Rejoignez-nous

Suisse

Comment les corégones pourraient retrouver les eaux profondes

Publié

,

le

L’une des quatre espèces de corégones existant jadis dans le lac de Constance - Coregonus gutturosus (en bas à droite) - a disparu il y a environ quarante ans. (© Eawag/Oliver Selz)

Certains fragments du génome d'une espèce éteinte de corégone du lac de Constance ont persisté chez les espèces actuelles, rapportent des chercheurs de l'Eawag. Cela pourrait aider ces poissons à recoloniser les eaux profondes.

Les services de la pêche du lac de Constance prélèvent depuis un siècle environ des échantillons d'écailles de corégones. Ce travail avait pour objectif de déterminer l’âge des poissons et leurs taux de croissance, a indiqué jeudi l'Institut de recherche sur l'eau Eawag dans un communiqué.

David Frei, du département Ecologie & évolution des poissons de l’Eawag, s’est servi des tissus adhérant aux écailles pour extraire du matériel génétique et analyser le génome de corégones qui peuplaient le lac de Constance il y a 90 ans.

Suite à l’eutrophisation de ce lac au cours des années 1950, l’une des quatre espèces de corégones endémiques a disparu. Les chercheurs ont séquencé le génome de cette espèce - Coregonus gutturosus - ainsi que des échantillons, anciens et actuels, des trois espèces de corégones qui peuplent encore le lac de Constance.

Un tiers des espèces a disparu

Il existait plus de 30 espèces de corégones endémiques aux grands lacs préalpins suisses, mais cette diversité a considérablement diminué avec l’eutrophisation des lacs. Un tiers environ des espèces de corégones alpins a disparu en l’espace de quelques décennies seulement, note l'Eawag.

Les espèces les plus touchées par ces changements furent celles qui se reproduisaient en eaux très profondes, dont C. gutturosus. L’eutrophisation causant un manque d’oxygène dans les profondeurs, leur population n’a cessé de diminuer et l’espèce a été refoulée vers des profondeurs moindres où elle était côtoyée par d’autres espèces.

Le rapprochement des sites de reproduction a pu faciliter des croisements. En conséquence, des espèces qui s’étaient adaptées à différentes niches écologiques et différenciées se trouvèrent génétiquement mélangées, donnant lieu à un phénomène d’inversion de la spéciation. Cette inversion, où deux espèces se fondent en une seule, est précisément un facteur qui peut conduire à l’extinction d’une espèce.

En comparant les génomes des corégones, les chercheurs ont constaté que les différences entre espèces ont fortement diminué suite à l’eutrophisation. Les croisements ayant eu lieu ont cependant préservé des fragments de génome de l’espèce éteinte au sein du génome des espèces encore vivantes de nos jours.

Les chercheurs présument que des adaptations de C. gutturosus aux eaux profondes pourraient, en partie, demeurer parmi ces fragments. Il n'est pas impossible selon les auteurs que l’héritage génétique de C. gutturosus puisse faciliter la reconquête des eaux profondes du lac Constance par les corégones.

Populations hybrides

Grâce aux efforts communs entrepris par les pays riverains dans le domaine de la protection des eaux, la teneur en nutriments du lac de Constance a considérablement diminué et les habitats en eaux profondes sont de nouveau accessibles aux corégones.

Un projet en cours devrait permettre de déterminer si les fragments de génome C. gutturosus jouent un rôle dans la recolonisation du milieu profond. Il s’agira, pour les chercheurs, d’étudier si les corégones vivant en eaux profondes portent des fragments spécifiques au génome de l’espèce éteinte.

Si l’hypothèse se confirme, une reconsidération des approches en matière de protection des espèces s’imposerait: la préservation des populations hybrides serait alors bien plus importante qu’on ne le supposait jusqu’ici, conclut l'Eawag.

Ces travaux, publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution, ont été menés dans le cadre du projet "SeeWandel: la vie dans le lac de Constance - hier, aujourd’hui et demain", qui étudie l’impact de la diminution des nutriments, du changement climatique, des organismes invasifs et d’autres facteurs. La présente étude fait partie de treize projets auxquels participent sept instituts de recherche en Allemagne, en Autriche, au Liechtenstein et en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Parc solaire: Anniviers présente son projet à 20-25 millions

Publié

le

Le site permettrait de produire de 10 à 12 GGw d'électricité par année, dont la moitié d'octobre à mars. Il ne perturberait nullement les activités déjà présentes (image d'illustration). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

La commune d'Anniviers (VS) a choisi un secteur situé près du télésiège des Grands Plans à Grimentz pour son projet de parc solaire. Situé à 2450 m d'altitude, le périmètre jouit d'un ensoleillement favorable.

"La commune souhaite participer à l'approvisionnement en électricité du pays en s'associant aux mesures urgentes de la nouvelle loi sur l'énergie", écrit-elle mercredi, en marge d'une séance d'information à la population sur son projet de parc solaire.

Le territoire communal, gorgé de soleil en altitude, est "particulièrement propice à la production d'électricité photovoltaïque", relèvent les autorités.

