Rejoignez-nous

Suisse

Nouvelle offre à la place de la Carte journalière Commune dès 2024

Publié

,

le

La carte journalière Commune actuelle sera remplacée par une nouvelle offre dès l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La carte journalière Commune actuelle disparaîtra à la fin de l'année et sera remplacée dès 2024 par une "carte journalière dégriffée Commune". Celle-ci sera disponible pour la 1e et la 2e classe, avec ou sans abonnement demi-tarif, sur papier ou mobile.

"L'idée est d'avoir une solution numérique pour toute la Suisse", a déclaré Claudia Kratochvil-Hametner, directrice suppléante de l'Association des communes suisses, jeudi devant la presse à Berne. Monika Litscher, vice-directrice de l'Union des villes suisses, s'est aussi réjouie de cette formule, qui encourage les gens à choisir un moyen de transport éco-responsable.

La nouvelle offre s'inspire de la carte journalière dégriffée, déjà connue dans les transports publics. "Plus on achète tôt, moins c'est cher", a expliqué Helmut Eichhorn, directeur de l'Alliance SwissPass. La clientèle "non numérique" aura ainsi aussi accès aux billets dégriffés.

Deux niveaux de prix

Les mêmes prix seront proposés dans l'ensemble de la Suisse, tandis que les communes et les villes fixent actuellement leurs prix, a ajouté M. Eichhorn. Deux niveaux de prix existeront. Jusqu'à dix jours avant le voyage, la nouvelle carte journalière coûtera 39 francs en 2e classe pour les titulaires d'un demi-tarif et 52 francs plein tarif. Les prix pour la 1e classe se monteront à 66 francs demi-tarif et 88 francs plein tarif.

Le deuxième niveau de prix sera valable jusqu'à un jour avant le voyage, allant de 59 francs en 2e classe demi-tarif à 148 francs en 1e classe plein tarif. La prévente sera possible dès six mois auparavant - à titre de comparaison, les CFF ne proposent actuellement des cartes journalières que soixante jours auparavant. Les remboursements ne seront possibles que dans des cas exceptionnels, moyennant une franchise de dix francs.

Le contingentement par commune et la restriction de la vente aux habitants de la commune en question n'existeront plus. Un seul contingent, géré par les CFF, vaudra par jour pour toute la Suisse. Lors de la phase d'introduction, un nombre similaire de cartes journalières sera mis à disposition entre l'ancien et le nouveau concept - soit quelque 4000 cartes par jour ou quelque 1,5 million de cartes par an.

Un nombre illimité de cartes pourra être acheté par personne mais chacune sera nominative, avec prénom, nom et date de naissance. La formule actuelle, non personnalisée, permet la revente des cartes sur le marché noir, a noté Mme Kratochvil-Hametner.

Le réseau de validité ne changera pas. Les cartes seront toujours valides sur l'ensemble du réseau de l'abonnement général.

"Un service"

La nouvelle carte sera vendue uniquement aux guichets des communes et des villes. "C'est un service", a souligné Helmut Eichhorn.

Avant de se rendre dans un guichet, les personnes intéressées pourront consulter une plateforme uniforme pour voir si une carte est encore disponible, à quel prix et à quelles conditions. La carte pourra ensuite être imprimée ou envoyée par e-mail sous forme de billet électronique (PDF) ou mobile (code QR). Le nom pourra être modifié sans frais dans les sept jours.

La branche des transports publics supportera les coûts de la mise en place et de l'exploitation de la solution de distribution. Les communes et les villes percevront une commission de vente pour leur travail. Elles "n'auront plus à assumer de risque financier, puisque seul ce qui a été acheté sera facturé", s'est félicitée Claudia Kratochvil-Hametner.

Pertes pour les communes et les villes

Le concept actuel, qui existe depuis environ 20 ans, a été un succès pendant des années, a encore relevé la directrice suppléante de l'Association des communes suisses. Mais il ne permet désormais plus aux communes de couvrir leurs frais, à cause notamment de la concurrence des billets dégriffés numériques. "La pandémie a encore renforcé cette tendance."

Ces dernières années, de nombreuses communes se sont retrouvées avec des cartes journalières sur les bras, a-t-elle pointé. Certaines ont donc renoncé à leur offre.

L'Alliance SwissPass avait annoncé en octobre 2020 remplacer la carte journalière actuelle par une nouvelle formule. Les communes alémaniques s'étaient montrées moins concernées par l'utilité de la carte journalière. En revanche, des communes romandes étaient montées aux barricades.

www.cartejournaliere-commune.ch (site encore inactif)

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Le Swiss Loto est un jeu de loterie classique proposé en Suisse depuis 1970. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 11, 15, 20, 26, 29 et 31. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 5 et le Joker le 685863.

Lors du prochain tirage samedi, 26,8 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Vers une interdiction des e-cigarettes à usage unique

Publié

le

Les jeunes sont particulièrement attirés par les puffs, colorés et aromatisés (archives). (© KEYSTONE/EPA/TOLGA AKMEN)

Les cigarettes électroniques à usage unique, ou "puffs", pourraient être interdites à la vente en Suisse. Le Conseil national a soutenu mercredi par 122 voix contre 63 une motion de Christophe Clivaz (Vert-e-s/VS) en ce sens.

Les adolescents et les pré-adolescents sont particulièrement attirés par ces produits colorés et aux multiples arômes. Ces puffs sont présents sur le marché suisse depuis 2020.

