Rejoignez-nous

Suisse

Nouvelle nuit tropicale en Suisse, risques d'orages

Publié

,

le

Après les Alpes, le Plateau et le Tessin devraient être touchés par une importante activité orageuse dès vendredi soir. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

De nombreuses régions de Suisse ont vécu une deuxième nuit tropicale de suite, de jeudi et vendredi. Les températures n'y sont pas descendues au-dessous de 20 degrés Celsius. Selon SRF Meteo, le thermomètre affichait 24,8° à Locarno-Monti (TI).

La nuit dernière a également été chaude à Zurich (24,7 degrés), Bâle (24,3°), Lucerne (22,9°) ou encore Sion (22,5°), malgré des orages qui ont éclaté sur plusieurs régions dès jeudi soir. Il est notamment tombé 60 millimètres de pluie en peu de temps à Frutigen (BE).

A Vevey (VD), une représentation de la Fête des vignerons a été interrompue, puis annulée en raison d'un orage et des éclairs. L'arène a été évacuée sans incident. Le spectacle a été reprogrammé lundi soir.

Jeudi, les météorologues ont relevé des données historiques par endroits, mais globalement les valeurs sont restées inférieures à celles de mercredi. Les 38 degrés à Sion mercredi n'ont pas été renouvelés. Mais les températures mesurées en Suisse pouvaient rivaliser avec celles de nombreuses stations balnéaires du sud de l'Europe.

Victimes moins attendues de ces conditions caniculaires, les véhicules sont exposés à des contraintes plus importantes. La vague de chaleur actuelle génère un volume de pannes nettement plus élevé que la normale, indique le TCS, qui donne des conseils aux automobilistes pour adapter leur conduite.

Risques d'orage

Si les températures sont à nouveau élevées ce vendredi, un refroidissement est attendu dès samedi. Une forte activité orageuse et des précipitations abondantes par endroits devraient le précéder.

Les orages devraient atteindre le maximum d'intensité, surtout dans l'Arc alpin, dès vendredi après-midi. Le Plateau et le Tessin seront à leur tour touchés par les intempéries durant la soirée et la nuit, avec des orages parfois violents. Et MeteoNews de préciser que quand une grande quantité de pluie s'abat sur une région en peu de temps, cela crée des situations à risques.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Vers une hausse de 60% du transport marchandises par le rail

Publié

le

Les CFF s'apprêtent à optimiser et élargir leur offre de transports des marchandises. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les CFF lancent leur concept "Suisse Cargo Logistics" grâce auquel ils entendent transporter 60% de marchandises en plus par le rail d'ici 2050. Ils déclarent ainsi "renforcer la sécurité de l'approvisionnement en Suisse".

L'entreprise vise un "repositionnement du trafic marchandises", indiquant qu'elle continue à miser sur ce secteur, a dit mercredi devant les médias à Berne sa présidente du conseil d’administration, Monika Ribar. Le nouveau concept doit jeter les bases d'une logistique "efficace, automatisée et durable".

Les CFF rappellent que le transport de marchandises lourdes et volumineuses est en constante diminution, tandis que celui des marchandises légères et de petite taille augmente. La clientèle exige toujours plus de flexibilité et de rapidité, et dans le même temps, les transports doivent devenir plus écologiques. Le marché évolue, de nouvelles solutions s'imposent, résume l'entreprise.

Suisse Cargo Logistics permettra de désengorger la route, promettent les CFF. "Nous voulons combiner le rail et la route et compléter l’offre de trafic marchandises existante", a expliqué le CEO Vincent Ducrot.

D’ici à 2050, il sera possible de transporter 60% de marchandises en plus par le rail, soit 6,1 milliards de tonnes-kilomètres nettes contre 3,8 aujourd’hui.

Désengorger les routes et les villes

A l'horizon 2050, les CFF estiment que leur projet permettra de freiner la croissance du transport de marchandises par la route en empêchant un million de trajets en camion. De quoi réaliser une économie sur l'empreinte carbone à hauteur de 26'000 tonnes de CO2, ont-ils calculé.

