Rejoignez-nous

Suisse

Week-end estival et record de températures

Publié

,

le

La météo ensoleillée de ces derniers jours remet en question le dicton "En avril ne te découvre pas d'un fil". En plusieurs endroits, les températures étaient estivales et des records pour un mois d'avril ont été battus.

A Sion, le mercure a indiqué vendredi 28,9 degrés, établissant un nouveau record. Le précédent datait du 21 avril 1968, explique MétéoSuisse sur son site. Samedi c'est à La Brévine (NE), à Fahy (JU) et à Engelberg (OW) que des records pour un mois d'avril ont été dépassés avec respectivement 22,6, 25,3 et 23,1 degrés.

Dans un billet publié samedi sur son site, MétéoSuisse souligne que ce ne sont pas seulement les températures maximales qui ont connu des envolées, mais aussi les minimales.

Vendredi, le mercure n'est pas descendu en dessous de 10,4 degrés à La Dôle (VD). Au Weissfluhjoch (GR) la nouvelle marque est fixée à 4,8 degrés, soit 1,3 degrés de plus que l'ancienne. De nouveaux records ont également été atteints au Säntis (AI, 4,8 degrés) et à Gütsch/Andermatt (UR, 5,4 degrés).

Températures nocturnes contrastées

Les températures nocturnes n'ont pourtant pas été douces partout. A Delémont, il ne faisait que 7,6 degrés dimanche matin. A Viège (VS), l'heure était encore aux vestes d'hiver avec 4,5 degrés et même une faible gelée au sol de -1 degré au petit matin.

MétéoSuisse explique ces différences par la faible humidité qui favorise l'alternance de jours chauds et de nuits fraîches. L'air frais nocturne, plus lourd et plus dense, a tendance à s'accumuler près du sol dans les régions de plaine à basse altitude. Les zones de collines se retrouvent donc au-dessus de cette strate d'air froid et bénéficient d'un air relativement tiède.

Incendies

Dans plusieurs régions dont une partie de l'Arc jurassien et le canton de Berne, le risque d'incendie de forêt était marqué: 3 sur 5, selon le portail des dangers naturels de la Confédération.

Samedi en fin d'après-midi, un incendie de forêt s'est déclaré à Blumenstein (BE), a indiqué la police cantonale bernoise. Environ 2000 m2 ont été la proie des flammes. En raison du terrain escarpé, il a fallu faire appel à un hélicoptère pour éteindre le foyer. Selon les premiers éléments de l'enquête, le feu serait dû à une négligence. Personne n'a été blessé.

Le canton de St-Gall, qui présentait un degré moindre (2 sur 5), a été le théâtre de deux incendies. Samedi, quelque 1000 m2 de forêt sont partis en fumée à Unterwasser, dans le Toggenburg, après qu'un agriculteur a brûlé des déchets de bois. Le feu a repris et s'est propagé à la forêt, a indiqué dimanche la police st-galloise.

La veille, elle avait déjà fait part d'un autre sinistre survenu vendredi soir à Rapperswil-Jona. Le feu s'est déclaré dans un pré et a réduit en cendres environ 1000 m2. Selon les premiers éléments d'enquête, un foyer mal éteint en serait la cause.

ATS
PHOTO KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Education numérique: nouvelle phase et nouveaux crédits

Publié

le

L'éducation numérique entre dans une nouvelle phase dans le canton de Vaud (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite 48 millions de francs pour poursuivre le chantier de l'éducation numérique. Cette somme, soumise au Grand Conseil, comprend un crédit destiné à la formation des enseignants de 36 millions de francs et un autre pour les infrastructures de 12 millions.

Ces nouveaux financements s'ajoutent aux 30 millions déjà octroyés en 2019, date à laquelle l'éducation au numérique a été lancée dans le Canton de Vaud. Place désormais à une deuxième phase, dite "de consolidation et déploiement", indique vendredi le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Il relève que cette nouvelle étape va se dérouler "sur un tempo apaisé", alors que la réforme a suscité jusqu'ici de nombreuses critiques, à l'encontre notamment de l'ancienne ministre de l'éducation Cesla Amarelle. Le nouveau chef de l'école vaudoise, Frédéric Borloz, ne compte toutefois pas tirer la prise alors que les syndicats ont demandé, en octobre dernier, un moratoire sur ce projet.

"Le département de la formation a la responsabilité de donner aux jeunes la capacité de s'insérer dans la société de manière adéquate", écrit-il dans son communiqué. Et d'ajouter que l'éducation numérique "participe à l'égalité des chances et sensibilise les élèves" comme futurs citoyens numériques.

Trois projets de décret

Dans le détail, les 36 millions de francs visent à poursuivre la formation du corps enseignant, à concevoir des ressources pédagogiques et à mener des études de durabilité.

Les 12 millions seront, eux, dédiés à divers équipements et infrastructures. De quoi, par exemple, offrir un wifi performant à chaque école et des dispositifs permettant de répliquer, sur grand écran, l'affichage des tablettes.

A noter qu'un troisième décret sera soumis au Grand Conseil, "un crédit d'inventaire qui permettra l'achat du matériel pour les années à venir", précise-t-on.

Jusqu'en 2027-2028

D'ici la fin de l'année scolaire en cours, 52 établissements obligatoires vaudois (sur 93), soit envion 36'000 élèves et 4000 enseignants, sont concernés par la réforme. Celle-ci doit se déployer, selon la feuille de route du Canton, jusqu'en 2027-2028.

Le Conseil d'Etat note que le projet continuera de s'adapter aux retours des enseignants. "Celles et ceux qui ont participé au premier pilote et après quelques années de pratique considèrent à une large majorité (84%) les technologies numériques utiles pour l'apprentissage", souligne le gouvernement.

