Rejoignez-nous

Suisse

Enquête sur une affaire de services secrets

Publié

,

le

Des Etats auraient été espionnés via des appareils de l'entreprise zougoise Crypto (image symbolique). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le Conseil fédéral ouvre une enquête autour d'une affaire de services secrets. La CIA et les services de renseignement allemands (BND) ont intercepté des milliers de documents de plus de 100 pays via l'entreprise Crypto pendant des dizaines d'années.

Les deux services de renseignement étrangers ont acheté l'entreprise zougoise Crypto à parts égales en 1970, en passant par une fondation du Liechtenstein. Mais la collaboration entre les trois parties existait déjà auparavant.

Crypto est le leader des machines qui permettent de crypter les communications secrètes. Grâce à des appareils de chiffrement truqués, la CIA et le BND ont écouté les conversations de plusieurs Etats étrangers.

Le BND a quitté l'opération en 1993. Mais les Etats-Unis ont prolongé les écoutes jusqu'en 2018 au moins, selon des recherches conjointes de l'émission de la SRF Rundschau, de ZDF et du Washington Post.

Enquête

Le Conseil fédéral a commandé une enquête le 15 janvier. Le porte-parole du Département fédéral de la défense (DDPS), Renato Kalbermatten a confirmé mardi à Keystone-ATS cette information. L'enquête a été confiée à l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer. Celui-ci devra rendre son rapport au département d'ici fin juin.

Le service de renseignement de la Confédération (SRC) a fait part en août de rumeurs entourant Crypto à la ministre de la défense Viola Amherd. Une information plus ample lui a été présentée le 31 octobre. Le DDPS a ensuite informé le Conseil fédéral le 5 novembre de la situation. Les autorités de surveillances ont elles été informées le 12 novembre par le SRC.

Les événements ont débuté en 1945. Ils sont aujourd'hui difficiles à reconstituer, estime le DDPS. C'est pourquoi le gouvernement a décidé de se pencher sur le sujet. Les recherches de la Rundschau ont poussé le Département fédéral de l'économie (DEFR) à suspendre l'autorisation d'exportation de Crypto, a confirmé la porte-parole du département Evelyn Kobelt.

Opération rubicon

Environ 280 pages de dossiers des services secrets exposent "l'opération rubicon" comme l'une des plus fructueuses de l'après-guerre. "Cette opération a certainement contribué à un monde plus sûr", explique l'ancien coordinateur des services secrets allemands Bernd Schmidbauer dans une vidéo de SRF.

Crypto opérait depuis la Suisse. Sa neutralité représentait un argument de vente important après la Deuxième guerre mondiale et pendant le conflit au Moyen-Orient.

L'entreprise a notamment fourni des appareils de décryptage à l'Arabie saoudite, l'Argentine et l'Iran. Parce qu'ils avaient des oreilles dans ces pays, les Etats-Unis en ont profité lors de négociations ou pour leur stratégie militaire. Les appareils ont joué un rôle essentiel lors des négociations concernant les otages américains en Iran en 1981 ou l'invasion du Panama en 1989.

Selon la Rundschau, les services secrets helvétiques étaient au courant de l'opération menée par la CIA et le BND.

Accusée dès 2000

L'entreprise zougoise avait été accusée en 2000 déjà d'avoir manipulé ses appareils de cryptage pour aider les Etats-Unis à espionner. Une étude, établie à la demande du Parlement européen, portait sur un réseau d'espionnage des télécommunications en Europe lancé en 1948 par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Elle expliquait notamment que l'Agence pour la sécurité nationale des Etats-Unis (NSA) a sapé l'efficacité des systèmes de cryptage européens, et cela dès les années 40. La NSA se serait arrangée pour manipuler les systèmes de cryptage vendus par Crypto SA, avec l'aide du propriétaire et fondateur de la société zougoise, Boris Hagelin.

Interrogée à l'époque, la société zougoise avait vigoureusement rejeté toutes les accusations contenues dans le rapport.

