Rejoignez-nous

Suisse

Moins de chômage pour les unis alémaniques

Publié

,

le

A l'Université de Berne 2,8 % des diplômés sont au chômage un an après la fin de leurs études (archives). (©KEYSTONE/MANUEL LOPEZ)

Les diplômés d'une université de Suisse alémanique ont plus de chances de trouver un emploi que les diplômés de Suisse romande ou italienne. De nouveaux chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS) mettent en avant les inégalités entre les diplômés.

En moyenne suisse, 4,8 % des diplômés sont toujours sans emploi un an après l'obtention de leur diplôme. Ce taux de chômage correspond exactement à celui de l'ensemble de la population active, selon les critères du Bureau international du travail (BIT). C'est le résultat d'une enquête menée auprès des diplômés par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Cependant, il existe des différences importantes selon les régions linguistiques. L'Université de Genève arrive largement en tête avec un taux de chômage des diplômés de Master de 9,6%. Elle est suivie de l'Université de Neuchâtel (7,5%), de l'Université de Suisse italienne au Tessin (7%) de l'Université de Lausanne (6,9%), et de l'Université de Fribourg (5,5%). Les diplômés du polytechnique de Lausanne sont eux exactement dans la moyenne avec 4,8%.

Les taux de chômage sont par contre relativement faibles outre-Sarine, notamment à l'Université de Lucerne (1,7 %), au polytechnique de Zurich (2,1 %), à l'Université de Saint-Gall (2,7 %) et à l'Université de Berne (2,8 %).

La pédagogie paie

Les diplômés des hautes écoles pédagogiques sont encore mieux lotis, puisqu'un an après l'obtention de leur diplôme, seulement 0,6 % d'entre eux sont au chômage. Avec un salaire annuel estimé à 87'000 francs, ils gagnent même 11'000 francs de plus que leurs collègues des universités et des hautes écoles spécialisées.

L'âge joue également un rôle: terminer ses études avant l'âge de 25 ans facilite grandement la recherche d'un emploi. Entre 30 et 40 ans, le taux de chômage des diplômés augmente rapidement de 6,8 % à 13,5 %.

Toutefois, le revenu brut moyen augmente également dans ce groupe d'âge, comme le montrent les statistiques de l'OFS. Dans l'ensemble, cependant, les salaires académiques n'ont pas évolué de façon significative depuis 2002.

Femmes discriminées

Comme attendu, les domaines les plus lucratifs sont l'économie, la technologie, ainsi que la médecine et la pharmacie. De l'autre côté du spectre se trouvent les disciplines culturelles telles que l'art, le théâtre, le cinéma et le design. Et, à qualification égale, les femmes sont discriminées puisque les diplômées gagnent toujours moins que les hommes.

(ATS / KEYSTONE - MANUEL LOPEZ)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Le National pour la distribution de cannabis

Publié

le

Le Conseil national est favorable aux essais de distribution de cannabis récréatif. Mais le produit devrait être bio et suisse, a-t-il décidé mardi. (Image d'archive - ©KEYSTONE/DPA/OLIVER BERG)
Des tests de distribution de cannabis récréatif biologique devraient avoir lieu en Suisse. Le National y est favorable. Il a précisé mardi les contours de ces expériences qui pourraient être menées dans de grandes villes helvétiques.

En décembre, la Chambre du peuple, dans sa nouvelle composition, avait accepté d'entrer en matière sur cette modification de la loi sur les stupéfiants contre l'avis de sa commission. Celle-ci a dû revoir sa copie et s'est ralliée dans les grandes lignes au projet du gouvernement.

Le dossier n'a pas pu être abordé en mars, coronavirus oblige, et a dû être reporté à la session d'été. Par 113 voix contre 81, le Conseil national a accepté la base légale que le Conseil fédéral veut créer pour mener des études scientifiques sur les effets d'une utilisation contrôlée du cannabis. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Les recherches doivent permettre de comprendre le fonctionnement du marché et de combattre le marché noir. Il s'agit aussi de déterminer les effets, notamment sociaux, de la consommation de cannabis récréatif. Berne, Genève, Zurich, Bâle ou Bienne ont manifesté leur intérêt pour ces expériences. Les modèles doivent être testés avant d'entamer le débat sur la libéralisation ou non du cannabis, a expliqué Pierre-Yves Maillard (PS/VD) au nom de la commission.

