Rejoignez-nous

Suisse

L'OFSP envisage une phase d'endiguement

Publié

,

le

Image prétexte (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Les chiffres de la pandémie de coronavirus continuent de légèrement baisser en Suisse, avec 119 cas d'infection en plus annoncés vendredi et 12 décès. "Nous envisageons donc une nouvelle phase, une phase d'endiguement", a annoncé devant la presse Daniel Koch, le chef de crise du coronavirus à l'OFSP.

Dans cette phase, il s'agit de freiner le plus possible la propagation du coronavirus. Chacun doit s'efforcer de ne pas transmettre le virus et de ne pas l'atttraper: les règles primordiales de la distance sociale et d'hygiène - se laver les mains- restent en vigueur et doivent impérativement être respectées.

C'est un effort qui est demandé à tous, a rappelé M. Koch. Les cantons sont aussi appelés à agir.

Quarantaine

Le médecin cantonal de Zoug Rudolf Hauri a lui détaillé la pratique dans son canton. Les personnes testées positives sont appelées par téléphone et mises en quarantaine. Elles recoivent, ainsi que leur entourage, des instructions par oral et une check-list leur est envoyée. Les autorités s'informent sur leurs contacts des dernières 48 heures.

Une fois ces données recueillies, la ligue pulomaire prend contact avec ces personnes et leur entourage et leur explique les règles à suivre en quarantaine.

La ligue entretient des contacts quotidiens avec ces personnes et s'enquiert de leur état de santé. Si des symptômes aparaissent, une hospitalisation est envisagée. Le médecin de famille est associé à ces processus. Une fois la quarantaine écoulée, les autorités décident si elle peut être levée.

Ce mode opératoire est bien accueilli par la population dans le canton de Zoug, a souligné le médecin cantonal, car tout le monde en profite.

Pas contradictoire

Les assouplissements envisagés ne sont pas contradictoires, estime M. Koch: "Nous ne sommes plus dans la situation de 1000 nouvelles infections par jour".

La Suisse peut éviter une 2e vague d'infection si les gens respectent les règles d'hygiène et de distance sociale. La population a montré qu'elle peut le faire, a souligné le responsable de l'OFSP: "Ce ne sont pas les mesures qui sont déterminantes, mais le comportement des gens".

Pour les restaurants, M. Koch a rappelé que la règle des quatre personnes à une table vaut pour des individus qui se connaissent. Pas question pour un restaurateur de placer deux inconnus à une table où il reste de la place. De cette manière, un suivi en cas d'infection est possible.

Concernant les tests de dépistage, une partie des coûts est actuellement prise en charge par la LaMal, l'autre par les cantons. Si c'est l'assurance, ce n'est évidemment pas gratuit pour la personne testée. La Confédération est en discussion avec les cantons pour voir s'ils peuvent en faire davantage, a avancé M. Koch.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votations du 29 novembre 2020

Initiative sur les entreprises rejetée

Publié

le

Malgré une campagne offensive, les partisans de l'initiative "pour des entreprises responsables" n'ont pas obtenu la majorité des cantons (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'initiative "pour des entreprises responsables" n'obtient pas la majorité des cantons. Alors que le score s'annonce très serré au niveau des voix, le texte devrait être rejeté dans la plupart des cantons alémaniques.

Concernant le décompte des voix, le score s'annonce encore difficile à projeter. L'institut gfs.bern n'a pas encore de tendance précise et ses projections montrent toujours un score de 50% de "oui" et 50% de "non".

L'initiative populaire "Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement" n'a pas fait l'unanimité auprès des cantons. Elle a été rejetée pour l'instant dans 12 cantons (UR, SZ, OW, NW, GL, ZG, SO, BL, SH, AR, AI, GR, AG, VS). Le Valais serait le seul canton romand à refuser l'initiative, avec 56%.

Neuchâtel a en revanche définitivement dit "oui" à 64,6% tout comme le Jura avec 68,3%, Genève (64,2%) et le Tessin (54,2%). Vaud et Fribourg s'acheminent aussi vers un "oui". Outre-Sarine, seul Bâle-Ville devrait approuver le texte.