Il est prévu d'augmenter le nombre de sillons pour le trafic marchandises afin de raccourcir les délais de transport, via les "étapes d’aménagement 2025 et 2035".

Cinq nouveaux terminaux seront établis pour le trafic combiné sur le réseau de transbordement entre Genève et Saint-Gall. S'y ajoutera la construction de cinq à huit "hubs" (centres) sur des sites stratégiques qui relieront les grandes villes suisses au réseau ferroviaire, afin de désengorger les villes.

Le projet prévoit aussi, sous réserve d'acceptations politiques, le renforcement du trafic par wagons isolés. La flotte sera en outre renouvelée et permettra une meilleure automatisation.

Grâce aux subventions

Les installations de Suisse Cargo Logistics sont financées par les subventions existantes de la Confédération et par les investissements des CFF. Ces derniers évaluent à un milliard de francs le coût des terminaux et des "city hubs" et à quelque 500 millions l’automatisation du parc de véhicules d’ici à 2040.

Les CFF souhaitent aussi exploiter le fret ferroviaire en Suisse dans le cadre de partenariats avec d’autres acteurs du secteur logistique. Il en va de même pour l’exploitation des terminaux. L'entreprise cède les 2% de la participation minoritaire qu’elle détient dans "Cargo sous terrain" pour pouvoir ainsi "se concentrer sur son c½ur de métier".

La mise en oeuvre de Suisse Cargo Logistics commencera au cours des prochains mois, de concert avec les cantons et les communes. L'objectif est de mettre en service le premier terminal à forte capacité sur l’axe est-ouest avant 2030.

"Enfin!", s'exclame le SEV

Le Syndicat du personnel des transports (SEV) a réagi avec enthousiasme à la nouvelle: "Enfin!", titre-t-il son communiqué. Cette adaptation de stratégie de la part des CFF montre que l'avenir du transport marchandises se situe sur le rail, se félicite l'organisation.

"La direction des CFF met fin à l'incertitude et offre les perspectives attendues au personnel", estime le secrétaire du SEV Philipp Hadorn. Le syndicat est ravi de voir que son engagement de longue date pour l'extension du trafic marchandises "porte enfin ses fruits".

Cette annonce va "booster" la motivation du personnel et contribuer à réduire les goulets d'étranglement au niveau de la main-d'oeuvre, conclut le SEV.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Magie et Rome antique à l'ArchéoLab de Pully

Publié

le

La magie dans la Rome antique au coeur de la nouvelle exposition de l'ArchéoLab de Pully (photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ALBERTO PELLASCHIAR)

L'ArchéoLab de Pully (VD) propose une nouvelle fois aux enfants et familles de découvrir l'Antiquité sous une forme ludique. Sa nouvelle exposition, "La malédiction d'Hécate", plonge les visiteurs dans l'univers de la magie au temps des Romains.

A voir dès mercredi jusqu'au 17 décembre 2023, l'exposition suit les pas de Luna Griffin, une jeune fille fascinée par la magie, à la recherche de sa mère archéologue qui s'est soudain volatilisée.

Tout au long du parcours, les visiteurs découvrent "un monde où la magie est omniprésente, un monde fait de dieux et de déesses de la nuit, d'objets et de pratiques utilisés par les Romains pour interroger le destin, et le soumettre à leur volonté", écrit l'ArchéoLab dans son dossier de presse.

Plusieurs personnages "colorés et attachants" s'invitent au cours de l'aventure, dans une scénographie empruntée à la bande dessinée. Objets "étonnants" dissimulés dans le décor, reproduction d'artefacts archéologiques "à manipuler sans retenue" et autres vidéos d'animation sont à découvrir au fil de cette "immersion" dans le monde de la magie, poursuit le musée pulliéran.

Des différentes animations seront proposées en parallèle de l'exposition, notamment une soirée Halloween et des ateliers pour les familles en collaboration avec le cinéma CityClub de Pully.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Murat Yakin a transformé le jeu de la Suisse

Publié

le

La Suisse de Murat Yakin propose un jeu tout en verticalité (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Adieu le jeu de possession prôné avec succès par Vladimir Petkovic, bienvenue dans la verticalité de Murat Yakin !