Compatible avec le ski et le bétail

Après avoir évalué dix sites potentiellement intéressants, le Conseil municipal - en collaboration avec le comité du consortage, les remontées mécaniques de Grimentz-Zinal et les entreprises Oiken et Alpiq - a porté son choix sur un secteur situé sur les terres de l'alpage du Marais.

Ce site d'environ 130'000 mètres carrés est situé en dehors des zones protégées et bénéficie d'un excellent ensoleillement. L'installation ne perturberait nullement les activités déjà présentes dans la zone, à savoir les exploitations de l'alpage et du domaine skiable, précise la commune.

Le site permettrait de produire de 10 à 12 GWh d'électricité par année, dont la moitié d'octobre à mars. Les panneaux seraient montés sur des cadres, portés par des mâts à deux mètres du sol, de quoi permettre au bétail de continuer à paître.

L'installation serait démantelée à la fin de sa durée de vie (30 ou 60 ans), et le sol remis dans son état originel.

20 à 25 millions

Le projet est devisé entre 20 et 25 millions de francs, dont le 60% serait couvert par les subventions fédérales. Il est porté par différents partenaires locaux. L'actionnariat sera à 60% en mains valaisannes par le biais de la commune, d'Oiken et des remontées mécaniques de Grimentz-Zinal. Le solde sera détenu par Alpiq.

Pour finaliser le dossier, le comité de pilotage doit encore procéder à plusieurs études complémentaires, notamment.

Si le consortage et l'Assemblée primaire donnent leur feu vert, la mise en service pourra être faite en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Hausse de la production de Grande Dixence SA

Publié

le

L’année 2022 a été caractérisée par des apports en eau exceptionnels pour la Grande Dixence (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

La société hydro-électrique Grande Dixence SA a produit l'an dernier 2142 gigawattheures (GWh). C'est 39 GWh de plus qu'en 2021. L'année 2022 a été caractérisée par des apports en eau "exceptionnels", indique mercredi l'entreprise dans un communiqué.

Les températures et l'ensoleillement élevés de l'été ont entraîné une fonte glaciaire particulièrement importante. Au total, 604,5 millions de mètres cubes d'eau ont été amenés dans le lac des Dix. Il s'agit du deuxième résultat le plus élevé depuis la mise en service du barrage. Sur ce total, 58% ont été amenés par pompage.

Par rapport à la moyenne des dix dernières années, la production est en baisse de 5%. Ce recul s'explique notamment par le fait que certains volumes d'eau ont été réservés pour remédier à une éventuelle pénurie d'électricité au début 2023, explique Grande Dixence SA.

La société "a pu compter sur la flexibilité et la bonne performance de l'usine de Bieudron pour turbiner ces eaux". Après plus de six ans de travaux, les centrales de Fionnay et de Nendaz ont été partiellement remises en service au début de cette année.

Pour 2022, les actionnaires ont payé 162,5 millions de francs de charges, soit 7,59 centimes par kWh. Les collectivités publiques ont touché 45,8 millions sous forme de redevances hydrauliques ou d'impôts divers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le Conseil d'Etat fait une offre concrète - Syndicats très déçus

Publié

le

Cinq ministres du gouvernement vaudois sont venus défendre leurs propositions faites mercredi aux syndicats de la fonction publique. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dans le cadre des discussions sur les salaires de la fonction publique vaudoise, le Conseil d'Etat a proposé mercredi une enveloppe financière globale de 47 millions de francs pour 2024, dont 15 millions pour "la vie chère". Insuffisant, clament les syndicats, déçus.

Une délégation de cinq ministres a reçu dans l'après-midi à Lausanne les représentants de trois syndicats durant environ deux heures. C'était leur deuxième rencontre après celle du 23 février. Les 47 millions mis sur la table, dont 32 millions pérennes, représentent une enveloppe supplémentaire englobant des mesures salariales pour le public et le parapublic ainsi que des mesures de renforcement structurel dans le secteur social et scolaire.

"C'est une approche globale, une valeur ajoutée et un engagement fort", a déclaré devant les médias la présidente du gouvernement Christelle Luisier à l'issue de la rencontre. Elle était entourée de ses collègues Nuria Gorrite (ressources humaines), Rebecca Ruiz (santé), Valérie Dittli (finances) et Frédéric Borloz (écoles).

Journée de mobilisation le 28 mars

Les syndicats ont au contraire parlé d'un "échec par rapport à ce qu'ils espéraient" et se sont retirés des discussions. "Insuffisant. Pas à la hauteur", ont-ils résumé, se montrant "très déçus". Le mouvement de contestation devrait donc se poursuivre avec une sixième journée de grève et de manifestation mardi prochain. Elle devait formellement être approuvée en soirée lors d'une assemblée générale de la fonction publique et du secteur parapublic.

Malgré ce retrait, le Conseil d'Etat dit ne pas vouloir revenir sur sa proposition et demeurer ouvert au dialogue, regrettant toutefois l'attitude des syndicats. Mme Luisier a bien souligné que ces mesures concernent 2024 et que le gouvernement ne reviendra pas sur l'indexation des salaires 2023 au renchérissement du coût de la vie.

