Rejoignez-nous

Suisse

Les plus de 55 ans davantage victimes de vol

Publié

,

le

En cinq ans, près de 62'500 personnes âgées de plus de 55 ans ont été victimes d'un vol alors qu'elles retiraient de l'argent au bancomat, selon les extrapolations des résultats d'une étude de Pro Senectute (Archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Un Suisse de plus de 55 ans sur quatre a été victime d'un vol ou d'une escroquerie ces cinq dernières années. Le montant annuel dont ils se font détrousser atteint 400 millions de francs, selon une étude mandatée par Pro Senectute.

La première étude représentative menée en Suisse sur la criminalité économique à l'encontre des personnes âgées de plus de 55 ans révèle l’ampleur des abus financiers dont elles sont victimes. Ces cinq dernières années, une personne sur quatre de ce groupe d’âge a été victime d’un abus et une sur cinq a subi un préjudice financier suite à un abus, écrit lundi Pro Senectute dans un communiqué.

En extrapolant les chiffres de l’étude à l’ensemble de la population des 55 ans et plus, on obtient un préjudice estimé à plus de 400 millions de francs par année. "L’ampleur des pertes financières nous a surpris", déclare Werner Schärer, directeur de Pro Senectute Suisse.

Par abus financier, on entend le vol classique dans l’espace public ou au bancomat, la remise d'argent à un tiers sous un faux prétexte, l’envoi de produits non commandés ou des arnaques sur Internet. Près de la moitié des cas concerne le vol dans un lieu public.

Hommes et Romands plus touchés

L'étude de Pro Senectute, menée en collaboration avec l’Institut de lutte contre la criminalité économique de la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel, précise le profil des victimes. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes: 28,2% contre 23,3% des plus de 55 ans. Et on en trouve davantage en Suisse romande (36,5%) qu'en Suisse alémanique (22,8%) et surtout qu'en Suisse italienne (11,7%).

L'âge n'est pas la seule explication, sans quoi la part des victimes serait proportionnelle au vieillissement. Or les 55-64 ans sont, à l'image des plus de 85 ans, plus souvent victimes que les 65-84 ans. L'étude ne précise pas cependant si les catégories les plus touchées sont davantage ciblées par les malfaiteurs ou si elles sont moins prudentes, voire plus naïves.

Les victimes devraient en parler

L'étude met en outre le doigt sur un problème, à savoir que 61% des victimes n'en parlent à personne. Cette discrétion explique non seulement la surprise du directeur de Pro Senectute à la découverte du résultat de l'étude, mais compromet la lutte contre le phénomène.

Le fait de parler ouvertement du sujet constitue au contraire une mesure de prévention importante. En effet, plus la quantité de personnes informées est grande, plus les abus financiers peuvent être évités. Sans compter qu'il est aussi plus facile pour les victimes de s’en remettre si elles se confient ou peuvent ouvertement en parler à quelqu’un, écrit Pro Senectute.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Migros rappelle une dizaine de produits contenant trop de plomb

Publié

le

Trop de plomb dans une dizaine de produits. (©KEYSTONE/URS FLUEELER).

Une dizaine de produits vendus chez Migros présentaient des teneurs en plomb trop élevées. Un risque pour la santé ne pouvant être exclu, le grand distributeur les a retirés de ses rayons sur ordre des autorités.

C'est un ingrédient présent dans tous ces produits qui est en cause, a indiqué la Migros vendredi soir. Les produits concernés, qui étaient disponibles dans pratiquement tous les points de vente, sont une soupe aux lentilles marocaine, une sauce casimir, un mélange de viande pour goulash et une bolognaise Salseria tout soja de chez Bon Chef, ainsi que des risotti Subito (Parmegiano, à la tomate, avec asperges, Milanese et Pasta alla Nonna).

Les clients qui auraient déjà acheté ces produits sont invités à ne pas les consommer. Ils peuvent les retourner contre remboursement, précise le géant orange.

Continuer la lecture

Suisse

De violents orages s'abattent sur la Suisse

Publié

le

Plus de 2500 éclairs ont été enregistrés vendredi soir en Suisse. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA - Image d'archives).