Au soir du parcours contrasté de l'équipe de Suisse en Ligue des Nations avec trois défaites pour commencer et trois victoires pour conclure, le constat est bien là: la Suisse a changé de style.

Cette "révolution" est incarnée par Breel Embolo. Désormais incontournable avant-centre de l'équipe, le Bâlois sonne la charge avec sa puissance presque phénoménale. Pour l'exploiter pleinement, Murat Yakin demande à ses joueurs d'allonger beaucoup plus le jeu. "Je connais très bien Breel. Il a débuté avec moi à Bâle, rappelle Murat Yakin. J'avoue que le voir aujourd'hui comme un véritable no 9 me surprend quelque peu. Il avait commencé en 8, puis en 10. Il a joué aussi sur les côtés. Mais le débat est clos. Breel est notre avant-centre."

Un nouveau rôle pour Seferovic

Et Haris Seferovic désormais condamné à chauffer le banc ! Le Lucernois est le grand perdant de ce rassemblement de septembre alors qu'il avait été le match-winner contre le Portugal à Genève le 12 juin dernier avec son but de la tête d'entrée de jeu. Une preuve de plus que tout peut aller très vite dans le football...

Murat Yakin estime aujourd'hui que le Lucernois, en mal de temps de jeu avec Galatasaray, n'a plus le coffre pour interpréter comme il l'entend ce rôle d'attaquant de pointe. Son registre n'est d'ailleurs pas le même que celui d'Embolo. Mais pour ne pas le "perdre" avant la Coupe du monde, le sélectionneur se rendra prochainement à Istanbul pour lui expliquer ce qu'il attend désormais de lui: une sorte de "super-sub" comme sans doute Olivier Giroud avec l'équipe de France.

Deux doutes encore à lever

D'ici le 24 novembre et la rencontre contre le Cameroun, que la Suisse devra impérativement remporter pour avoir une chance de devancer la Serbie dans un duel qui s'annonce impitoyable pour la deuxième place du groupe derrière l'intouchable Brésil, Murat Yakin devra encore lever deux doutes. Noah Okafor, absent contre l'Espagne et la République tchèque, conserve-t-il toujours une longueur d'avance sur Ruben Vargas qui l'a fort bien remplacé tant à Saragosse et à Saint-Gall ? Et peut-il raisonnablement se priver au coup d'envoi de Denis Zakaria si le Genevois s'affirme ces prochaines semaines à Chelsea ?

Sinon, tout roule pour cette équipe de Suisse qui a eu la chance de pouvoir compter lors de ses trois derniers matches sur des gardiens d'exception. A Genève, Jonas Omlin avait dégoûté les attaquants portugais. A Saragosse et à Saint-Gall, Yann Sommer a repris la main pour signer deux performances exceptionnelles. En Espagne, il a réussi un arrêt prodigieux dans le temps additionnel sur une frappe de Soler. A Saint-Gall, il a détourné un penalty de Tomas Soucek qui avait été pourtant bien frappé. "Une grande équipe a besoin d'un grand gardien", sourit Murat Yakin.

Une statistique presque affolante

Aujourd'hui, Yann Sommer présente une statistique presque affolante: il n'a pas été battu sur les cinq derniers penalties tirés contre lui dans le jeu en équipe de Suisse. Après les deux ratés de Sergio Ramos en 2020 et de Jorginho en 2021, Tomas Soucek a pu mesurer toute la difficulté de tromper le portier de Gladbach, dont le refus à l'ultime seconde de s'engager cet été à Nice a littéralement déchiré le coeur de Lucien Favre.

"Yann sortait d'une saison 2021/2022 difficile avec Gladbach, glisse Murat Yakin. Là, il est à nouveau en confiance et cette confiance, elle grandit de match en match." Le sélectionneur aurait sans doute rêvé d'évoluer en équipe de Suisse avec un tel gardien. "J'ai eu la chance de jouer devant Jörg Stiel et Pascal Zuberbühler qui avaient une très grande personnalité", se souvient-il toutefois.

