Rejoignez-nous

Suisse

Nombre de retraits de permis stable en Suisse en 2017

Publié

,

le

Le nombre de retraits de permis de conduire a été quasiment stable en Suisse en 2017. Il s'est élevé à 84'727 cas, soit 534 de moins qu'en 2016. Comme les années précédentes, les principaux motifs étaient une vitesse excessive et la conduite en état d’ébriété.

Les annulations de permis de conduire à l'essai ont entraîné 1312 confiscations, contre 1432 l'année précédente, a indiqué mardi l'Office fédéral des routes (OFROU). Les excès de vitesse ont été la cause de 28'449 retraits, ce qui représente une diminution de 2,7%. Cette tendance est observée depuis 2010.

Dans 13'620 cas, le permis a été retiré pour cause de conduite sous l'emprise de l'alcool, un chiffre en repli de près de 10% par rapport à 2016. Dans cette catégorie aussi, le nombre de retraits ne cesse de diminuer depuis 2010.

La situation est en revanche bien différente concernant le nombre de permis retirés pour conduite sous l'influence de drogues, en augmentation constante depuis 2009. Pas moins de 5047 cas ont été dénombrés en 2017, soit une progression de 8% par rapport à 2016.

L'OFROU a enregistré un recul du nombre de retraits chez les personnes se révélant être inaptes à la conduite du fait de leur dépendance à l'alcool ou aux drogues. La baisse atteint 21% pour l'alcool (1721 cas) et 6% pour la toxicomanie (3226).

Inattention et distraction

Parmi les autres motifs, 8411 retraits ont été prononcés pour cause de mise en danger de la vie d'autrui par inattention et 1662 autres pour distraction (par exemple téléphoner, naviguer sur son téléphone ou manger au volant). Dans les deux cas, ces chiffres sont en repli, de respectivement 4% et environ 2%, par rapport à l’année précédente.

Le nombre de retraits dus à l’inattention poursuit sa tendance à la baisse entamée en 2012. En revanche, la forte augmentation depuis 2013 des retraits dus à la distraction du conducteur (+88% entre 2013 et 2016) connaît un coup d'arrêt.

L'année passée, 6004 permis ont été retirés parce que leurs titulaires étaient inaptes à la conduite en raison d’une maladie ou d’une infirmité. Dans 1257 cas, les personnes concernées se situaient dans la classe d’âge des 70-74 ans, tandis que dans 2157 cas, elles étaient âgées de 75 ans ou plus.

Par rapport à l’année précédente, ces chiffres progressent dans les deux classes d’âge, de respectivement près de 12% et 16% environ. En revanche, chez les personnes de moins de 70 ans, le nombre de retraits de permis a fléchi de quelque 4% pour s’établir à 2590.

Outre les 84'727 permis suisses retirés en 2017, 20'816 personnes se sont vues interdire l'usage de leur permis de conduire étranger. Cela représente une augmentation de près de 2% par rapport à l’année précédente (20'482 cas). Pour les permis étrangers, les excès de vitesse ont été le premier motif de retrait.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Lausanne et Genève-Servette continuent leur série

Publié

le

Boum ! Le duo Teemu Hartikainen - Linus Omark a doublement frappé sur les deux premiers buts de Genève-Servette. Un but et un assist chacun. (© KEYSTONE/POSTFINANCE/MARCEL BIERI)

Vainqueur de Davos (5-4 tab) le Lausanne HC continue de lorgner les pré-play-off. Soirée également faste pour Ajoie, Genève-Servette et surtout Bienne.

Cinquième victoire consécutive pour le Lausanne HC! Depuis l'arrivée du gardien finlandais Eetu Laurikainen, les Vaudois demeurent invaincus. Ils n'en ont pas moins égaré un point en ne s'imposant qu'aux tirs au but face à Davos (5-4). Durant 48 minutes, les hommes de Geoff Ward ont confirmé leur forme actuelle. Michael Raffl (5e) et Damien Riat (9e) ont fait le break d'entrée de jeu, avant de voir les Grisons fondre sur eux et égaliser à la 60e minute par Matej Stransky, à 6 contre 5. Aux tirs au but, Lausanne a marqué quatre fois (3x Sekac, 1x Raffl), Davos trois fois (2x Stransky et 1x Nordström).

Bienne: Rajala en feu

Le HC Bienne a fait régner sa loi face à Rapperswil (3-0). Les Seelandais ont ouvert la marque dès la 60e seconde, à la suite d’une triangulation Rajala-Hischier-Sallinen. Passeur sur le 1-0, Toni Rajala s'est ensuite mué en buteur (14e). Meilleur compteur de National League, Roman Cervenka a été renvoyé aux vestiaires dès la 8e minute pour comportement antisportif envers le corps arbitral. Une première pour lui depuis le 27 février 2021.

