Rejoignez-nous

Suisse

Le thermomètre baisse encore en Suisse

Publié

,

le

La vague de froid continue de glacer la Suisse. La nuit de lundi à mardi a été encore plus froide que la précédente, avec un pic négatif de -38 degrés enregistré à Glattalp (SZ), à 1850 mètres d’altitude, un endroit inhabité coutumier de ce type d’extrêmes.

Le mercure est descendu à -32 degrés au Petit Cervin (VS/3870 mètres) et -30,9 au Corvatsch (GR/3315 mètres), ont indiqué les services d’informations météorologiques MeteoGroup et meteonews. En Suisse romande, les sommets les plus refroidis ont été Les Diablerets (VD/2966 mètres) avec -25,6 et Les Attelas (VS/2733 mètres) avec -24,8.

Dans les stations de mesures situées à moins de 1000 mètres d’altitude, les températures les plus basses ont été enregistrées à Elm (GL/958 mètres) avec -17,9 degrés, Einsiedeln (SZ/910 mètres) avec -16,2 et Bantiger (BE/942 mètres) avec -15,6. En Suisse romande, le thermomètre a affiché -14,4 à Villars-Tiercelin (VD/813 mètres) et -14,2 à Saignelégier (JU/969 mètres).

A plus basse altitude, où la bise s’est un peu affaiblie, on a mesuré -14,3 à Ebnat-Kappel (SG/620 mètres), -14,1 à Schiers (GR/660 mètres), -13,6 à Linthal (GL/674 mètres) ou -12,8 à Fahy (JU/596 mètres). Dans les villes, le mercure est descendu à -13 à St-Gall, -12,4 à Porrentruy (JU) et -12,3 à Fribourg.

Si le pic de froid, provoqué par un afflux d’air en provenance du nord de la Russie, a été atteint en altitude, ce n’est encore pas le cas en plaine et dans certaines vallées alpines. La nuit de mardi à mercredi, avec un ciel clair et une bise qui va retomber, enregistrera encore une baisse des températures, avertissent les deux services d’informations météorologiques.

Radoucissement pour la fin de l’hiver

La tendance va en revanche nettement s’inverser pour l’arrivée du printemps météorologique le 1er mars, soit jeudi. Le redoux sera même extrêmement spectaculaire en altitude, où les températures, entre mercredi matin et jeudi soir, vont remonter de plus de 20 degrés, passant de -23 à 0 degré à 2000 mètres.

La neige va également faire son apparition à l’ouest dans la nuit de mercredi à jeudi, avant de s’étendre plus à l’est le lendemain. Durant le week-end, on sentira presque un petit air de printemps avec des valeurs qui oscilleront entre 5 et 10 degrés.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Une procédure pénale contre deux espions russes

Publié

le

Le Conseil fédéral a autorisé le Ministère public de la Confédération à ouvrir une procédure pénale à l'encontre de deux ressortissants russes soupçonnés de service de renseignements politique (image symbolique). (©Keystone/ANTHONY ANEX)

Le Conseil fédéral a autorisé le MPC à ouvrir une procédure pénale contre deux ressortissants russes soupçonnés de service de renseignements politique. Il s’agit selon toute vraisemblance des deux hommes qui voulaient espionner le Laboratoire de Spiez (BE).

Après consultation du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), le Département fédéral de justice et police (DFJP) a donné suite à la demande d’autorisation déposée par le Ministère public de la Confédération (MPC) à la fin du mois d’août, a indiqué mardi le DFJP à Keystone-ATS.

Et de préciser qu’en Suisse, la poursuite d’infractions politiques est soumise à l’autorisation du Conseil fédéral. La compétence d’accorder cette autorisation est déléguée au DFJP.

En mars 2017, le MPC a ouvert une enquête contre deux présumés espions russes. Ils étaient suspectés d’avoir mené une cyberattaque contre l’Agence mondiale antidopage, dont le siège européen est à Lausanne.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Des routes « sûres » mais toujours plus chères

Publié

le

Les coûts d’entretien du réseau des routes nationalesatteindront 1,11 milliard de francs en 2030, selon les estimations de l'OFROU (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L’état des routes nationales est satisfaisant. Mais le maintien de ce bon niveau général requiert toujours plus d’investissements. En cause: le vieillissement, l’extension du réseau et sa sollicitation croissante.

En 2017, la Confédération a dépensé 1548 millions de francs pour l’entretien, l’aménagement et l’exploitation des routes nationales indique l’Office fédéral des routes (OFROU). Ces coûts accusent une tendance à la hausse, signale-t-il mardi dans un communiqué, à l’occasion de la publication de son rapport 2017.

