Rejoignez-nous

Économie

Les immatriculations de voitures hybrides à contre-courant

Publié

,

le

En août, 24'790 véhicules routiers à moteur ont été mis en circulation en Suisse, selon les données de Office fédéral de la statistique (OFS). Ce chiffre est inférieur de 0,5% à celui observé le même mois de 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/Geert Vanden Wijngaert)

Les nouvelles mises en circulation de voitures ont légèrement reculé en août, après avoir connu un sérieux creux en juillet. Les propulsions alternatives sont toujours plébiscitées.

En août, 24'790 véhicules routiers à moteur ont été mis en circulation en Suisse, selon les données de Office fédéral de la statistique (OFS) publiées lundi. Ce chiffre est inférieur de 0,5% à celui observé le même mois de 2020.

Pour les voitures de tourisme, les immatriculations ont progressé de 1% sur un an, à 16'377 unités. Les véhicules à essence restent majoritaires (6327 unités), mais leur part a plongé de près de 20% sur un an. Ceux fonctionnant au diesel (1912) ont diminué de quasiment de moitié.

En revanche, le nombre de voitures hybrides sur les routes a bondi, en particulier celles dites hybrides normales (+92%) avec 4056 engins, et les hybrides rechargeables (+92%) avec 1819 unités. Celles entièrement électriques ont moins progressé (+39%), totalisant 2234 modèles.

Les motocycles ont été boudés, leurs immatriculations reculant de presque 7% sur un an à 4680 engins. La catégorie "Véhicules de transport de choses" a subi une baisse de 2%, avec 2473 camions et voitures de livraison.

Depuis le début de l'année, près de 260'300 véhicules routiers ont été immatriculés en Suisse, soit une progression de 14% par rapport à la même période de 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Au bord du gouffre, Evergrande va rembourser une partie de sa dette

Publié

le

Le groupe immobilier Evergrande croule sous une dette de quelque 260 milliards d'euros (archives). (© KEYSTONE/EPA/ALEX PLAVEVSKI)

Le géant immobilier chinois en grande difficulté Evergrande a annoncé mercredi le paiement d'intérêts sur une petite partie de sa dette. L'accord n'a cependant pas rassuré les marchés financiers, qui attendent toujours de savoir si Pékin va voler au secours du groupe.

La crainte de voir se répéter en Chine, deuxième économie de la planète, un scénario à la Lehman Brothers, dont la faillite avait précipité la crise de 2008 aux Etats-Unis et dans le monde, a fait plonger les places financières ces derniers jours.

Tous les regards sont tournés vers le gouvernement chinois, qui n'a pas précisé s'il entendait intervenir en faveur du conglomérat, écrasé par quelque 260 milliards d'euros (280 milliards de francs) de dette.

Alors que menace le défaut de paiement, le promoteur immobilier a annoncé mercredi matin être parvenu à un accord avec des porteurs d'obligations sur une petite partie de sa dette. Dans un communiqué adressé à la bourse de Shenzhen, le groupe a précisé qu'une de ses filiales, Hengda Real Estate, avait négocié un plan de remboursement d'intérêts sur une obligation à échéance 2025.

D'autres échéances jeudi

Selon l'agence financière Bloomberg, Evergrande rembourserait ainsi 232 millions de yuans (33,1 millions de francs) dus jeudi sur cette obligation à 5,8% limitée au marché obligataire intérieur. Les porteurs "qui ont acheté et détiennent ces obligations" avant la date de mercredi "ont droit au paiement d'intérêts", précise le communiqué.

Mais le géant immobilier, dont le siège se trouve à Shenzhen, est loin d'être tiré d'affaire compte tenu du montant total de sa dette. D'autres emprunts arrivent à échéance jeudi sur le marché obligataire international et le groupe n'a pas précisé, comment il comptait les régler.