Entreprises sur la sellette

L'initiative populaire "Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement" exige des sociétés qui ont leur siège en Suisse de veiller au respect des droits de l'homme et des normes environnementales internationalement reconnues. Ces sociétés devraient effectuer ces contrôles pour leurs activités en Suisse, mais aussi pour celles à l'étranger.

Les multinationales devraient également répondre des dommages causés par leurs filiales, mais pas pour les actions de leurs fournisseurs. De grands groupes comme Glencore, Syngenta ou Lafarge-Holcim sont visés. Si une violation est commise par l’une de leurs filiales à l’étranger, la maison-mère en est tenue responsable, à moins qu'elle ne démontre qu'elle a fait preuve de la diligence requise pour prévenir le dommage.

Les PME seront concernées par le devoir de diligence en cas d'activité à haut risque comme le commerce d'or ou de diamants. Une procédure civile peut être menée en Suisse pour des actions ayant eu lieu à l'étranger.

Contre-projet élaboré

Le Conseil fédéral et le Parlement reconnaissent le bien-fondé du texte, mais ils ne veulent pas du projet sous cette forme. Ils soutiennent le contre-projet qui entrera en vigueur automatiquement si l'initiative est rejetée.

Adoptée par une majorité de centre-droit à l'issue d'une longue bataille au Parlement, cette alternative ne réglemente pas explicitement la responsabilité de la maison-mère pour les entreprises contrôlées à l’étranger.

Continuer la lecture

Votations du 29 novembre 2020

Suivi en direct: Initiative pour des multinationales responsables

Publié

le

Vue extérieure du plus grand site de production de Syngenta à Monthey (VS), le 29 octobre 2019. (Image d'illustration - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le texte "Entreprises responsables - pour protéger l'être humain et l'environnement" demande que les entreprises suisses vérifient si les droits de l’homme et les normes environnementales internationalement reconnus sont également respectés à l’étranger dans le cadre de leurs activités.

Cette vérification ne doit pas uniquement porter sur leurs propres activités, mais également sur celles de leurs filiales, de leurs fournisseurs et de leurs partenaires commerciaux. Les entreprises suisses répondront désormais des dommages causées par les entreprises qu'elles contrôlent. Le Parlement a adopté un contre-projet indirect à l’initiative.

Celui-ci impose également l’obligation de rendre compte des mesures prises et de faire preuve de diligence et prévoit une amende en cas d’infraction. Il entrera en vigueur si l’initiative est rejetée et, en cas de référendum, s'il est accepté en votation.


Continuer la lecture

Votations du 29 novembre 2020

Suivi en direct: Initiative contre le matériel de guerre

Publié

le

Un employé de l'entreprise Ruag à Thun contrôle la production de munition, le 25 juillet 2002 (image d'illustration - ©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le comité de l'initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » estime que l'interdiction de financement actuelle ne va pas assez loin.

Il veut l'étendre au financement du matériel de guerre quel qu’il soit, en englobant par exemple les fusils d’assaut, les véhicules blindés et leurs composants. L’interdiction s’appliquera à la Banque nationale suisse, aux fondations, à l’AVS/AI et aux caisses de pension. Aujourd'hui, il faut une autorisation pour fabriquer ou exporter du matériel de guerre.

Les armes nucléaires, biologiques et chimiques, les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions sont prohibées. Il est interdit de les fabriquer ou d’en faire le commerce. Il est également interdit d’en financer la production.


Continuer la lecture

Votations du 29 novembre 2020

Verdict sur deux objets en votation

Publié

le

Le sort de l'initiative sur les entreprises responsables se joue dimanche (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Après des campagnes parfois émotionnelles, les jeux sont presque faits sur les deux objets en votation ce dimanche. Le suspense reste entier pour les entreprises responsables. Le tour de vis pour les producteurs de matériel de guerre devrait en revanche être rejeté.