Selon une étude de l'université de Lausanne et de Promotion santé Valais, 59% des jeunes de 14 à 25 ans en ont déjà consommé et 12% en consomment fréquemment, y compris 9% des 14-17 ans. La tendance à la consommation est à la hausse, a rappelé le Valaisan.

Ces cigarettes électroniques peuvent contenir, sans contrôle, des quantités élevées de nicotine, surpassant même parfois le seuil légal de 20 mg/ml, quantité correspondant à plusieurs centaines de bouffées de cigarettes conventionnelles, soit plus d'un paquet, a souligné l'écologiste.

Par ailleurs, elles contiennent de la nicotine sous forme de sel de nicotine. Celui-ci n'est pas plus dangereux que la nicotine, mais plus addictif. Ce qui inquiète les milieux de la prévention du tabagisme. Sans parler de leur impact écologique problématique vu qu'elles finissent à la poubelle ou dans la nature alors qu'elles contiennent notamment des métaux lourds.

Pas d'interdiction dans l'UE

Le Conseil fédéral reconnait le problème. Depuis le dépôt de la motion, la situation a évolué. Pour la ministre de la santé, Elisabeth Baume-Schneider, une interdiction serait toutefois prématurée. "Il faut voir les différentes prises de position."

Dans sa réponse écrite, le Conseil fédéral rappelait notamment que l'UE ne connait pas d'interdiction de ces produits. Une interdiction créerait donc une nouvelle entrave technique au commerce.

M. Clivaz a contré l'argument d'une non-interdiction dans l'UE. Et de préciser que la France, la Belgique et l'Allemagne interdisent déjà ces produits. La vente est également interdite au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Une interdiction de ces produits en Suisse toucherait également leur importation.

Christophe Clivaz a appelé à "privilégier la santé de notre jeunesse plutôt que l'économie chinoise". Il a convaincu largement au-delà de ses rangs. Seule l'UDC s'est majoritairement opposée au texte.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève élabore une loi sur l'égalité et les droits des handicapés

Publié

le

Genève met en consultation publique son avant-projet de loi sur l'égalité et les droits des personnes en situation de handicap. Ce texte ambitionne de leur apporter de réelles améliorations dans leur vie quotidienne (illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Genève met en consultation publique son avant-projet de loi sur l'égalité et les droits des personnes en situation de handicap. Ce texte ambitionne de leur apporter de réelles améliorations dans leur vie quotidienne.

Malgré les lois fédérale et cantonale de 2004, les progrès sont insuffisants, a souligné mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz, en charge du Département de la cohésion sociale. En 2022, l'ONU a d'ailleurs rendu un rapport critique par rapport aux droits à l'autodétermination, à une vie autonome, à l'inclusion professionnelle et à l'éducation aux niveaux fédéral et cantonal.

Genève a donc décidé de repenser sa loi sur l'intégration des personnes handicapées. L'avant-projet vise à réaliser l'égalité en droit et en fait ainsi qu'à protéger contre toute discrimination fondée sur le handicap. Il prévoit aussi des mécanismes pour que les pouvoirs publics établissent des plans d'action avec un inventaire des barrières à éliminer en priorité, par exemple au niveau architectural.

Ce texte est le fruit d'une collaboration avec une quarantaine d'organisations actives en faveur des personnes en situation de handicap, a expliqué Thierry Apothéloz. Tous les départements de l'administration cantonale y ont contribué. La consultation publique est ouverte jusqu'à fin novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

La ligne Trélex-Nyon interrompue pour une durée indéterminée

Publié

le

Des bus continueront à remplacer les trains entre Nyon et Trélex (Image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En raison des violents orages survenus dimanche, la ligne entre Nyon et Trélex (VD) sur la ligne de chemin de fer Nyon-St-Cergue-Morex (NStCM) reste interrompue pour une durée indéterminée, a indiqué la compagnie mercredi. Elle ne pourra ouvrir vendredi comme espéré. Des bus de remplacement sont toujours en place pour les voyageurs.

Les intempéries qui ont frappé la Suisse romande dimanche ont amené de fortes pluies, de la grêle et près de 18'000 éclairs. Elles ont particulièrement touché la région de Genève où des tronçons de route ont été inondés. En 30 minutes, c'est l'équivalent de 16 jours de pluie qui est tombé, explique le NStCM dans un communiqué.

Ce violent orage a provoqué l'inondation du sous-sol du nouveau dépôt-atelier de la compagnie à Trélex, dont le chantier était en cours d'achèvement. Après une première évaluation des dégâts mardi, la direction a décidé de repousser jusqu'à nouvel avis la mise en service du bâtiment initialement fixée au 24 juin. Les installations techniques et informatiques ont été particulièrement touchées

Pas fixer de date

Comme les installations de sécurité nécessaires à l'exploitation de la portion de ligne entre Nyon et Trélex ont également été impactées, une date pour la reprise normale de la circulation du train ne peut pas être avancée à l'heure actuelle, précise le communiqué.

Environ 2000 m3 d'eau et de boue ont pénétré dans le sous-sol du bâtiment. Le travail de pompage est toujours en cours, et se poursuivra jusqu'à la fin de la semaine.

Déjà l'an dernier

En juin 2023, le dépôt-atelier avait déjà subi une inondation et 15 à 20 centimètres d'eau s'étaient déversés dans le bâtiment. Des mesures de protection avaient été mises en place. "Elles n'ont pas suffi contre l'infiltration de plus de 180 cm de dimanche dernier", ajoute le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Ne vous laissez gagner par l'impatience, même si vos attentes semblent un peu contrariées par les circonstances, les choses doivent se faire à leur rythme !

Les Sujets à la Une

X