L'annonce du remboursement partiel "va aider et on peut espérer qu'elle va réduire un peu la volatilité et la baisse des marchés", a estimé Gary Dugan, du cabinet de conseil en investissement Global CIO Office à Singapour.

"Mais pour que la confiance revienne pour de bon, il faudrait que le marché puisse entrevoir des perspectives de restructuration chez Evergrande", a-t-il déclaré à Bloomberg. Or, le régime communiste n'a pas précisé s'il comptait aider à renflouer le groupe privé, dont 1,4 million de logements resteraient inachevés, au grand dam d'autant de propriétaires floués.

"Période la plus sombre"

La semaine dernière, des dizaines d'entre eux ont protesté devant le siège du groupe ainsi qu'ailleurs dans le pays. Créanciers, salariés et fournisseurs exigent aussi d'être payés par Evergrande, qui a multiplié les investissements jusqu'à ce que Pékin resserre l'an dernier les règles en matière d'emprunt.

Le président du groupe a affirmé à son personnel qu'Evergrande "sortirait bientôt de sa période la plus sombre", a rapporté mardi un média d'État. Le milliardaire Xu Jiayin, jadis homme le plus riche de Chine, a assuré que les chantiers reprendraient complètement et que le groupe apporterait "une réponse aux acheteurs, aux investisseurs, aux partenaires et institutions financières". Il n'a pas fourni plus de précision.

L'annonce du paiement des intérêts n'a pas suffi à rassurer les marchés, les bourses de Shenzhen et de Shanghaï restant en baisse mercredi matin, après quatre jours de pause pour cause de jours fériés. La bourse de Hong Kong était, à son tour, fermée mercredi.

Mardi, si les places européennes ont rebondi, Wall Street a fini en ordre dispersé, l'indice Dow Jones lâchant 0,15%, alors que les analystes cherchent à se projeter au-delà d'un éventuel défaut de paiement.

"Les investisseurs se demandent si les autorités chinoises seront en mesure de gérer les conséquences une fois l'échéance financière passée", indique Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Il semble admis, selon lui, qu'un défaut de paiement d'Evergrande est "une question de temps" et "la vraie question concerne la façon dont il sera géré".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Google veut acquérir des bureaux à Manhattan pour 2,1 milliards

Publié

le

Il s'agirait du plus gros achat immobilier aux Etats-Unis pour un bâtiment abritant des bureaux depuis le début de la pandémie. (Archives) (© KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT)

Google a annoncé mardi son intention d'acheter un immeuble de bureaux new-yorkais, sur l'île de Manhattan, pour un montant de 2,1 milliards de dollars (1,9 milliard de francs).

Le géant confirme ainsi sa volonté de continuer à s'implanter dans la métropole américaine malgré la généralisation du télétravail.

Selon le cabinet Real Capital Analytics, cité par le Wall Street Journal, il s'agirait du plus gros achat immobilier aux Etats-Unis pour un bâtiment abritant des bureaux depuis le début de la pandémie.

Google loue déjà ces locaux, qui se trouvent sur le site d'un ancien terminal ferroviaire (St. Johns Terminal) dans le quartier de Hudson Square, au sud-ouest de Manhattan, près de la rivière Hudson.

Le géant californien souhaite ouvrir d'ici à la mi-2023 un campus d'une superficie totale de près de 160.000 mètres carrés et en faire son siège new-yorkais, en charge notamment des ventes et des partenariats.

L'entreprise, dont le siège principal est à Mountain View en Californie, possède plusieurs bâtiments à New York: elle a racheté en mars 2018 le Chelsea Market, célèbre bâtiment du quartier de Chelsea pour 2,4 milliards de dollars, où se situent entre autres les bureaux de sa filiale YouTube.

En 2010, elle avait acquis un immeuble situé en face du Chelsea Market pour 1,77 milliard de dollars.

