Rejoignez-nous

Suisse

Premier bilan d’été positif pour les CFF

Publié

,

le

Les CFF tirent un bilan positif des trois premières semaines de l'horaire d'été, ont-ils annoncé lundi. Durant cette période, trente chantiers, dont trois de grande ampleur, sont en cours avec un impact sur l'horaire.

L'horaire d'été s'applique du 30 juin au 26 août. Les travaux avancent "comme prévu", précise les CFF dans un communiqué. Quelque 2000 ouvriers s'affairent à rénover 55 kilomètres de voie ferrée. Ils doivent notamment remplacer 92'000 traverses et poser 130'000 tonnes de ballast. Pour la première fois, les chantiers ont été concentrés sur la période des vacances.

Projet de dédommagement

La Suisse romande est particulièrement touchée avec des temps de parcours plus longs sur la ligne Lausanne - Fribourg. Depuis le 7 juillet, plus aucun train ne circule entre Lausanne et Puidoux-Chexbres en raison de travaux.

Chaque jour, en moyenne 13'000 voyageurs doivent ainsi emprunter des tracés alternatifs, qui peuvent prolonger leur temps de parcours. Les CFF ont mis en place un projet-pilote, "unique en Europe", de dédommagement des clients sur cette ligne.

Toutefois, seulement 1500 personnes ont pour l'instant pris part au projet et un peu plus de 2500 voyages ont été enregistrés. Cela représente "environ 10% des voyageurs", souligne Linus Looser, responsable gestion du trafic voyageurs aux CFF, devant la presse. Il précise que ce nombre est suffisant pour le projet-pilote.

"Avenir numérique"

Les clients impactés par des prolongements de temps de parcours de plus de 20 minutes durant au moins dix jours peuvent bénéficier d'un bon de 100 francs. Pour l'obtenir, il faut cependant s'inscrire et télécharger une application sur son téléphone mobile. De plus, l'indemnité est versée uniquement en bons CFF.

Le système utilisé a fait l'objet de certaines critiques, notamment sur la nécessité de posséder un téléphone portable de la dernière génération ou le fait de devoir partager ses données. "Avec ce projet-pilote, nous testons un chemin vers l'avenir numérique", explique M. Looser.

Les données, récoltées via l'application, permettent aux CFF de déterminer comment réagir en cas de crise, telle qu'une perturbation du trafic. Du point de vue de la compagnie de chemin de fer, les 100 francs d'indemnité sont donc moins une compensation qu'une incitation pour les clients à fournir leurs données.

Le projet-pilote fonctionne, assurent les CFF, qui sont conscients des remarques des voyageurs. Elle fera l'objet d'une analyse au terme de l'expérience. L'avis des clients qui ne participent pas à cette expérience sera aussi pris en compte. Dans les prochaines semaines, ils pourront donner leur avis sur un questionnaire papier.

Trafic stable

Malgré les chantiers, le trafic ferroviaire est resté stable durant les premières semaines d'été et les solutions de substitution fonctionnent bien. Le défi posé par les travaux a pour l'instant "bien été relevé", se félicitent les CFF.

Chaque jour, 1,26 million de passagers et 8000 trains sont en route sur le réseau des CFF, ce qui rend nécessaire cet entretien estival, afin d'assurer la ponctualité et la sécurité des voyageurs. De "gros travaux de planification" ont été effectués en amont, souligne l'entreprise. Environ 70% des mécaniciens de locomotive travaillent selon un planning spécial et 95% des trains circulent selon un autre roulement que d'habitude.

L'horaire en ligne a été adapté depuis février 2018. Les CFF rappellent par ailleurs aux usagers qu'ils sont priés de consulter les horaires en ligne avant de voyager. Des annonces sont également faites en gare et dans les trains et une hotline téléphonique gratuite est à disposition.

(ATS / KEYSTONE - JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

L'armée suspend ses cours de répétition

Publié

le

L'armée va suspendre les cours de répétition jusqu'à la fin de l'année pour cause de coronavirus. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'évolution de la pandémie de coronavirus contraint l'armée à suspendre tous ses cours de répétition jusqu'à la fin de l'année, annonce-t-elle mercredi. Les cours qu'elle considère comme indispensables à un possible soutien aux autorités civiles ne sont pas concernés.

Les cours actuels prendront fin prématurément ou seront suspendus jusqu'à nouvel avis. L'armée se prépare à un nouvel engagement aux côtés des autorités civiles, au cas où la situation devait s'aggraver, précise-t-elle dans un communiqué.

Cette décision ne concerne pas non plus les cours pour les engagements planifiés de l'année prochaine, comme le Forum économique mondial (WEF). L'armée indique que d'autres mesures pourraient être prises en fonction de l'évolution de la situation.