De violents orages, accompagnés d'éclairs et de grêles, se sont abattus vendredi soir sur certaines régions de Suisse. Un nouveau record de précipitations a été établi à Interlaken (BE), avec 42,1 millimètres d'eau tombés en 30 minutes, a indiqué MétéoSuisse.

A Frutigen (BE), 15,7 millimètres de pluie sont tombés en dix minutes. Plus au nord, à Wädenswil (ZH), au bord du lac de Zurich, 57,6 millimètres d'eau de pluie ont été enregistrés en une heure, ce qui constitue également une nouvelle marque, a souligné SRF Meteo sur Twitter.

Les orages étaient accompagnés de fortes grêles par endroits. La température a chuté, passant de 27 à 17 degrés Celsius. A 23h00, MeteoNews avait compté 25'000 éclairs dans toute la Suisse. Les orages ont également amené avec eux de forts vents. La plus forte rafale a été mesurée à Brienz (BE), à 86 km/h, selon SRF Meteo.

Immeuble en feu

La situation devrait se calmer durant la nuit de vendredi à samedi. Le temps sera généralement ensoleillé samedi avec des cumulus en montagne l'après-midi. Des orages ne sont pas exclus en seconde partie de journée, notamment dans les Alpes.

Un immeuble d'habitation a pris feu vendredi soir à Wädenswil (ZH), vraisemblablement à cause de la foudre, a indiqué la police cantonale zurichoise dans un communiqué. Les pompiers ont rapidement maîtrisé le foyer, empêchant les flammes de se propager au bâtiment voisin.

Une douzaine d'habitants de l'immeuble en feu ont été évacués. Personne n'a été blessé, mais le montant des dégâts atteint plus de 100'000 francs. Le feu a provoqué une interruption de plusieurs heures du trafic ferroviaire entre Wädenswil et Samstagern (ZH).

Continuer la lecture

Suisse

Situation sous contrôle à la place de la Planta à Sion

Publié

le

La police avait mis un dispositif en place pour lutter contre tout débordement. (©KEYSTONE/SEDRIK NEMETH - Image d'archives).

Malgré des appels à la violence sur les réseaux sociaux, la situation est restée sous contrôle jeudi soir et vendredi soir sur la place de la Planta à Sion. La police cantonale valaisanne avait mis en place un dispositif spécial en collaboration avec la ville.

La première soirée, jeudi, s'est déroulée dans le calme et une ambiance festive, indique la police dans un communiqué diffusé dans la nuit de vendredi à samedi. Lors de la deuxième soirée, vendredi, elle a procédé à une vingtaine d'interpellations. Plus de 1000 personnes étaient rassemblées sur la place vers 23h00.

La plupart des interpellations concernent des infractions contre les moeurs, à la loi sur les armes et à la loi sur les stupéfiants, précise le communiqué. Un jeune homme de 16 ans, blessé à la suite d'une bagarre, a été transporté à l'hôpital de Sion. Les auteurs des faits ont été arrêtés.

Auteurs d'appels convoqués

Pour prévenir tout débordement suite aux appels à la violence, la police cantonale valaisanne avait décidé de limiter et de contrôler l'accès à la place, précise le texte. Elle avait également interdit l'accès au secteur de Valère et de Tourbillon.

Elle avait en outre convoqué préventivement dans ces locaux des auteurs d'appels à la violence. L'un d'entre eux a été déféré au ministère public pour provocation à la violence.

Le 1er avril, quelque 300 étudiants avaient convergé vers la place de la Planta pour fêter le début des vacances de Pâques, en dépit des restrictions visant à lutter contre la propagation du coronavirus. Des violences avaient été commises. Onze jeunes âgées de 15 à 24 ans sont poursuivies, notamment pour émeute.

Continuer la lecture

Suisse

La violence domestique augmente en Suisse

Publié

le

Des femmes crient des slogans en marchant lors d'une manifestation contre les violences sexistes et sexuelles à Lausanne (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La violence contre les femmes et la violence domestique ont augmenté en Suisse: 20'123 infractions ont été recensées en 2020. Un premier rapport relatif à la Convention d'Istanbul fait le point sur les mesures de lutte en vigueur et à venir.