Ajoie a longtemps pensé l'emporter dans le temps réglementaire. Les Jurassiens se sont finalement contentés d'un succès en prolongation à Ambrì-Piotta, via le doublé de Thibault Frossard (4-3 à la 65e). Bien organisés devant Tim Wolf, les Ajoulots ont mené 2-0 puis 3-1, avant de plier à trois reprises entre les 40e et 48e minutes, face à des Léventins dominateurs dans le jeu.

Gottéron perd à la distance

Au complet pour la première fois de la saison, Fribourg-Gottéron a dû courir au score face aux Zurich Lions. Un superbe solo de Raphaël Diaz (27e) a permis d'effacer l'erreur à la relance de Mauro Dufner dont avait su profiter Jérôme Bachofner dès la 7e minute. Aux tirs au but, deux réussites de Garrett Roe ont donné la victoire au "Z". Seul David Deharnais a fait mouche en six tentatives fribourgeoises (1-2). La rencontre a été ternie par la blessure d'un jeune spectateur touché par un puck.

Genève Servette a peiné pour obtenir son septième succès consécutif. Les joueurs de Jan Cadieux ont eu besoin d'un but décisif de Tanner Richard à la 62e. A l'Ilfis, contre un Langnau qui les avait battus précédemment à deux reprises, les Genevois ont aussi pu compter sur le 13e but en supériorité numérique de Teemu Hartikainen, une réussite de Linus Omark et une de Vincent Praplan pour compenser le doublé d'Aleksi Saarela et la première réussite sous le maillot des Tigers de Matthias Rossi.

Trois jours après la claque subie face à Fribourg Gottéron (1-6), Lugano l'a emporté à Zoug (4-1), grâce notamment au premier but en Suisse du Tchèque Lukas Klok. Vainqueurs pour la quatrième fois en autant de matches face aux champions de Suisse, les visiteurs se retrouvent 10e au classement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Motos sur les voies de bus: le MCG revient à la charge, en vain

Publié

le

Le MCG voulait relancer les tests pour autoriser les motos et les scooters à utiliser les voies de bus. Sa proposition a été refusée par la majorité du Grand Conseil (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Genève, le MCG voulait relancer les tests permettant aux motos et aux scooters de circuler sur les voies de bus afin de gagner du temps. La motion en ce sens lancée par le parti a été refusée vendredi par le Grand Conseil genevois.

Deux tests avaient déjà été menés en 2017 et 2018 sous l'impulsion de Luc Barthassat, alors ministre des transports. L'expérience n'avait pas été renouvelée par son successeur, Serge Dal Busco, qui avait communiqué les résultats peu concluants de ces tests.

Pour rappel, il avait été constaté que les motos avaient gagné deux minutes aux heures de pointe, mais que rien n'avait changé pour les autres usagers. De plus, les deux-roues motorisés avaient commis plus d'excès de vitesse.

Le MCG, l'UDC et le PLR ont remis en cause la pertinence de ces résultats, notamment en raison de la durée trop courte pendant lesquels ils ont été menés. Ces trois partis auraient voulu poursuivre les tests sur d'autres axes. Le PLR a plaidé pour une solution pragmatique.

Cette revendication a soulevé un tollé à gauche. "Autoriser les deux-roues motorisés sur les voies de bus était une mauvaise idée qui allait à l'encontre de la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée", a souligné la Verte Marjorie de Chastonay. Acceptée en votation en 2016, cette loi donne la priorité aux transports publics et à la mobilité douce dans les centres urbains. La motion a été refusée par 49 voix contre 44.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une commission veut décourager les cas bénins aux urgences

Publié

le

Une taxe pourrait être imposée aux Urgences pour les cas bénins (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les patients se rendant aux urgences pour des cas bénins pourraient être taxés ou voir leur quote-part augmentée. La commission de la santé du National a entamé des travaux législatifs en ce sens, en dépit des nombreuses critiques que le projet suscite.

Les urgences sont sous pression. Pour les soulager, la commission veut instaurer une incitation financière dissuasive. L'idée est partie d'une initiative parlementaire de l'ancien conseiller national vert'libéral Thomas Weibel (PVL/ZH).

Pluie de critiques

Le Zurichois demandait une taxe pour toute admission aux urgences, Celle-ci ne serait pas imputée sur la franchise ou la participation aux coûts. Les enfants et les adolescents, de même que les patients envoyés par un médecin et les malades dont le traitement nécessite par la suite une hospitalisation, en seraient exemptés.

