Rejoignez-nous

Économie

Credit Suisse fixe les conditions de son augmentation de capital

Publié

,

le

Alors que chaque droit d'émission permettra d'acquérir deux nouvelles actions, le prix d'émission de référence se monte à 4,07 francs par titre, précise lundi le numéro deux bancaire helvétique. (Photo/ MICHAEL BUHOLZER) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Confirmant ses augmentations de capital d'un montant total à 4,0 milliards de francs, Credit Suisse présente les premières conditions de l'opération. Le prix d'émission de référence se monte à 4,07 francs par titre, précise lundi le numéro deux bancaire helvétique.

Ce montant correspond au prix moyen pondéré en fonction du volume des actions de Credit Suisse négociées à la Bourse suisse les 27 et 28 octobre. Pour les investisseurs qualifiés, qui se sont engagés à acquérir près de 462 millions de nouvelles actions d'une valeur nominale de 0,04 franc chacune, le prix d'achat se monte à 3,82 francs par titre, soit 94% du prix de référence. Le produit brut attendu du placement d'actions devrait s'élever à 1,76 milliard.

Comme indiqué jeudi dernier, l'établissement saoudien Saudi National Bank (SNB) s'est engagé à acheter plus de 307,5 millions de nouveaux titres sur les plus de 462 millions à émettre. A l'issue de l'augmentation de capital, SNB devrait détenir 9,9% du capital-actions de Credit Suisse. SNB, ainsi que les autres investisseurs qualifiés, se sont engagés à ne pas vendre les nouvelles actions avant la date de règlement de l'offre de droits ultérieure et à exercer tous les droits qui seront attribués aux actions à acquérir.

Dans le cadre du 2e volet de l'augmentation de capital, destiné lui à ses actuels actionnaires, Credit Suisse entend émettre 889,3 millions de nouvelles actions d'une valeur nominale de 0,04 franc chacune. Les propriétaires de la banque aux deux voiles se verront attribuer un droit de souscription préférentiel pour chaque titre en leur possession le 25 novembre (après la clôture de la Bourse). Il est prévu que sept droits de souscription préférentiels permettent à leur détenteur - sous réserve de certaines restrictions légales - d'acheter deux nouvelles actions à un prix prévu de 2,52 francs suisses par titre.

Feu vert des actionnaires requis

Cela se traduira par un produit brut d'environ 2,24 milliards de francs. Au final, les deux placements doivent permettre de lever, comme indiqué jeudi dernier, 4,0 milliards de francs. L'émission des nouveaux titres est toutefois conditionnée à l'approbation par l'assemblée générale extraordinaire des augmentations de capital à cet effet, réunion qui doit se tenir le 23 novembre.

Si les propriétaires de l'établissement zurichois venaient à refuser l'opération de placement d'actions, Credit Suisse prévoit d'émettre 1,76 milliard de nouvelles actions d'une valeur nominale de 0,04 franc chacune dans le cadre d'une émission de droits. Dans ce cas, trois droits de souscription préférentiels permettront à leur détenteur - sous réserve de certaines restrictions légales - d'acheter deux nouveaux titres à un prix de 2,27 francs chacun, ce qui correspond à la décote approximative publiée précédemment de 32% par rapport au prix de référence. Le produit brut de l'opération est aussi attendu à environ 4,0 milliards de francs.

Les conditions finales de l'émission de droits devraient être communiquées le 24 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Six drones interceptés par jour près des sites des JO, dit Attal

Publié

le

Las capitale française sera sous très haute surveillance durant les prochaines semaines (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/David Goldman)

Les forces de l'ordre interceptent environ six drones par jour en moyenne depuis une dizaine de jours près des sites des Jeux olympiques, a indiqué mardi Gabriel Attal, soulignant que la lutte anti-drone était un élément crucial de la sécurité des JO.

"Ça peut être des individus, des touristes qui veulent capter des images. C'est important pour ces raisons-là, de rappeler les règles. C'est l'interdiction de faire voler des drones", a souligné le premier ministre qui a visité le centre opérationnel de lutte anti-drones installé sur la base aérienne militaire de Villacoublay, près de Paris.

"Les systèmes qui sont mis en place nous permettent de les intercepter très rapidement et d'interpeller les télépilotes. (...) Rien ne doit pouvoir nous échapper", a ajouté le chef du gouvernement, qui est directement chargé de la sécurité de l'espace aérien. Des moyens de défense sol-air sont aussi déployés près des sites des JO.

Ce dimanche, "plusieurs interceptions de drones" ont eu lieu "à proximité immédiate du Village olympique", a-t-il ainsi souligné.

Fermeture historique

L'un des télépilotes appréhendés était le chef de la communication de la délégation brésilienne, selon l'entourage de M. Attal, confirmant une information du JDD.

Tout est fait aussi pour que les drones ne tombent pas et n'ajoutent pas de la confusion aux événements sportifs. Et "le doute bénéficie toujours au brouillage", a précisé le ministre de la Défense Sébastien Lecornu.

Quelque 18'000 militaires sont engagés en France pour les JO, dont 11'000 sur la seule région Ile-de-France.

L'espace aérien sera totalement fermé dans un rayon de 150 kilomètres autour de Paris, vendredi de 19h00 à minuit, pour la cérémonie d'ouverture, ce qui n'est jamais arrivé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Économie

Le prix des villas recule, celui des appartements augmente

Publié

le

Alors que les prix des villas ont reculé de 2,2% depuis le début de l'année, comparé au semestre précédent, ceux des appartements ont en parallèle augmenté de 0,5% (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Au cours des six premiers mois de l'année, le marché immobilier a suivi une évolution contrastée en Suisse. Les prix des maisons individuelles a baissé, tandis que ceux des appartements s'inscrivent en hausse.