En moyenne, une femme meurt des suites de telles violences toutes les deux semaines et demie en Suisse. Et 27'000 enfants sont concernés chaque année par la violence domestique, indique le gouvernement dans un communiqué.

Ce fléau cause de grandes souffrances et des mesures ont été prises à plusieurs niveaux, indique vendredi le gouvernement. Le rapport sur la mise en oeuvre de la Convention d'Istanbul ratifiée par la Suisse en 2018 dresse un état des lieux. Cette convention a déclenché en Suisse une nouvelle dynamique pour mieux lutter contre ces violences, écrit le gouvernement.

Selon ce rapport, la législation fédérale répond dans l'ensemble aux exigences de la Convention d'Istanbul. Elle a été renforcée depuis la signature de la convention. Une loi sur l'amélioration de la protection des victimes de violences est par exemple entrée en vigueur l'année dernière.

Plan d'action national

Dans le programme de législature 2019-2023, le Conseil fédéral a décidé de faire de la lutte contre la violence de genre l'un des axes principaux de la Stratégie Egalité 2030. Le Parlement a en outre intégré un plan d'action national pour la mise en oeuvre de la convention.

Confédération et cantons ont signé une feuille de route définissant plusieurs mesures, dont la mise en place d’un numéro de téléphone central pour les victimes. Divers cantons et communes ont aussi adopté leurs propres plans d’action et trains de mesures visant à mettre en œuvre la Convention d’Istanbul.

Au niveau national, les organisations privées et publiques ont, depuis cette année, la possibilité de solliciter des aides financières de la Confédération pour leurs projets de prévention et de lutte contre la violence envers les femmes. S’agissant du volet protection et aide, une plateforme en ligne (www.aide-aux-victimes.ch) fournit depuis 2019 des informations et du soutien aux victimes de violence.

Mieux définir le viol

D'autres mesures sont prévues. La disposition concernant la surveillance des décisions d’interdiction géographique ou de contact entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Par ailleurs, une commission parlementaire a mené une consultation sur une révision des normes pénales punissant les infractions sexuelles.

Au final, le rapport souligne la nécessité de mener des actions en collaboration avec les cantons, les communes et la société civile. Le gouvernement répète que la lutte contre la violence envers les femmes est une priorité.

Ce premier rapport de la Suisse sert de point de départ au monitorage effectué par le groupe d’experts GREVIO (Group of experts on action against violence against women and domestic violence). Ce dernier effectuera une visite et formulera des recommandations d'ici à la fin 2022.

Mesures insuffisantes

Pour le Réseau Convention Istanbul, qui regroupe les milieux actifs sur le terrain, les mesures actuelles et prévues ne sont de loin pas suffisantes. Il manque un financement substantiel pour lutter contre la violence domestique. Il y a aussi trop de différences entre les cantons. Le Réseau publiera son propre rapport le 5 juillet.

Les chiffres sont en effet inquiétants malgré les stratégies de lutte mises en place. Les infractions relatives à la violence envers les femmes augmentent depuis 2018. Cette année-là, les polices en recensaient 18'522, en 2020 plus de 1600 supplémentaires. Les homicides sont restés stables (28 en 2020) tout comme les lésions corporelles simples (2123).

En revanche, la statistique recense 6576 infractions liées à des voies de fait, à savoir des infractions contre la vie et l'intégrité corporelle qui ne causent ni lésion corporelle ni atteinte à la santé. C'est 850 de plus qu'en 2018. Les injures ont aussi augmenté, passant de 3265 à 3815 cas en 2020.

Continuer la lecture

Suisse

Le Conseil fédéral présente une grande réforme de l'énergie

Publié

le

Les énergies renouvelables sont au coeur de la réforme de l'énergie décidée vendredi par le Conseil fédéral (Archives © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le développement des énergies renouvelables indigènes doit être renforcé et l'approvisionnement en électricité, notamment en hiver, assuré. Le Conseil fédéral a adopté vendredi une grande réforme de l'énergie, qui prévoit aussi une ouverture complète du marché.

