Rejoignez-nous

Suisse

Le National affiche ses divisions sur les relations avec Bruxelles

Publié

,

le

Le National a longuement discuté des relations entre la Suisse et l'Union européenne (Archives © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les relations entre la Suisse et l'Union européenne ont largement occupé mardi le National. Louanges ou reproches au Conseil fédéral ont fusé de toute part. Quelques pistes, parfois aux antipodes, ont toutefois également été esquissées pour l'avenir.

Un parti avait le sourire lors du débat urgent sur les futures relations avec Bruxelles. L'UDC s'est une nouvelle fois réjouie de l'échec des négociations, le 26 mai, sur l'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

Roger Köppel (UDC/ZH) a salué "un jour de fête", "une heure de gloire" ou encore "une merveilleuse envolée" pour le pays. Céline Amaudruz (UDC/GE) a elle félicité le Conseil fédéral pour son courage. Et la Genevoise d'appeler à lui faire confiance "pour anticiper d'éventuels mouvements de mauvaise humeur de la Commission européenne, comme il a pu le faire avec l'équivalence boursière".

Une vision non partagée par le reste de l'hémicycle où les critiques ont fusé. Le PS a parlé de déception, les Verts d'immense gâchis et de retour en arrière, les Vert'libéraux de décision incompréhensible et improbable. "C'est un fiasco de politique extérieure", s'est emporté Roland Fischer (PVL/LU). Le PLR et le Centre ont également fait part de leurs regrets et de leurs inquiétudes face à l'avenir.

Lever le tabou de l'adhésion à l'UE

Plusieurs partis ont proposé des pistes pour esquisser les futures relations avec Bruxelles. Le PS a soumis une stratégie en plusieurs étapes. "La contribution de cohésion, dont on est redevable depuis dix ans, doit être enfin versée. Elle doit aussi être augmentée volontairement et pérennisée", a expliqué Roger Nordmann (PS/VD).

"La libre circulation des personnes doit être développée", a complété Cédric Wermuth (PS/AG). "Des projets très concrets de coopérations doivent être proposés à l'Union européenne, notamment dans les domaines de la recherche et de l'éducation." Et l'Argovien de nommer les programmes Horizon Europe et Erasmus.

Enfin, "il est temps de casser le tabou d'une adhésion à l'Union européenne", a lancé Roger Nordmann. Actuellement, la Suisse a moins de souveraineté que les autres pays européens. Ces derniers décident des règles que Berne finit par reprendre.

Adhésion à l'EEE aussi envisagée

La suggestion n'a pas beaucoup convaincu. Olivier Feller (PLR/VD) a critiqué une "proposition réchauffée". Isabelle Chevalley (PVL/VD) a elle pointé que la protection des salaires, principale pierre d'achoppement de l'accord-cadre pour les syndicats et les socialistes, ne serait pas améliorée. "La pression augmenterait et ferait baisser tous les salaires. Ce serait un autogoal."

Les Vert'libéraux proposent à la place de reprendre les négociations sur l'accord-cadre. A défaut, une adhésion à l'Espace économique européen (EEE) doit être étudiée.

Bilatérales III proposées

Pour le PLR, c'est un autre chemin qu'il faut emprunter. Olivier Feller a présenté un plan d'actions basé sur trois piliers.

"La voie bilatérale doit être sauvegardée", a-t-il expliqué. Les accords actuels, comme celui sur les dispositifs médicaux, doivent être dynamisés. Et de nouveaux accords doivent être négociés, notamment dans les secteurs de l'électricité, des services financiers ou de la santé. Un nouveau paquet de Bilatérales III doit ainsi être créé.

"Les partenariats avec les pays hors Union européenne doivent également être développés", a poursuivi le Vaudois. Enfin, des mesures doivent être prises en Suisse pour rendre les conditions cadre plus favorables à l'emploi et aux assurances sociales.

Reprendre les discussions

Moins concrète, Elisabeth Schneider-Schneiter (Centre/BL) a aussi appelé à poursuivre la voie bilatérale. Les relations avec les pays voisins, quelque peu délaissées par le passé, doivent être renforcées.

"Il faut reprendre les discussions politiques avec l'Union européenne", a également estimé Nicolas Walder (Verts/GE). De nombreuses questions, comme les crises climatique ou sociale, ne peuvent être résolues qu'au niveau global. Des relations étroites avec Bruxelles sont nécessaires.

Les Verts veulent encore des réponses concrètes sur les conséquences de toutes les options sur la table, de la voie de l'isolement à l'adhésion à l'UE, en passant par l'accord institutionnel et l'adhésion à l'EEE. Ils ont déposé un postulat à cette fin.

Dialogue politique à ouvrir

Face à toutes ces critiques, le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis a apporté peu de nouveaux éléments. L'objectif de la Suisse reste de stabiliser la voie bilatérale, en s'engageant notamment à débloquer le milliard de cohésion.

Le message a déjà été envoyé au Parlement, qui se penchera sur le sujet à la session d'automne. Le memorandum l'accompagnant sera aussi rapidement finalisé, a-t-il précisé.

