Rejoignez-nous

Suisse

Plus de vols commerciaux pour Ju-Air

Publié

,

le

Un Ju-52 s'était écrasé le 4 août dernier dans les Grisons (archives). (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

L'OFAC va retirer à la compagnie aérienne Ju-Air, basée à Dübendorf (ZH), le droit de transporter des passagers à titre commercial dans ses avions historiques. Certains vols seront toutefois encore possibles dans un cadre privé.

A la suite de l'accident du Ju-52 le 4 août dernier dans les Grisons, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a réévalué le risque associé au transport de passagers au moyen d'avions historiques, indique-t-il mardi dans un communiqué. Il a constaté que les exigences de sécurité ne sont actuellement plus réunies pour poursuivre l'exploitation commerciale de tels appareils.

La décision de l'OFAC est corroborée par les résultats des investigations sur l'accident, actuellement menées par le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE). En outre, la réglementation européenne relative aux avions historiques va subir des modifications à partir de la mi-2019 et n'autorisera plus leur exploitation commerciale.

En Allemagne, la compagnie Lufthansa - maison-mère de Swiss - a d'ailleurs abandonné les vols commerciaux de passagers avec sa propre flotte de Ju-52.

Des vols privés

En revanche, pour autant qu'elle respecte certaines charges techniques et opérationnelles, la compagnie pourra continuer à organiser des vols privés dans le cadre d'une association. Les personnes intéressées devront être membres de l'association depuis au moins 30 jours et être conscientes des risques accrus par rapport à un avion moderne.

Les appareils de type Junkers Ju-52 ont une grande capacité en sièges passagers et doivent de ce fait satisfaire des exigences techniques et opérationnelles accrues par rapport aux petits avions historiques. En outre, il n'existe plus de constructeur responsable de veiller au maintien de leur navigabilité.

L'OFAC, en situation de sous-effectif, ne dispose pas des ressources nécessaires pour accomplir cette tâche. Les exploitants privés de ces gros avions historiques doivent donc acquérir le savoir-faire nécessaire, ou confier cette tâche à une entreprise externe.

Comme Ju-Air n'est toujours pas en mesure de remplir entièrement les mesures techniques exigées par l'OFAC, ses avions restent pour l'heure cloués au sol. La date d'une reprise des vols est pour l'heure inconnue.

Ju-Air ne s'affole pas

Dans un communiqué, Ju-Air souligne que la décision de l'OFAC ne provoquera pas de changement significatif pour la compagnie. Presque tous ses passagers en Suisse sont en effet aujourd'hui déjà membres d'une association.

Dès que la nouvelle réglementation sera disponible en détail, Ju-Air l'examinera et commencera immédiatement à la mettre en oeuvre. La compagnie se dit en mesure et désireuse de mettre en place l'organisation requise pour assurer les futures opérations aériennes et d'engager les experts et organisations externes nécessaires.

La charge administrative liée à de tels changements ainsi que les clarifications nécessaires prendront encore plusieurs mois. Dans l'intervalle, la compagnie réclame des dispositions transitoires afin d'assurer la sécurité des opérations aériennes le temps que les tâches administratives soient terminées.

Un seul avion cet été

Ju-Air prépare par ailleurs l'exploitation à long terme de ses trois Ju-52 historiques et investit dans leur avenir. Les avions, qui ont maintenant 70 et 80 ans, seront complètement démontés et révisés. Un seul appareil, le HB-HOS, qui a été soumis à des tests de corrosion approfondis et à un entretien complet depuis novembre, sera exploité cet été.

Ju-Air souligne en outre que les investigations, menées par la compagnie et des experts indépendants, sont sur le point d'être achevées. Les examens n'ont pour l'heure révélé aucun risque de sécurité sur l'avion HB-HOS. Si ces conclusions se confirment, la compagnie soumettra une demande à l'OFAC pour des opérations aériennes en 2019.

La révision générale des trois appareils n'est pas directement liée à l'accident d'août dernier, souligne encore Ju-Air. Il s'agit d'un investissement dans la sécurité et la préservation de la valeur des aéronefs. Toutefois, la tragédie a incité la compagnie à effectuer cette révision complète.

Immobilisation ordonnée

En novembre dernier, l'OFAC avait ordonné l’immobilisation provisoire de deux avions Ju-52 basés à Dübendorf, exploités par Ju-Air. Aucun problème technique n'a toutefois été détecté dans l'enquête sur l'accident dans les Grisons, qui a fait 20 morts.