L'entreprise a été scindée en 2018 en deux entités, l'une suisse et l'autre internationale. Le président du conseil d'administration de la partie helvétique affirme dans le reportage de la Rundschau qu'il n'y a aucun lien avec la CIA ou la BND. De même pour Crypto International, détenue par un Suédois.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Swisscom a dégagé des ventes de 11,11 milliards de francs en 2022

Publié

le

Swisscom précise avoir dévoilé par erreur ces premières données provisoires sur son site internet durant quelques heures. Une enquête interne est en cours. (Archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le numéro un suisse des télécommunications Swisscom a vu ses ventes et sa rentabilité opérationnelle se tasser légèrement l'an dernier.

Dévoilant jeudi par erreur de premiers chiffres sur sa performance 2022, le groupe indique avoir dégagé des revenus de 11,11 milliards de francs et un résultat d'exploitation Ebitda de 4,41 milliards, deux valeurs en repli au regard de 2021.

Dans un bref communiqué, Swisscom précise avoir dévoilé par erreur ces premières données provisoires sur son site internet durant quelques heures. En 2021, l'opérateur contrôlé par la Confédération avait dégagé un chiffre d'affaires de 11,18 milliards de francs. Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (Ebitda) s'était lui hissé à 4,48 milliards de francs. Un porte-parole interrogé par AWP a confirmé la véracité des données.

Regrettant "l'incident", le géant bleu précise avoir lancé une enquête interne. L'opérateur établi à Berne dévoilera ses chiffres détaillés le 9 février prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Migros rachète les activités suisses de Zur Rose

Publié

le

Zur Rose détenait notamment des pharmacies dans certains supermarchés Migros. (Archives) (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Medbase, une filiale du géant de la distribution Migros a acquis les activités suisses de l'entreprise Zur Rose, une société active notamment dans l'approvisionnement intégré de médicaments. Zur Rose percevra un montant de 360 millions de francs pour cette cession.

Tous les collaborateurs seront repris et toutes les filiales helvétiques de Zur Rose continueront d'opérer sur les sites existants et sous leur nom actuel. Le gendarme de la concurrence (Comco) doit cependant encore avaliser cette acquisition, indique vendredi un communiqué.

Medbase renforce ainsi sa position de prestataire de soins de base. La filiale du géant orange offre une palette de services dans le secteur de la santé allant de la prévention à la rééducation et en passant par les soins aigus.

La cession permet à Zur Rose de se concentrer sur ses activités d'introduction de l'ordonnance électronique en Allemagne, son marché le plus important. A la suite de cette opération dont la finalisation est attendue au deuxième trimestre, le groupe thurgovien coté à la Bourse suisse n'aura plus de dette et son ratio de fonds propres montera à 73%, souligne la firme.

"Actuellement, il existe de grandes pénuries d'approvisionnement. Vu la situation, nous voulons retrousser nos manches pour sécuriser et renforcer les soins ambulatoires de base", indique Marcel Napierala, le directeur général de Medbase, cité dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Vaud

Pas de cas de grippe aviaire sur sol vaudois

Publié

le

La Confédération a prolongé jusqu'au 15 mars prochain les mesures pour enrayer la propagation de la grippe aviaire. (Archives © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Si la Confédération a prolongé ce jeudi les mesures visant à enrayer la propagation de la grippe aviaire, aucun cas n'a été relevé jusqu'ici dans le canton de Vaud. On fait le point avec le vétérinaire cantonal vaudois.

Les mesures pour enrayer l'évolution de la grippe aviaire étaient entrées en vigueur en novembre dernier. Le virus était alors découvert chez un éleveur de volaille dans le canton de Zurich. Depuis, des restrictions existent, notamment pour empêcher les contacts entre oiseaux sauvages et domestiques.

Le canton de Vaud n'a actuellement recensé aucun cas de grippe aviaire. Il faut cependant rester prudent, selon le vétérinaire cantonal vaudois :

Giovani PedutoVétérinaire cantonal vaudois

Les mesures sont pourtant appliquées à l'échelle suisse, également dans le canton de Vaud. A l'inverse, aucune restriction n'a été imposée aux consommateurs. Une situation contradictoire ? Non selon le vétérinaire cantonal vaudois, Giovani Peduto

Giovani PedutoVétérinaire cantonal vaudois

Prudence dans les élevages

Les mesures concernent en fait les élevages, peu importe leur taille, où on souhaite à tout prix éviter une propagation de la maladie.

Giovani PedutoVétérinaire cantonal vaudois

Ces restrictions fédérales sont désormais définies jusqu'au 15 mars prochain. Comment déterminer ensuite si elles devront rester actives ?

