Rejoignez-nous

Suisse

EPFL: une étude préconise les panneaux solaires dans les Alpes

Publié

,

le

Des chercheurs de l'EPFL préconisent l'installation de panneaux solaires dans les Alpes (archives). CREDIT: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Des panneaux solaires dans les Alpes et des éoliennes sur la chaîne du Jura: tel est le "scénario optimal" élaboré par des chercheurs de l'EPFL et de l'Institut fédéral WSL pour maximiser la production d'énergie renouvelable en Suisse.

L'étude menée par le laboratoire des sciences cryosphériques (CRYOS) de l'EPFL s'est notamment basée sur des données météorologiques (ensoleillement, vitesse des vents, etc) et satellitaires. Il en ressort qu'il y a une "vraie opportunité", y compris économique, à installer des panneaux solaires dans les Alpes.

"L'ensoleillement y est fort durant l'hiver et le réseau électrique existant lié à la production d'énergie hydraulique pourrait servir à transporter cette énergie en plaine", explique Michael Lehning, co-auteur de l'étude et directeur du laboratoire CRYOS, cité dans un communiqué de l'EPFL. Cette solution pourrait aussi servir aux éoliennes en milieu alpin, dont le véritable potentiel est encore "caché" du fait de la complexité topographique des Alpes, poursuit-il.

Selon le scientifique, les pouvoirs publics devraient s'intéresser à ces différentes opportunités en milieu alpin. La combinaison de panneaux solaires avec l'énergie hydraulique actuelle pourrait réduire la dépendance de la Suisse aux énergies des pays voisins à hauteur de 80% durant l'hiver, estime-t-il.

L'étude montre en revanche que l'installation massive de panneaux solaires sur les toits des villes n'est pas pertinente. En cause: une couverture nuageuse trop importante durant la saison froide.

"Scénario provocateur"

En matière d'éoliennes, le Jura est considéré comme la région la plus intéressante avec "des territoires inhabités qui recèlent encore beaucoup de potentiel", poursuit le communiqué. A elle seule, la région représente 40% des installations préconisées par le modèle du CRYOS. Viennent ensuite les Alpes et les Préalpes.

L'installation d'éoliennes dans ces différentes régions et de panneaux solaires dans les Alpes, couplée à l'énergie hydraulique actuelle, est la solution la plus efficace pour atteindre la neutralité carbone et l’autonomie énergétique en Suisse, assurent les chercheurs de l'EPFL, associés pour l'occasion avec l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

"Nous savons que ce scénario est provocateur. Nous voulions toutefois mener la réflexion jusqu'au bout afin de montrer la voie la plus efficace, même si elle semble radicale, tout en sachant que le monde politique choisira une voie médiane", note Jérôme Dujardin, premier auteur de l'étude.

Le modèle a été élaboré en tenant compte de la topographie suisse, des microclimats ou encore des questions de stockage de l'énergie hydraulique. D'autres paramètres ont été ajoutés comme le fait de garder une distance minimale de 500 mètres entre les nouvelles éoliennes et les habitations, d'éviter les glaciers, les fortes pentes, les forêts et le parc National et, en ce qui concerne les panneaux solaires, les versants orientés au nord.

"Cette méthode est la première à pouvoir tenir compte d'autant d'éléments et à pouvoir identifier la pertinence d'une énergie renouvelable selon le lieu sur tout un territoire, et pourrait ainsi être appliquée à d'autres pays", remarque l'EPFL. Ces travaux, soutenus par le Fonds National Suisse et l'Office fédéral de l'énergie, ont été publiés dans la revue "Environmental Research Letters."

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Verdict sur le mariage pour tous et l'initiative 99%

Publié

le

Les Suisses doivent se prononcer dimanche sur le mariage pour tous (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Les jeux sont presque faits sur les deux objets en votation ce dimanche. Le mariage pour tous devrait passer la rampe, alors que l'initiative 99% des jeunes socialistes échouerait.

La campagne autour du mariage pour tous s'est durcie dans la dernière ligne droite. Après des bébés-produits étiquetés, les opposants ont présenté des pères-zombies sur leurs affiches, accompagnées du slogan: "enfants avec un mort?".

Ils ont ainsi réussi à réorienter le débat autour de l'accès aux dons de sperme pour les couples lesbiens. Les enfants conçus de cette manière ne pourraient pas connaître leur père avant leur majorité. Leur bien-être en serait affecté, selon eux. Rejetant l'instauration d'un "droit à l'enfant", les opposants s'inquiètent également de futures revendications, comme la gestation pour autrui.

