Rejoignez-nous

Suisse

Un froid sibérien sur la Suisse dès lundi

Publié

,

le

Un froid sibérien passera sur la Suisse entre lundi et mercredi. Les températures ressenties en plaine se situeront entre -14 et -16°C, selon MétéoSuisse. Des embruns congelants pourraient assaillir les bateaux amarrés aux rives lacustres et les voitures à proximité.

Les températures ne devraient pas dépasser les -5°C, mais à cause de la bise, les habitants devraient ressentir des valeurs environ dix degrés plus basses, a indiqué samedi à l'ats Anick Haldimann, prévisionniste à MétéoSuisse. A 2000 mètres, le thermomètre devrait descendre jusqu'à -17°C, et les températures ressenties à -30°C.

Ce type de situation est rare, mais pas exceptionnel, selon la météorologue. Elle renvoie à un cas similaire survenu durant l'hiver 2005. Des embruns congelants avaient amené du verglas sur les rives lacustres et certains bateaux amarrés s'étaient remplis de glace avant de couler. En bordure des lacs, des voitures avaient été recouvertes d'une épaisse couche de glace.

Ce froid est causé par "l'anticyclone sibérien, qui s'étend jusqu'en Suisse", précise encore Mme Haldimann. "L'air froid de la semaine prochaine nous viendra directement de Sibérie."

De la neige dès jeudi

L'Organisation météorologique mondiale a expliqué vendredi le phénomène en mentionnant des conditions inhabituelles marquant la fin de l'hiver dans l'hémisphère nord, une situation nommée "réchauffement stratosphérique soudain". En raison d'une dépression d'altitude importante près du pôle, les vents, généralement d'ouest, ralentissent ou même s'inversent en quelques jours.

Ils tracent ainsi souvent la voie à des vents d'est glaciaux provenant de Sibérie. Simultanément, on observe une vague de froid étendue à toute l'Europe et des températures anormalement hautes dans l'Arctique.

Dès jeudi en Suisse, la neige entrera dans la danse. Les flocons tomberont jusqu'en plaine. Le mercure devrait remonter lentement, surtout en montagne, selon MétéoSuisse. En plaine, il faudra attendre plus longtemps pour que le froid s'en aille.

SOURCE : ATS (Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Zurich: rue occupée contre le racisme

Publié

le

Des jeunes gens ont manifesté lundi à Zurich contre le racisme après la mort de George Floyd à Minneapolis il y a une semaine. (©KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)
Plus d'un millier de personnes ont manifesté contre le racisme lundi à Zurich. Le décès de George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation à Minneapolis provoque un tollé en Suisse aussi. A Genève, un rassemblement a été avorté.

La manifestation de Zurich a eu lieu dans le calme, tandis que la police se tenait à l'écart. Les participants n'honoraient en revanche pas les distances requises en lien avec le coronavirus et l'interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes.

A Genève, les autorités avaient elles entendu parler de possibles regroupements lundi en milieu d'après-midi, en hommage à l'Afro-Américain décédé. "Il y avait une forte présence policière. Nous sommes allés au contact", a expliqué à Keystone-ATS le porte-parole du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES), Laurent Paoliello.

A peine après avoir déployé une banderole, la plupart parmi la trentaine de personnes réunies se sont dispersées en courant. A l'exception de deux d'entre elles, dont l'identité a été relevée, et d'une interpellée parce qu'elle ne pouvait pas prouver la sienne, selon le porte-parole. Des amendes d'ordre seront prononcées pour cette manifestation non autorisée.

La décès de George Floyd étouffé lors d'une opération de police à Minneapolis il y a une semaine a fait souffler un vent de révolte aux Etats-Unis, mais aussi dans le reste du monde. Minneapolis et plusieurs villes américaines comme Los Angeles, San Francisco et New York sont sous haute tension, tandis que les manifestations se succèdent, en se transformant en émeute dans certains endroits.

Au moins 40 villes américaines ont imposé des couvre-feux la nuit, y compris Washington. Les rassemblements se sont maintenant étendus hors des Etats-Unis comme au Canada, en Nouvelle-Zélande ou en Iran.

