Rejoignez-nous

Suisse

La désinformation a atteint la Suisse, mue par la crise pandémique

Publié

,

le

A l'image de Facebook ou de Twitter, les réseaux sociaux sont désignés comme les principales sources de désinformation par les Annales 2021 sur la qualité des médias du Centre fög de l'Université de Zurich. (© KEYSTONE/DPA dpa/A3216/_PETER KNEFFEL)

La désinformation est devenue un problème important en Suisse suite à la pandémie, selon la moitié de la population. Réseaux sociaux, médias alternatifs et portails vidéo sont montrés du doigt. La qualité médiatique est toutefois restée stable dans l'ensemble.

Pour 49% des personnes interrogées par le Centre de recherche sur le public et la société (fög) dans le cadre des Annales 2021 sur la qualité des médias, la désinformation est un problème "important" ou "très important". Surtout pour la gestion de crises sociétales. Près d'un quart de la population déclare tomber "souvent" ou "très souvent" sur de fausses informations.

D'après les participants à cette étude représentative de l'institut universitaire zurichois, les principales sources de désinformation sont les réseaux sociaux (62%). Suivent les médias alternatifs (39%), les portails vidéo (36%) et les applications de messagerie (28%).

Les médias journalistiques tels que les sites d'informations (20%) ou la télévision (13%) sont moins souvent cités comme source de désinformation. Au contraire, la population se base sur les infos issues des médias journalistiques (61%), de la Confédération et des autorités (68%) pour vérifier le contenu des "fake news".

Pas d'alarmisme ni de complaisance

De manière générale, les médias ont accordé une très grande attention au coronavirus pendant la deuxième vague de la pandémie, en automne 2020. Cette focalisation a cependant été moindre par rapport à la première vague malgré l'explosion du nombre d'infections. Le Covid-19 y était présenté plus rarement comme une menace que pendant la première vague.

Ce constat contredit un alarmisme souvent reproché aux médias, estime Mark Eisenegger, directeur du fög, cité dans le communiqué diffusé lundi par l'Université de Zurich. En outre, le reproche fait aux "reportages obséquieux" dépourvus de critique ne se confirme pas non plus: la proportion de contenus médiatiques très positifs sur les autorités est demeurée très faible (0,3%).

Autre élément positif, les chiffres et les statistiques ont fait plus souvent l’objet d’un éclairage de la part des médias en comparaison avec la première vague pandémique (21%, contre 12% pendant la première vague).

Diversité des intervenants en cause

Le manque de diversité des experts interrogés par les médias durant la deuxième vague constitue toutefois un bémol. Les voix issues de la médecine, de la virologie et de l'épidémiologue ont continué à dominer alors que presque tous les domaines de la société ont été touchés par la pandémie.

Parmi les scientifiques interviewés, les femmes ont gagné en visibilité (21%) par rapport à la première vague (12%). Elles restent toutefois largement sous-représentées parmi les intervenants. Ce problème est général, rappelle le fög. Il n'est pas lié exclusivement à la couverture médiatique consacrée à la pandémie.

La couverture de la campagne de votation sur l'initiative victorieuse contre le port de la burqa a également révélé une diversité limitée parmi les intervenants. La minorité musulmane concernée est restée peu visible sur Twitter (13%) et dans les médias (11%). Au lieu de la laisser s’exprimer elle-même, il a souvent été question des musulmanes et des musulmans en général.

Qualité stable et davantage de politique

Dans l'ensemble, la qualité des médias est restée stable au cours des douze mois observés par le fög. La part de contextualisation sous forme d'articles de fond a même cessé de reculer pour la première fois depuis six ans.

Radios publiques ou sites d’informations sur abonnement continuent à se caractériser par une qualité supérieure. Néanmoins, les journaux pour pendulaires et la presse de boulevard en ligne ont amélioré leur qualité en raison de l’actualité et de leur accent plus marqué sur la politique.

