Rejoignez-nous

Suisse

Pour un recensement des crimes LGBTI-phobes

Publié

,

le

Les communautés LGBTI+ demandent des statistiques officielles recensant les crimes haineux à leur égard. (Photo: D.R.)

Les crimes haineux contre les personnes LGBTI+ doivent être recensés en tant que tels. C’est le principal message des motions qui sont ou seront déposées ce mois dans 13 parlements cantonaux. En terres vaudoises, c’est la députée Léonore Porchet qui déposera le texte ce mardi.

Elles veulent des chiffres pour agir. Les communautés LGBTI+ demandent des statistiques officielles recensant les crimes haineux à leur égard. À l’occasion de la journée internationale contre l’homo-, la bi-, la trans- et l’interphobie, elles ont annoncé que des motions en ce sens seront, ou ont été déposées, dans 13 cantons. Tous les cantons romands participent à cette action concertée, à l’exception de Genève qui a déjà pris les devants. En Suisse, les violences envers les personnes LGBTI+ ne sont pas recensées en tant que telles, ce qui ne permet pas d’agir en amont. Muriel Waeger, directrice romande de l'Organisation suisse des lesbiennes (LOS) et de Pink Cross, la Fédération suisse des hommes gais et bi :

Muriel Waeger
Directrice romande de LOS et de Pink Cross
Muriel WaegerDirectrice romande de LOS et de Pink Cross

Pink Cross, la Fédération suisse des hommes gais et bi, a mis en place une helpline en Suisse allemande qui lui permet de saisir une petite partie de l'ampleur de ces crimes contre l’homo-, la bi-, la trans- et l’intersexualité :

Muriel Waeger
Directrice romande de LOS et de Pink Cross
Muriel WaegerDirectrice romande de LOS et de Pink Cross

Selon Muriel Waeger, avoir des chiffres sur les agressions dont sont victimes les personnes LGBTI+ permettrait de mettre en lumière l'ampleur du phénomène et agir en conséquence :

Muriel Waeger
Directrice romande de LOS et de Pink Cross
Muriel WaegerDirectrice romande de LOS et de Pink Cross

Les motions contiennent un second volet. A l’image des polices vaudoise, lausannoise et genevoise, les textes demandent que les corps de police soient formés à la prise en charge des victimes LGBTI+. Aymeric Dallinge, président du PAV, le Pôle agression et violence qui s’occupe de cette formation dans le canton de Vaud :

Aymeric Dallinge
Président du Pôle agression et violence
Aymeric DallingePrésident du Pôle agression et violence

Pour Aymeric Dallinge, la formation du corps de police est d'autant plus importante parce qu’ils sont en première ligne pour accueillir les victimes. Or, une prise en charge adéquate, c’est encourager les victimes LGBTI+ à porter plaine, selon Aymeric Dallinge :

Aymeric Dallinge
Président du Pôle agression et violence
Aymeric DallingePrésident du Pôle agression et violence

Dans le canton de Vaud

En terres vaudoises, c’est la députée Léonore Porchet qui déposera le texte mardi prochain au Grand Conseil. Selon l’élue Verte, avoir des chiffres permettrait d'agir en termes de politique publique. Léonore Porchet :

Léonore Porchet
Députée Les Verts, VD
Léonore PorchetDéputée Les Verts, VD

Sa motion, comme les autres, contient le volet sur la formation et la sensibilisation des corps de police à la prise en charge des victimes LGBTI+. Une formation existe déjà pour la gendarmerie vaudoise et la police lausannoise. Elle est donnée par le Pôle agression et violence, mais Léonore Porchet souhaite aller plus loin :

Léonore Porchet
Députée Les Verts, VD
Léonore PorchetDéputée Les Verts, VD

La députée estime que ce que proposent les motions est d'autant plus important que lorsqu'une agression a lieu contre une personne LGBTI+, c'est toute une communauté qui est directement touchée :

Léonore Porchet
Députée Les Verts, VD
Léonore PorchetDéputée Les Verts, VD

Les associations LGBTI+, qui sont à l’origine de ces motions, soulignent enfin que les statistiques leur permettraient de faire un meilleur travail en amont, notamment de prévention. Elles rappellent que le taux de suicide est 2 à 5 fois plus élevé chez les jeunes des communautés LGBTI+ qu'au sein du reste de la population.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Pas de nouveau millionnaire samedi soir au Swiss Loto. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 10, 11, 13, 28 et 32. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 5 et le Joker le 108143.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 2,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Milliers de manifestants dans des villes suisses samedi

Publié

le

A Berne, un cortège entendait dénoncer samedi l'empreinte de l'extrême droite sur les manifs contre les mesures anti-Covid. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Des milliers de personnes ont à nouveau défilé contre les mesures anti-Covid samedi en Suisse, notamment à Lausanne, Lugano, Baden (AG) et Rapperswil-Jona (SG). A Berne, une contre-manifestation était au programme. Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Cortèges dans le calme

A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", environ 400 personnes opposées aux mesures anti-Covid ont protesté samedi après-midi. La manifestation, la troisième organisée au Tessin après celle de Bellinzone et Locarno, s'est déroulée dans le calme.

Les manifestants ont défilé le long des quais du lac et se sont dirigés vers le centre-ville. Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la protestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19 en votation le 28 novembre prochain : "Obligation de la vaccination pour tous ? Non à un endurcissement extrême et inutile de la loi Covid" pouvait-on lire sur une banderole.

