Rejoignez-nous

Suisse

Comment retracer le passé alimentaire d'une région

Publié

,

le

Coupe longitudinale de la fouille de la "poubelle des mamans", dans le village d'Edioungou au Sénégal. Ossements, poteries, coquilles et bouteille en verre sont visibles. (© Pauline Debels/UNIGE)

Grâce à une nouvelle approche multidisciplinaire, des scientifiques genevois et français ont retracé les pratiques alimentaires d’un village sénégalais. Cette méthode, présentée dans la revue PLOS One servira à d’autres fouilles archéologiques.

L’alimentation n’est pas qu’un simple besoin biologique. Véritable marqueur culturel et identitaire, elle regroupe de très nombreuses pratiques qui permettent de "lire" une région, un pays ou un groupe social.

Mais retracer les habitudes alimentaires d’une communauté, sans le recours aux sources orales ou écrites, est un défi à la fois historique et méthodologique. Une équipe d’archéologues et de chimistes de l’Université de Genève (UNIGE) et du CNRS français l’a relevé en déployant un important dispositif dans le village sénégalais d’Edioungou, en Basse-Casamance.

Cette localité de 300 âmes abrite un dépotoir, aujourd’hui abandonné, appelé la "poubelle des Mamans". Utilisé par les familles d’un quartier tout au long du XXe siècle, le site renferme de nombreux vestiges liés au passé alimentaire de la région.

"Nous avons creusé centimètre par centimètre en suivant les strates archéologiques. Cela nous a permis de récupérer des restes, souvent très dégradés, de poteries, d’ossements, de coquilles, de tissus et de certains aliments", indique Pauline Debels, co-première auteure de l’étude, citée dans un communiqué de l'UNIGE.

Faire dialoguer les disciplines

Pour analyser ces vestiges d’origines très diverses, l’équipe a développé une approche combinant plusieurs disciplines dont l’archéozoologie (l’étude des ossements d’animaux dans un contexte archéologique), la carpologie (l’étude des restes de graines et de fruits), la micro-botanique, la céramologie et la chimie des résidus organiques.

Cette méthode a permis d’identifier plusieurs produits animaux et végétaux, autrefois consommés par le village, piégés dans les sédiments ou les parois des récipients céramiques. Elle a également permis aux scientifiques d’accéder aux modalités de transformation des aliments et à la fonction des récipients, d’après l’observation des traces d’usure sur les parois des poteries et de la distribution des concentrations de lipides le long de leur profil vertical.

Résultat: les poissons, les huîtres et le riz constituaient la base de l’alimentation, avec une composante d’animaux terrestres, porc et mets carnés, à l’occasion de fêtes. Les aliments salés et acides bouillis semblent avoir été privilégiés.

Vers l’étude de sites plus anciens

Globalement, ces travaux mettent en évidence une certaine continuité des pratiques alimentaires, avant une rupture nette survenue il y a deux à trois décennies. La mondialisation a introduit ou généralisé de nouveaux aliments et de nouveaux matériaux pour les contenants, comme le plastique et le métal, transformant profondément les pratiques alimentaires.

Cette étude, conduite dans le cadre d'un projet Sinergia du Fonds national suisse (FNS), constitue un premier test réussi pour l'approche combinée mise au point par les scientifiques. Elle pourra désormais être appliquée à des sites archéologiques plus anciens et à d’autres régions du monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La nouvelle définition du viol en vigueur en Suisse le 1er juillet

Publié

le

La solution du refus ("non, c'est non") a été saluée par la gauche et les organisations féministes, même si elles privilégiaient la solution du consentement strict ("seul un oui est un oui"). (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le nouveau droit pénal en matière sexuelle, avec sa nouvelle définition du viol ("non, c'est non"), entrera en vigueur le 1er juillet prochain en Suisse. Le Parlement a approuvé cette révision très attendue et controversée l'été dernier.

Le c½ur de cette réforme est l'extension des infractions de viol et de contrainte sexuelle. Jusqu'à présent, le viol était défini de façon restrictive. Seule la pénétration vaginale non consentie d'une femme par un homme était considérée comme tel. Et la victime devait avoir démontré une certaine résistance.

Cette condition ne sera plus nécessaire. Désormais, toute pénétration non consentie, qu'elle soit orale, vaginale ou anale, effectuée sur un homme ou une femme sera considérée comme un viol. Le viol ne se limitera donc plus à l'acte sexuel, mais comprendra tout acte analogue qui implique une pénétration du corps.

Les Chambres ont débattu longuement de la définition à adopter. Le Conseil des Etats voulait se baser sur l'expression stricte du refus. Le Conseil national voulait se baser sur le consentement ("seul un oui est un oui").

Sidération aussi

Finalement, c'est la solution du refus qui s'est imposée, mais en prenant en compte l'état de sidération de la victime. Si la victime est pétrifiée par la peur et n'est pas en mesure d'exprimer son refus ou de se défendre, l'auteur aura à répondre de viol ou d'atteinte et contrainte sexuelles s'il profite de l'état de choc dans lequel elle se trouve.

Une décision qualifiée de nécessaire et d'historique par la gauche et les organisations féministes, même si elles privilégiaient la solution du consentement strict. Dans son rapport annuel publié en avril, Amnesty International a aussi salué la modification, qui marque la fin d'une définition dépassée du viol.

