Rejoignez-nous

Suisse

La cyberdéfense sera développée au sein de l'armée

Publié

,

le

Le nouveau commandement Cyber sera doté de 575 militaires (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'armée sera dotée d'un commandement Cyber. Le Conseil fédéral a transmis mercredi au Parlement un projet contenant diverses modifications de la loi sur l'armée et son organisation.

Pas un jour ne passe sans attaque cyber. Cela signifie que l'armée aussi doit encore mieux protéger ses systèmes informatiques, a déclaré la cheffe du Département de la défense Viola Amherd devant les médias. L'armée doit pouvoir utiliser et échanger des données et des informations de manière sécurisée. Une nouvelle plateforme numérique est prévue.

Le processus de développement de l'armée, qui doit prendre fin en décembre 2022, prévoyait une subdivision en trois domaines. En juin 2020, le Parlement a demandé au Conseil fédéral de renoncer à la création d'un commandement de Soutien dans l'armée, et donc à la fusion de la Base de l'aide au commandement et de la Base logistique de l'armée.

Pour répondre aux menaces actuelles, le Conseil fédéral prévoit de transformer la Base de l'aide au commandement en commandement Cyber dès 2024. Celui-ci devra organiser les capacités militaires clés dans les domaines de la cyberdéfense, de la cryptologie et de la guerre électronique, des prestations informatiques, de l'aide au commandement et de l'image de la situation.

Augmentation des effectifs

Par ailleurs, les effectifs de l'armée dans le domaine de la cyberdéfense seront augmentés. Le Conseil fédéral prévoit la création d'un cyberbataillon et d'un état-major spécialisé le 1er janvier 2022. Les effectifs passeront de 206 à 575 militaires au cours des quatre ans à venir.

Leur instruction sera complétée par un stage auprès de partenaires externes. L'armée bénéficiera des capacités ainsi acquises. La formation aura lieu deux fois par année, a précisé Mme Amherd. Les personnes intéressées sont plus nombreuses que les places disponibles, a souligné le chef de l'armée Thomas Süssli.

Le cyberbataillon pourra aider les autorités civiles de manière subsidiaire. Il n'interviendra toutefois pas sans requête des infrastructures touchées par des attaques, a indiqué la cheffe du département.

Aviation militaire

Le Conseil fédéral veut également mettre en place une autorité du trafic aérien militaire comparable à l'Office fédéral de l'aviation civile. Les bases légales doivent être créées.

Une telle autorité améliorera la sécurité de l'exploitation des Forces aériennes lors de leurs missions dans l'espace qu'elles partagent avec l'aviation civile. Elle veillera à éviter tout incident ou accident dans l'espace aérien et à garantir la surveillance et la régulation du trafic aérien militaire.

Le Conseil fédéral entend également renforcer l'appui apporté par l'armée aux événements civils. Les disponibilités seront assouplies. Ainsi, les recrues en phase d'instruction de base pourront être engagées, et plus seulement les militaires en service long et ceux en cours de répétition.

Lors d'événements d'importance nationale ou internationale, l'armée devra aussi fournir des prestations, même sans en tirer un avantage au niveau de son instruction ou de l'entraînement. Sans appui militaire, ces événements pourraient difficilement avoir lieu, a fait valoir Mme Amherd.

Service long

Les militaires en service long devront effectuer 300 jours de service, contre 280. Cette prolongation doit permettre de mieux répondre aux besoins de l'armée. Actuellement, pendant une certaine période de l’année, il n’y a pas de militaires en service long ayant terminé leur instruction de base et pouvant être engagés pour toutes les tâches en tant que militaires ayant reçu une instruction complète.

En outre, l'appréciation du potentiel danger et d'abus doit être améliorée lors du recrutement et de la remise de l'arme. Le gouvernement veut également intervenir dans certains autres domaines de l'instruction, dans diverses dispositions sur l'engagement de l'armée en service d'appui, dans l'accomplissement des missions de l'armée en fonction des menaces, dans les droits et les devoirs des militaires et dans le domaine des affaires sanitaires.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un tracteur percute une barrière de chemin de fer

Publié

le

Un conducteur de tracteur sous l'emprise de l'alcool a percuté une barrière de chemin de fer ouverte à Münchwilen (TG). (© Police TG)

Un conducteur de tracteur sous l'emprise de l'alcool a percuté une barrière de chemin de fer ouverte et une signalisation samedi à Münchwilen (TG). Le sexagénaire n'a pas été blessé. Le trafic ferroviaire a été interrompu pendant près de quatre heures.