"Nous n'avons pas de temps à perdre", a lancé la ministre de l'énergie Simonetta Sommaruga devant les médias à Berne. Avec ou sans loi sur le CO2, refusée dimanche par le peuple, la décarbonisation de l'économie se poursuit. "Les énergies renouvelables doivent être développées."

L'accent doit être mis sur le photovoltaïque, plus consensuel et dont les prix deviennent toujours plus attractifs, a-t-elle poursuivi. La Confédération a en effet fixé pour 2035 des valeurs cibles contraignantes de 17TWh pour toutes les énergies renouvelables, dont 14TWh pour l'énergie solaire.

"Le développement d'énergies indigènes est aussi particulièrement important après l'abandon de l'accord-cadre avec l'Union européenne", a précisé la conseillère fédérale. Il n'est désormais pas clair quand un accord sur l'électricité pourra être conclu. Des discussions sont en cours pour établir si des mesures transitoires sont nécessaires pour assurer la stabilité du réseau.

Contributions d'investissement

La vaste réforme du Conseil fédéral prévoit notamment de renforcer le soutien aux énergies renouvelables. L'actuel système de rétribution de l'injection, qui prendra fin en 2022, sera remplacé par des contributions d'investissement pour les nouvelles installations ou les agrandissements d'anciennes.

Les grandes installations photovoltaïques seront encouragées par le biais d’appels d’offres publics. Et il y aura davantage de moyens pour les grandes installations hydroélectriques.

Pas question en revanche de maintenir les primes de marché pour les installations existantes. "Nous souhaitons nous concentrer sur les nouvelles constructions et les agrandissements", a expliqué Simonetta Sommaruga.

Le financement de ces instruments d’encouragement restera assuré par le supplément perçu sur le réseau de 2,3 centimes par kilowattheure. Il ne subira pas d’augmentation, mais sera prélevé plus longtemps.

Supplément hivernal

Pour assurer la production hivernale, qui doit augmenter de 2TWh d'ici 2040, les centrales hydrauliques à accumulation seront mieux soutenues. Les consommateurs d’électricité paieront un supplément plafonné à 0,2 centime par kilowattheure à cette fin.

Une réserve d’énergie stratégique sera également mise sur pied. "Elle servira à couvrir des laps de temps relativement limités dans la deuxième partie de l'hiver lorsque l'eau des lacs de barrage est basse", a expliqué Benoît Revaz, directeur de l'Office fédéral de l'énergie.

Un appel d'offres sera publié. Les grands fournisseurs d'électricité pourront y répondre, mais également les "prosommateurs", à savoir des consommateurs qui produisent aussi de l'électricité.

Ouverture complète du marché

"L'augmentation de l'énergie renouvelable pose la question de son intégration dans le marché", a encore relevé la ministre de l'énergie.

C'est pourquoi le Conseil fédéral plaide pour une ouverture complète. Elle permettra l’émergence de modèles d’affaires novateurs, tels que les communautés d’énergie, qui ne sont pas autorisées dans un monopole. L’intégration de l’électricité renouvelable dans le marché serait améliorée.

Les ménages et les petites entreprises auront aussi plus de choix. Ils pourront toutefois toujours revenir à l'approvisionnement de base. "Il sera à 100% indigène et renouvelable. La commission de l'électricité surveillera ses prix pour s'assurer qu'ils soient appropriés", a précisé Benoît Revaz.

Proposition surchargée?

La réforme englobe de nombreux aspects, peut-être un peu trop. La ministre de l'énergie l'a elle-même admis à demi-mot. Le Conseil des Etats devra décider s'il veut traiter le paquet dans son ensemble ou procéder par étapes, par exemple en approuvant d'abord la solution transitoire présentée par le National, a-t-elle pointé.

A la session d'été, les députés ont accepté un projet reprenant dans les grandes lignes la proposition du gouvernement quant au soutien des énergies renouvelables. Les débats s'annoncent nourris.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

D’une main de maître, vous réglerez définitivement des problèmes en suspens ! Vous montrerez, là, votre vrai génie !

Publicité

Les Sujets à la Une

X