Le bonheur des enfants ne dépend pas de l'orientation sexuelle de leurs parents, mais de l'amour qu'ils leur portent, leur a opposé le camp du "oui je le veux". Il s'agit avant tout de mettre fin à des inégalités. La question n'est pas d'être pour ou contre le mariage et la procréation médicalement assistée, mais pour ou contre l'ouverture des mêmes droits à tous les couples.

Malgré l'offensive musclée des opposants, le projet affiche toujours une belle avance dans les sondages. Entre 63% et 67% de la population accepterait d'ouvrir le mariage aux couples homosexuels. Le seul suspense semble résider dans l'ampleur de la minorité silencieuse.

Jeunes socialistes peu convaincants

L'initiative "Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital" de la Jeunesse socialiste, ne devrait quant à elle pas convaincre les électeurs. Les derniers sondages lui donnent moins de 40% des voix.

Le texte vise les Suisses les plus riches, qui représenteraient 1% de la population. Il veut imposer à 150% les parts du revenu du capital - intérêts, dividendes, bénéfices réalisés sur les actions, gains en capital ou les loyers - supérieures à un certain montant.

À partir de ce montant, chaque franc supplémentaire de revenu du capital serait taxé comme 1,50 franc. Près de 5 à 10 milliards pourraient être reversés pour réduire l'imposition des personnes aux revenus les plus bas ou pour financer des prestations sociales comme des crèches, des subsides à l'assurance-maladie ou la formation.

Seuls le PS, les Vert-e-s et le PEV soutiennent le projet. Le Conseil fédéral et la majorité bourgeoise du Parlement n'en veulent pas, jugeant le texte imprécis et flou. La hausse d'imposition proposée se fonde essentiellement sur le type de revenu et non sur le montant, selon eux. L'initiative ne viserait pas seulement les plus riches, mais aussi la classe moyenne et les PME.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Des anti-Covid sont prêts à des actes de violence, selon un expert

Publié

le

La police a dû repousser des manifestants opposés aux restrictions anti-Covid-19 lors de deux manifestations devant le Palais fédéral à Berne (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Une partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus commence à se radicaliser, alerte André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité (RNS). Elles sont prêtes à commettre des actes de violence, ajoute-t-il.

"On voit qu'il y a une montée en puissance de la frange de la population qui s'oppose aux mesures Covid, en particulier depuis l'extension du certificat" sanitaire, explique M. Duvillard dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. Il pointe les dernières manifestations à Berne, lors desquelles des couteaux et des tournevis ont notamment été saisis.

Ces manifestants sont des "extrémistes monothématiques", précise le spécialiste de la lutte contre la radicalisation. Ni d'extrême gauche ni d'extrême droite, ils sont "prêts à devenir violents par rapport à une cause très particulière, qui est celle du Covid-19".

Il est encore trop tôt pour dresser leur profil, remarque M. Duvillard. Mais "à Berne, on a vu plutôt des hommes, entre 30 et 40 ans, bien intégrés".

Nouvelle forme d'extrémisme

"C'est une nouvelle forme d'extrémisme que l'on voit apparaître sur le plan international", poursuit l'expert. En cas de récupération politique, il y a un risque "que cela aboutisse à des affrontements entre des membres de l'extrême gauche et de l'extrême droite".

M. Duvillard dit n'avoir pas souvenir d'une telle concentration de manifestations comme actuellement en Suisse. Il appelle à être attentif à la situation ces prochaines semaines, notamment avant les votations de novembre sur la loi Covid.

Suite aux violences de la manifestation du 16 septembre à Berne, l'Office fédéral de la police (Fedpol) a assuré disposer d'un dispositif contre d'éventuelles intrusions dans le Palais fédéral. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) examine, lui, une éventuelle implication de groupes extrémistes violents dans le milieu des sceptiques face aux mesures contre la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Alain Geiger: "Inadmissible de faire un penalty à la 43e"

Publié

le

Deux coaches mi-figue mi-raisin au moment de l'analyse (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le premier derby lémanique de la saison a accouché d'un nul (1-1) qui satisfait plus le LS que le SFC. Et sans le penalty de la 43e, Lausanne aurait eu de la peine à ramener un point.

"C'est inadmissible de faire un penalty à la 43e, lance le coach genevois Alain Geiger à l'interview. Surtout que le ballon est loin au deuxième poteau. Faut arrêter de donner des buts cadeaux. Pour moi c'est un peu le tournant du match. On avait fait le plus dur dans un derby en ouvrant la marque et on ne doit pas faire ce genre de choses. On sait qu'on doit progresser dans les moments-clés."