Lors de sa création il y 35 ans, l'OFAC avait autorisé Ju-Air à exploiter trois avions historiques Ju-52 des Forces aériennes suisses, en tant que compagnie aérienne commerciale. A l'époque, plusieurs dérogations avaient été admises dans le cadre réglementaire national.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Masques de la Confédération bons à jeter

Publié

le

Un vieux lot de masques hygiéniques est rappelé par l'armée en raison de la présence de champignons. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)
La Confédération rappelle par mesure de précaution des masques achetés en 2007 qui ont été fournis à des institutions et aux cantons. Des analyses ont montré des traces de champignons (Aspergillus fumigatus). Ils seront remplacés gratuitement, indique l'armée.

Les masques d'hygiène contaminés proviennent d'un ancien stock de 13,5 millions de pièces que la Confédération avait acquis dans le cadre de sa préparation à la pandémie. Comme il est impossible de tester l'ensemble des masques, tout le lot est rappelé, précise l'armée jeudi dans un communiqué.

La présence d'une contamination microbiologique a été détectée par le laboratoire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur un échantillon. Aucune contamination de ce type n'a été détectée lors des tests précédents, précise l'armée.

Aussi des FFP2

Les masques étaient stockés à la pharmacie de l'armée. Au début de la crise du Covid-19, ils ont été remis gratuitement à diverses institutions et aux cantons, principalement dans le domaine de la santé. Des traces de contamination fongique ont été repérées sur certains et pas sur d'autres.

Des traces de contamination ont également été trouvées dans un autre lot de 305'000 masques FFP2. Ils seront également retirés et vérifiés à titre de précaution. L'origine de ces traces fongiques reste mystérieuse: cela pourrait provenir soit du transport soit du lieu de stockage. Une analyse est en cours.

Commerces pas concernés

La pharmacie de l'armée a aussitôt réagi et rappelé le matériel défectueux. Tous les groupes concernés ont été avertis. Les masques seront remplacés à partir de la semaine prochaine.

Les lots qui ont été fournis aux commerces ne sont pas concernés. Au total 18 millions d'unités ont été vendus en avril au prix coûtant comme stock de lancement.

Continuer la lecture

Suisse

Un quart des cas de coronavirus importés

Publié

le

Stefan Kuster, chef de la division Maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), a fait le point jeudi sur la situation en Suisse concernant le coronavirus. (Image d'archive - ©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)
Un quart des nouveaux cas de coronavirus ont été importés en Suisse. Les cantons les plus grands sont les plus touchés. Le traçage de contacts se déroule bien, malgré quelques difficultés notamment pour les personnes venant de l'étranger.

Avec 88 nouveaux cas recensés jeudi, la situation semble se stabiliser, a expliqué le chef de la division Maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Stefan Kuster lors du point de presse des experts de la Confédération. Il faut néanmoins rester prudent.

Le taux de reproduction est de 1,38 (au 27 juin). L'objectif est qu'il se situe au-dessous de 1, a-t-il rappelé.

Les cas de contamination ne se répartissent pas de manière homogène dans les cantons. Les plus grands comptent le plus grand nombre de cas, notamment Zurich, Vaud, Argovie, Berne et St-Gall. Et les contaminations n'ont pas seulement lieu dans des clubs ou des discothèques. Certains cas se sont déclarés lors de rassemblements comme des enterrements ou sur les lieux de travail.

Une personne sur quatre a été contaminée à l'étranger dans des pays considérés à risque. L'information aux personnes qui arrivent de l'étranger va être intensifiée. Mais des contrôles systématiques aux frontières ou dans les aéroports ne sont pas prévus. Il s'agirait alors d'une fermeture des frontières, selon M. Kuster.

Listes de passagers souhaitées

Des éclaircissements sont encore nécessaires pour la distribution des listes de passagers des compagnies aériennes. Ces données seraient utiles aux cantons pour leur travail de traçage des contacts, a relevé Linda Nartey, médecin cantonale bernoise. Il est encore difficile de retracer les personnes provenant de "hubs" importants.

Pour le reste, le traçage des contacts "fonctionne bien" malgré quelques difficultés, par exemple des délais d'annonces non respectés, de fausses indications sur les listes de présences ou des numéros de téléphone manquants. "Les capacités ont été adaptées, mais on ne peut pas faire des miracles", a-t-elle ajouté, misant sur les mesures plus sévères qui sont en cours d'introduction dans les cantons.