De manière générale, la part de contenu politique a progressé de 5 points, à 37%, alors que celle des sujets plus légers tels que le sport (10%, -1,5 point) et les thèmes de société (30%, -1,3 point) ont quelque peu reculé.

Soutien à l'aide aux médias

Pour financer durablement le journalisme face à la chute des recettes publicitaires - médias en ligne compris -, 37% des personnes interrogées se disent favorable à un soutien actif aux médias privés. Le camp des opposants est de taille identique. Les indécis représentent un quart de la population. En comparaison internationale, l'acceptation d'un soutien direct est élevé en Suisse.

Le journalisme de qualité, qui s’acquitte de ses fonctions démocratiques, a besoin de ressources, estime le fög. "Il se dessine toujours plus qu'il ne peut être financé que par un soutien direct aux médias», souligne Mark Eisenegger. Ce soutien devrait notamment bénéficier aux petits médias et aux jeunes pousses contribuant à la diversité du paysage médiatique et à l’information de la population.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Une machine à café prend feu: 30'000 francs de dégâts

Publié

le

L'incendie d'une machine à café a provoqué d'importants dégâts matériels à Urnäsch (AR). (© Police AR)

Une machine à café a causé un incendie dans une cuisine vendredi à Urnäsch (AR). Les dégâts s'élèvent à 30'000 francs. Personne n'a été blessé.

L'incendie s'est déclaré en l'absence des habitants, a annoncé samedi la police d'Appenzell Rhodes-Extérieures. En rentrant dans sa maison, la propriétaire a constaté un fort dégagement de fumée. Un privé a rapidement pu éteindre le feu couvant.

La cause de l'incendie est en cours d'examen au service de la police scientifique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Tests requis pour des passagers provenant d'Afrique du Sud

Publié

le

Aucun contrôle spécial n'avait lieu samedi à l'aéroport de Zurich (image symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Des passagers provenant d'Afrique du Sud et ayant atterri samedi à l'aéroport de Zurich doivent se soumettre à un test de dépistage. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a requis cette mesure en raison du nouveau variant préoccupant qui sévit dans ce pays.

Tous les passagers d'un vol de la compagnie Swiss en provenance de Johannesburg et devant atterrir à Zurich samedi ont été "informés via SMS par l'OFSP qu'ils doivent se mettre en quarantaine et se faire tester", a indiqué l'office, contacté par Keystone-ATS.

Les données des passagers de ce vol ont été simultanément transmises aux cantons afin de leur permettre de contrôler les quarantaines et les dépistages. Les cas positifs aux tests PCR feront l'objet d'analyses plus précises en lien avec le nouveau variant du virus.

Aucun contrôle spécial n'avait lieu samedi à l'aéroport de Zurich, où les voyageurs déambulaient normalement, certains évoquant d'après plusieurs médias des instructions peu claires. La veille, Berne appelait les personnes provenant de pays où sévit ce variant à ne pas prendre les transports publics pour rentrer chez elles.

Vols de rapatriement

Selon l'OFSP, les passagers en provenance d'Afrique du Sud et de plusieurs autres pays doivent depuis vendredi présenter un test Covid-19 négatif et se mettre en quarantaine pendant dix jours - même si elles sont vaccinées ou guéries. Il en va de même pour tous les voyageurs en provenance de Belgique.

Les voyageurs en provenance du Botswana, du Swaziland, de Hong Kong, d'Israël, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie, du Zimbabwe et d'Afrique du Sud sont eux actuellement interdits d'entrée sur le territoire. Les Suisses et les personnes disposant d'un permis de séjour en Suisse sont toutefois exemptés de cette interdiction.

En dehors du vol de la compagnie Swiss qui a atterri samedi à Zurich, seuls des vols de rapatriement autorisés en provenance d'Afrique australe pourront encore atterrir en Suisse, note l'OFSP.