Limites

Une ordonnance d'application a déjà été rédigée et elle fixe un cadre très strict. La participation aux projets pilotes sera limitée aux consommateurs de cannabis âgés d'au moins 18 ans. Les participants devront être étroitement accompagnés et l’évolution de leur état de santé devra faire l’objet d’une surveillance constante.

Pour l'UDC et une partie du groupe du centre, les garde-fous ne suffisent pas. Les conditions pour la réalisation de ces essais devraient être plus strictes afin d'éviter les risques pour la santé, a défendu Verena Herzog (UDC/TG).

La consommation de drogue est nocive, a fait valoir Benjamin Roduit (PDC/VS). Le projet ne contient pas de mesures de protection des jeunes, a-t-il regretté.

C'est l'illégalité du cannabis qui a des effets négatifs, a répondu Manuela Weichelt-Picard (Verts/ZG). Ceux qui soutiennent le projet sont du côté de la santé et de la sécurité, alors que les opposants soutiennent le marché noir. Ce marché existe et ne se préoccupe pas de santé publique ou de protection de la jeunesse, a relevé Michel Matter (PVL/GE).

La guerre contre la drogue a échoué et la consommation de cannabis par les jeunes n'a pas diminué, a renchéri Philippe Nantermod (PLR/VS). Quand une politique échoue, il faut en essayer une autre.

Cannabis bio et suisse

Le Conseil national a ajouté une seule précision au projet du Conseil fédéral. Elle concerne la provenance des produits. Ils devraient être issus de l'agriculture biologique suisse afin de profiter aux paysans helvétiques.

Très peu de producteurs ont de l'expérience dans ce domaine, a mis en garde le ministre de la santé Alain Berset. Le délai pour obtenir un tel produit risque d'être long, ce qui retardera la mise en place du projet.

Les propositions de l'UDC et d'une partie du PDC ont toutes été rejetées. Les cantons et les communes où seraient menés ces essais ne devraient pas avoir leur mot à dire, a décidé le Conseil national. Cette procédure compliquerait l'expérience. Idem pour des critères de santé et de sécurité stricts pour le choix des groupes cibles.

La Chambre du peuple n'a pas non plus voulu obliger les personnes concernées à informer leurs employeurs ou leurs écoles de leur participation à ces essais. Le droit de conduire ne devrait pas non plus être supprimé. La valeur maximale en THC sera limitée à 20% et un participant ne pourra pas se procurer plus de 10 grammes de THC pur par mois. Les opposants auraient voulu faire passer la limite à 15%.

Consommateurs connus

Seules les personnes pouvant prouver qu’elles consomment déjà du cannabis, par exemple par un prélèvement capillaire, seront autorisées à participer aux essais pilotes.

Les essais pilotes seront limités géographiquement. Ils ne devront pas durer plus de cinq ans prolongeables de deux ans sur demande. La taille du groupe dépendra du type d'essai, mais ne devra pas dépasser 5000 participants.

Continuer la lecture

International

Restrictions maintenues avec l'Italie

Publié

le

En contact étroit avec les autorités italiennes ainsi qu’avec celles de l’Allemagne, de l’Autriche et de la France, la Suisse souhaite coordonner le régime frontalier avec ses pays voisins et, dans la mesure du possible, le réglementer conjointement. (©KEYSTONE/Ti-Press/PABLO GIANINAZZI)
La Suisse maintiendra ses contrôles à la frontière avec l'Italie après le 3 juin, malgré la décision de son voisin de lever ses restrictions d'entrée mercredi. Elle estime qu’il est encore trop tôt pour lever ces contrôles avec son voisin.

En contact étroit avec les autorités italiennes ainsi qu’avec celles de l’Allemagne, de l’Autriche et de la France, la Suisse souhaite coordonner le régime frontalier avec ses pays voisins et, dans la mesure du possible, le réglementer conjointement, indique le Secrétariat d'Etat aux migrations mardi dans un communiqué.