Un tel projet a cependant récolté une pluie de critiques. Les cantons ont fait savoir leur opposition dans une lettre à la commission, dont plusieurs médias se sont fait l'écho. "La taxe aux urgences n’aurait non seulement aucun effet de maîtrise des coûts, mais contribuerait à peine au désengorgement des services", écrit la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé.

L'initiative risque en outre de générer une surcharge de travail. Le conseiller national et médecin Michel Matter (PVL/GE) rappelle en outre qu'une prise en charge tardive coûte aussi très cher.

Femmes enceintes et mineurs exemptés

La commission semble avoir pris en compte ces critiques. Elle propose désormais deux variantes, indiquent vendredi les services du Parlement. La première prévoit une taxe chaque fois qu’un assuré a recours à un traitement d’urgence. A moins qu'il ne s'agisse d'une réelle urgence.

La deuxième mise sur une augmentation de 50 francs de la quote-part de l'assuré, si ce dernier se rend aux urgences sans y avoir été envoyé par un médecin, un centre de télémédecine ou un pharmacien. Dans les deux variantes, les femmes enceintes et les mineurs seraient exemptés de la dissuasion financière.

Certains membres de la commission auraient souhaité explorer d'autres pistes pour décharger les urgences. Une proposition de motion, chargeant le Conseil fédéral de prendre des mesures en concertation avec les associations concernées et s’inspirant des modèles pratiqués à l’étranger, a toutefois été rejetée par 12 voix contre 12, avec la voix prépondérante de la présidente.

Une proposition de classement de l’initiative a également été rejetée par 13 voix contre 10 et avec 1 abstention.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Course de Côte de Verbois décroche un soutien symbolique

Publié

le

La Course de Côte de Verbois (GE) se déroule chaque année sur deux jours. Une pétition demandait son interdiction (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/BAS CZERWINSKI)

La Course de Côte de Verbois, rendez-vous prisé des amateurs de motos, obtient un soutien symbolique de la part du Grand Conseil genevois. Amenés à se prononcer sur deux pétitions, l'une émanant des opposants et l'autre des partisans de cette compétition, les députés ont refusé de crucifier cette manifestation gratuite et populaire.

La Course de Côte de Verbois, qui se tient sur deux jours en automne, cristallise les tensions. Une pétition lancée par des riverains, excédés par les nuisances sonores et environnementales causées par les motards pendant la course mais aussi par ceux qui viennent s'entraîner sur le tronçon toute l'année, demandait son interdiction.

L'organisateur de la course, soit le Norton Sport Club, avait répliqué par une contre-pétition qui demandait de classer la première pétition. Le Grand Conseil a débattu vendredi de ces deux objets. Au final, la pétition demandant l'interdiction de la course a été simplement déposée sur le bureau du Grand Conseil alors que la seconde a été renvoyée au Conseil d'Etat.

Selon le rapporteur de majorité, le PLR Jean Romain, cette course fait effectivement du bruit, mais elle est conviviale et festive. "Deux jours de bruit valent peut-être une fête à la campagne", a lancé M.Romain. Selon ce député, derrière cette demande d'interdiction se cache un autre combat: celui de ceux qui ne supportent pas le trafic individuel motorisé.

"Casser les oreilles"

Le socialiste Sylvain Thévoz, rapporteur de minorité et publiquement opposé aux motards, a dénoncé les nuisances sonores de la course qui s'inscrit, selon lui dans un périmètre écologique protégé au bord du Rhône. "Cette pétition n'est pas extrémiste", a-t-il relevé. Elle reflète le sentiment des riverains qui en ont marre de se faire casser les oreilles, pendant la course, mais aussi le reste de l'année, a-t-il argumenté.

Les Verts ont préféré s'abstenir sur les deux pétitions tout en demandant l'installation de radars anti-bruit sur le tronçon prisé par les motards. Les socialistes ont laissé pour leur part la liberté de vote. La première pétition a été déposée sur le bureau du Grand Conseil par 53 voix contre 15 et 15 abstentions, alors que la seconde a été renvoyée au Conseil d'Etat par 52 voix contre 16 et 15 abstentions.