Le réseau de routes nationales a été construit pour l’essentiel dans les décennies 1960 à 1980. Une majorité des routes a donc aujourd’hui entre 30 et 50 ans, note le rapport. L’OFROU prévoit par ailleurs une augmentation inéluctable du trafic, qui pèsera naturellement sur les frais d’entretien des routes.

La Suisse s’est dotée des conditions nécessaires au financement de ces infrastructures à court et moyen terme, relève toutefois l’Office fédéral. Le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA), qui entrera en vigueur dès 2018, permettra d’affecter 3 milliards de francs annuels à cet objectif.

Sécurité assurée

Aucune lacune n’est relevée en matière de sécurité, souligne l’OFROU. Le rapport a examiné en particulier les tunnels, les ouvrages d’art, les chaussées et les revêtements. Or ces derniers ont été jugés moyens ou bons dans 95% des cas.

Aucun ouvrage d’art n’est dans un état considéré comme alarmant, et la sécurité est garantie en tout temps, relève encore le rapport. La Confédération entend toutefois investir davantage dans l’entretien de ces ouvrages, afin d’en assurer le niveau de qualité élevé à long terme.

L’état des tunnels et des ouvrages souterrains a été estimé bon ou acceptable dans 80 % des cas et il en va de même pour les équipements de sécurité. Aucune mesure urgente n’est requise dans ce domaine non plus.

Augmentation prévisible

L’OFROU publie pour la deuxième fois son rapport sur l’entretien, l’aménagement et l’exploitation des routes nationales. Son objectif est d’examiner l’usage et l’impact des montants investis.

Ce rapport comprend des projections quant à l’augmentation des besoins financiers. Il fait état d’une hausse prévisible de 63% à l’horizon 2030. Celle-ci tient compte des besoins identifiés en matière d’achèvement et d’aménagement du réseau.

Fin 2017, le réseau de routes nationales comptabilisait au total 1855 kilomètres. Selon les estimations de l’office, près de 82 milliards de francs seraient nécessaires aujourd’hui pour le construire à nouveau.

Le réseau national comprend 459 tunnels et ouvrages souterrains. 4’556 ponts autoroutiers jalonnent également le réseau. Le pont le plus haut (113 m) est le Pont sur la Mentue et le pont le plus long (3’155 m) est le viaduc d’Yverdon, tous deux situés dans le canton de Vaud.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Nouveau système de redevance radio-tv dès 2019

Publié

le

Billag ne sera plus qu'un souvenir dès 2019. L'entreprise Serafe récoltera la redevance radio-TV, qui sera abaissée à 365 francs par an (archives), (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Dès l’année prochaine, tout le monde, ou presque, devra payer la redevance radio-TV. Pour les ménages, elle sera de 365 francs par an, soit 86 francs de moins qu’actuellement. Pour les entreprises, elle dépendra du chiffre d’affaires.

L’Office fédéral de la communication (OFCOM) a expliqué mardi les détails de la perception de la nouvelle redevance. Le nouveau système sera plus simple et moins cher, a affirmé le directeur de l’OFCOM Philipp Metzger devant la presse. Dès 2020, les tarifs seront réexaminés tous les deux ans en vue d’une baisse.

La redevance ne sera plus liée à la possession d’un appareil permettant de recevoir la télévision ou la radio. Elle sera unique et ne distinguera plus ces deux médias. Elle sera perçue par l’entreprise Serafe. Billag a envoyé ses dernières factures fin septembre.

Facturation échelonnée

Comme actuellement, la facture pourra être payée pour toute l’année ou par période de trois mois. Chaque facture mentionnera tous les membres majeurs d’un ménage. Serafe pourra exiger de chacun qu’il s’acquitte de la taxe, mais une seule fois par ménage.

La facturation continuera d’être échelonnée pendant l’année entre douze groupes de ménages. Pour assurer la transition, une facturation partielle, pour la période allant jusqu’à un certain mois, est prévue.

Un seul groupe recevra en janvier la facture totale pour l’année. Les autres recevront deux factures: une partielle en janvier puis une annuelle au cours de l’année. Le groupe « juillet » recevra ainsi en janvier une facture jusqu’à fin juin, puis ensuite une facture pour juillet à fin juin de l’année suivante.

Une campagne d’information est prévue. En plus d’un centre d’appels et d’un site web, 3,5 millions de fiches seront distribuées en janvier. Puis presqu’autant suivront durant l’année, selon le responsable de la communication de Serafe Erich Heynen.

Exemptions

Tous les ménages ne devront pas payer la redevance. Sur demande et moyennant attestation, les personnes recevant des prestations complémentaires annuelles à la rente AVS ou AI de la Confédération seront exemptées. Les données ayant été transmises de Billag à Serafe, les ménages déjà concernés ne devraient pas recevoir de facture l’an prochain.

