dit prêt à en découdre. Fort de 160 parlementaires et de plus de 90 organisations représentant la société civile, il entend défendre un "compromis solide".

Le comité référendaire issu de milieux économiques est soutenu par l'UDC. Une partie des activistes de la Grève du climat trouvent pour leur part que la loi manque d'ambition.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

C'est un bon jour pour revoir vos décisions d'un œil neuf… Vos réflexions seront courageuses et profitables.

Publicité

Les Sujets à la Une

X