Rejoignez-nous

Suisse

L'ex-vicaire Betticher veut mettre fin à la dissimulation des abus

Publié

,

le

Nicolas Betticher (au centre du cliché) officie désormais dans le canton de Berne (archives). (© KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO)

L'ex-vicaire général du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, qui a dénoncé des cas d'abus sexuels au sein de l'Eglise catholique en Suisse, veut mettre fin à la "dissimulation délibérée". Il dit avoir informé le Vatican de tous les cas dont il avait connaissance.

Il est du devoir de l'Eglise de "tirer les conséquences et d'écarter du service de l'Eglise les auteurs d'abus", déclare Nicolas Betticher dans un entretien diffusé lundi par le média catholique kath.ch. "Les officiels ont échoué", ajoute-t-il.

L'ancien vicaire général désormais en poste à Berne reconnaît avoir fait des erreurs. "J'ai longtemps observé et vu que rien ne se passait".

Toujours en poste

Dans une lettre adressée à la fin mai au nonce apostolique en Suisse, M. Betticher accuse des membres émérites et en exercice de la Conférence des évêques suisses ainsi que d'autres membres du clergé de dissimulation d'abus sexuels. Sa missive dénonce également des abus sexuels commis par certains membres par le passé.

Après la révélation de l'affaire dimanche par le SonntagsBlick, la Conférence des évêques suisses a publié un communiqué annonçant l'ouverture d'une enquête préliminaire sur les dissimulations des cas. Elle est dirigée par l'évêque de Coire, Mgr Joseph Bonnemain. Ce dernier a indiqué dans le journal alémanique que les personnes visées par les accusations continuaient d'exercer leur ministère.

Selon le SonntagsBlick, l'évêque de Sion Jean-Marie Lovey et celui de Lausanne, Genève et Fribourg Charles Morerod sont accusés de dissimulation pour ne pas être intervenu après signalement de cas d'abus. Mgr Betticher indique dans kath.ch n'avoir pas transmis sa lettre aux médias.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Gunvor condamnée en lien avec des actes de corruption en Equateur

Publié

le

Gunvor est reconnue pénalement responsable de corruption active d’agents publics étrangers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Ministère public de la Confédération (MPC) condamne Gunvor pour sa responsabilité pénale en lien avec des actes de corruption en Equateur. L'entreprise genevoise devra payer un montant de près de 86,7 millions de francs, dont 4,3 millions d'amende.

L’instruction conduite par le MPC a permis d’établir que la société de négoce de matières premières "n’a pas pris toutes les mesures d’organisation raisonnables et nécessaires afin d’empêcher la commission en son sein, à tout le moins entre février 2013 et février 2017, d’infractions de corruption active d'agents publics étrangers en lien avec ses activités dans le secteur pétrolier en Équateur", indique l'autorité vendredi soir dans un communiqué.

Cette condamnation intervient dans le cadre d'une issue coordonnée avec les autorités américaines, précise le MPC. Ce dernier avait ouvert en juin 2021 une instruction pénale contre inconnu pour soupçons de corruption d’agents publics étrangers. L'instruction a été étendue à Gunvor en janvier 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Fermeture des ESRECS les dimanches: les députés n'en veulent pas

Publié

le

Le Grand Conseil genevois veut maintenir les espaces de récupération ouverts les dimanches et les jours fériés (image d'illustration). (© KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO)

La fermeture les dimanches et les jours fériés des trois espaces de récupération cantonaux (ESREC) fâche la majorité des députés genevois. Ils ont voté vendredi une motion pour que le gouvernement trouve des solutions afin de maintenir ces plages d'ouverture prisées par la population.

Cette mesure, qui entre en vigueur précisément vendredi, a été annoncée mi-février par le Conseil d'Etat. Elle a été prise faute de moyens suffisants. La motion, qui émane de plusieurs partis, propose notamment de privilégier un autre jour de fermeture. L'affluence est en effet moindre pendant les jours en semaine.

La population profite souvent des fériés et des week-ends pour faire du tri, de l'aménagement ou du jardinage, soit des activités qui génèrent des déchets dont il faut se débarrasser rapidement, ont rappelé plusieurs députés. Le Grand Conseil a insisté sur le bon sens pour maintenir les horaires d'ouverture qui prévalaient jusqu'à présent.