"Google a la chance de se sentir chez soi à New York depuis plus de 20 ans, une période au cours de laquelle nos effectifs (dans la ville, ndlr)ont atteint le nombre de 12.000 employés", a déclaré la directrice financière du groupe Ruth Porat dans un communiqué.

"La vitalité, la créativité et le talent d'envergure internationale de New York nous ont permis d'y rester implantés", a ajouté Mme Porat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

La lave descend lentement vers la mer, des gaz toxiques redoutés

Publié

le

La lave poursuit son chemin vers la mer sur l'île de La Palma, aux Canaries, engloutissant des maisons sur son passage. (© KEYSTONE/AP)

Les coulées de lave du volcan Cumbre Vieja continuaient de tout emporter sur leur passage mardi en descendant vers la côte de l'île espagnole de La Palma, où leur arrivée est redoutée en raison de la possible émission de gaz toxiques.

Cette éruption, qui a débuté dimanche sur cette île de l'archipel des Canaries, a déjà fait 6.100 déplacés, dont 400 touristes "qui ont été éloignés des zones de risque" et installés à Tenerife, selon un communiqué du gouvernement régional des Iles Canaries mardi soir.

La lave "descend inexorablement vers la mer et on ne peut rien faire face à elle. C'est là toute l'impuissance face à cette coulée (...) qui emporte tout sur son passage (...) et emportera d'autres maisons", a averti le président de la région des Canaries, Angel Victor Torres.

Si cette éruption, la première depuis 1971 sur cette île peuplée de près de 85.000 habitants, n'a fait aucune victime, les dégâts sont énormes, dépassant largement les 400 millions d'euros, selon M. Torres, qui a souligné que les Canaries pourraient bénéficier de fonds européens pour reconstruire.

Les images diffusées par les médias, les autorités et des riverains montrent des coulées noires et oranges de plusieurs mètres de haut dévalant lentement les flancs du volcan et engloutissant arbres, routes et maisons.

La lave a détruit jusqu'ici 185 bâtiments, dont 63 seraient des habitations. Elle recouvre 103 hectares, selon le système européen de mesures géospatiales Copernicus.

Nuages acides

L'arrivée des coulées dans la mer, initialement prévue lundi soir mais retardée en raison du ralentissement de la coulée, est redoutée car elle peut donner lieu à des explosions de morceaux de lave, des vagues d'eau bouillante ou l'émanation de gaz toxiques, selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS).

"Les nuages engendrés par l'interaction eau de mer et lave sont acides" et "peuvent être dangereux si on est trop près", explique à l'AFP Patrick Allard, directeur de recherche CNRS à l'Institut de Géophysique du Globe de Paris.

Située à environ 2 km de la mer, la lave avance actuellement à 200 mètres par heure. Les autorités ne sont toutefois pas en mesure d'indiquer précisément quand elle pourrait arriver dans l'océan.

Le gouvernement régional des Canaries, qui a conseillé aux habitants de se couvrir le nez et la bouche lorsqu'ils sortent, a décrété un "rayon d'exclusion de 2 milles marins" autour de l'endroit où est prévue l'arrivée des coulées et demandé aux curieux de ne pas se rendre sur place.

Encore à La Palma, où il est arrivé dimanche soir, le Premier ministre Pedro Sanchez a appelé à la prudence. "Evitez de vous rapprocher du magma ou du volcan et laissez les routes le plus libres possible" pour ne pas gêner d'éventuelles nouvelles évacuations, a-t-il insisté.

Jeudi, le roi Felipe VI se rendra à son tour à La Palma.

"Toute ta vie en l'air"

Dans la nuit, l'apparition d'une nouvelle bouche éruptive, la neuvième, sur la commune d'El Paso, a entraîné l'évacuation de 500 personnes supplémentaires, portant le total de déplacés à environ 6.000 depuis dimanche.

L'ouverture de cette nouvelle bouche est intervenue après un nouveau séisme d'une magnitude de 4,1, enregistré lundi soir, selon l'Institut volcanologique des Canaries (Involcan).