Ses services sont également confrontés à des requêtes d'exemption de quarantaine de la part de personnes de retour de zone à risque. Près de 3000 personnes se trouvent en quarantaine dans toute la Suisse.

Retours à risque

La pandémie soulève de nombreuses questions de droit du travail qui ne connaissent pas encore de jurisprudence, a souligné le vice-directeur de l'Office fédéral de la justice Michael Schöll. C'est par exemple le cas de travailleurs qui se rendraient à titre privé dans une région à risque.

La question du versement du salaire durant la quarantaine au retour se pose et les tribunaux devront statuer au cas par cas. Il s'agira notamment de déterminer s'il y a eu négligence ou si certaines circonstances peuvent être invoquées, a ajouté le spécialiste, évoquant par exemple le cas d'un enterrement.

Continuer la lecture

Suisse

Un comité UDC ne veut pas de la rente-pont

Publié

le

Benjamin Fischer, président de la section UDC zurichoise, estime que la rente-pont pour les chômeurs de plus de 60 ans est une "tromperie". (Image d'archive - ©KEYSTONE/WALTER BIERI)
Un comité formé de membres de l'UDC a lancé jeudi le référendum contre la rente-pont pour les chômeurs de plus de 60 ans. Le parti suisse n'est pas directement au front sur cette bataille.

L'UDC se concentre sur son initiative de limitation et d'autres référendums, a expliqué Benjamin Fischer, président de la section zurichoise de l'UDC et co-président du comité référendaire. En principe, ce serait aux fédérations des employés et employeurs, notamment des arts et métiers, de défendre leurs membres. "Mais elles dorment", a-t-il lancé devant la presse à Berne.

Cette nouvelle prestation sociale n'est rien d'autre qu'une invitation à licencier les travailleurs âgés, estime le jeune député du Grand conseil zurichois. M.Fischer la qualifie d'arnaque. "On ignore tout des coûts qu'elle va entraîner et du nombre réel de chômeurs qui vont la demander", poursuit-il. Après la crise du Covid-19, c'est une "Black Box" complète.

Il n'y a pas que les travailleurs âgés qui sont exclus du marché du travail, précise encore le Zurichois. Les jeunes Suisses sont aussi confrontés à la concurrence de la main-d'oeuvre européenne. L'UDC a dans ce contexte lancé son initiative "Pour une immigration modérée" (dite "initiative de limitation") sur laquelle le peuple se prononcera le 27 septembre.

Volonté du peuple bafouée

Pour le conseiller national Mike Egger (SG), cette nouvelle prestation n'est pas une aide pour les travailleurs âgés, mais bien plus un moyen de torpiller l'initiative de l'UDC. Le projet bricolé dans la hâte n'est rien d'autre qu'un achat de votes auprès de la génération avant la retraite pour qu'elle refuse le texte sur l'immigration, a renchéri Jean-Luc Addor (VS).

Le texte ne fait que dissimuler le fait que le Parlement a notoirement bafoué la volonté du peuple sur l'initiative contre l'immigration de masse acceptée en 2014. La préférence indigène n'a rien changé à l'éviction des Suisses du marché du travail.

La rente-pont crée encore davantage de personnes à la charge de l'Etat. Elle constitue une attaque contre la classe moyenne. Les limites fixées en matière de fortune punissent finalement tous ceux qui ont épargné durant leur vie.

Avec les partenaires sociaux

Le projet, adopté début juin par le Parlement, prévoit une aide pour les chômeurs en fin de droit. Il devrait coûter 150 millions de francs par an.

Environ 3400 personnes devraient en bénéficier. Les ménages de plus d'une personne devraient obtenir une rente-pont de 65'643 francs par an au maximum. Pour les personnes seules, cette aide sera de 43'762 francs. Elle est strictement soumise à condition. Au Parlement, l'UDC a été la seule formation à s'opposer à cette nouvelle assurance sociale.

La rente-pont fait partie d'un paquet de mesures que le Conseil fédéral a élaboré avec les partenaires sociaux pour favoriser la main-d'oeuvre indigène et répondre à l'initiative UDC contre la libre circulation.

Le comité référendaire a jusqu'au 8 octobre pour réunir les 50'000 signatures. Outre Benjamin Fischer, il est présidé par les conseillers nationaux Manuel Strupler (TG), Jean-Luc Addor (VS), Mike Egger (SG), Monika Rüegger (OW) et le conseiller aux Etats Jakob Stark (TG). L'UDC soutiendra la récolte de signatures.