Continuer la lecture

Suisse

Pentecôte: les Suisses se remettent à vivre

Publié

le

A Lausanne, le bord du lac a été pris d'assaut. Les quais libérés des voitures ont été particulièrement prisés. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Les lieux de détente ont été pris d'assaut ce week-end de Pentecôte. Les Suisses se sont précipités sur les bords de lac ou en montagne, provoquant la fermeture de certaines routes. Les transports publics ont été bien fréquentés, mais le masque reste l'exception.

Les cars postaux étaient bien remplis, notamment sur les lignes menant à des points de départ de randonnées. L'affluence a été plus forte que lors du week-end de l'Ascension, mais moins que pour un week-end normal de Pentecôte (20 à 30 % de moins), a précisé Valérie Gerl, porte-parole de CarPostal.

En Suisse romande et alémanique, moins de 5% des voyageurs sont munis d'un masque, malgré les vidéos incitatives en ce sens diffusées dans les véhicules.

Les trains ont eux connu un taux d’occupation variable selon les lignes, qui a atteint jusqu’à 80% sur certains tronçons. Aucun problème particulier n’a été signalé, selon Jean-Philippe Schmidt, porte-parole.

Baignade en eaux vives

En Suisse romande, les Genevois ont été nombreux à profiter des allègements annoncés cette semaine par le Conseil fédéral. Aucun problème n'a été observé, selon les autorités cantonales.

Ce premier week-end autorisant les réunions jusqu'à 30 personnes a été "très positif", explique un porte-parole. Les quelques amendes d'ordre prononcées étaient toutes liées au stationnement de véhicules dans les zones encore sanctuarisées par les autorités.

Parmi les points courus, près d'une trentaine de sites de baignade en eaux vives pouvaient rouvrir en se conformant aux recommandations de distanciation physique, qui ont été bien respectées.

Bye-bye les voitures

A Lausanne, le bord du lac a attiré les foules. Les quais de Belgique et d'Ouchy libérés des voitures ont été particulièrement prisés. Rouler à vélo sans crainte d'être renversé est désormais une réalité tous les week-ends jusqu'en septembre.

En Valais, la police n'a pas eu matière à intervenir, a-t-elle indiqué lundi après-midi. Certains bistrots de Monthey n'ont cependant pas respecté l'obligation de fermer de minuit à 06h00 du matin, restant ouverts jusqu'à 02h00. Les autorités communales ont été rappelées à l'ordre par le canton.

Engorgements à Glaris

Les Suisses alémaniques ont aussi quitté leurs quatre murs. Des milliers de personnes dans le canton de Berne se sont lancées dans des excursions en montagne et au bord de l'eau. Dimanche matin, les voitures qui quittaient Berne en direction d'Interlaken ont dû rouler au pas.

À Thoune, des Alémaniques ont ressorti leurs canots pneumatiques, une des habituelles grandes attractions estivales sur l'Aar, direction Berne. Des nageurs n'ont pas hésité à sauter dans la rivière, dont la température ne dépassait pas les 16 degrés.

Les lieux de détente des cantons de Glaris, Zoug et Appenzell ont aussi agi comme des aimants. La police glaronnaise a dû barrer plusieurs routes, certains sites étant débordés, ce qui a parfois suscité des réactions d'agressivité. Le trafic routier a été complètement engorgé par endroits, a indiqué Viasuisse.

Au Tessin, le val Verzzasca a aussi connu un afflux de visiteurs. Un chantier sur la route d'accès a provoqué la formation d'un bouchon.

Interventions policières à Zurich

La plupart des gens s'en sont tenus aux règles de protection contre le coronavirus. A Zurich, la police est toutefois intervenue une douzaine de fois, pour sanctionner notamment des rassemblements de cyclistes trop importants et des gens se trouvant dans des secteurs fermés au public le long des quais.

Samedi après-midi, les agents ont empêché une nouvelle manifestation de personnes opposées aux mesures de précaution contre la pandémie sur la place du Sechseläuten. Ces mesures n'ont en outre pas été respectées lundi après-midi lors d'une manifestation anti-fasciste rassemblant plusieurs centaines de personnes.

Gothard libre de bouchon

Cyclistes et motards sont aussi sortis en nombre sur les routes, ce qui a entraîné de nombreux accidents. Le trafic transfrontalier était lui toujours de 70% inférieur à ce qu'il est en temps normal, et même jusqu'à 80% au Tessin, selon l'Administration fédérale des douanes. Pas trace non plus des habituels bouchons au Gothard.