À la mi-octobre, l'armée avait interdit les congés pour quelque 10'000 recrues jusqu'au 30 octobre, afin d'éviter les infections. Selon son porte-parole, Daniel Reist, 24 personnes avaient été contaminées au moment de cette décision. Les cours de répétition n'étaient à ce moment là pas concernés.

Continuer la lecture

Suisse

Appel à réduire les contacts pour éviter une surcharge des hôpitaux

Publié

le

Les experts de la Confédération ont appelé mardi la population à réduire ses contacts pour freiner le virus. (©KEYTSONE/PETER KLAUNZER)

La pandémie de coronavirus ne montre pas de signe d'essoufflement. Les experts de la Confédération ont appelé mardi la population à réduire ses contacts pour freiner le virus, faute de quoi les hôpitaux ne pourront plus faire face.

Sur les dernières 24 heures, 5949 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Suisse, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le taux de positivité s'élève à 28,73%. Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés.

La situation est sérieuse, a averti Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP, lors d'un point de presse à Berne. Le nombre de nouveaux cas, des hospitalisations et des décès augmente à une vitesse comparable au début de la pandémie.

L'augmentation des cas touche toutes les tranches d'âge, mais surtout les jeunes adultes. Chez les moins de 19 ans en revanche, la hausse est moins marquée. Les enfants s'infectent moins souvent. En revanche, les personnes âgées sont particulièrement touchées, ce qui explique le nombre des hospitalisations.

"Réduire nos contacts"

"Nous devons réduire nos contacts" et rester à la maison autant que possible, a appelé Martin Ackermann, chef de la Task Force de la Confédération, estimant que la population n'est pas encore consciente de la situation actuelle.

Chacun doit faire sa part si l'on veut s'en sortir avec le moins de dégâts possible, a renchéri le médecin cantonal de Bâle-Ville, Thomas Steffen, estimant qu'on est "au début d'une deuxième phase" qui pourrait être assez longue.

Pour M. Ackermann, l'objectif est de "stopper la progression du virus". Même en augmentant les capacités des hôpitaux, le problème ne serait pas réglé. Ces mesures n'offriraient qu'un répit de quelques jours, voire de "quelques heures".

Risque d'un manque de lits

Si l'évolution se poursuit au rythme actuel, il n'y aura plus de lits en soins aigus dans quinze jours, a averti Andreas Stettbacher, délégué du Conseil fédéral pour le Service sanitaire coordonné. Le délai est de onze jours pour les soins intermédiaires et dix jours pour les soins intensifs. Des goulets d'étranglement ne sont pas exclus par endroits, a-t-il souligné.

Actuellement, le pays dispose de 22'183 lits en soins aigus. 16'328 d'entre eux sont occupés, dont 1195 par des patients Covid. La Suisse compte 5855 places en réserve. En soins intensifs, 207 lits sont occupés par des malades atteints par le coronavirus. Il reste 346 places sur les 1071 que compte le pays, a énuméré M. Stettbacher.

Pour les services de soins intermédiaires, qui ne nécessitent pas des soins intensifs mais une présence accrue du personnel, la Suisse compte 492 lits. Trois cent cinq d'entre eux sont occupés, dont 62 par des patients Covid. Il reste 187 places en réserve.

Intérêts de l'économie

Les intérêts de l'économie vont de pair avec la lutte contre la pandémie. Même si la Suisse fait face à une perte de recettes d'environ 40 milliards de francs, les mesures sont plus que nécessaires, a pour sa part souligné Jan-Egbert Sturm, chef du groupe économie au sein de la Task Force.

Pour lui, les mesures sont plus que nécessaires. "Sans elles, nous chasserions les visiteurs étrangers encore plus que nous ne le faisons actuellement", a-t-il affirmé, lançant un appel au travail à domicile, à la réduction de la mobilité, aux rencontres virtuelles et aux achats en ligne.

Dans ce contexte, le sujet des entreprises particulièrement touchées par la pandémie préoccupe au plus haut point la Confédération. Le secteur de l'événementiel, les forains, les prestataires du secteur des voyages et les entreprises touristiques font partie des secteurs les plus touchés, a expliqué Boris Zürcher, chef de la division Travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Cas de rigueur

"Nous travaillons actuellement d'arrache-pied pour définir une mise en oeuvre concrète" des mesures financières pour les cas de rigueur destinées aux entreprises. Mais la question est très complexe, a-t-il relevé.

L'objectif du Conseil fédéral de garantir la main-d'œuvre et les emplois reste pour sa part inchangé. Le niveau de soutien sera maintenu en ce qui concerne les allocations pour perte de gain COVID-19 et le chômage partiel. Enfin, il n'y a pas de vague de faillites prévue, a assuré M. Zürcher.

