Rejoignez-nous

Suisse

Une étude quantifie le plastique en Suisse : 5000 tonnes par an

Publié

,

le

Plus de 5000 tonnes de plastique se dispersent dans l’environnement chaque année (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Quelque 5000 tonnes de plastique se dispersent chaque année dans l'environnement en Suisse. Ces chiffres ont été établis par les chercheurs de l’Empa sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

L’Empa a recensé les sept matières plastiques les plus utilisées. Elles couvriraient près des trois quarts de la demande des fabricants en Europe, textiles non incluses, selon PlasticsEurope, l’association des producteurs de matières plastiques.

Il ressort de l'étude de l'Empa, publiée jeudi, que la pollution par le plastique est bien plus importante sur et dans les sols que dans les eaux. D’autres matières plastiques, notamment le caoutchouc libéré dans l’environnement par l’abrasion des pneus, n’ont pas été prises en compte dans l’étude.

"L’étude porte sur les matières plastiques polyéthylène (LD-PE et HD-PE), polypropylène, polystyrène, polystyrène expansé, PVC et PET telles qu’elles sont utilisées dans les emballages, les textiles, les matériaux isolants et les films plastiques destinés à l’agriculture", précise l'Empa dans un communiqué. Les chercheurs ont suivi le chemin de ces plastiques en Suisse, de la production à l’élimination en passant par l’utilisation, et ont développé un modèle permettant de calculer ces flux.

En tout, quelque 5120 tonnes de ces sept plastiques se dispersent dans l’environnement chaque année. Cela correspond à près de 0,7% de la quantité totale de ces sept plastiques consommés en Suisse tous les ans (environ 710'000 tonnes au total).

Le reste (99,3%) demeure dans le cycle de vie "normal", et est récolté pour être incinéré ou recyclé en proportions variables selon le plastique et l’application. Une grande partie du plastique est aussi stockée. Une prochaine étude va considérer ces stocks plus en détail pour pouvoir les quantifier.

Davantage de macroplastique

D’après la modélisation de l’Empa, quelque 4400 tonnes de macroplastique se retrouvent au sol chaque année. A cela s’ajoutent environ 100 tonnes de macroplastique libérées dans les eaux. Par ailleurs, six cents tonnes de microplastique finissent sur ou dans les sols et près de 15 tonnes dans les eaux.

La quantité de microplastique est donc bien moins élevée que celle de macroplastique. Le nombre de particules qui pourraient avoir des répercussions sur les organismes est cependant nettement plus important.

Toutefois, pour obtenir un aperçu complet de la charge environnementale du plastique en Suisse, l’abrasion des pneus est également à prendre en compte. Une étude de l’Empa actuellement en cours livrera des informations complémentaires sur cette source de pollution.

Plus dans les sols que dans les eaux

L’examen des sept matières plastiques montre que la quantité de plastique libérée sur et dans les sols est près de 40 fois plus élevée que celle qui se disperse dans les eaux. L’agriculture et le secteur de la construction représentent les sources les plus importantes de microplastique dans les sols.

Les sources les plus importantes de microplastique dans les eaux sont le lavage et le port de vêtements en fibres synthétiques ainsi que les cosmétiques. Une étude de l’Empa a récemment démontré qu’actuellement le microplastique en Europe ne représente aucune menace pour les organismes aquatiques.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Recours contre le certificat Covid dans les Hautes Ecoles vaudoises

Publié

le

Le port du masque et le certificat Covid sont obligatoires dans les Hautes Ecoles vaudoises (Archives © Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le collectif ESC (Education sans certificat) a déposé un recours auprès de la Cour constitutionnelle contre l'arrêté du Conseil d'Etat qui impose le pass Covid dans les Hautes Ecoles vaudoises. En attendant une décision sur le fond, le certificat sanitaire reste requis.

Cette procédure ne suspend pas l'entrée en vigueur de l'arrêté du Conseil d'Etat. Le président de la Cour a en effet prononcé le retrait de l'effet suspensif à titre superprovisionnel. Il a communiqué lundi cette décision au Conseil d'Etat et aux auteurs de la requête, a indiqué lundi le Tribunal cantonal à Keystone-ATS.

La Cour constitutionnelle doit désormais se prononcer sur le fond. Le collectif étudiant à l'origine du recours s'était félicité la semaine dernière de bénéficier alors de l'effet suspensif, parlant de "demi-victoire" temporaire.

Le collectif ESC milite pour l'abrogation du certificat Covid au sein des écoles. A ses yeux, l'arrêté cantonal vaudois sur la restriction d'accès aux universités porte atteinte au droit supérieur, notamment à divers droits fondamentaux - droits économiques, sociaux et culturels - ainsi qu'à la Constitution fédérale et vaudoise, écrit-il dans un communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

Plusieurs coups de feu et un blessé sur les hauts de Lausanne

Publié

le

Un homme interpellé ce matin à Lausanne. (Photo prétexte © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Un homme a été blessé à une jambe à la suite de plusieurs coups de feu tirés lundi matin vers 08h00 dans les hauts de Lausanne. Le tireur a été interpellé en ville peu après. Les deux protagonistes se connaissaient.