Israel Castro Hernandez, dont le domicile a été détruit, est l'un de ces déplacés. "C'est pratiquement toute ta vie qui part comme ça... Le volcan se réveille, il dit 'Je sors par là' et il met pratiquement toute ta vie en l'air", se désole-t-il.

A ses côtés, son épouse Yurena Torres Abreu ne réalise toujours pas. "On n'arrive pas à y croire. On se dit que notre maison est désormais sous ce volcan. Il n'y a rien à faire, c'est la nature", lâche-t-elle, désabusée.

Le Cumbre Vieja crache des colonnes de fumées atteignant plusieurs centaines de mètres de haut et entre 8.000 et 10.500 tonnes de dioxyde de souffre par jour, selon l'Involcan, qui estime que l'éruption pourrait durer, "plusieurs semaines voire quelques mois".

L'espace aérien n'a toutefois pas été fermé.

"On sait quand ça a commencé, mais on ne sait pas combien de temps ça va durer", résume Juan Aragón Cruz, qui a dû quitter lui aussi son logement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Un budget vaudois dans le rouge, mais pas besoin de plan de relance

Publié

le

Le canton de Vaud, ici avec son ministre des finances Pascal Broulis, a présenté mardi un budget 2022 dans les chiffres rouges (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le budget de l'Etat de Vaud table sur un déficit de 188 millions de francs pour 2022. Mais le canton reste financièrement solide: il n'a pas besoin de plan de relance, il propose des baisses fiscales ciblées et fait un geste envers les communes.

C'est un budget "de cohésion", qui "fait face aux défis" et prévoit des investissements "massifs" et des soutiens à différents secteurs, a déclaré mardi le conseiller d'Etat Pascal Broulis. Et un des seuls en Suisse "à proposer des baisses fiscales ciblées", a-t-il glissé. Un déficit de 188 millions qui ne semble donc pas inquiéter plus que cela le Grand Argentier vaudois :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Le Conseil d'Etat "a longuement discuté" de l'éventualité d'un plan de relance. Il a finalement décidé qu'il n'en avait pas besoin "car avec son budget 2021, puis 2022, il était déjà dans une logique de soutien fort à l'économie", a ajouté le chef des finances, qui présentait à la presse son dernier projet de budget :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Déficit limité

Avec un montant de 188 millions, le déficit reste dans la limite dite du petit équilibre, et n'entraîne pas de mesure financière spécifique. Le budget affiche des charges brutes de 10,673 milliards, en hausse de 2,81%. Des dépenses qui sont "maîtrisées", selon le grand argentier, eu égard notamment à la croissance attendue du PIB vaudois de 3,2% en 2022.

L'augmentation des charges doit permettre au canton de remplir ses missions de base. Tous les départements sont concernés, pas seulement la santé et le social. Le nombre de postes augmente de 493,8 ETP (Equivalent temps plein) à plus de 18'700 employés. Plus de 200 concernent de nouveaux enseignants ou formateurs spécialisés. Tous les secteurs de l'administration seront donc impactés par l'augmentation des charges :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Le canton jouit d'une croissance démographique supérieure à la moyenne suisse - ce qui implique l'ouverture de classes - ainsi que d'une forte diversification économique, rappelle le conseiller d'Etat. "Nous avons 10'000 entreprises de plus depuis le début de la législature. C'est très positif". Pascal Broulis :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Recettes fiscales en hausse

Côté revenus, la hausse attendue (+2,6%) est "nettement supérieure" à celle du précédent budget (+0,9%). Le canton table sur une hausse des recettes fiscales de 212 millions de francs (+3,6%), "ce qui traduit un contexte de sortie de pandémie et de croissance économique retrouvée", souligne le communiqué.