L'initiative populaire "Entreprises responsables – pour protéger l'être humain et l'environnement" veut obliger les sociétés qui ont leur siège en Suisse à examiner régulièrement les conséquences de leurs activités sur les droits humains et sur l'environnement. Les entreprises concernées devront procéder à cette analyse pour leurs activités sur sol helvétique et pour celles à l'étranger.

Les multinationales devront répondre des dommages causés par leurs filiales, mais pas pour les actions de leurs fournisseurs. De grands groupes comme Glencore, Syngenta ou Lafarge-Holcim sont visés. Les PME ne seront pas concernées par le devoir de diligence, sauf en cas d'activité à haut risque comme le commerce d'or ou de diamants.

Nécessité d'agir

Le Conseil fédéral et le Parlement reconnaissent la nécessité d'agir, mais pas sous cette forme. Ils soutiennent le contre-projet qui entrera en vigueur automatiquement si l'initiative est rejetée. Adopté par une majorité de centre-droit au Parlement, il ne réglemente pas explicitement la responsabilité de la maison-mère pour les entreprises contrôlées à l'étranger.

Les obligations se réduiraient à un devoir de diligence dans les domaines "minerais de conflit" et "travail des enfants". Seules les "sociétés d'intérêt public" devraient rendre un rapport. Le contre-projet évitera à la Suisse de faire cavalier seul au niveau international, selon ses partisans.

Les derniers sondages sont favorables à l'initiative, mais le camp du "oui" s'est effrité au fil des semaines. Et le texte n'est pas assuré d'obtenir la majorité des cantons.

Ethique humanitaire ou économie ?

Les sondages sont encore moins optimistes pour l'initiative "pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre". Le texte, qui a vu s'opposer les partisans d'une place financière plus éthique et durable aux défenseurs de l'économie, ne réunirait plus de majorité.

L'initiative du Groupe pour une Suisse sans armée et des Jeunes Verts veut interdire le financement des producteurs de matériel de guerre dans le monde. La Banque nationale suisse, de même que les fondations et les institutions de prévoyance, ne pourraient plus financer les entreprises réalisant plus de 5% de leur chiffre d'affaires annuel avec ce matériel.

Les investissements dans le "commerce de la mort" sont contraires à la tradition humanitaire et à la neutralité suisses, ont martelé les initiants, soutenus par la gauche et le PEV, tout au long de la campagne. La place financière suisse, l'une des plus influentes au monde, doit s'en distancier. D'autant plus que l'actuelle interdiction de financement du matériel de guerre prohibé peut facilement être contournée.

Pour les opposants, une telle règlementation serait unique au monde et trop radicale. La place financière et l'économie en souffriraient grandement, ont plaidé les partis bourgeois et le gouvernement. Outre les grands acteurs, comme RUAG, Airbus ou Boeing, leurs fournisseurs seraient touchés. Les caisses de pension et de l'AVS/AI verraient elles leurs possibilités d'investissement restreintes. Et les rentes vieillesse en seraient impactées.

Continuer la lecture

Suisse

La vignette autoroutière 2021 est verte

Publié

le

La vignette autoroutière 2021 sera en vente à partir du 1er décembre. Son prix reste inchangé à 40 francs. (Photo : Administration fédérale des douanes)

La vignette autoroutière 2021 est de couleur vert métallisé et sera en vente à partir du 1er décembre. Son prix reste inchangé à 40 francs. Les automobilistes ont jusqu'au 31 janvier pour la coller sur leur pare-brise.

Le nouvel autocollant sera valable du 1er décembre 2020 au 31 janvier 2022, indique vendredi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Il sera en vente dans les stations-service, garages, guichets postaux, services des automobiles et bureaux de douane.

La vignette doit être collée à l'emplacement prescrit. "Il est interdit de recoller la vignette, après l'avoir enlevée, sur le même véhicule ou sur un autre véhicule", rappelle l'AFD. En outre, les sésames des années précédentes doivent être retirés.

Un projet de loi relatif à l'introduction de la vignette électronique est en cours d'examen au Parlement. Le nouveau système sera disponible "au plus tôt en 2022", indique l'AFD.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X