Les ménages composés uniquement de sourds/aveugles ne doivent pas payer la redevance, pas plus que le monde diplomatique étranger. Pendant une période transitoire de cinq ans, il sera aussi possible aux ménages qui ne peuvent recevoir la TV ou la radio de demander d’être affranchis de la taxe.

Ils devront déposer une requête dès la réception de la facture. L’exemption vaudra pour un an. Une nouvelle demande devra à chaque fois être déposée. L’OFCOM pourra mener des contrôles pour s’assurer que ces ménages ne disposent pas de moyens techniques (radio, poste de TV, ordinateur, tablette, smartphone) de recevoir des programmes et engager une procédure pénale administrative le cas échéant.

Une nouvelle redevance de 730 francs par an sera perçue pour les ménages collectifs (EMS, maison de retraite, foyer d’étudiants, hôpital, prison, centre d’hébergement de requérants d’asile ou monastère par exemple). L’organe responsable du ménage collectif sera débiteur du montant.

Entreprises

Les entreprises sises en Suisse devront quant à elles s’acquitter auprès de l’Administration fédérale des contributions de la redevance dès que leur chiffre d’affaires mondial total aura dépassé 500’000 francs. Pour calculer ce dernier, les prestations exonérées ou non soumises à la TVA seront aussi prises en compte.

La taxe variera de 365 à 35’590 francs par an en fonction de six groupes de chiffre d’affaires, le dernier regroupant ceux de plus d’un milliard. Avec un chiffre d’affaires entre 500’000 francs et un million, une entreprise ayant enregistré des pertes ou un bénéfice inférieur à 3560 francs pourra se faire rembourser la redevance l’année suivante.

Les sociétés sous direction commune pourront être taxées ensemble. Le groupe devra comprendre au moins 30 entreprises. Les services autonomes d’une collectivité publique assujettis à la TVA peuvent aussi se regrouper.

Pour 2019, la taxation se fera sur la base des chiffres d’affaires de 2017. Au total, 138’099 entreprises (soit un quart du total) devraient s’acquitter de la redevance. Leur obole devrait représenter 163 millions sur les 1,37 milliard de francs que devrait rapporter la redevance.

L’essentiel de cette manne (1,2 milliard) ira à la SSR. Les radios régionales et locales se partageront 31 millions et les TV 50 millions. Serafe gardera une vingtaine de millions et une réserve de quelque 34 millions est prévue.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Une action contre l’initiative UDC sur « l’autodétermination »

Publié

le

Des opposants à l'initiative de l'UDC pour l'autodétermination ont manifesté à Berne avec un cheval de Troie. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

L’initiative pour l’autodétermination représente « un cheval de Troie pour la démocratie et les droits humains », dénonce l’Alliance de la société civile. Elle a organisé une action sur la Place fédérale pour mettre en lumière les aspects négatifs du texte de l’UDC.

« Sous le couvert trompeur de ‘l’autodétermination’, les initiants veulent attaquer de façon inaperçue le fondement de notre démocratie », avertit Andrea Huber, directrice de l’Alliance, citée dans un communiqué diffusé lundi.

Et de poursuivre: « En cas de oui à cette initiative, un cheval de Troie, qui ouvrirait la porte à l’arbitraire et la discrimination, serait introduit dans notre Constitution ».

C’est avec un « vrai » cheval de Troie que l’Alliance de la société civile a donné à midi sur la place de la gare à Berne le coup d’envoi de son tour de la ville. Par cette action, l’Alliance veut rendre attentif à « la fourberie de l’initiative » et démasquer au grand jour la tentative de tromperie de la campagne UDC.

L’Alliance composée de 120 ONG souhaite également mobiliser les opposants à l’initiative à l’aide d’un clip vidéo satirique. Le clip de campagne plonge le spectateur à l’intérieur du cheval de Troie. On y découvre Andreas Glarner, Roger Köppel, Magdalena Martullo-Blocher et des soldats UDC qui planifient leur coup.

Campagne d’Amnesty International

Amnesty International Suisse, qui est partenaire de l’Alliance, a lancé sa propre campagne lundi. L’organisation appelle les citoyens à glisser un « non » dans les urnes le 25 novembre.

« L’initiative sur l’autodétermination est une tromperie: au lieu, comme le prétendent ses supporters, de renforcer la démocratie, elle affaiblit les droits des citoyens du pays », explique sa directrice Manon Schick.

Et d’ajouter qu’en cas de « oui », la Suisse pourrait devoir quitter le Conseil de l’Europe et dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). « Cela ne représenterait pas uniquement un dommage irréparable pour l’image de la Suisse, mais nous perdrions également la protection de nos droits par la CEDH et la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg ».