Cas européens

Le nouveau variant omicron n'a jusqu'à présent pas été détecté en Suisse, répète l'OFSP samedi. Le premier cas identifié en Europe l'a été en Belgique. Un autre cas suspect a été détecté vendredi soir en Allemagne chez une personne récemment rentrée d'Afrique du Sud et deux en Grande-Bretagne, également en lien avec un voyage en Afrique du Sud.

Omicron a aussi été identifié au Malawi, en Israël sur une personne venue du Malawi, au Botswana et à Hong Kong.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé ce nouveau variant, détecté pour la première fois jeudi en Afrique du Sud, comme "préoccupant". Il présenterait un risque accru de contagion par rapport aux autres variants, dont le Delta, dominant et déjà très contagieux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le pass sanitaire sur la touche, comme un spectre menaçant la fête

Publié

le

Pass sanitaires requis ou pas, les marchés de Noël pourraient se retrouver à court terme face à l'obligation de renforcer les mesures anti-Covid (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

En Suisse romande, après une année d'absence, de nombreux marchés de Noël ont décidé de ne pas exiger la présentation du pass sanitaire. Alors que les cas Covid grimpent en flèche dans le pays, les organisateurs croisent les doigts pour ne pas devoir l'introduire.

Plusieurs petits marchés, comme celui de Martigny (VS), ont renoncé à faire leur retour cet hiver, n'ayant pas les forces suffisantes pour faire respecter un plan de protection ou contrôler les pass. D'autres, avec davantage de moyens, ont choisi de mettre en place des mesures spécifiques anti-Covid tout en ayant à coeur de garantir un accès sans masque ni certificat aux espaces à l'air libre.

C'est le cas du marché de Noël de Sion, qui doit se tenir du 8 au 23 décembre, et où le certificat sera nécessaire pour toute activité dans un lieu fermé. Au vu de sa localisation au coeur du centre-ville, le pire scénario serait l'obligation du pass dans toute la zone, assure à Keystone-ATS Jacqueline Chou, présidente de la manifestation qui devrait accueillir 110 espaces dont 80 artisans.

Une partie des artisans n'étant pas vaccinée, cela deviendrait "plus que compliqué et nous serions alors obligés de jeter l'éponge", poursuit-elle. En revanche, d'autres mesures comme le port du masque obligatoire, seraient encore gérables malgré la contrainte.

Un système fragile

Les grands marchés de Noël de Lausanne et de Montreux (VD), ouverts depuis plus d'une semaine avec une fréquentation réjouissante, ne requièrent pas non plus le masque ou le certificat Covid à l'extérieur. A Lausanne, les mesures exigées ont été mises en place pour permettre à tout un chacun de s'y rendre, vacciné ou non.

A Montreux, les plus de 16 ans ne doivent montrer un pass que pour accéder aux chalets-restaurants clos du marché, à la Cabane des bûcherons ou encore à la Maison du Père Noël, mais pas pour les 150 chalets le long des quais. Les organisateurs des deux marchés, qui prévoient déjà des baisses de fréquentation, redoutent que la situation ne se détériore à cause d'un renforcement des mesures.

Pour éviter d'imposer le certificat, de plus petits marchés de Noël comme celui de Gruyères (FR), qui aura lieu durant les week-ends du 10 au 12 et du 17 au 19 décembre, ont décidé eux aussi de mesures ponctuelles. Comme une limite de 500 personnes pour la participation à la chasse au trésor, au loto des enfants et à la visite de Saint-Nicolas durant la journée des familles du 4 décembre.

Repas en question

Le Marché de Noël du Clos-du-Doubs à Saint-Ursanne (JU), qui a lieu les 4 et 5 décembre, prévoit d'égaler en taille les manifestations qui ont précédé le coronavirus. Artisans et exposants seront donc tout aussi nombreux qu'en 2019 dans les rues de la cité médiévale. L'accès à la vieille ville et au marché sera là aussi libre de certificat, obligatoire seulement pour la zone de restauration.