Un dialogue politique sera entamé au niveau ministériel, a continué le conseiller fédéral. Il sera utilisé pour discuter systématiquement des problèmes de mise en oeuvre des accords et leurs développements. Berne continuera en outre à reprendre le droit européen là où c'est dans son intérêt.

Le Tessinois est peu entré dans les détails, renvoyant à plusieurs documents précédemment publiés par le Conseil fédéral pour justifier sa décision.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Le canton de Vaud veut tirer deux jeunes loups au Marchairuz

Publié

le

A la suite de plusieurs attaques avérées sur des bovins dans le Jura vaudois, le canton de Vaud demande une autorisation de tir auprès de la Confédération (photo prétexte). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Suite à plusieurs attaques avérées sur des bovins dans le Jura vaudois, le canton de Vaud veut tirer deux jeunes loups de la meute du Marchairuz. Il en a fait la demande auprès de la Confédération. Objectif: enrayer la dynamique des attaques.

La saison de l'estivage a débuté à la mi-juin. Depuis, plusieurs attaques attribuées à une meute de loups ont été constatées sur des veaux dans la région du Marchairuz, relève lundi le Département de l'environnement et de la sécurité (DGE) dans un communiqué.

La majorité de ces six attaques est imputable au loup, même si la mise à mort par le loup n'a pas pu être prouvée scientifiquement dans tous les cas, a expliqué à Keystone-ATS Frédéric Hofmann, chef de section "chasse, pêche et surveillance" à la DGE.

Comportement déviant

La meute est constituée de quatre loups adultes et de cinq louveteaux. Le canton cible les deux jeunes adultes nés l'an dernier, le cadre légal fédéral interdisant de tuer le couple géniteur, a-t-il précisé.

Cette meute a un comportement déviant et tend à se spécialiser sur les bovins, une nouvelle nourriture providentielle parquée dans des enclos, alors qu'elle a à disposition beaucoup de gibier, notamment des cerfs qui sont normalement sa proie de prédilection. L'objectif est d'enrayer la dynamique et d'éviter que les subadultes ne transmettent leur savoir aux louveteaux.

Ces tirs sont dans l'intérêt des éleveurs et de l'avenir de l'espèce, souligne M. Hofmann. S'ils sont validés par la Confédération, ce sont les garde-faunes qui s'en chargeront.

Dès deux bovins tués

Et le canton de rappeler que depuis la révision de l'ordonnance sur la chasse (OChP), entrée en vigueur le 15 juillet dernier, les meutes de loups peuvent être régulées dès que deux bovins au moins ont été tués sur une période de quatre mois, pour autant que des mesures de protection raisonnables aient été mises en place.

De plus, le loup ne peut être régulé que si la meute concernée s'est reproduite avec succès pendant l'année durant laquelle la régulation a été autorisée.

Réduire au maximum les risques

La Direction générale de l'environnement suit de près la situation sur le terrain. Elle le fait en étroite collaboration avec la Direction générale de l'agriculture, la Fondation Landry et les propriétaires de bétail.

Les dommages causés par le loup aux animaux de rente, sur la base des constats de terrain effectués par les surveillants permanents de la faune, sont indemnisés conjointement, à raison de 80 % à charge de la Confédération et 20 % du canton. Des mesures de protection sont également mises en place de concert avec les éleveurs afin de réduire les risques de nouvelles attaques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le loup frappe encore

Publié

le

La section vaudoise de l'UDC demande des mesures urgentes contre les attaques de loup. (Photo prétexte ©KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN))

Au moins cinq attaques de loup ont été recensées ces derniers jours dans le Jura vaudois. L'UDC Vaud appelle à une réaction rapide. 

Maurice Treboux est agriculteur et député au Grand Conseil. Et ce 27 juillet dernier, il a dû déplorer la mort d'un jeune veau de huit mois. Une victime, sur un troupeau comptant 17 têtes. Ce n'est de loin pas la première fois que l'animal sévit sur le canton.

L'UDC Vaud demande donc au Conseil d'Etat de réagir, car le loup se plaît dans les contrées vaudoises, comme nous le confirme Maurice Treboux :

Maurice Treboux
Député UDC au Grand Conseil - Agriculteur
Maurice TrebouxDéputé UDC au Grand Conseil - Agriculteur

L'UDC vaudois demande donc des mesures urgentes, comme par exemple, une autorisation de tirer qui permettrait – au moins – une solution à court terme.

Maurice Treboux
Député UDC au Grand Conseil - Agriculteur
Maurice TrebouxDéputé UDC au Grand Conseil - Agriculteur

Du côté valaisan, avec quatorze moutons tués, le conseiller d'Etat Frédéric Favre a pu ordonner le tir d'un loup au milieu du mois de juillet. Un changement dans la nouvelle ordonnance fédérale a en effet baissé le nombre de victimes nécessaires avant de pouvoir autoriser le tir.

Le Conseil d'Etat vaudois a finalement empoigné le sujet ce lundi. A la suite de ces attaques sur des bovins, le Département de l’environnement du canton de Vaud annonce transmettre à la Confédération une demande d’autorisation de procéder à un tir de loup.