En Suisse alémanique, à Rapperswil-Jona, près de 3000 personnes ont défilé jusqu'au lieu de rendez-vous, un parking à côté de la patinoire locale, où des discours ont eu lieu. L'organisateur "Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance en action des cantons originels") avait annoncé que le rassemblement durerait jusqu'en soirée.

A Baden, ils étaient 1500, selon la police, à manifester contre les mesures prises par les autorités, accompagnés des désormais traditionnels "Freiheitstrychler". Le cortège était autorisé et n'a pas donné lieu à des violences, selon la police. La plupart des manifestants ne portaient pas de masques, a constaté sur place un journaliste de l'agence Keystone-ATS.

Contre-démo à Berne

Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes de la nouvellement créée Alliance solidaire de Berne qui ont battu le pavé samedi après-midi sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". La plupart des participantes et participants portaient un masque.

Le groupement de gauche entendait lancer un signal contre les manifestations du mois passé, marquées à leurs yeux par l'extrême droite. Si la manifestation n'était pas autorisée, elle a été encadrée par la police, qui n'a pas eu à intervenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Il brûle des mauvaises herbes et met le feu à la maison

Publié

le

Un thuya en flammes a mis le feu à la toiture. (© Police cantonale argovienne)

Au cours de travaux de jardinage, un thuya a pris feu vendredi à Schöftland (AG). Les flammes ont atteint le toit d'une maison, causant d'importants dégâts.

Un habitant de la maison voulait se débarrasser de la mauvaise herbe avec un brûleur à gaz, a indiqué samedi la police cantonale argovienne. Il a alors involontairement mis le feu à un thuya, qui se trouvait près de la maison.

A l'arrivée des pompiers, les flammes s'étaient propagées à la maison jusqu'au toit. Les pompiers ont réussi à éviter que le sinistre ne s'étende davantage. Les dégâts, qui ne sont pas encore chiffrables, sont importants, selon la police.

Cette méthode utilisée contre la mauvaise herbe provoque régulièrement des incendies. La plus grande prudence est donc de mise pour de tels travaux, rappelle la police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

EPFL: chaque cerveau possède sa propre empreinte

Publié

le

Les informations constitutives de l'empreinte cérébrale proviennent dans un premier temps des parties sensorielles du cerveau, puis des régions associées à des fonctions cognitives plus complexes. (© EPFL)

Un chercheur de l'EPFL a identifié les signes de l'activité du cerveau qui constituent notre empreinte cérébrale, au même titre qu'une empreinte digitale. Ces travaux pourraient être utiles dans la détection précoce de maladies neurologiques.

Chaque individu possède sa propre empreinte cérébrale, et celle-ci peut évoluer dans le temps, selon cette étude publiée dans la revue Sciences Advances.

"Le but de ma recherche est d'analyser et de comprendre les réseaux et les connexions dans le cerveau, notamment les liens entre ses différentes parties. Pour travailler là-dessus, nous utilisons des IRM qui mesurent l'activité cérébrale sur une période définie", explique Enrico Amico, du Centre de neuroprothèses et Laboratoire de traitement d’images médicales de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Grâce aux données obtenues, les chercheurs se révèlent capables de produire un résumé de cette activité qui se traduit sous la forme d'un graphique représenté sous forme de matrices colorées. Ce type de technique de modélisation est connu dans les milieux scientifiques sous le nom de "neuroscience des réseaux" ou "connectomique du cerveau".

"Tout est dans ces graphiques appelés connectomes cérébraux fonctionnels", précise le chercheur, cité vendredi dans un communiqué de l'EPFL.

Le connectome est une carte des réseaux neuronaux. En l'observant, il est possible de déterminer ce que la personne est en train de faire durant son scanner. Si elle est inactive ou si elle exécute une tâche par exemple. Les connectomes changent en fonction de l'exercice cérébral et des régions sollicitées.

Moments très courts

Grâce à ce tableau, il a pu être établi que chaque cerveau possède sa propre empreinte, comme une empreinte digitale. Le chercheur lausannois est notamment parvenu à réduire le temps d'IRM nécessaire.

"On s'est rendu compte que l'on retrouve des indications de l'empreinte cérébrale sur des moments très courts. Nous n'avons donc pas besoin d'une IRM qui résume l'activité cérébrale sur 5 minutes par exemple. On peut se contenter d'un temps d'observation plus concis", note le chercheur. Ainsi, dès 1 minute 40, certaines données s'avèrent détectables.

Ses analyses ont également permis de montrer que les informations détectées le plus rapidement proviennent des parties sensorielles du cerveau. Notamment celles liées aux mouvements des yeux et de l'attention visuelle.

Au fil du temps, les régions du cortex frontal, celles qui sont associées à des fonctions cognitives plus complexes, commencent également à révéler des informations uniques à chacun d'entre nous.

Troubles neurologiques

La prochaine étape consistera à comparer les empreintes cérébrales de patients en bonne santé et de patients souffrant d'Alzheimer. De précédents travaux du scientifique lausannois ont montré que les caractéristiques uniques qui composent l'empreinte cérébrale disparaissent avec la progression de la maladie.

"C'est comme si une personne atteinte d'Alzheimer perdait son identité cérébrale", conclut Enrico Amico. Dans cette optique, les applications potentielles pourraient inclure la détection précoce de maladies neurologiques où les empreintes cérébrales disparaissent.

La technique pourrait être utilisée chez des patients atteints d'autisme, d'accident vasculaire cérébral, ou même chez des sujets souffrant de toxicomanie.

https://www.dropbox.com/s/yvtc0dfzwo13vi9/Amico_explainer_video_lowres.mp4?dl=0

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X