Néanmoins, comme la manifestation réalise une partie de son chiffre d'affaires avec la cantine, le comité d'organisation espère que les visiteurs vont répondre présent. "Viendront-ils se restaurer en devant présenter le certificat? On reste positif et on y croit!", affirme Bernadette Altermath, présidente du marché de Noël.

L'équilibre de ces marchés de Noël romands, qui se sont voulus ambitieux au vu de la pandémie et soucieux de garantir l'accès au plus grand nombre, se trouve menacé par la hausse continue des cas Covid depuis plusieurs semaines. Sans compter l'apparition du nouveau variant omicron. En Suisse alémanique, les manifestations du même type ont érigé des règles plus strictes.

A Bâle, le marché de Noël n'est ainsi accessible que sur présentation du certificat Covid. Le contrôle des pass nécessite du personnel supplémentaire et le nombre d'emplacements a été restreint. A Zurich également, le Wienachtsdorf de la Sechseläutenplatz exige la présentation du fameux QR code.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Cinq militaires de carrière renvoyés pour refuser la vaccination

Publié

le

Les soldats membres du Commandement des forces spéciales (CFS) s'engagent en Suisse et à l'étranger, où ils ont notamment pour mission le sauvetage et le rapatriement de citoyens helvétiques (archives). (© Keystone/TI-PRESS/CARLO REGUZZI)

Cinq soldats membres d'une unité spéciale de l'armée suisse ont été licenciés pour ne pas avoir accepté de se faire vacciner contre le coronavirus. Selon l'armée, ces militaires de carrière ne pouvaient plus assumer pleinement leur contrat de travail.

Ces soldats ont eu droit à plusieurs entretiens avant d'être renvoyés, a précisé samedi à Keystone-ATS le porte-parole de l'armée Daniel Reist, confirmant des informations des journaux Tamedia. En fin de compte, "leurs contrats de travail ont été résiliés pour cause de violation d'obligations légales ou contractuelles importantes", a-t-il ajouté. Le préavis est de six mois.

Les soldats renvoyés étaient membres du Commandement des forces spéciales (CFS). Trois d'entre eux faisaient partie du Détachement spécial de la police militaire (Dét spéc PM) et deux du Détachement de reconnaissance de l'armée (DRA 10), qui compte au total environ 90 militaires professionnels.

Le spectre d'engagement du CFS comprend entre autres la recherche de renseignements, la protection et l'intervention au profit des autorités civiles en Suisse, l'assistance et la protection au profit des autorités civiles à l’étranger ainsi que le sauvetage et le rapatriement de citoyens suisses à l'étranger.

Démission et recours

L'armée avait proposé d'autres postes et missions aux personnes concernées, mais sans succès, selon le porte-parole. Un autre membre du Commandement des forces spéciales a pour sa part démissionné de son plein gré.

Plusieurs autres membres de l'armée s'opposent en revanche à ces licenciements, a encore indiqué Daniel Reist. Ils ont déposé un recours auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Argovie: une sortie de route finit sur la terrasse d'un restaurant

Publié

le

Il ne reste pas grand'chose de la terrasse du restaurant qui a subi de gros dégâts. (© Kapo AG)

Une sortie de route d'un véhicule conduit par une femme ivre aurait pu avoir des conséquences plus graves vendredi en fin de soirée à Mellingen (AG). La voiture, qui s'est renversée, a fini sa course sur la terrasse d'un restaurant. Personne n'a été blessé.

A l'arrivée de la police sur les lieux de l'accident, vers 22h00, l'automobiliste n'était plus là. Domiciliée dans la région, cette femme de 37 ans a vite été retrouvée non loin, a indiqué samedi la police cantonale.

Un alcootest a révélé une alcoolémie de 2,6 pour mille. La conductrice, elle aussi indemne, s'est vu retirer son permis de conduire et elle sera signalée au Ministère public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X