Mais il a l'élégance de ne pas relever que Yann Sommer n'évolue pas vraiment dans le même monde que ses deux prédécesseurs, capables souvent du meilleur mais parfois du pire. Le sélectionneur nourrit de plus en plus l'intime conviction qu'un tel gardien, si la réussite lui sourit toujours comme à Saint-Gall avec deux frappes tchèques sur ses montants, peut vous hisser sur le toit du monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Forum Finance: Hippolyte de Weck nommé directeur général

Publié

le

Hippolyte de Weck dirigera le gérant de fortune indépendant Forum Finance au 1er octobre. Le groupe genevois veut aussi accueillir de nouveaux gérants (illustration). (© KEYSTONE/FABRICE COFFRINI)

Hippolyte de Weck dirigera le gérant de fortune indépendant Forum Finance au 1er octobre. Le groupe genevois veut aussi accueillir de nouveaux gérants compte tenu du fait que le cadre réglementaire impose aux acteurs de la branche d'obtenir une autorisation de la Finma d'ici à la fin de l'année.

Hippolyte de Weck a rejoint Forum Finance en 2011, en tant qu'associé gérant, après 17 ans chez UBS. Il remplacera Etienne Gounod, qui passera à la présidence du conseil d'administration, indique le groupe mercredi dans un communiqué.

Face au bouleversement que va connaître l'industrie suisse de la gestion indépendante dans les prochains mois en raison de l'obligation d'obtenir une licence de la Finma, Forum Finance entend jouer un rôle actif dans le processus de restructuration qui s'annonce, souligne le communiqué. Selon les indications de la société, Forum Finance gère quelque 2 milliards de francs.

"Les chiffres de la Finma publiés en août dernier laissent clairement entendre que des centaines de sociétés de gestion suisses n'obtiendront pas le précieux sésame à temps", a déclaré M. de Weck. "Forum Finance constitue une solution particulièrement convaincante pour les gérants de fortune recherchant un nouvel environnement pour continuer à exercer leur métier", a ajouté le nouveau directeur général.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Nouvelle amende pour UBS et Credit Suisse aux Etats-Unis

Publié

le

Les établissements amendés se sont vu reprocher l'emploi par leurs courtiers de canaux de communication non réglementaires. (archive) (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

L'utilisation d'outils de communication non régulés a valu plusieurs amendes à des banques d'envergure aux Etats-Unis. La commission Commodity Futures Trading (CFTC) a condamné 11 établissements à un total de 710 millions de dollars, (706,6 millions de francs).

Pour UBS et Credit Suisse, l'amende s'élève à 75 millions de dollars pour chacune, a annoncé mardi soir la CFTC. L'amende la plus salée a été décidée pour Bank of America, et s'élève à 100 millions tandis que la moins élevée atteint 6 millions pour Cantor Fitzgerald.

La CFTC est chargée de la régulation des marchés des contrats d'options et futures aux Etats-Unis. L'autorité reproche aux établissements d'avoir laissé leurs courtiers échanger sur des opportunités d'investissement sur des applications de messagerie non réglementaires, à image de Whatsapp. Cela a empêché les banques d'archiver les communications et donc rendu plus difficile le travail des autorités de surveillance.

Mardi, la SEC, le gendarme américain des marchés financiers a également annoncé des sanctions financières pour les mêmes faits. Au total, 16 entreprises ont été condamnées à une amende cumulée de 1,1 milliard de dollar. UBS et Credit Suisse devront chacune débourser 125 millions.

"La finance, en définitive, dépend de la confiance. En dérogeant à leurs obligations d'enregistrer les données et de les conserver, les participants au marché que nous avons condamnés aujourd'hui ont échoué à maintenir cette confiance", avait alors déclaré le président de la SEC Gary Gensler.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Ne cherchez pas à bousculer les événements ! Laissez-vous porter par la vague et profitez de l’instant présent .

Les Sujets à la Une

X