L'entrée en Suisse depuis l'Italie ne reste autorisée que pour les citoyens suisses, les titulaires de permis de séjour ou d’autorisations de travailler en Suisse et les personnes qui ont des motifs impérieux en raison de crise due au coronavirus. Les contrôles aux points de passage de la frontière avec l’Italie restent en place. Ils seront même intensifiés, poursuit le SEM. Le tourisme d’achat entre les deux pays reste interdit.

Pression économique

L'Italie a annoncé la mi-mai vouloir rouvrir ses frontières aux touristes de l'Union européenne et de la Suisse à partir du 3 juin. La quarantaine obligatoire serait annulée.

"C'est une décision unilatérale de l'Italie, dont je prends connaissance", avait réagi la ministre de justice et police Karin Keller-Sutter sur les ondes de la radio alémanique SRF. Selon elle, les autorités italiennes ont pris cette décision sous la pression économique.

Les frontières de la Suisse avec la France, l'Allemagne et l'Autriche rouvriront le 15 juin. Le SEM précise que la Suisse souhaite rouvrir ses frontières le plus rapidement possible.

Continuer la lecture

Suisse

Habitudes de mobilité modifiées par la crise

Publié

le

Le sondage montre que ce sont surtout les déplacements à pied et à vélo qui vont se développer dans les villes, ce qui accentuera les revendications pour des infrastructures plus adaptées en ce sens. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Les Suisses veulent moins utiliser les transports en commun à l'avenir en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus. Entreprises et autorités sont invitées à élaborer des solutions pour conjuguer besoins de mobilité et protection du climat.

Selon un sondage réalisé par le cabinet d'audit Deloitte Suisse, il y a un déplacement du trafic vers les moyens de transport individuels, par peur des risques de contamination dans les transports publics. Beaucoup veulent se replier sur les deux-roues ou la voiture et continuer à télétravailler, constate-t-on dans cette enquête publiée mardi.

Un tiers des sondés croient ainsi qu'ils se déplaceront à l'avenir davantage à vélo, en scooter électrique ou à pied. Un quart compte moins utiliser les trains, bus, trams ou taxis.

Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS), chaque personne en Suisse passait en moyenne 90 minutes en déplacement avant la crise actuelle, dont la moitié pour ses loisirs, relèvent les auteurs de l'enquête. Les transports individuels devraient y prendre désormais davantage de place.

Jeunes en voiture et moto

Le trafic individuel motorisé devrait connaître une légère augmentation, surtout parmi les individus jeunes. Un quart des sondés de moins de 30 ans (26%) entendent utiliser plus souvent la voiture et 29% plus la moto. Ce qui pourrait représenter un écueil pour la politique climatique de la Suisse.

Le sondage montre que ce sont surtout les déplacements à pied et à vélo qui vont se développer dans les villes, ce qui accentuera les revendications pour des infrastructures plus adaptées en ce sens, voire de péages pour réguler le trafic motorisé dans les villes.

Télétravail plébiscité

De nombreux sondés souhaiteraient aussi continuer à télétravailler certains jours. Selon une étude du bureau Ecoplan, des concepts d'emploi et d'horaires plus flexibles pourraient permettre de décharger les transports publics. La décharge potentielle atteindrait 24% le matin et 10% le soir.

Les autorités devraient prendre en compte la tendance vers plus de télétravail dans leur planification en matière de transports, poursuit Deloitte. Des plans pour des projets d'infrastructures coûtant des milliards devraient être repensés ou adaptés aux nouvelles circonstances.

Moins voler

De nombreux sondés estiment en outre qu'ils voleront moins ces prochaines années. 27% de ceux qui volent occasionnellement pensent le faire moins, alors que 13% comptent le faire plus.

Pour prendre en compte ces besoins de mobilité en évolution, autorités et économie sont invitées à permettre des flux de trafic plus flexibles, à encourager des concepts comme la location de vélos électriques ou l'autopartage et à mettre les moyens de transport en réseaux.