L'accident s'est produit peu après 18h00, a annoncé dimanche la police cantonale thurgovienne. Au passage à niveau, le tracteur s'est déporté et a heurté la barrière de chemin de fer. Les dégâts se chiffrent à plusieurs milliers de francs. Le conducteur affichait une alcoolémie de 0,8 mg/l. Son permis lui a été retiré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Neuchâtelois Loris n'a pas gagné la finale de The Voice

Publié

le

Les Neuchâtelois se sont à nouveau rendus dans la fan zone pour suivre la prestation de Loris (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Loris n'est pas le vainqueur de The Voice, la compétition musicale sur TF1, qui cherche à dénicher de nouveaux talents. Après un parcours incroyable, le Neuchâtelois de 18 ans a réussi à faire partie des cinq finalistes, le premier Suisse à y arriver.

La gagnante du concours est Nour. La benjamine de l'émission s'est imposée avec 56,2% des voix contre 43,8% pour Mister Mat. Outre Nour, Mister Mat et Loris, Vike et Caroline Costa étaient en lice dans cette finale.

Loris a eu beaucoup de chances d'accéder à la finale, car il a été repêché deux fois par Nolwenn Leroy, une fois lors des auditions à l'aveugle et une autre fois en demi-finale. Le Neuchâtelois avait déclaré dans une interview à ArcInfo: "Mon coach Marc Lavoine me l'a bien dit: j'ai le cul bordé de nouilles".

Fan zone à Neuchâtel

A l'issue de la demi-finale le 14 mai, sur les réseaux sociaux, certains estimaient que le Neuchâtelois était un cran en dessous et n'avait pas sa place en finale. Comme Nolwenn Leroy "a choisi de me faire confiance, je vais devoir arriver avec quelque chose d'encore plus gros, qui fermera les clapets", avait déclaré Loris au quotidien neuchâtelois.

S'il a commencé la musique en faisant du rap à la Place Pury de Neuchâtel, Loris, qui ne chante que depuis cinq à six mois, a montré qu'il était capable de se produire sur différents types de musiques. Loris a suscité un grand engouement à Neuchâtel, si bien qu'une fan zone a été installée au tennis du Mail à Neuchâtel, à côté du restaurant du père du chanteur pour la demi-finale et pour la finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 13,2 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 5, 11, 20, 29, 35 et 38. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 11 et le Joker le 789964.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 13,2 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un premier cas de variole du singe détecté dans le canton de Berne

Publié

le

La personne infectée a été exposée au virus à l’étranger. (© KEYSTONE/dpa/Bernd Weißbrod)

Un premier cas de variole du singe a été détecté en Suisse, a annoncé samedi la Direction de la santé du canton de Berne. Il s'agit d'une personne vivant dans le canton de Berne, qui a été exposée au virus à l'étranger.

Un traçage des contacts, afin d’identifier d’éventuelles chaînes de transmission, a été effectué, ont précisé les autorités cantonales bernoises dans un communiqué. La personne infectée a été exposée au virus à l’étranger. Elle est suivie en ambulatoire et se trouve en isolement à son domicile. Tous contacts ont pu être informés.

Ce premier cas suspecté de variole du singe a été signalé vendredi au Service du médecin cantonal (SMC) de la Direction de la santé, des affaires sociales et de l’intégration du canton de Berne et à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les analyses de laboratoire effectuées ont permis de confirmer le soupçon samedi après-midi.

Moins dangereux que la variole

Cette maladie est une cousine moins dangereuse de la variole, éradiquée depuis une quarantaine d'années. Elle se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croutes, notamment sur le visage. Elle a gagné vendredi la France et l'Allemagne, avec un cas confirmé dans chaque pays par leurs autorités sanitaires.