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Doris Leuthard ovationnée par son parti

Publié

le

La conseillère fédérale Doris Leuthard avec les prétendants connus à sa succession: Heidi Z'graggen, Elisabeth Schneider-Schneiter und Peter Hegglin. (©KEYSTONE/URS FLUEELER)

Un an, jour pour jour, avant les fédérales, le PDC a lancé à Lucerne sa campagne électorale en récoltant les premières signatures pour son initiative de frein aux coûts de la santé. Les délégués du parti ont en outre ovationné Doris Leuthard à deux mois de son départ.

A la tribune de l’assemblée, la conseillère fédérale du parti a souligné qu’il n’était pas encore question pour elle de dire adieu. Le président du PDC Gerhard Pfister l’a pourtant remerciée d’ores et déjà pour son travail au sein du gouvernement.

L’Argovienne est « une des plus fortes personnalités au Conseil fédéral » dans l’histoire de la Suisse, a-t-il souligné « Oui, Doris, tu as façonné la Suisse », a dit Gerhard Pfister. Et de rendre hommage à sa faculté de « créer des majorités, là où des blocs immuables se faisaient face ».

Faisant allusion à l’UDC, Gerhard Pfister a conclu: « le PDC n’a peut-être qu’un siège au Conseil fédéral avec toi, mais deux dans les faits, alors que d’autres partis ont deux sièges au Conseil fédéral, mais prétendent parfois n’avoir qu’un demi-conseiller fédéral. »

Doris Leuthard a eu droit à une « standing ovation » des délégués présents. La course à sa succession n’a en revanche pas été évoquée durant l’assemblée. Le PDC a aussi remercié chaleureusement sa secrétaire générale sur le départ, Béatrice Wertli. Elle a cédé le témoin à sa successeure Gianna Luzio.

« Courage » du PDC

Avant que les délégués ne se rendent en ville pour récolter les 1000 premières signatures pour l’initiative du PDC en faveur d’un frein aux coûts de la santé, le président démocrate-chrétien a vanté les mérites de ce texte.

« Le frein à l’endettement a apporté à la Suisse des finances saines ces dernières années. Notre initiative va apporter exactement la même chose à notre système de santé. » Et d’ajouter que le PDC est le seul parti au centre et à droite ayant eu le courage de lancer une initiative populaire pour résoudre ce problème.

L’initiative exige que la Confédération et les cantons prennent des mesures incitatives contraignantes lorsque l’augmentation des coûts moyens annuels par personne assurée dans l’assurance maladie obligatoire est supérieure d’un cinquième à l’évolution des salaires nominaux. Si besoin, ces mesures doivent aussi comprendre des sanctions.

UDC, PLR et PS accusés de blocages

Devant l’assemblée, Gerhard Pfister a souligné que la Suisse devait retrouver le chemin de la mesure et du centre lors des élections fédérales d’octobre 2019. Il s’en est pris aux autres partis gouvernementaux qu’il accuse de bloquer les réformes.

Le Zougois a particulièrement critiqué l’attitude sceptique de l’UDC, d’une partie du PLR et du PS après le compromis obtenu aux Chambres fédérales sur la réforme de la prévoyance vieillesse et la réforme fiscale 17. Ces trois partis « ne savent plus faire de la politique pragmatique. Ils s’accommodent des dégâts que subiront l’AVS et l’économie suisse » en cas de refus de la réforme par le peuple suisse.

« Le PDC est le seul parti uni et attaché au projet fiscal 17. » Ceux qui le combattent mettent en danger la prospérité en Suisse, a accusé Gerhard Pfister.

Une Doris Leuthard engagée

Dans son dernier discours de ministre devant les délégués démocrates-chrétiens, Doris Leuthard est venue défendre le « non » à l’initiative dite d’autodétermination de l’UDC, soumise au peuple le 25 novembre prochain. Ce texte fait croire qu’il défend la démocratie directe, mais il affaiblit en réalité la Suisse et porte atteinte à ses valeurs, a-t-elle dénoncé. Il porte atteinte à la réputation d’Etat de droit fiable de la Suisse.

La conseillère fédérale a souligné l’importance du rôle de la Cour européenne des droits de l’homme pour la Suisse ainsi que celle des nombreux traités internationaux que la Suisse devrait résilier en cas de « oui » à l’initiative. « Nous ne sommes pas une grande puissance. Nous avons besoin d’accords internationaux. Ceux-ci protègent les petits contre la loi du plus fort. »

Une renégociation de ces traités constituerait un « monstre bureaucratique » et entraînerait une incertitude fatale à l’égard de la Suisse. Dans une situation juridique peu claire, les entreprises risqueraient de se détourner de notre pays, a déploré Doris Leuthard.

 

(ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Evitez toute forme de précipitation et réfléchissez deux fois avant d’agir. Sachez attendre votre heure, vous ne tenez pas le couteau par le manche en ce moment.

Publicité

Les Sujets à la Une

X