Le nouveau droit pénal réprimera également le "stealthing", infraction qui consiste, lors de rapports sexuels consentis, à retirer discrètement son préservatif, ou à omettre d'en utiliser un, à l'insu du partenaire. Ainsi que le "revenge porn", ou pornodivulgation, soit la divulgation de contenu non public à caractère sexuel.

Par contre, une personne mineure qui fabrique, possède ou consomme des images ou des films qui l'impliquent elle-même ou les rend accessibles à une autre personne avec son consentement ne devrait pas être punie. La disposition vise en particulier les selfies pornographiques, toujours plus fréquents chez les jeunes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Agent de liaison pour discuter avec Asmara des requérants déboutés

Publié

le

Pour Christine Schraner Burgener, un accord de transit avec un pays tiers ne changerait rien à la position des autorités érythréennes sur ses ressortissants déboutés (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/Pablo Gianinazzi)

La Suisse va envoyer un agent de liaison pour discuter avec l'Erythrée de la réadmission de ses propres ressortissants, indique la secrétaire d'Etat aux migrations Christine Schraner Burgener. Asmara refuse les rapatriements sous contrainte de ses citoyens.

La Suisse est prête à négocier un accord avec l'Erythrée, déclare Mme Schraner Burgener, dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick. Actuellement, 260 requérants d'asile érythréens déboutés se trouvent en Suisse.

"Nous sommes en discussion permanente" avec les autorités érythréennes, ajoute la secrétaire d'Etat. L'agent de liaison sera basé dans la capitale kényane Nairobi et se rendra régulièrement en Erythrée, précise-t-elle.

Selon elle, un accord de transit avec un pays tiers ne changerait rien à la position des autorités érythréennes. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) va toutefois examiner cette demande du Parlement, ajoute-t-elle. En juin, les députés des deux chambres fédérales ont adopté une motion demandant que les requérants d'asile déboutés d'Erythrée soient renvoyés dans leur pays d'origine via un Etat tiers.

Externalisation des procédures

Le SEM examine également l'externalisation des procédures d'asile dans des pays tiers, relève la secrétaire d'Etat. Mais il faut se rendre compte qu'avec cette voie, il y a une perte de souveraineté sur la décision d'asile, remarque-t-elle. "On ne doit jamais oublier que nous sommes tenus de respecter les droits de l'homme et que nous devons également faire preuve de solidarité".

Le projet de l'Union européenne de mettre en place des procédures d'accueil aux frontières extérieures pour les demandeurs d'asile ayant un faible taux de protection est, selon Mme Schraner Burgener, une "très bonne" approche. La Suisse soutient cette réforme, qui devrait être lancée dans deux ans, ajoute-t-elle.

D'ici là, la secrétaire d'Etat aux migrations aura quitté son poste. Elle va rejoindre à la fin de l'année le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Le poste de secrétaire d'Etat aux migrations sera mis au concours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Accord sur un plan social pour la verrerie Vetropack à St-Prex (VD)

Publié

le

Un plan social a été trouvé pour les collaborateurs de Vetropack à St-Prex (VD) concernés par les suppressions de postes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le fabricant d'emballages Vetropack annonce être parvenu à un accord avec les représentants des salariés et les syndicats sur un plan social pour son site de St-Prex (VD). Celui-ci s'applique à tous les collaborateurs concernés par les suppressions de postes.

La proposition de plan social préparée par Vetropack a été discutée et développée au cours des dernières semaines, indique le groupe samedi dans un communiqué. Les deux parties sont parvenues vendredi à un accord après des discussions difficiles. Le personnel s'était mis en grève fin mai pour réclamer de "vraies négociations".

Le plan social comprend tous les éléments déjà annoncés à la mi-mai, tels que indemnités de départ, primes ainsi que prestations en cas de potentielles retraites anticipées. Un Job Center dédié aidera les collaborateurs à trouver de nouveaux emplois.

La fermeture de l'usine de St-Prex doit entraîner la suppression d'environ 180 postes. La moitié des contrats seront résiliés jusqu'au 31 août. Les autres postes seront biffés progressivement jusqu'en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Quatre blessés, dont deux graves, dans des bagarres à Martigny (VS)

Publié

le

La police valaisanne a dû intervenir pour trois bagarres à Martigny dans la nuit de vendredi à samedi, qui ont fait deux blessés graves (photo symbolique). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Plusieurs bagarres à l'intérieur et à l'extérieur d'une discothèque à Martigny (VS) ont fait quatre blessés dans la nuit de vendredi à samedi. Deux personnes, dont un mineur, ont été grièvement blessées.

La police a dû intervenir pour trois altercations entre différents groupes à l’intérieur et aux abords de la discothèque à Martigny, indique-t-elle dans un communiqué samedi en fin de journée. Parmi les personnes impliquées se trouvaient aussi des mineurs.

Au cours de l'une des bagarres, un mineur d’origine étrangère a été pris à partie par cinq individus. Grièvement blessé, il a été transporté en ambulance à l’hôpital. Ses jours ne sont toutefois pas en danger, indique la police, qui ne fait aucune autre communication à ce stade.

Dans une seconde bagarre, un Suisse a été sérieusement blessé à l’arme blanche. Il a aussi été pris en charge par les services de secours avant d'être conduit à l’hôpital. La troisième altercation a fait deux blessés légers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Votre tendance à être excessivement minutieux avec vos proches est vraiment oppressante ; Pour ne pas créer de tensions, laissez-lui un peu d'air !

Les Sujets à la Une

X