Continuer la lecture

Suisse

L'ONU critique le projet de loi suisse antiterroriste

Publié

le

Photo prétexte (KEYSTONE/Anthony Anex)
Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme critique le projet de loi du Conseil fédéral contre le terrorisme. Dans une lettre adressée au Conseil fédéral, il met en garde contre ce texte, qui ouvrirait la porte à une privation arbitraire de liberté.

Le Département fédéral de justice et police (DFJP) a confirmé dimanche avoir reçu une lettre du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il fait savoir à Keystone-ATS revenant sur une information publiée dans le "SonntagsBlick". Celle-ci évoque la loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme, dont le projet de loi est actuellement en discussion au Parlement.

Selon la porte-parole du DFJP, le Conseil fédéral n'a pas proposé l'un des points controversés, l'instauration d'un placement sécurisé pour les terroristes potentiels (GUG). Une telle mesure, introduite par le parlement, ne pourrait pas être mise en œuvre.

Il ressort en effet d'une expertise commandée par les cantons que, contrairement à l'assignation à une propriété, le placement sécurisé ne serait pas conforme à la Convention européenne des droits de l'homme.

Selon le SonntagsBlick", le rapporteur spécial de l'ONU craint que "l'application de cette loi ne conduise à des violations importantes des droits humains et des droits fondamentaux". Dans leur forme actuelle, les mesures antiterroristes envisagées ne sont ni compatibles avec la Convention européenne des droits de l'homme ni avec la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

Critiques du Conseil de l'Europe

À la mi-mai, la commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe avait déjà critiqué le projet de loi dans une lettre adressée à la commission parlementaire de la politique de sécurité du Conseil national. Dunja Mijatovic estime que plusieurs dispositions sont problématiques au regard des droits humains.

Pour elle, les mesures administratives prévues en dehors de la procédure pénale à l'encontre d'un "terroriste potentiel" n'offrent pas assez de garanties juridiques. L'assignation d'une personne à un périmètre déterminé revient à une privation de liberté au sens de la convention européenne des droits de l'homme, rappelle-t-elle.

Elle s'inquiète en outre de la notion vague de "terroriste potentiel" qui "risque de stigmatiser une personne alors même qu'elle pourrait n'avoir jamais été soupçonnée d'avoir enfreint la loi, ni avoir été reconnue coupable d'infraction". L'application de ces mesures de police à des enfants âgés d'au moins 12 ans la préoccupe tout particulièrement.

Le Conseil des États a déjà adopté le projet de loi. Il a défendu des mesures de lutte contre le terrorisme plus sévères que celles proposées par le Conseil fédéral, même s'il a suivi le gouvernement dans les grandes lignes. Le Conseil national se prononcera sur ce projet de loi lors de la session d'été, le 17 juin selon le programme actuel.

Continuer la lecture

Suisse

Les mesures prises en Suisse ont fortement réduit les cas de coronavirus

Publié

le

(KEYSTONE/Ennio Leanza)
Les mesures prises en Suisse ont permis de réduire fortement le nombre de cas de Covid-19. Selon les cantons, le taux de transmission a chuté de 53 à 92%, parallèlement à une baisse de mobilité de 30 à 80%. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'EPFL.

"Les estimations de l'impact des mesures sur la transmission du SARS-CoV-2 sont essentielles pour la prise de décision, que ce soit dans la suite de cette épidémie ou dans les suivantes", souligne Jacques Fellay, médecin-chercheur à la Faculté des Sciences de la Vie de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Ce dernier est co-auteur de l’étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Swiss Medical Weekly et membre du comité scientifique Covid-19 mis en place par le Conseil fédéral.

Depuis le 28 février

Les chercheurs de l’EPFL ont analysé les mesures prises depuis le 28 février, date de l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes. Cette première disposition a été suivie par toute une série de mesures avec pour point culminant l’interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes annoncée le 20 mars.

La méthode utilisée consiste à déterminer l’évolution du taux de reproduction (donné par la valeur R0) au cours de l’épidémie à l’échelle nationale et cantonale, à l’aide d’un modèle épidémiologique. Celui-ci prend en compte des données détaillées de plus de 1000 patients hospitalisés dans le canton de Vaud, ainsi que les rapports publics sur les hospitalisations et les décès en Suisse.