Six virages

La Course de Côte de Verbois est le seul événement motorisé du canton à l'accès libre pour le public. Il attire entre 3000 et 10'000 spectateurs selon les années. Les pilotes effectuent six virages serrés sur un parcours allant de l'usine du barrage de Verbois jusqu'à la route du Mandement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Un accord pour franchir un nouveau cap dans l'agriculture bio

Publié

le

Le soutien de l'Etat de Vaud pour l'agriculture biologique prévoit de confier à BioVaud la gestion administrative et la coordination des activités de promotion et de recherche appliquée réalisées par les différents acteurs de l'agriculture du canton (photo symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le Canton de Vaud franchit un nouveau cap dans son soutien à l'agriculture biologique. Il a signé vendredi un accord avec l'association faîtière BioVaud, privilégiant ainsi un seul interlocuteur pour plus d'efficacité. La subvention allouée sera d'environ 800'000 francs par année pour un total de 4,2 millions jusqu'en 2027. La convention est renouvelable pour une durée de cinq ans.

Elle a été paraphée entre le Département des finances et de l'agriculture (DFA) et BioVaud, créé en 2009 et réunissant 430 producteurs bio dans le canton, au centre de formation Agrilogie de Marcelin, en présence de la conseillère d'Etat Valérie Dittli. Elle porte sur le soutien financier alloué à la coordination et à la réalisation des activités de promotion, de recherche et de développement pour l’agriculture biologique vaudoise.

"Sans entamer les moyens consacrés à l'agriculture raisonnée, la subvention octroyée augmente sensiblement et pérennise l'aide du canton au secteur bio", expliquent les services de Mme Dittli.

Valérie DittliConseillère d'Etat vaudoise en charge des finances et de l'agriculture

Cette hausse est toutefois conditionnée à l'atteinte d'objectifs tant quantitatifs que qualitatifs fixés avec la Direction générale de l'agriculture, de la viticulture et des affaires vétérinaires (DGAV) dans le cadre d’un programme annuel d'activité, précisent-ils. Ils seront vérifiés au moyen d'un rapport annuel.

Mieux fédérer

"Nous souhaitons par cette convention encourager les pratiques agricoles permettant de concilier l'agriculture productrice et nutritive avec la préservation des ressources naturelles. BioVaud constitue un des acteurs clés de l'agriculture biologique vaudoise, et nous comptons sur cette institution pour fédérer les différents acteurs du canton", a déclaré Mme Dittli.

Valérie DittliConseillère d'Etat vaudoise en charge des finances et de l'agriculture

Le but est de créer des synergies parmi les différents partenaires et de développer une cohérence d'ensemble. Il s'agira également d'établir des réseaux promotionnels destinés à valoriser la production labellisée Bio Suisse en "constante progression".

Priorité à l'innovation

Ce subventionnement "global et durable" prévoit donc de confier à BioVaud la gestion administrative et la coordination des activités de promotion et de recherche appliquée réalisées par les différents acteurs de l'agriculture du canton.

L'accord signé concerne tous les secteurs de l'agriculture bio: grandes cultures, production animale, estivage, cultures spéciales (viticulture), arboriculture fruitière et cultures maraîchères.

Matthieu GlauserPrésident de Bio Vaud

L'aide financière sera consacrée "en priorité à la mise en ½uvre de méthodes ou de solutions innovantes à l'échelle suisse ou vaudoise". Le DFA cite en exemple l'identification de variétés résistantes et adaptées à l'évolution des conditions climatiques ou la mise en place de techniques culturales permettant une meilleure préservation de la fertilité des sols et du taux d'humus.

Programme législature et Plan climat

L'Etat de Vaud rappelle que ce projet s'inscrit d'une part dans le cadre du Programme de législature du Conseil d'Etat, dont l'une des mesures prioritaires vise à développer l'autonomie et la diversification de la production agricole. Et d'autre part, il est en cohérence avec le volet agricole du Plan climat, qui encourage les différentes pratiques de production respectueuses de l'environnement, dont l'agriculture biologique est emblématique.

Depuis une douzaine d'années, l'association BioVaud a comme objectifs de promouvoir l'agriculture biologique, de transférer les connaissances entre ses membres, de soutenir les projets-pilotes dans les exploitations et d'assister la recherche et le développement au sein des entités spécialisées.

Matthieu GlauserPrésident de Bio Vaud

Depuis 1996, la surface des terres consacrées à l'agriculture biologique dans le canton est passée de 767 à 11'900 hectares en 2020. La part des surfaces exploitées en bio a progressé ainsi de 0,7% à 11% de la surface agricole utile, offrant encore de bonnes opportunités de progression, souligne encore le DFA.

Lena Vulliamy avec Keystone ATS

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Dans votre job, les choses s'animent bénéfiquement. Besoin de faire le point avec vous-même pour savoir ce que vous voulez vraiment.

Les Sujets à la Une

X