La tendance vers plus de mobilité individuelle ne devrait toutefois pas empêcher la Suisse de réduire ses émissions de CO2 comme prévu et d'introduire une taxation efficace en ce sens.

Deloitte a effectué son sondage à la mi-avril auprès de 1500 personnes actives établies en Suisse.

Continuer la lecture

Suisse

Les journaux de retour dans les bistrots

Publié

le

La décision d'interdire avait été prise en mai, avant la réouverture des restaurants et des cafés. Elle visait à prévenir la transmission du Covid-19. (Image d'archive - ©KEYSTONE/JUSTIN HESSION)
Il sera à nouveau possible de lire un journal dans un établissement public dès vendredi. Le nouveau plan de protection pour l'hôtellerie et la restauration édicté par GastroSuisse vendredi dernier met fin à cette restriction.

Sept.ch SA, la société éditrice de Sept mook, a relayé cette information mardi dans un communiqué. Elle considère la levée de l'interdiction comme réjouissante et espère que la prise de position "raisonnable" de GastroSuisse inspirera les associations de médecins, dentistes ou encore de coiffeurs à aller dans la même direction, ajoute-t-elle. L'interdiction des journaux et magazines dans leurs salles d'attente a des "conséquences graves" pour les médias helvétiques.

La décision d'interdire de lire les journaux dans les établissements publics avait été prise en mai, avant la réouverture des restaurants et des cafés. Elle visait à prévenir la transmission du Covid-19. De rares établissements avaient trouvé le moyen de permettre la lecture du journal, notamment en l'équipant à chaque page d'une pincette, lavée entre chaque client.

En raison d'un effondrement des recettes publicitaires, la presse écrite souffre depuis le début de la crise due au coronavirus. Le journal vaudois Le Regional et l'hebdomadaire Micro ont jeté l'éponge. La rédaction du magazine L'Illustré a coupé près d'un quart de ses effectifs.

Face à cette situation, le Conseil fédéral a accepté fin mai de fournir une aide immédiate de près de 60 millions de francs aux radios, télévisions et à la presse écrite.

Continuer la lecture

Suisse

Zurich: rue occupée contre le racisme

Publié

le

Des jeunes gens ont manifesté lundi à Zurich contre le racisme après la mort de George Floyd à Minneapolis il y a une semaine. (©KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)
Plus d'un millier de personnes ont manifesté contre le racisme lundi à Zurich. Le décès de George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, lors d'une interpellation à Minneapolis provoque un tollé en Suisse aussi. A Genève, un rassemblement a été avorté.

La manifestation de Zurich a eu lieu dans le calme, tandis que la police se tenait à l'écart. Les participants n'honoraient en revanche pas les distances requises en lien avec le coronavirus et l'interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes.

A Genève, les autorités avaient elles entendu parler de possibles regroupements lundi en milieu d'après-midi, en hommage à l'Afro-Américain décédé. "Il y avait une forte présence policière. Nous sommes allés au contact", a expliqué à Keystone-ATS le porte-parole du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES), Laurent Paoliello.

A peine après avoir déployé une banderole, la plupart parmi la trentaine de personnes réunies se sont dispersées en courant. A l'exception de deux d'entre elles, dont l'identité a été relevée, et d'une interpellée parce qu'elle ne pouvait pas prouver la sienne, selon le porte-parole. Des amendes d'ordre seront prononcées pour cette manifestation non autorisée.

La décès de George Floyd étouffé lors d'une opération de police à Minneapolis il y a une semaine a fait souffler un vent de révolte aux Etats-Unis, mais aussi dans le reste du monde. Minneapolis et plusieurs villes américaines comme Los Angeles, San Francisco et New York sont sous haute tension, tandis que les manifestations se succèdent, en se transformant en émeute dans certains endroits.

Au moins 40 villes américaines ont imposé des couvre-feux la nuit, y compris Washington. Les rassemblements se sont maintenant étendus hors des Etats-Unis comme au Canada, en Nouvelle-Zélande ou en Iran.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Fébrilité importante aujourd’hui. Vous avez intérêt à vous assouplir pour parvenir à ce que vous voulez. La force n’est pas de mise !

Publicité

Les Sujets à la Une

X