"En 2021, on n'a pas assisté à une paupérisation post-pandémie. Il n'y a pas d'augmentation du chômage, ni du nombre des gens au RI", a souligné Pascal Broulis. Vu les perspectives économiques favorables, les impôts sur le bénéfice des entreprises devraient augmenter.

Baisses fiscales

Des baisses fiscales seront mises en oeuvre en 2022, dont l'augmentation des déductions pour frais de garde et contribuable modeste, une baisse de la fiscalité des entrepreneurs et une réduction de l'imposition des prestations en capital provenant de la prévoyance (de 1/3 à 1/5). Ces mesures font suite à une baisse d'impôt de 1 point en 2020 et de 1 point en 2021.

Quant aux investissements, des dépenses totales de 849 millions sont planifiées, soit 32 millions de plus qu'au budget 2021. Si les conditions financières le permettent, un niveau d'investissement élevé devrait se poursuivre jusqu'en 2025 au moins. Le canton prévoit une dette stable à 975 millions pour 2022, et espère maintenir son triple AAA, la meilleure notation de Standard & Poor's.

Un geste pacificateur

Enfin, le Conseil d'Etat fait un geste envers les communes qui réclamaient une accélération de l'Accord conclu en août 2020. Le rééquilibrage progressif de 150 millions sera effectif un an plus tôt, dès 2027, grâce à un préfinancement du canton de 25 millions. Le PLR a salué cette "pacification" des relations canton-communes.

Ce budget n'inclut pas les coûts Covid, financés hors procédure budgétaire et pour lesquels des préfinancements ont été prévus.

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat - VD
Pascal BroulisConseiller d'Etat - VD

Les engagements cantonaux s'élèvent à 521 millions aux comptes 2020 et 302 millions ont pour l'heure été engagés en 2021.

Robin Jaunin avec Keystone - ATS

Continuer la lecture

Économie

Les exportations ont accéléré leur redressement en août

Publié

le

En termes réels, soit en tenant compte de l'inflation, les exportations affichent une baisse mensuelle anecdotique, de 0,4% (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Dopées par la chimie et la pharma, les exportations suisses ont poursuivi leur redressement en août, accélérant la cadence. Les livraisons à l'étranger désaisonnalisées ont crû de 2,1% sur un mois à 20,91 milliards de francs. L'excédent commercial a atteint un record.

En termes réels, soit en tenant compte de l'inflation, les exportations affichent une baisse mensuelle anecdotique, de 0,4%, affirme mardi l'AFD dans son compte-rendu périodique. Les livraisons à l'étranger affichent une tendance globalement positive depuis la fin de 2020.

En août, les produits pharmaceutiques et chimiques ont vu leurs exportations bondir de 7,7%, après deux mois de repli. La tendance est inversée pour la bijouterie et la joaillerie, qui accusent des reculs respectifs de 5,9% et 9,7% après un début d'été fructueux. La morosité reste de mise pour les véhicules, dont c'est le cinquième mois de baisse consécutif.

Parmi les trois principaux débouchés, l'Amérique du Nord est le seul à s'afficher dans le vert (+37%), grâce aux exportations de chimie et pharma aux Etats-Unis. La demande émanant du partenaire européen (-1,6%) et de l'Asie (-2,5%) n'a pas été aussi vigoureuse que celle de juillet.

Les importations suisses ont progressé de 1,2% en termes nominaux et de 0,2% en réel à 16,45 milliards de francs, affirme l'AFD. Les achats de produits énergétiques ont poussé les statistiques vers le haut, tout comme le secteur textiles, habillement et chaussures ainsi que les matières plastiques. La chimie et la pharma ne peuvent pas en dire autant.

Par zone géographique, les importations arrivant d'Asie ont crû après trois mois de baisse, celles d'Amérique du Nord ont stagné, tandis que l'Europe a davantage livré en Suisse au mois d'août.

Lors de la période sous revue, l'excédent commercial suisse a atteint un nouveau pic historique à 4,47 milliards de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X