Les retours immédiats après la formation ont aussi été largement positifs: 86% des personnes interrogées l'ont jugée "riche et intéressante", avec 8% d'indécis et 6% d'avis contraires.

Soutien des hautes écoles

Le Conseil d'Etat relève finalement "le rôle essentiel" joué jusqu'ici par l'EPFL, l'Université de Lausanne et la HEP Vaud dans la mise en route de la réforme.

Il précise notamment que la mission de l'EPFL va désormais changer, même si la collaboration reste encore à définir. L'école polytechnique devra notamment assurer "une veille dans le domaine des sciences informatiques pour que les contenus et les approches pédagogiques mises en ½uvre restent à la pointe", indique encore le Canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Mathilde Crevoisier Crelier succède à Elisabeth Baume-Schneider

Publié

le

Mathilde Crevoisier Crelier va siéger au Conseil des Etats. (© KEYSTONE)

La socialiste jurassienne Mathilde Crevoisier Crelier siègera au Conseil des Etats en remplacement d'Elisabeth Baume-Schneider. Colistière de la nouvelle conseillère fédérale lors des élections de 2019, la citoyenne de Porrentruy a accepté son élection.

Comme le canton du Jura élit ses sénateurs au système proportionnel, c’est le ou la “vient ensuite” de la liste qui entre en fonction en cas de vacance, a indiqué le Parti socialiste jurassien (PSJ). La Bruntrutaine a annoncé vendredi au Gouvernement jurassien qu'elle acceptait son élection.

Mathilde Crevoisier Crelier, âgée de 42 ans, travaille actuellement comme traductrice au secrétariat général du Département fédéral de l'intérieur. Elle connaît ainsi "très bien le fonctionnement" des instances fédérales, a ajouté le PSJ.

La nouvelle conseillère aux Etats a été élue cet automne au Conseil municipal de Porrentruy. "Fortement engagée pour l’égalité, notamment, elle siège au comité directeur des Femmes socialistes suisses depuis 2018", a ajouté le PSJ.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Aldi Suisse augmente les salaires de 1%

Publié

le

L'augmentation des salaires chez Aldi reste inférieure aux prévisions d'inflation du Seco et de la BNS pour l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Aldi Suisse a annoncé vendredi le relèvement de 1% du salaire de tous ses employés en 2023. Le personnel recevra aussi un bon d'achat pouvant aller jusqu'à 500 francs ainsi qu'un versement unique correspondant à 1% du salaire annuel brut.

L'année 2023 prévoit aussi des "changements structurels de sorte qu'un total de 3% sera investi dans la masse salariale", selon le communiqué de la filiale helvétique du discounter allemand qui emploie 3900 personnes.

Aldi Suisse souligne que le salaire minimum s'élèvera l'an prochain à 4646 francs, "le plus élevé de la branche" affirme l'entreprise.

La hausse salariale annoncée ne suffira toutefois pas à compenser le renchérissement attendu en 2023. Dans leurs dernières estimations remontant à septembre, la Banque nationale suisse (BNS) et le Secrétariat d'État à l'économie (Seco) tablaient pour l'année prochaine sur un taux d'inflation de respectivement 2,4% et 2,3%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Nuit agitée pour les pompiers genevois à cause de la neige

Publié

le

Les pompiers du SIS sont intervenus à 57 reprises dans la nuit de jeudi à vendredi et vendredi matin pour des problèmes causés par la neige (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les pompiers ont connu une fin de nuit agitée à cause de la neige qui a recouvert le canton. De minuit à 10h30, le Service d'incendie et de secours (SIS) est intervenu à 71 reprises, dont 57 opérations liées à la neige, a fait savoir vendredi son porte-parole, le lieutenant Nicolas Millot.

Les pompiers ont été appelés pour dégager des arbres sur les routes et pour treuiller des bus des Transports publics genevois (TPG) bloqués en travers sur les routes. Lors d'une intervention, un sapeur-pompier professionnel a été blessé à une jambe par la chute d'une branche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le traditionnel cortège des élèves fait son grand retour en ville

Publié

le

Les jeunes ont pu lâcher prise lors du traditionnel cortège déguisé de l'Escalade qui a déferlé vendredi matin dans les rues de Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Annulé deux ans de suite à cause du Covid-19, le Picoulet était de retour vendredi dans les rues enneigées du centre-ville de Genève. Près de 2500 élèves du secondaire II ont participé au traditionnel cortège déguisé de l'Escalade.

La manifestation s'est déroulée sans aucun incident, a indiqué Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise. Du point de vue des forces de l'ordre, "cette édition était parfaite". Le Picoulet est organisé par les jeunes qui gèrent toute la logistique.

Les premiers élèves sont partis du Collège Ecole de commerce (CEC) André-Chavannes, rapidement rejoints par les collégiens de Rousseau. Le cortège a pris de l'ampleur au fur et à mesure avec l'arrivée des élèves du Collège Sismondi, de l'Ecole de culture générale Henri-Dunant et du CEC Nicolas-Bouvier.

Les jeunes suivaient en dansant des vélos-cargos musicaux. Dans cette foule déguisée, de nombreux cow-boys, des super-héros et des personnages de Noël. Comme chaque année, les batailles de mousse à raser ont beaucoup amusé les jeunes. Moins les automobilistes coincés dans les bouchons.

Le Picoulet s'est terminé à la mi-journée au parc des Bastions. Les services sanitaires étaient présents pour prendre en charge les élèves alcoolisés ou frigorifiés. Les examens semestriels qui débutent lundi risquent d'être difficiles pour certains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X