Les représentants syndicaux ont aussi laissé entendre qu'ils ne fermaient pas la porte à des négociations. Aucune nouvelle date n'a été agendée à ce stade.

Supplément hors indexation 2024

Les 47 millions de francs visent concrètement "à la fois les salaires et l'amélioration des conditions de travail afin d'assurer la délivrance de prestations de qualité notamment dans plusieurs secteurs public et parapublic", indique le Conseil d'Etat.

Ils comprennent 15 millions de revalorisations salariales pour le secteur social parapublic (environ 300 francs de plus par mois par exemple pour une assistante sociale) et 5 millions pour le secteur sanitaire parapublic (environ 170 francs de plus par mois pour une infirmière).

Au titre d'un supplément salarial pour la "vie chère", le Conseil d'Etat prévoit 15 millions de francs pour la fonction publique et le secteur parapublic. Ce montant est indépendant de l'indexation 2024 et non soumis à la caisse de pension, a précisé Mme Gorrite.

Les modalités d'octroi devront encore être négociées. Cela pourrait correspondre entre 0,3 et 0,5% d'augmentation mensuelle si l'attribution est linéaire", a-t-elle évalué.

"Pas un geste fort"

C'est notamment ce volet qui insatisfait le plus les syndicats. "Cela représente une prime moyenne d'environ 15 francs par mois. Ce n'est pas suffisant, ce n'est pas un geste fort", a dit à Keystone-ATS David Jeanquartier de la Fédération des sociétés de fonctionnaires (FSF Vaud).

Toujours sur les 47 millions, douze millions sont, eux, affectés à des mesures de renforcement structurel dans le secteur public. Cela touche l'encadrement scolaire dans le contexte de l'école inclusive (10 mio), la prise en charge et la prévention de la santé mentale des jeunes (0,8 mio) et la création de postes supplémentaires protection des mineurs (1,2 mio).

L'Etat dégagera aussi des moyens supplémentaires pour mener différentes actions de prévention des risques psychosociaux, la lutte contre le harcèlement, ainsi que la création d'un dispositif de protection des lanceurs d'alerte.

Des mois de grogne

Cette deuxième rencontre s'est tenue dans le contexte d'un mouvement de contestation de la fonction publique et du secteur parapublic qui demandent depuis plusieurs mois une pleine indexation à leurs salaires au renchérissement du coût de la vie.

A l'origine de la mobilisation, le Syndicat des services publics (SSP Vaud), la fédération syndicale SUD et la FSF Vaud jugent insuffisant le taux d'indexation des salaires de 1,4% dès le 1er janvier 2023, annoncé le 8 décembre dernier par le Conseil d'Etat.

Ils réclament une indexation correspondant au moins à la hausse de l'indice suisse des prix à la consommation entre octobre 2021 et octobre 2022 (+3%). La prime unique de 0,8% du salaire octroyée par l'Etat de Vaud aux salariés de classes 1 à 10 en janvier 2023 ne satisfait pas non plus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Région de Nyon: deux sociétés lauréates du Prix à l'innovation

Publié

le

Un système d’autocontrôle hygiénique pour les métiers de bouche et un concept minimisant l’impact de l’informatique sur l’environnement se partagent le Prix à l’innovation 2023 de la Région de Nyon (photo d'illustration). (© KEYSTONE/NOEMI CINELLI)

Le Prix à l’innovation 2023 de la Région de Nyon a été décerné mercredi à deux entreprises pour avoir mis en place des services innovants destinés à faciliter l’activité économique. EEat et e-Durable se partagent à parts égales la récompense de 50'000 francs, issue du Fonds régional d’aide à l’innovation.

"Le développement économique ne peut plus se faire sur le dos de l’environnement, mais en cohérence avec les objectifs de la transition écologique. La Région de Nyon en est convaincue et elle récompense aujourd'hui deux innovations qui visent à faciliter la vie économique en baissant la consommation de ressources", a souligné Pierre Wahlen, responsable politique de l’économie à la Région de Nyon, cité dans un communiqué.

Basée à Nyon, EEat est récompensée pour son système révolutionnant la gestion des normes d'hygiène alimentaire dans les métiers de bouche: elle associe des capteurs connectés permettant d'assurer la chaîne du froid et une application mobile pour simplifier et automatiser la gestion des autocontrôles HACCP (acronyme anglais pour Hazard Analysis and Critical Control Points). Ces derniers visent à assurer la sécurité alimentaire des consommateurs.

La société e-Durable, basée à Gland, a créé le dispositif Recycled Cloud. Il permet de minimiser l'impact de l’informatique sur l’environnement tout en réutilisant des serveurs inemployés pour proposer aux entreprises et organisations locales un cloud sur mesure et des serveurs virtuels locaux (installés en Suisse), entièrement recyclés.

Avec ce prix, qui en est à sa 10e édition, la Région de Nyon récompense chaque année des projets d'activités innovantes qui contribuent à l'économie locale. L'action bénéficie du soutien de l'Etat de Vaud, via le Service de la promotion de l'économie et de l'innovation (SPEI).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Votre travail évolue vers des sphères différentes… Systèmes originaux et nouvel environnement particulièrement sympathiques.

Les Sujets à la Une

X