Continuer la lecture

Suisse

Zalando, Digitec et Amazon en tête du e-commerce en Suisse

Publié

le

La société allemande a une nouvelle fois confirmé sa solide position sur le marché suisse. (Image d'archive - ©KEYSTONE/DPA/JÖRG CARSTENSEN)
Avant même que la pandémie de coronavirus ne fasse exploser les ventes des boutiques en ligne, le e-commerce était en plein essor en Suisse. En 2019, Zalando, Digitec et Amazon.de se partageaient dans l'ordre les plus grosses parts du gâteau.

Avec des ventes estimées à 920 millions de francs en 2019, le groupe de mode Zalando s'est hissé à la première place des sites de vente en ligne enregistrant le chiffre d'affaires le plus élevé en Suisse, selon les données du cabinet de conseil Carpathia.

La société allemande était talonnée par Digitec, avec des ventes de 820 millions, Amazon.de (700 millions), Aliexpress (500 millions) et quasiment à égalité Brack.ch (356 millions) et Nespresso.com (355 millions).

Certaines boutiques en ligne ont enregistré une croissance particulièrement robuste, notamment Galaxus (+38%), Interdiscount (+33%), Zalando (+17%), Brack.ch et Microspot (chacun +15%). Depuis l'abandon de la place de marché Siroop en 2018, Microspot a diversifié son assortiment, ne vendant plus uniquement des produits électroniques.

Avec une croissance de respectivement 6% et 5%, Amazon.de et Aliexpress semblent légèrement à la traîne.

L'année dernière, trois nouvelles sociétés ont franchi la barre des 100 millions de chiffre d'affaires réalisé en ligne en Suisse: Ikea.com, Mediamarkt.ch et le spécialiste du développement photo Ifolor.

Au total, 16 sites de vente en ligne actifs en Suisse dépassent la barre des 100 millions de francs de chiffres d'affaires.

Parmi ces grandes plateformes de e-commerce en Suisse figuraient également le site chinois Wish.com, les boutiques des détaillants Migros avec Leshop, et Coop avec Coopathome, ainsi qu'Interdiscount et la pharmacie en ligne Zurrose.ch.

Dans le secteur du voyage, le podium des sociétés générant le plus de recettes en ligne comprenait Swiss (1,4 milliard de francs), les CFF (1,1 milliard) et Booking (937 millions). Airbnb (640 millions) arrivait en quatrième position.

Carpathia publie son aperçu du secteur du e-commerce suisse chaque année, basant ses chiffres sur les données publiées par les entreprises, lorsqu'elles sont disponibles, ou sur ses propres estimations.

Continuer la lecture

Suisse

Prévisions polliniques instantanées dès 2021

Publié

le

Le réseau de mesure du pollen instantanée sera complètement opérationnel en 2022. (©KEYSTONE/EPA/KRZYSZTOF SWIDERSKI)
Petite révolution en matière de mesure du pollen dans l'air. Alors qu'aujourd'hui les chiffres publiés portent sur des relevés vieux d'une semaine et demie, la charge pollinique de l'air sera à l'avenir connue en temps réel.

Pour les quelque 20% de personnes allergiques au pollen en Suisse, cette avancée dans les prévisions polliniques est une excellente nouvelle. Elles devront toutefois patienter jusqu'en 2022 pour que le réseau soit entièrement opérationnel, l'équipement des premières stations commençant au printemps prochain en collaboration avec une entreprise lucernoise, a indiqué jeudi Meteosuisse.

Le nouveau réseau automatique de mesure du pollen sera basé sur le principe de reconnaissance par holographie. Les concentrations de pollen dans l’air seront ainsi disponibles dans les minutes qui suivent la mesure, donnant une image précise de la situation actuelle, alors qu'aujourd'hui une semaine et demie est nécessaire.

Le cylindre sur lequel se colle le pollen de l’air est en effet envoyé au laboratoire une fois par semaine. Là, la difficile identification des espèces est effectuée au microscope par des spécialistes. Il est ainsi possible de publier le mercredi les concentrations de pollen enregistrées dans l’air au cours de la semaine précédente.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Besoin de vous détendre complètement ? Déléguez donc certaines corvées et profitez-en pour aller vous promener !

Publicité

Les Sujets à la Une

X