Lundi matin, la police est intervenue au chemin de Maillefer, près de la Blécherette, où des personnes signalaient des détonations. Sur place, les agents ont découvert un homme blessé à une jambe à la suite de coups de feu tirés avec une arme de poing.

La victime a été emmenée à l'hôpital en ambulance. Ses jours ne sont pas en danger, a indiqué lundi la police lausannoise.

L'auteur des faits, un ressortissant turc de 40 ans, a été interpellé peu après par les membres du groupe d'intervention de la Police de Lausanne (GIPL) et du détachement d'action rapide de la police vaudoise (DARD). Au total, plus d'une trentaine de policiers ont été engagés dans l'opération.

La police judiciaire mène les investigations afin de déterminer les causes et le déroulement des faits. "L'homme a ciblé spécifiquement sa victime, sans mettre en danger d'autres personnes", a précisé un porte-parole à Keystone-ATS.

Continuer la lecture

Coronavirus

Vérification et émission de certificats temporairement impossible

Publié

le

La panne a duré sur un très court laps de temps entre 15h03 et 15h14 (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Les certificats Covid ont connu des problèmes lundi après-midi. Leur émission et vérification étaient impossibles sur un cours laps de temps. Des problèmes similaires avaient déjà été constatés il y a un peu plus d'une semaine.

Selon l'Office fédéral de la technologie de l'information (OFIT), le problème a duré de 15h03 à 15h14.

Des problèmes techniques avaient déjà été rencontrés avec les certificats le vendredi 15 octobre. Vers 19h30, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". Selon l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne.

Vers 20h30, le problème a été résolu pour les certificats suisses. Les détenteurs de certificats étrangers ont eux dû attendre jusqu'à 22h30 avant de pouvoir les utiliser à nouveau. Les citoyens suisses de l'étranger n'ont eux pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Les vols de raisin sont estimés à 8,3 tonnes en Valais

Publié

le

Pour faire face à l'augmentation des vols de raisin en Valais, des rondes de contrôle ont été instaurées dans la commune de Chamoson (archive). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La hausse du nombre de vols de raisins est encore une fois confirmée. La police cantonale valaisanne estime à 8,3 tonnes les quantités dérobées dans le vignoble valaisan, depuis le début des vendanges en septembre.

La police valaisanne atteste ainsi des informations diffusées par Le Nouvelliste à la mi-octobre. Pas moins de 11 cas de vols ont été corroborés, principalement dans des communes du Bas-Valais et dans le Valais central.

L'affaire la plus importante concerne près de 3,6 tonnes dérobées dans un vignoble à Saillon. À Chamoson, des rondes de contrôles avaient été instaurées, à la demande du syndicat agricole.

Pour Christian Zuber, porte-parole de la police cantonale, la "récolte catastrophique" de cette année pourrait influencer ces pillages à la hausse. Il rappelle néanmoins que des vols ont également eu lieu lors d'années plus favorables.

Mauvaise récolte en 2021

Les conditions météorologiques de 2021 ont mis à mal les récoltes. Le gel, la grêle et les attaques de mildiou - un champignon - ont largement affecté le vignoble suisse, même si certaines régions restent plus touchées que d'autres.

Dans le canton de Vaud, les pertes s'estiment entre 10% et 15%, avait expliqué François Montet, président de la Fédération vaudoise des vignerons à Keystone-ATS en septembre. Le bilan effectif et global des pertes devra toutefois attendre, les vendanges n'étant pas encore terminées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Dépistage gratuit des maladies visuelles liées au diabète à Rennaz

Publié

le

Le dépistage a lieu sur inscription à l'Espace Santé Rennaz, sur le site de l'hôpital Riviera Chablais (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'antenne de Rennaz de l'hôpital ophtalmique Jules-Gonin organise le 9 novembre une journée de dépistage gratuit des maladies visuelles liées au diabète. Ce type de problème tend à s’accroître dans la population avec l’augmentation de la longévité, de l’obésité et de la sédentarité.

L'événement, organisé en collaboration avec le Réseau Santé Haut-Léman, se déroule dans les locaux de l’Espace Santé Rennaz, sur le site de l'Hôpital Riviera Chablais. Il a lieu sur inscription, indique lundi l'hôpital Jules-Gonin.

L’objectif de cette journée, organisée pour la première fois dans le Chablais, est de sensibiliser à l’importance d’un dépistage précoce de la rétinopathie diabétique et d’autres maladies visuelles. En plus de l'examen de dépistage, les visiteurs recevront des informations sur le diabète et les risques liés à la maladie.

Le diabète peut être une menace pour la vision. En l’absence de traitement, la maladie peut mener à une diminution importante de la vision, voire même à une perte complète de la vue. Il est vivement conseillé aux diabétiques d'effectuer un suivi régulier, indique l'hôpital dans un communiqué.

https://events.ophtalmique.ch/

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X