Les personnes revenant d’un voyage dans une zone à risque (Afrique de l’Ouest et centrale) devraient surveiller leur état de santé et consulter un médecin en cas de symptômes, recommande l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur son site.

Le virus est considéré comme modérément transmissible à l’être humain, indique l'OFSP. La transmission se produit par de grosses gouttelettes et par un contact étroit avec des personnes ou des animaux infectés.

Vaccins efficaces

La communauté scientifique juge possible que la transmission augmente en cas de contact sexuel avec une personne infectée. Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes semblent présenter un risque supplémentaire d’infection.

Il n’existe pas de vaccin spécifique contre la variole du singe. L'OFSP précise que les vaccins contre la variole de première et deuxième générations, administrés dans le cadre du programme d’éradication de la variole apportent une protection efficace.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une exposition à Venise lance une campagne de sensibilisation

Publié

le

L'un des portraits de l'exposition "Shame - European Stories", du photographe italien Simone Padovani. (© Shame - European Stories/Simone Padovani)

Des victimes d'abus étant enfants de toute l'Europe ont lancé une campagne de sensibilisation à Venise. Objectif: briser le silence et rendre justice à ceux qui ont souffert. Guido Fluri, père de l'initiative pour la réparation en Suisse, est à l'origine du projet.

L'exposition "Shame - European Stories" a été inaugurée samedi dans le cadre de la Biennale de Venise. L'événement est soutenu par le Bureau italien du Conseil de l'Europe et parrainé par la Fondation Guido Fluri. L'exposition itinérante sera présentée dans les mois à venir dans les principales villes européennes.

De l'Italie à la Suède, en passant par la Roumanie et le Portugal: des portraits et des interviews vidéo de plusieurs dizaines de victimes d'abus sexuels ont été recueillis dans toute l'Europe par le photojournaliste Simone Padovani.

"Les personnes concernées viennent de pays très divers. Leurs histoires de vie sont différentes, mais nous reconnaissons des parallèles", a souligné le photographe lors du vernissage.

Réparation pour les victimes

La directrice du Bureau italien du Conseil de l'Europe, Luisella Pavan-Woolfe, a souligné que "les enfants doivent pouvoir bénéficier de tous les droits et de toutes les libertés fondamentales protégés par la Convention européenne des droits de l'homme, par la Convention des Nations unies sur les droits de l'enfant et par d'autres instruments internationaux et européens".

La campagne, a-t-elle ajouté, met en avant les mêmes valeurs que celles défendues et promues par le Conseil de l'Europe.

Guido Fluri était présent lors de l'inauguration. "Lorsque des groupes de victimes de toute l'Europe se sont adressés à notre fondation dans le but de créer un réseau et de lancer une initiative européenne, à l'instar de ce qui a été fait en Suisse, nous avons compris que nous devions soutenir ce projet. La plupart des victimes sont maintenant âgées et fragiles. Elles ont droit à une reconnaissance et à une réparation de l'injustice alors qu'elles sont encore en vie".

Droits de l'enfant

La coordinatrice du projet, Mara Rumiz, a rappelé que "si l'on parle de droits de l'homme, le premier droit, peut-être le plus important, concerne les enfants et les jeunes. Ils doivent pouvoir vivre leur enfance et leur adolescence sereinement, sans traumatisme, sans abus et sans violence".

Le projet est né en septembre 2021 lors d'un symposium à Berne: des représentants de 17 pays ont alors jeté les bases d'une action à l'échelle européenne. Une motion a été remise à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe par le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU), alors président de la délégation suisse à Strasbourg.

La motion formule des exigences claires: le Conseil de l'Europe et les Etats membres doivent garantir une enquête scientifique indépendante sur les violations des droits de l'enfant dans les différents pays.

Ils doivent également reconnaître officiellement les enfants qui ont subi toute forme de violence sexuelle, physique et psychologique. Enfin, le Conseil de l'Europe et les Etats doivent veiller à ce que les victimes reçoivent une forme de réparation et à ce que la législation soit centrée sur la protection de tous les enfants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X