Par ailleurs, les différentes prestations et allocations pour perte de gain liées au Covid-19 resteront valables jusqu'au 30 juin 2021. Certaines mesures seront mises en oeuvre avec effet rétroactif, selon Stéphane Rossini, directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Continuer la lecture

Suisse

La pandémie ne ralentit pas

Publié

le

Il faut réduire de moitié le nombre d'infection et rester à la maison autant que possible, a argué M. Ackermann. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La pandémie de coronavirus ne montre pas de signe d'essoufflement. Les hospitalisations et les décès sont plus nombreux qu'en mars. "Nous devons réduire nos contacts", a appelé mardi Martin Ackermann, chef de la Task Force de la Confédération lors d'un point de presse

Les habitants de Suisse ne sont pas encore conscients de la situation actuelle. En octobre, il faut réduire de moitié le nombre d'infection et rester à la maison autant que possible, a argué M. Ackermann. Même en augmentant les capacités des hôpitaux, le problème ne serait pas réglé. "Nous n'y gagnerons que quelques heures."

De nombreux cantons ont déjà réagi au cours de la semaine dernière. Les mesures prises seront probablement étendues à l'ensemble de la Suisse, a estimé le chef de la Task Force. "Il n'y a pas d'alternatives aux mesures." Les intérêts de l'économie vont de paire avec la lutte contre la pandémie. Sans mesures, la situation serait encore pire pour l'économie, a abondé Jan-Egbert Sturm, chef du groupe économie au sein de la Task Force.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 5949 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

18'497 personnes sont en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Suisse compte mardi 5949 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 20'709 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 28,73%. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 37'158. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 693,4 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 127'042 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'829'173 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1930 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6264.

Le pays dénombre par ailleurs 18'497 personnes en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'799 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

Les recettes des chocolatiers fondent

Publié

le

La quasi absence de touristes en Suisse et la faible fréquentation des boutiques dans les aéroports pénalisent les chocolatiers helvétiques. (Image d'archive - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La pandémie de Covid-19 laisse jusqu'à présent un goût amer dans la bouche des chocolatiers suisses, qui ont vu leurs recettes fondre de 14,3% sur un an entre janvier et août.

Les ventes sur le marché intérieur (-15%) comme les exportations (-14%) ont causé cette chute.

Les producteurs helvétiques ont souffert tout particulièrement durant la période mai-août, où les revenus ont reculé de 21,5%, indique mardi la faîtière Chocosuisse, qui ne précise cependant pas les chiffres absolus.

Durant ces quatre mois, les ventes en Suisse ont plongé de plus de 23%, les exportations s'étant contractées de 20,5%.

Une grande majorité - soit 70% - de la production de chocolat suisse est destinée à l'exportation, rappelle Chocosuisse. Les livraisons à l'étranger ont reculé "très fortement" durant l'été, en raison de la fermeture des boutiques hors-taxes dans les aéroports ainsi que des difficultés rencontrées par l'hôtellerie-restauration. La faîtière ne s'attend pas à une reprise de sitôt pour ces deux secteurs.

En Suisse, l'absence des touristes étrangers a pesé sur les chiffres d'affaires des chocolatiers suisses. Parallèlement, les volumes de chocolat importés ont augmenté de 2,2% sur les neuf premiers mois de l'année (+8,7% pour mai-août), déplore l'association qui regroupe 16 producteurs qui emploient 4840 personnes. La pression sur les marges s'est ainsi encore accentuée pour les producteurs helvétiques.

Dans son communiqué, la faîtière dénonce une discrimination par rapport à la concurrence étrangère. Des taxes douanières protectionnistes et le prix des matières premières (sucre, lait) minent la compétitivité de l'industrie indigène, selon elle. Chocosuisse demande au Parlement fédéral de réagir et d'éliminer les distorsions de la concurrence, notamment vis-à-vis de l'Union européenne.

En 2019 les producteurs réunis autour de Chocosuisse ont généré 1,79 milliard de francs de chiffre d'affaires, pour un volume total de 200'274 tonnes. L'industrie helvétique a consommé 77'342 tonnes de sucre (32% de provenance suisse) et 165'000 tonnes de lait (4,7%).

Les filiales suisses des sociétés cotées Nestlé (Cailler), Lindt&Sprüngli et Barry Callebaut, mais aussi des maisons comme Camille Bloch, Faverger, Villars ou Läderach, sont membres de l'association, au même titre que Chocolat Frey, propriété du géant de la distribution Migros.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Les flèches verbales volent bas ce matin !!! Le mieux serait de prendre le large afin de ne pas alimenter les polémiques !

Publicité

Les Sujets à la Une

X