Mais en désignant les erreurs de son équipe, l'entraîneur ne s'est pas emporté. Non, Alain Geiger est resté très calme et posé dans son analyse. Car même s'il n'a pas goûté à la faute de Cespedes en fin de première mi-temps, le Valaisan a en grande partie aimé ce qu'il a vu de ses joueurs: "On a super bien élaboré nos actions, on a trouvé de la largeur avec une belle circulation de balle. On a manqué notre jeu au centre et dans les 40 derniers mètres. Je pense qu'on était un peu crispé dans la phase terminale et qu'il n'y avait pas assez d'inspiration."

Le derby à peine classé dans les livres d'histoire, Alain Geiger se projette déjà au week-end prochain pour la réception du champion YB: "Ce sera une partie d'un autre niveau. On va monter de trois crans, là. On parle d'une équipe qui joue la Champions League. On va voir si on peut faire l'exploit."

Dans l'attente de cette première victoire

Dans le camp lausannois, le point n'a pas été accueilli avec un enthousiasme délirant. "C'eût été différent si on avait deux victoires au compteur", note l'entraîneur Ilja Borenovic. Mais le coach se montrait tout de même content de ce point et de la prestation défensive de ses troupes: "Ca fait du bien. Tout le monde court derrière cette première victoire. Mais défensivement, on livre un bon match. J'ai bien aimé Grippo. Il a fait preuve d'un certain leadership avec les jeunes. C'est important. On a par contre eu trop de déchets, même de la part de ceux qui sont les plus sûrs techniquement. Du coup, on a moins eu le ballon et des temps de possession trop courts."

Pour le portier vaudois Mory Diaw, la performance du LS est mitigée: "Est-ce qu'on a réussi notre match? Oui et non. Ce qui est sûr c'est qu'on a montré un autre visage que face à YB. Il faudra avoir la même envie à Lugano. Honnêtement, je n'ai pas eu tant d'arrêts à faire que ça. Il y a une parade en deuxième période sur la frappe de Rodelin et c'est tout. Maintenant on doit mieux utiliser la balle. Peut-être qu'on est moins serein, mais on bosse bien à l'entraînement et cette victoire va bien finir par arriver."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette et Lausanne dos à dos

Publié

le

Le penalty transformé par Kukuruzovic a permis à Lausanne d'obtenir un point au Stade de Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Servette et Lausanne se sont neutralisés lors de la 8e journée de Super League. Ce derby lémanique conclu sur un 1-1 ne restera pas longtemps dans les esprits.

La dernière victoire de Servette face à Lausanne en Super League remonte donc toujours au 23 février 2013. Les Genevois ont été les plus proches de la victoire, mais ils ont manqué de tranchant pour battre un LS moribond, un brin chanceux et toujours en quête de sa première victoire de la saison.

Dans cette rencontre, il ne s'agissait pas de se demander si Servette allait ouvrir le score, mais quand. Réponse: à la 32e. Théo Valls, auteur des deux plus sûres occasions servettiennes avant la 30e, a combiné sur le côté gauche avant d'adresser un centre parfait pour la tête de Stevanovic.

Sur un malentendu...

Proche du néant au niveau du jeu, Lausanne a pourtant terminé la première mi-temps en égalisant. Une faute de Cespedes sur Sow à la 43e a offert un penalty inespéré aux Vaudois - transformé par Kukuruzovic - qui ne méritaient franchement pas cette réussite au vu de leurs pérégrinations sur le terrain.

Bien sûr, le 6-1 encaissé mercredi soir à domicile contre YB avait tout pour calmer d'éventuelles ardeurs. Mais les Lausannois ont donné l'impression de venir en mode Jean-Claude Dusse avec l'idée que sur un malentendu, cela pouvait marcher.

La seule vague tentative de séduction dans le jeu lausannois intervint au retour des vestiaires, mais cela demeura très chaste. C'est juste après cette petite poussée vaudoise que les Grenat ont repris le jeu à leur compte. Une tête de Rouiller (55e) et surtout une magnifique frappe enroulée d'Imeri, qui a trouvé l'angle des buts de Diaw à la 57e, auraient certainement mérité un meilleur sort.

Servette stagne

Au final, Servette peut s'en vouloir. Les Grenat avaient tout pour obtenir la totalité de l'enjeu face à des Bleu et Blanc mal organisés et bien souvent empruntés avec le ballon. Laissé seul en pointe, Zeki Amdouni a ainsi passé une longue soirée.