Au niveau suisse, les chercheurs ont observé que la valeur R0, soit le taux de reproduction, est passée de 2,8 au commencement de la pandémie à 0,4 au début avril, soit une réduction de 86%. Calculée pour chaque canton séparément, cette réduction varie entre 53% pour le Jura et 92% pour Bâle-Ville.

Données des téléphones portables

La baisse de transmission a été comparée aux changements de mobilité obtenus avec les données des téléphones portables. Ainsi, les déplacements liés au travail, au commerce de détail et aux loisirs ont diminué entre 50 et 75% au niveau suisse et entre 30 et 80% au niveau cantonal.

Une corrélation très nette est observée entre la réduction du taux de reproduction et la baisse de mobilité, mais la diminution du R0 commence quelques jours avant les premiers changements de mobilité.

Effet prépondérant des règles d'hygiène

Les chercheurs ont constaté que la baisse du taux de reproduction a commencé autour du 6 mars, donc au moins une semaine avant que la fermeture des écoles ne soit officiellement mise en place. La campagne d’information de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lancée le 28 février et adaptée le 2 mars insistait sur les règles d'hygiène de base.

Elle a provoqué une prise de conscience et une application volontaire des mesures d’hygiène et de distanciation sociale qui a permis une baisse du taux de reproduction avant même que les mesures de distanciation ne soient mises en place.

"Nous avons observé que le taux de transmission était déjà autour de 1 lorsque le gouvernement fédéral a interdit les rassemblements de plus de 5 personnes et a recommandé l’isolement volontaire à domicile pour l’ensemble de la population", note Joseph Lemaitre, doctorant au Laboratoire d'écohydrologie (ECHO) de l’EPFL et premier auteur de la publication.

"Ce résultat doit toutefois être replacé dans son contexte puisque l’annonce a pu être anticipée, comme on l’observe en analysant les recherches sur internet. Ce qui a probablement eu un impact sur le comportement de distanciation sociale."

Taux d'infection moyen de 3,9%

À l’aide de ce modèle, les chercheurs ont également calculé que 3,9% de la population suisse avait probablement été infectée par le virus – valeur au 24 avril. Au niveau cantonal, ce taux s’étend de 1,9% pour Berne à 16% au Tessin.

Avec la levée progressive des restrictions, les chercheurs ont la volonté de publier une mise à jour quotidienne du taux de reproduction. Selon eux, il est essentiel de suivre de près son évolution, la capacité de transmission du virus dépendant essentiellement des comportements, et non d’une hypothétique immunité collective encore très loin d’être atteinte.

Suivi attentif nécessaire

Les questions de savoir si l'ouverture des restaurants et magasins entraînera une hausse des transmissions, si celle-ci pourrait être compensée par une stratégie de dépistage et de traçage des contacts plus agressive n'ont pas encore de réponse, pas plus que l’impact du port du masque.

"Un suivi attentif des paramètres épidémiologiques est donc crucial", insiste Jacques Fellay. Les modèles élaborés par les chercheurs devront aussi être affinés en utilisant de nouvelles données, par exemple les résultats des études sérologiques en cours.

Continuer la lecture

Suisse

Dix-sept nouveaux cas de Covid-19 en Suisse

Publié

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Comme samedi, la Suisse a enregistré 17 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures et aucun nouveau décès, a indiqué dimanche l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La courbe avait connu un rebond vendredi avec 32 nouveaux cas et deux décès dont un bébé.

Les jours précédents, entre dix et vingt cas quotidiens étaient enregistrés. Un total de 30'862 cas ont été confirmés en laboratoire. Le nombre de cas est soumis à des fluctuations hebdomadaires, avec des chiffres plus faibles le week-end.

L’incidence se monte à 360 cas pour 100'000 habitants. Tous les cantons sont concernés, ceux de Genève, Tessin, Vaud, Bâle-Ville et du Valais étant les plus touchés.

A ce jour, 3972 hospitalisations en lien avec un COVID-19 confirmé ont été déclarées et 1657 personnes sont décédées. Cela correspond à 19 décès par 100'000 habitants. Sur les 1573 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante.

Parmi les personnes décédées, 58% étaient des hommes et 42% des femmes. Leur âge allait de 0 à 108 ans, avec un âge médian de 84 ans.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Encore des petits soucis... Mais force et énergie vous permettront de régler tout ça avec une dextérité peu commune !

Publicité

Les Sujets à la Une

X