Situés à la Praille (Carouge), à Châtillon (Bernex) et aux Chânats (Bellevue), les trois ESREC du canton disposent de containers pour jeter des encombrants, de la ferraille, des déchets électriques, électroniques et électroménagers ainsi que des déchets de jardin. Il est aussi possible d'y déposer des déchets spéciaux, comme les peintures, solvants et autres produits dangereux, du papier, du verre, du PET et des textiles.

La motion, acceptée par 76 voix et 13 abstentions, propose aussi de mettre à disposition dans ces ESREC, des espaces permettant le dépôt d'objets en bon état, en vue d'une remise en vente ou d'une revalorisation par des associations à but non lucratif. Le Conseil d'Etat a désormais six mois pour répondre aux différentes demandes de la motion. "Il s'agissait d'une mesure d'économie", a souligné le chef du Département du territoire Antonio Hodgers qui va travailler à trouver des solutions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Accord sur la connexion ferroviaire de l'aéroport Bâle-Mulhouse

Publié

le

L'EuroAirport est un aéroport franco-suisse situé aux alentours de Bâle. Il n'est actuellement pas accessible par le train (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Un accord de financement a été trouvé entre la Suisse, la France et l'Allemagne pour le projet de création d'une nouvelle liaison ferroviaire, exclusivement sur sol français, vers l'aéroport Bâle-Mulhouse, a annoncé vendredi la préfecture de région Grand-Est.

Un comité de pilotage transfrontalier dédié à ce projet, qui doit voir le jour à l'horizon 2034-2035, a validé, en janvier, "l'accord de principe de financement négocié entre la Suisse, la France, le Land Bade-Wurtemberg (en Allemagne) et l'EuroAirport", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Cette connexion ferroviaire nécessitera la construction d'une nouvelle voie ferrée, d'une longueur de 6 kilomètres, à double sens, en déviation de la ligne existante reliant Strasbourg à Mulhouse-Bâle. "Une halte ferroviaire au contact immédiat de l'aérogare" est prévue.

L'opération nécessitera des investissements estimés à 475 millions d'euros à l'horizon 2035, compte tenu de l'inflation prévisionnelle. Une demande de cofinancement européen a aussi été déposée dans le cadre d'un appel à projets, dont les résultats sont attendus "à l'été", a précisé la préfecture.

L'EuroAirport pas accessible en train

Les correspondances "permettront de desservir un vaste territoire trinational couvrant le sud du pays de Bade, le nord-ouest de la Suisse, l'Alsace et le nord de la Franche-Comté", a-t-elle détaillé.

Actuellement, l'EuroAirport n'est pas directement accessible en train. Des navettes, notamment par bus, ont été mises en place depuis les gares de Saint-Louis et Bâle.

La plateforme aérienne franco-suisse a enregistré l'an dernier un trafic de 8,1 millions de passagers. Il s'agit du troisième aéroport de Suisse, après Zurich et Genève, et de l'un des plus importants de province en France.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Le prix du lait augmentera de 3 centimes à partir de juillet

Publié

le

Les agriculteurs avaient demandé une augmentation du prix du lait de 4 centimes (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le prix indicatif A du lait de centrale sera augmenté de 3 centimes pour les troisième et quatrième trimestres 2024. Une augmentation de prix dès le printemps, lorsque le volume de lait est élevé, aurait constitué un mauvais signal.

La demande des représentants des producteurs d'une augmentation immédiate des prix de 4 centimes n'a pas trouvé de majorité au sein du comité, a indiqué IP Lait dans un communiqué vendredi.

L'année dernière, par exemple, pour la première fois, la branche a constaté que davantage de fromages avaient été importés qu'exportés. C'est pourquoi l'IP Lait demande une augmentation pour le lait transformé en fromage de 3 ct/kg de lait, afin d'améliorer la situation économique tendue des producteurs de lait.

L'Union des paysans zurichois a annoncé des marches de protestation pour vendredi soir si l'interprofession n'augmente pas le prix du lait de 4 centimes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X