Les prix des villas ont reculé de 2,2% depuis le début de l'année, comparé au semestre précédent, alors qu'ils avaient encore augmenté de 4,5% entre juillet et décembre de l'an dernier, note Moneypark dans son estimation du marché publiée avec Pricehubble mardi.

Ces baisses concernent principalement la Suisse romande, avec un repli de 4% par rapport au deuxième semestre 2023, contre 1,3% outre-Sarine.

Les appartements coûtent quant à eux 0,5% plus cher, avec une hausse un peu plus marquée côté alémanique (0,6%) que romand (0,2%).

Pour ce qui est des solutions de financement, la demande en hypothèques Saron a fortement reculé comparé à la deuxième moitié de l'an dernier (-58%), alors que la Banque nationale suisse (BNS) a baissé ses taux directeurs à deux reprises au premier semestre. En revanche, les hypothèques à taux fixe ont atteint un record, représentant 15% du volume distribué. Les Romands plébiscitent l'hypothèque sur dix ans, tandis que les Alémaniques optent plutôt pour des solutions d'une durée de cinq à neuf ans.

Par ailleurs, les assureurs et caisses de pension continuent de grignoter la part de marché des banques en tant que fournisseurs dans ce domaine, observe encore la filiale de Helvetia. Sur les six premiers mois de l'année, la proportion a reculé à 51%, contre 67% à fin 2023. Celle des assureurs est passée de 22% à 31% et celle des caisses de pension de 11% à 18%. A fin 2022, les banques octroyaient encore les trois quarts des prêts hypothécaires.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Accord entre une entreprise active à l'aéroport et les syndicats

Publié

le

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à l'aéroport Genève et les syndicats Unia et SIT, qui avaient publiquement dénoncé, en octobre, le non-respect des conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Un accord confidentiel a été trouvé entre une entreprise de restauration qui exploite plusieurs points de vente à Genève Aéroport et les syndicats Unia et interprofessionnels des travailleurs (SIT). Les forfaits quotidiens indemnisant les déplacements augmenteront dès le 1er août.

Cet accord, conclu après plusieurs mois de "négociations constructives" sous l'égide de la Chambre des relations collectives de travail, met fin au conflit qui opposait les parties, ont annoncé mardi les syndicats et Canonica SA dans un bref communiqué commun. "L'accord prévoit qu'aucune communication supplémentaire ne sera faite", a précisé Pascal Pétroz, administrateur de la société.

Parmi les revendications figurait la prise en compte du temps de déplacement entre les vestiaires et le lieu de travail. Au vu de l'impasse dans laquelle se trouvaient les discussions, initiées au printemps 2023, les syndicats avaient publiquement dénoncé, en octobre, le fait que ces déplacements prennent plus de quinze minutes en raison de la distance importante et des contrôles de sécurité.

A l'époque, des employés avaient aussi symboliquement brandi des récipients contenant un liquide jaune ressemblant à de l'urine, affirmant devoir uriner dans des gobelets à l'arrière des points de vente faute de pouvoir prendre une pause. Cette action médiatique avait scandalisé l'entreprise.

L'accord trouvé entre les partenaires sociaux met un terme au conflit médiatique et juridique entre les parties, précise le communiqué. "Les syndicats ont admis que certaines mesures auxquelles ils ont recouru en 2023 pouvaient être disproportionnées et Canonica SA a accepté de retirer les procédures civiles et pénales engagées à l'encontre des syndicats et représentants du personnel."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Julius Bär nomme Stefan Bollinger à sa tête

Publié

le

Stefan Bollinger codirige actuellement l'unité de gestion de fortune en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique de Goldman Sachs à Londres. La banque cherchait depuis février un remplaçant à Philipp Rickenbacher, parti dans la foulée des pertes subies dans l'affaire Signa (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le gestionnaire de fortune Julius Bär s'est enfin trouvé un nouveau directeur général en la personne de Stefan Bollinger. L'actuel associé de la banque américaine Goldman Sachs prendra ses fonctions au plus tard début février 2025.

Ce ressortissant suisse codirige actuellement l'unité de gestion de fortune en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique de Goldman Sachs à Londres, a précisé l'établissement zurichois mardi dans un communiqué.

Sous sa direction depuis cinq ans, cette activité a plus que doublé ses avoirs sous gestion, a écrit la banque, qui cherchait depuis février un remplaçant à Philipp Rickenbacher, parti dans la foulée des pertes subies dans l'affaire Signa. L'actuel directeur général adjoint Nic Dreckmann assure depuis l'intérim.

M. Bollinger est décrit comme disposant d'une trentaine d'années d'expérience des marchés financiers, notamment à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à New York et à Zurich. Il a rejoint Goldman Sachs en 2004, après avoir oeuvré pour l'américain JP Morgan et démarré sa carrière à la Banque cantonale de Zurich.

Début février, le gestionnaire de fortune zurichois avait dû inscrire un amortissement de quelque 600 millions de francs sur les crédits accordés à des filiales du groupe autrichien en faillite Signa. En conséquence, le bénéfice net de Julius Bär a fondu en 2023.

Cet engagement en faveur de l'empire immobilier René Benko a coûté son emploi à M. Rickenbacher, débarqué au moment de l'annonce de l'amortissement. Les membres de la direction ont été privés de bonus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Ce matin, nette diminution de votre dynamisme. Si vos vacances ne sont pas encore là, il serait opportun d’avancer la date de votre départ !

Les Sujets à la Une

X