Mais son coach Ilja Borenovic pourra se satisfaire de ce résultat en se disant que son équipe a relevé un tout petit peu la tête après la gifle infligée par le champion. Seulement au classement, ce quatrième point en huit matches ne permet pas aux Vaudois de quitter la dernière place. Dans le même temps, Servette stagne à la 4e place.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Fribourg brille contre Zurich, Bienne trébuche

Publié

le

Le portier des Zurich Lions, Ludovic Waeber a brillé devant son ancien club. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Fribourg Gottéron s'est imposé 1-0 contre les Zurich Lions au terme d'un match plein en National League. Bienne voit sa série de victoires s'arrêter à 8 après sa défaite contre Langnau (1-4).

Mauvais contre Lausanne (2-5), en reprise contre Genève-Servette (3-1), les Fribourgeois se sont montrés parfois brillants face aux Lions zurichois. En cinq jours, Christian Dubé n'a pas dû reconnaître son équipe. Le coach se régalera tout de même de la performance fournie par ses joueurs face à une grosse écurie de la Ligue. Sans les arrêts déterminants de Ludovic Waeber, les Romands auraient sûrement fait la différence avant la mi-match. Faute d'avoir trouvé l'ouverture, les Fribourgeois ont dû souffrir au cours de trois dernières minutes irrespirables pour eux.

Gottéron est arrivé à ses fins grâce à un but du Canadien David Desharnais très bien servi par Killian Mottet, placé derrière le but zurichois (43e). Mais les efforts fournis par le portier fribourgeois Reto Berra ont également contribué à fêter un succès de prestige.

Les Seelandais ont buté sur le 9e match qui aurait pu leur permettre d'égaler le record de 9 victoires consécutives en début de championnat, détenu par Genève-Servette depuis la saison 2012-2013. La série biennoise reste bien sûr remarquable, mais elle s'arrête par la faute des étonnants Langnau Tigers, bien portés par leur attaquant vedette Harri Pesonen, qui a ouvert la marque en infériorité numérique (13e). Le Canadien Alexandre Grenier a doublé la mise à 5 contre 4 cette fois (38e) avant que le meilleur compteur emmentalois Jesper Olofsson ne mette fin aux derniers espoirs des joueurs de Antti Törmänen (43e/52e) avec son quatrième (!) doublé de la saison.

Genève-Servette retrouve le succès

Genève-Servette a retrouvé le goût de la victoire après quatre revers de suite, mais cela s'est fait avec quelques regrets contre Ajoie (4-3 tab). Les Genevois avaient largement les moyens de conclure dans le temps réglementaire. Emmenés par un Daniel Winnik, très tranchant, dont le duo avec Valtteri Filppula, est assez prometteur, les joueurs de Patrick Emond n'ont su profiter de leur avantage 2-0 (doublé de Winnik) jusqu'à la mi-match. Mais les Jurassiens n'ont rien volé. Très effacés en première période, les Ajoulots sont parvenus à remonter grâce au premier but de Devos en National League et à l'inattendue réussite de Birbaum en supériorité numérique à la 59e. Le Fribourgeois n'avait plus marqué dans l'élite depuis 28 novembre 2015.

Zoug connaît un coup d'arrêt dans le Championnat. Les champions en titre ont concédé leur troisième revers de suite. Après Lugano et Ajoie, c'est les Rapperswil-Jona Lakers, qui ont fait plier Genoni et ses coéquipiers (3-1). Les Saint-Gallois se sont trouvé un buteur en la personne de Nando Eggenberger, auteur de son sixième but depuis le début de la saison. Les Lakers fêtent ainsi leur quatrième succès de rang.

Lugano s'est imposé 3-1 contre Berne avec des réussites de Fazzini, Bertaggia et Walker.

Classement: 1. Bienne 9/22 (35-20). 2. Zoug 9/18 (28-21). 3. Zurich Lions 7/14 (25-16). 4. Lugano 8/14 (26-22). 5. Fribourg-Gottéron 8/14 (21-22). 6. Rapperswil-Jona Lakers 8/12 (24-22). 7. Davos 6/10 (18-19). 8. Langnau Tigers 8/9 (25-33). 9. Ambri-Piotta 6/8 (12-15). 10. Genève-Servette 8/8 (19-28). 11. Berne 8/7 (26-23). 12. Ajoie 7/6 (15-27). 13. Lausanne 6/5 (13-19).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X