Giovani PedutoVétérinaire cantonal vaudois

La Confédération rappelle que la consommation de viande de volaille et d'oeufs est sans danger. Elle rappelle cependant que, en cas de découverte d'un cadavre d'oiseau sauvage, il ne faut pas le toucher et en informer la police ou le garde-faune.

Continuer la lecture

Suisse

Le Parlement devrait être consulté avant toute décision sur l'UE

Publié

le

Pour le sénateur Pirmin Bischof, il faut privilégier la minutie à l'effervescence. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Parlement devrait être consulté avant toute avancée sur le dossier européen. Et ce qu'un mandat de négociation soit décidé ou non, estime la commission de politique extérieure du Conseil des Etats.

Contrairement à son homologue du National, elle n'exige pas d'entamer des négociations avec l'Union européenne (UE) le plus rapidement possible. Elle ne veut pas non plus donner d'échéance au gouvernement. "Nous privilégions la minutie à l'effervescence et l'urgence", a rapporté jeudi Pirmin Bischof (Centre/SO), président de la commission sénatoriale, devant les médias.

Il faut avant tout se faire une bonne idée de la situation, estime-t-il. C'est pourquoi la commission a déjà invité des ambassadeurs, les partenaires sociaux et les cantons. Elle entend également prendre langue avec un membre de la Commission européenne.

Préciser la situation géopolitique

Des clarifications sont aussi exigées du Conseil fédéral sur son rapport concernant l'état des relations avec Bruxelles. Ce dernier doit être complété sur quatre points. Les conséquences de l'élaboration ou non d'un mandat, et donc d'un potentiel futur accord ou de son absence, doivent être détaillées.

Prise en sandwich entre les Etats-Unis et la Chine, l'Europe a tendance à développer une politique protectionniste à l'égard du monde, a relevé Primin Bischof. Une telle attitude pourrait affecter la Suisse. "Le rapport doit prendre en compte cette nouvelle situation géopolitique."

Les compétences de la Cour européenne de justice et des tribunaux suisses doivent aussi être précisées dans le rapport. Tout comme les clauses de sauvegarde et les exceptions. Dernier point: la question du statu quo doit être approfondie. Les conséquences de l'absence de mandat et donc d'un accord doivent être étudiées.

"C'est une option réaliste qu'il faut prendre en compte", a pointé Isabelle Chassot (Centre/FR), également membre de la commission. S'il n'y a pas de mandat de négociation durant une certaine période, les relations entre la Suisse et l'Union européenne vont en pâtir, notamment dans le domaine médical. La situation ne sera donc pas exactement la même qu'aujourd'hui. "Elle va se péjorer."

Députés plus exigeants

La commission soeur du National fait quant à elle pression pour qu'un mandat de négociations soit élaboré dans le premier semestre de cette année. C'est la seule manière, selon elle, pour que celles-ci soient achevées avant la fin du mandat de l'actuelle Commission européenne à l'automne 2024.

Les négociations sur l'accord-cadre institutionnel ont été abandonnées unilatéralement par la Suisse en mai 2021, entraînant une période de froid avec Bruxelles. Les principales pierres d'achoppement sont la libre circulation des personnes, les aides d'Etat, la protection des salaires et le règlement des litiges par la Cour européenne de justice.

Plusieurs rounds de discussions exploratoires ont été menés depuis. Selon Berne, les progrès sont "encourageants". Aucun nouveau mandat de négociations n'a toutefois encore été déterminé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Aspivix obtient un feu vert pour un stabilisateur de cervicales

Publié

le

La Food and Drug Administration est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (archives). (© Keystone/AP/MANUEL BALCE CENETA)

Le concepteur vaudois de dispositifs médicaux Aspivix a décroché auprès du gendarme sanitaire outre-Atlantique (FDA) une autorisation de commercialisation pour son stabilisateur de cervicales Carevix.

L'instrument employé en chirurgie gynécologique doit permettre d'alléger les souffrances liées à des opérations ou à une insertion de stérilet, assure un communiqué diffusé jeudi. La société est basée à Renens.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Tout bouge dans l’emploi. Cependant, même si certains de vos projets se concrétisent, vos finances restent précaires, alors attention...

Les Sujets à la Une

X