Continuer la lecture

Vaud

Les Vaudois ont versé 102'516 francs à la mission pour aveugles

Publié

le

Grâce aux dons de Vaudois, CBM Mission chrétienne a pu réaliser plus de 2000 opérations de la cataracte, maladie qui touche aussi les enfants dans les pays pauvres. (Photo prétexte - ©Keystone/AP/DENIS FARRELL)

Les Vaudois font preuve de solidarité à l'égard des personnes aveugles et malvoyantes des pays pauvres. L'an dernier, ils ont fait don de 102'516 francs à CBM Mission chrétienne pour les aveugles, ce qui représente 2050 opérations de la cataracte.

Cette intervention donne la possibilité à des personnes devenues aveugles de recouvrer la vue, souligne lundi la mission. Et de rappeler que plus d'une personne sur trois dans le monde a perdu la vue à cause de la cataracte.

Réalisée sur place, cette intervention de routine coûte l'équivalent d'à peine 50 francs suisses, un montant inaccessible pour les familles frappées de pauvreté. Grâce aux dons reçus, la Fédération CBM International a, elle, pu réaliser l'an dernier 197'000 opérations de la cataracte.

Ce chiffre est inférieur à celui de 2019 (589'000 opérations) parce que les cliniques ophtalmologiques financées par CBM ont dû drastiquement réduire leur activité en raison des confinements répétés. Elles ont dû se consacrer à l'aide d'urgence en matière de Covid-19.

Continuer la lecture

Vaud

La fête nationale a donné du fil à retordre à la police

Publié

le

A Yverdon, les policiers ont essuyé dimanche en fin de soirée des jets de cailloux et des tirs de fusée. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Plusieurs interventions de police ont été menées dans le canton de Vaud pendant le week-end 1er août. Des violences contre les fonctionnaires ont été commises à Prilly. Des fusées ont été volontairement tirées contre les intervenants, blessant légèrement deux d’entre eux. Plusieurs auteurs ont été interpellés.

Samedi, à Prilly, la police et les pompiers sont intervenus pour trois feux de poubelles. À leur arrivée, ils ont été visés par des tirs de fusées. Aucune arrestation n'a été possible, mais des auteurs ont été identifiés, ont communiqué la police cantonale et la police de Lausanne lundi.

Plaintes déposées

Le même scénario s'est reproduit dimanche: dix nouveaux feux (poubelles, affiches, parasols) ont été allumés. Les intervenants ont à nouveau été visés par des tirs de pétards et de fusées, tout comme un scootériste qui souffre d'acouphènes. Deux gendarmes ont été légèrement blessés à la jambe et à l’épaule par ces engins.

Des plaintes pour violences contre les fonctionnaires ont été déposées. Les forces de l’ordre ont interpellé deux mineurs et un adulte, fortement soupçonnés d’être impliqués dans les faits.

Ailleurs dans le canton, un jeune homme de 18 ans a allumé samedi à Puidoux ce qu’il pensait être un fumigène. Il s’agissait en réalité d’un pétard, qui a explosé dans sa main et lui a arraché plusieurs doigts. Il a été emmené à l’hôpital en ambulance.

Jets de pierre à Yverdon

A Yverdon-les-Bains, divers troubles à l’ordre public se sont produits au cours de la soirée. Celle-ci a cependant été moins agitée que celle de l'année dernière, a relevé la police.

Plus particulièrement vers 23h30, dans le quartier de la Villette, théâtre régulier d'affrontements entre jeunes et policiers lors de la fête nationale, des cailloux et des fusées ont été lancés respectivement tirées contre les forces de l’ordre, sans les atteindre. Aucun blessé n’est à déplorer.

De nombreux tirs de fusées et pétards ont également été observés, de même que plusieurs feux d’objets divers. La situation est revenue à la normale vers 02h15. Un individu, soupçonné d’être l’instigateur de ces actes de violence, a été identifié et sera dénoncé.

Et feux à Lausanne

Enfin à Lausanne, une quinzaine d'incendies intentionnels de containers, ainsi que de deux scooters, ont été commis dans plusieurs quartiers (Praz-Séchaud, Boveresses, Devin, Chailly), occasionnant des dégâts matériels. Ces sinistres ont été rapidement maîtrisés et n'ont fait aucun blessé. Personne n'a été interpellé.

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 2019 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Plus de 29'500 personnes ont été hospitalisées en Suisse depuis le début de la pandémie (image d'illustration). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse compte lundi 2019 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et 24 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 63'142 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,20%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 9945, soit 115,04 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,07. Les patients Covid-19 occupent 4,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 67,60%.

Au total 9'023'209 doses de vaccin ont été administrées et 48,20% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 10'162'800 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 5'015'804 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 719'684 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 9'116'277 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'420 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'521.

Le pays dénombre par ailleurs 5548 personnes en isolement et 6389 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 858 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Vous vivez en couple, mais menez votre quotidien en célibataire pour ne pas sacrifier votre liberté... Votre partenaire voudra des explications !

Les Sujets à la Une

X